Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: protection

More Ways to Protect Yourself From Phishing

In my recent Editors’ Notes post on Consumer Reports’ recommendation that Mac users dump Safari because the Apple browser lacks the anti-phishing tools of Firefox and Opera, I focused on behavioral changes one can make that minimize the risks of phishing attempts. I didn’t, however, discuss a relatively simple configuration change you can make to your Mac that will give you a real anti-phishing tool–in Safari or any other browser you might want to use.

Consumer Reports touted Firefox or Opera over Safari because of the built-in anti-phishing tools in those first two browser; Safari has no such built-in capability. There is, however, a free service you can use that will give every browser on your Mac a full set of anti-phishing tools (and additional tools, if you choose to use them). This service is called OpenDNS, and it’s a free replacement for your Internet service provider’s (ISP) domain name servers.

So just what are domain name servers? A domain name server looks up addresses in the Domain Name System (DNS). In other words, a domain name server is the phone book for the Internet–it translates domain names (www.macworld.com, for example) into Internet protocol (IP) addresses (70.42.185.230, in the case of macworld.com). When you load a Web site, it’s this IP address that’s used to find the server, not the server’s name you typed into the URL bar. Without the DNS, you’d have to know the IP address of any Web site you wanted to use–not a very practical method for browsing the Web.

By default, you are more than likely using the DNS servers provided by your ISP. These are typically included in the setup instructions you used when setting up your Internet connection. But just as there are many companies providing telephone books, there are many different DNS servers you can use–you aren’t required to use the DNS servers provided by your ISP. OpenDNS is one such alternative « phone book, » and it’s one that comes with many features (most are optional) that you probably won’t find in your ISP’s DNS servers. One of those features is phishing protection, based on OpenDNS’ PhishTank project. Once you’ve set your Mac to use OpenDNS’ DNS servers, you get this protection automatically, in any application that uses DNS servers to resolve names.

Note that OpenDNS is able to provide its services for free because it changes how your browser behaves when you enter a non-existent URL, say for asdfjklasjxznn.com. If you enter that URL using your normal DNS servers, you’ll get a standard « page not found » error message. If you load that URL using OpenDNS, however, you’ll see the image at right (click the image for a larger version). The ads you see there are what help OpenDNS pay for its services. If the prospect of seeing such ads when you enter a bad URL concerns you, then you’ll want to pass on this solution. For me, though, it’s a small price to pay for an excellent free service.

Setting up OpenDNS

So how do you use OpenDNS in place of your ISP’s DNS servers? The answer depends on which version of OS X you’re using, how you connect to the Internet, and how your current DNS server information has been set. Answering this question for every version of OS X and every possible network configuration simply isn’t possible in this space. Instead, I’ll provide some generic configuration advice, a specific example, and a pointer to OpenDNS’ own very usable installation instructions.

First, the generic advice: To replace your ISP’s DNS servers with the OpenDNS DNS servers, re-read the installation instructions that your ISP provided. When you get to the step about setting up the DNS servers, replace whatever DNS server IP addresses you’ve been provided with the OpenDNS DNS server addresses: 208.67.222.222 and 208.67.220.220. Save your changes, and you’re done.

As one specific example of a configuration change, here’s what you’d do if you’re using OS X 10.5 on a machine that connects to the network via AirPort, but has a locally-assigned DNS server (that is, defined on that Mac). Launch System Preferences and open the Network pane. Select AirPort in the leftmost column, then click Advanced. A new sheet will drop down, displaying a number of tabs across the top. Click on the DNS tab, and then click the plus sign at the bottom left of the DNS Servers window. The cursor will move to a blank line in the DNS Servers window; type the first OpenDNS DNS server address here, 208.67.222.222. Click the plus sign again, and enter the second OpenDNS DNS server address, 208.67.220.220.

If you see any other addresses listed above these new entries, click on each one and then click the minus sign to remove them. (If you see entries that are grayed out, that means that another machine–your AirPort Base Station or other router, for instance–is providing the DNS server information. If that’s the case, you’ll need to change that machine’s DNS server information to point to the OpenDNS DNS servers.) Once you’ve only got the two OpenDNS DNS servers’ information visible, click OK. This will return you to the AirPort screen; once that appears, click Apply to, well, apply the changes you just made.

If you need more specific installation instructions, the OpenDNS’ Web site has a number of how-to guides for many different computers and operating systems, as well as 14 different brands of home routers (including the AirPort Base Station).

Confirm the setting

After clicking Apply, the changes you’ve made should take effect in about a minute or less. To confirm that your system is using the new DNS, the quickest thing to do is open up Terminal (in Applications -) Utilities), and run a quick nslookup, which runs a name system lookup on the URL you specify. Included in the results is the IP address of the name server that was used to run the query:

As seen here, the Server and Address both point to the OpenDNS DNS server addresses I entered earlier, meaning that my machine is using the OpenDNS DNS servers for address lookups.

Conclusion

Changing your DNS servers isn’t very difficult to do, and by using OpenDNS, you’ll get the benefit of an active and constantly-updated anti-phishing tool, regardless of your browser of choice. If you don’t feel you’ll always be able to spot a potential phishing scam in your e-mail, using OpenDNS is a great solution that will allow you to keep using Safari with some peace of mind. (But remember, no anti-phishing tool is going to be 100 percent accurate, so you’ll want to practice « safe clicking » as I described in the prior article, too.)

In the long run, I really think that something like an Internet-wide anti-phishing tool, such as the one offered by OpenDNS, makes more sense than any number of browser-specific tools. With individual tools, your phishing protection will vary based on which browser you’re using; with a DNS-level tool, though, you’ve got the same level of protection regardless of your browser choice. Hopefully we’ll eventually see an Internet-wide solution, so that you’ll have the freedom to use whichever browser you prefer without worrying about the quality (or lack thereof) of its built-in anti-phishing tools. Until that happens, though, OpenDNS is a great alternative.

author: Rob Griffiths, Macworld.com
source WashingtonPost

Angelina Jolie et Brad Pitt ont réservé tous les noms de domaine des nouveaux-nés !

Angelina Jolie et Brad Pitt sont depuis samedi soir les parents de jumeaux, un garçon et une fille, Knox Leon et Vivienne Marcheline, nés en France, à Nice.
Le couple le plus médiatique de Hollywood a déjà enregistré les noms de domaine Internet, ainsi que toutes les variantes relatfis à ses nouveaux nés, quelques heures à peine après l’accouchement.

Voici la liste des noms de domaines déjà réservés :
knoxleonjoliepitt.com
knoxleonjoliepitt.net
knoxleonjoliepitt.us
knoxleonjoliepitt.org
knoxleonjoliepitt.biz
knoxleonjoliepitt.info
knoxjoliepitt.com
knoxjoliepitt.net
knoxjoliepitt.us
knoxjoliepitt.org
knoxjoliepitt.biz
knoxjoliepitt.info
viviennemarchelinejoliepitt.com
viviennemarchelinejoliepitt.net
viviennemarchelinejoliepitt.us
viviennemarchelinejoliepitt.org
viviennemarchelinejoliepitt.biz
viviennemarchelinejoliepitt.info
viviennejoliepitt.com
viviennejoliepitt.net
viviennejoliepitt.us
viviennejoliepitt.org
viviennejoliepitt.biz
viviennejoliepitt.info

source eparsa.fr

Angelina Jolie: 2 Babies, 50 Domains

Angelina Jolie has shown that she is not just an accomplished actress but also a savvy domainer.

The 33 year old superstar celebrated the birth of her and Brad Pitt’s twins, Vivienne Marcheline and Knox Leon, by registering a total of 50 domain names (including 4 .mobis!), increasing her total number of domains owned to a respectable 258.

Domains registered by Angelina Jolie on July 12, 2008:

viviennemarchelinejoliepitt.biz, .com. .eu, .info, .mobi, .net, .org, .us
knoxleonjoliepitt.biz, .com. .eu, .info, .mobi, .net, .org, .us

viviennejoliepitt.biz, .com. .eu, .info, .mobi, .net, .org, .us
knoxjoliepitt.biz, .com. .eu, .info, .mobi, .net, .org, .us

viviennejolie.com, .net, .org
knoxjolie.com, .net, .org

viviennepitt.com, .net, .org
knoxpitt.com, .net, .org

knoxleon.com, .net, .org
viviennemarcheline.com, .net, .org

A number of domainers snapped up some of the remaining combinations that were left unregistered by Angelina:

knoxleonjolie.com, .net, .org
viviennemarchelinejolie.com, .net, .org

knoxleonpitt.com, .net, .org
viviennemarchelinepitt.com, .net, .org

viviennemarcheline.info, .mobi
knoxleon.info, .mobi

If you want to do your part to honor this month’s most famous newborns, don’t despair!

Still available (at the time of writing):

knoxjolie.biz, .eu, .info, .mobi, .us
viviennejolie.biz, .eu, .info, .mobi, .us

viviennepitt.biz, .eu, .info, .mobi, .us
knoxpitt.biz, .eu, .info, .mobi, .us

viviennemarchelinejolie.biz, .eu, .info, .mobi, .us
knoxleonjolie.biz, .eu, .info, .mobi, .us

viviennemarchelinepitt.biz, .eu, .info, .mobi, .us
knoxleonpitt.biz, .eu, .info, .mobi, .us

viviennemarcheline.biz, .eu, .us
knoxleon.biz, .eu, .us

If you or someone you know is expecting children in the near future, consider that there may be no better gift to set aside for your child than his or her own domain.

source DailyDomainer

Propriété industrielle : la CEDH s’en mêle

La Cour européenne des droits de l’homme esquisse une ébauche de qualification juridique du nom de domaine.

Pour la première fois, la Cour européenne des droits de l’homme a rendu une décision au sujet des noms de domaine. Cette décision est particulièrement importante car elle évoque la question de la qualification juridique des noms de domaine (1).

Opérant dans le secteur de la vente de matériel de construction et le commerce électronique, la société allemande Paeffgen GmbH avait acquis quelques milliers de noms de domaine tels que «freundin-online.de», «ad-acta.de», «eltern-online.de» ou «duck.de». Le contrat d’enregistrement conclu avec le registre allemand Denic comportait une clause de non-garantie contre les atteintes aux droits des tiers résultant de l’enregistrement et de l’utilisation des noms de domaine enregistrés. Ce contrat prévoyait un droit exclusif d’utilisation et de disposition des noms enregistrés.

Considérant que l’enregistrement et l’utilisation de ces noms de domaine violaient leurs droits de propriété intellectuelle, plusieurs sociétés ont intenté une action à l’encontre de Paeffgen GmbH (2). Les différentes cours régionales allemandes de Munich, Hambourg ou de Dà¼sseldorf ont interdit à Paeffgen GmbH d’utiliser et de disposer des noms de domaine litigieux au motif que l’enregistrement des noms de domaine avait été effectué dans le seul but de les revendre. Il prononce également la radiation des noms en question. Ce jugement est confirmé par la cour d’appel.

Estimant son droit de propriété violé, Paeffgen GmbH saisit alors la Cour constitutionnelle fédérale allemande, puis, la CEDH. Elle conteste les mesures prises à son encontre et estime que des restrictions plus limitées prohibant des atteintes spécifiques aux droits des tiers auraient été suffisantes. Elle allègue que l’interdiction absolue d’utiliser les noms de domaine litigieux est une ingérence disproportionnée dans son droit de propriété.

L’argumentation est fondée sur l’article 1 du protocole additionnel n° 1 à la Convention européenne des droits de l’homme disposant : «Toute personne physique ou personne morale a droit au respect de ses biens. Nul ne peut être privé de sa propriété que pour cause d’utilité publique et dans les conditions prévues par la loi et les principes généraux du droit international… (laissant néanmoins aux) Etats (la possibilité) de mettre en vigueur les lois qu’ils jugent nécessaires pour réglementer l’usage des biens, conformément à l’intérêt général (…)». La CEDH va admettre la qualification du droit sur le nom de domaine en tant que droit de propriété au motif qu’il met en exergue une réelle valeur économique. Les injonctions de ne plus utiliser et de ne plus disposer des noms litigieux sont des mesures de réglementation, de gestion et de contrôle de l’usage des biens. Ces mesures visent à prévenir toute nouvelle utilisation illégale du nom.

Juste équilibre

Les biens en question sont des droits contractuels d’utilisation exclusive de noms de domaine. Le contrat stipule expressément qu’il incombe au titulaire des noms de s’assurer que l’usage de ceux-ci ne porte pas atteinte aux droits des tiers. La demande de radiation sert donc à empêcher la société de poursuivre toute violation du droit de marque ou autres droits prévus par le droit des marques ou le droit civil.

Par conséquent, la CEDH considère que ces injonctions sont conformes au droit interne et poursuivent un but légitime en ce qu’elles contribuent à l’efficacité du régime de protection des marques et des noms. Le juge est ainsi bien fondé à ordonner éventuellement l’annulation d’un nom de domaine portant atteinte à une marque.

Ainsi, la CEDH estime que les juridictions nationales ont justement fait prévaloir un juste équilibre entre la protection du droit de propriété et les exigences de l’intérêt général. Ceci est conforme à la jurisprudence de la CEDH, qui opère en permanence une conciliation entre les différents droits et libertés fondamentales. Toutefois, la qualification de droit de propriété pourrait être discutée au regard du statut des autres droits de propriété industrielle.

auteur : NATHALIE DREYFUS
Conseil en propriété industrielle, expert auprèsdu Centre d’arbitrage etde médiation de l’Ompi,Dreyfus & Associés.

source LesEchos

Protégez votre marque et vos clients

Le détournement de marque est l’un des fléaux du Web et les cybercriminels ont les moyens de ternir votre image de marque et vous priver d’un certain nombre de clients qui, en toute bonne foi, pensaient qu’ils avaient à faire à une entreprise légitime. La compréhension et la protection contre cette menace grandissante constituent un début de solution.

Avec l’ère Internet, les enjeux sont plus importants que jamais et les cyberconsommateurs se font maintenant une opinion des entreprises au travers de leurs sites web. Mais avoir un beau site, fonctionnel, rassurant, et une présence efficace sur Internet ne suffit plus. Les entreprises doivent se protéger pour ne pas risquer de perdre le contrôle de leur marque face aux activités criminelles.

En protégeant votre marque, vous protégez également vos clients. En effet, les infractions online peuvent avoir de graves conséquences. Les clients potentiels à la recherche d’une marque de produits peuvent être redirigés vers un concurrent, ou pire, un site illégal. Et cette perte de contrôle en ligne peut ternir la valeur d’une marque.

Le phishing (Hameçonnage)

Pour ceux qui découvrent le terme de phishing, voici la définition proposée par Wikipédia : L’hameçonnage, appelé en anglais phishing, est une technique utilisée par des fraudeurs pour obtenir des renseignements personnels dans le but de perpétrer une usurpation d’identité. La technique consiste à faire croire à la victime qu’elle s’adresse à un tiers de confiance – banque, administration, etc. – afin de lui soutirer des renseignements personnels : mot de passe, numéro de carte de crédit, date de naissance, etc. C’est une forme d’attaque informatique reposant sur l’ingénierie sociale. L’hameçonnage peut se faire par courrier électronique, par des sites web falsifiés ou autres moyens électroniques.

Le phishing est une menace particulièrement efficace et peut entamer l’intégrité de la marque. Bien que de telles attaques ne peuvent cibler directement votre société ou ses ressources en ligne, un crime par association est souvent suffisant pour compromettre l’entreprise. En effet, si le consommateur est victime d’une fraude par le biais d’une escroquerie de type phishing qui comporte votre nom de marque, il est en droit de vous demander des comptes. Il est donc important de protéger votre nom de marque.

Les autres procédés

Malheureusement, le phishing n’est qu’une méthode criminelle parmi d’autres. Les entreprises doivent donc être conscientes (et prêtes à y faire face) qu’il existe de nombreux autres moyens de détournement de marque en ligne. Du typosquatting au cybersquattage, en passant par le domaining, toutes ces formes de cybercriminalité peuvent gravement nuire à l’image de l’entreprise, et sont difficilement détectables sans mesure de veille perpétuelle.

Cybersquattage (Wikipédia)

Le cybersquattage, en anglais cybersquatting, désigne la pratique d’enregistrer des noms ou des marques sur internet afin d’ensuite soit de le revendre à l’ayant-droit, soit d’altérer sa visibilité.

Typosquatting (Wikipédia)

Le typosquatting, est une forme de cybersquatting se fondant principalement sur des erreurs typographiques des utilisateurs du web : concrètement, il s’agit d’acheter tous les domaines dont l’orthographe est proche de celle d’un domaine connu afin que l’utilisateur faisant une faute d’orthographe involontaire, soit dirigé vers le site du typosquatteur.

Domaining (Wikipédia)

Le domaining est une activité qui consiste à spéculer sur les noms de domaine. Contrairement aux cybersquatters, les domainers cherchent rarement à détourner la notoriété des marques à leur profit. Les noms de domaine qui les intéressent en priorité sont les noms de domaine génériques composés de mots du langage courant.

Le corporatesquatting

Une autre forme, que je trouve profondément méprisable est celle du corporatesquatting, pratique de plus en plus usitée. Wikipédia en donne une définition beaucoup plus habile que je ne saurais le faire : Le corporatesquatting désigne la pratique de grandes entreprises d’enregistrer massivement des noms ou des marques sur internet afin de s’en approprier l’usage exclusif, bien qu’ils appartiennent et sont déjà utilisés par des personnes physiques ou des petites entreprises. Il s’agit ensuite de contraindre les ayants-droit à en abandonner l’usage, par différents moyens de pression dont des assignations agressives devant les tribunaux (que les ayants-droit n’ont bien souvent pas les moyens de financer). L’objectif final est d’obtenir l’usage exclusif du nom ou de la marque. La loi sur les marques, c’est-à-dire de protection des marques, étant « au-dessus » des pratiques visant à utiliser un nom sans en avoir le droit. Le premier qui inscrit une marque sur l’internet se voit propriétaire du chemin qui mène vers l’espace (c’est-à-dire le site), si espace alloué il y a, mais celui qui possède la vraie propriété sur le nom a, en tout état de cause, aux yeux de la justice, la réelle propriété du nom.

Dans le cas où il n’y a pas d’espace alloué, le plaignant doit prouver que celui qui a acheté ce nom l’a fait dans l’intention de nuire au propriétaire de la marque. Si ce n’est pas le cas, le plaignant argue en général, s’il souhaite poursuivre sa plainte, que la non-utilisation de la marque lui porte préjudice. On peut rentrer ainsi dans plusieurs complications que les grandes corporations savent parfaitement manipuler pour recouvrer leur droit sur la propriété d’un nom.

Quelques solutions pour protéger votre marque et vos clients

Parce que le risque de dommages causés par l’usurpation de marque est si important, les entreprises doivent élaborer une stratégie qui protège leur présence en ligne et leurs clients. Voici certaines des étapes-clés.

Eclairez vos clients

Ajoutez des définitions ou une FAQ concernant l’abus de marque accessible depuis la page d’accueil de votre site. Faites explicitement état de quand vous correspondez ou non avec vos clients par email, et comment ces derniers peuvent mieux distinguer le caractère légal d’un message d’un message frauduleux.

Entourez-vous

Si votre entreprise a déjà beaucoup à faire, entourez-vous d’experts en protection de marque. S’associer avec des tiers spécialistes de ce domaine ne sera que profitable contre les risques de détournement.

DRP (Disaster Recovery Plan)

Toute entreprise devrait avoir un plan prévoyant les mesures à mettre en oeuvre en cas de sinistre, quel qu’il soit, le détournement de marque constituant un sinistre. Ce plan d’urgence permettra de gérer efficacement le sinistre par ordre de priorité et de ressources.

Un plan pour les infractions involontaires

Toutes les attaques contre la marque ne sont pas délibérées. Parfois, les partenaires ou distributeurs connus de vos services peuvent accidentellement usurper votre marque ou ses expressions connexes. Travaillez avec vos experts en protection de marque pour surveiller les comportements et y répondre d’une manière cohérente et professionnelle.

Une équipe d’urgence

Constituez une équipe parmi les membres de votre personnel qui sera opérationnelle dès que votre marque sera compromise. Formez également le personnel des centres d’appel pour mieux répondre aux menaces liées au détournement de la marque.

En conclusion

Alors que l’économie fondée sur Internet ouvre de vastes possibilités pour les entreprises qui n’existaient pas il y a 10 ou 20 ans, elle ouvre également de nouvelles voies de risque pour les marques. Protéger sa marque en 2008 n’est plus un luxe, c’est un impératif économique, surtout si votre marque existe depuis plus d’un demi-siècle, car son nom est profondément ancré dans l’esprit du consommateur, tout autant que dans celui des cybercriminels.

Auteur : Christophe DA SILVA
Fondateur d’Arkantos Consulting, publication d’articles webmarketing et référencement, et newsletter professionnelle.

Source Moteurzine

On-ne-rigole-plus-avec-les.fr

La semaine dernière, l’AFNIC, responsable de la gestion des noms de domaines en France, célébrait l’enregistrement du millionième nom de domaine en .fr. Parallèlement il y a deux jours, le changement de régime juridique de ces noms était changé en toute discrétion. Tous les noms de domaine en .fr ne sont plus seulement régis par le droit commun, mais aussi par de nouvelles règles ‘ beaucoup plus restrictives et limitant, entre autres l’expression et la critique ‘, selon Cédric Manara, professeur de droit à l’EDHEC. La fin des Boycottez-Barbie.fr ou 2012sansSarkozy.fr ?

Le 16 janvier, la cour d’appel de Paris a décidé de faire application d’un décret du 6 février 2007. Décidé par le Ministère de l’Economie, ce décret comporte un paragraphe sur ‘ l’attribution des noms de domaine au sein de chaque domaine de premier niveau du système d’adressage de l’internet ‘ qui a été appliqué, mercredi dernier, par un juge dans un contentieux portant sur un nom de domaine enregistré en avril 2005.

Ce texte établit des règles de protection de l’Etat et des collectivités, des élus, des titulaires de marques, et des personnes physiques. Il définit ainsi que les noms de la République française, des institutions nationales, des services publics nationaux, des collectivités territoriales, ou du titulaire d’un mandat électoral (associé à des mots faisant référence à ses fonctions électives) ne peuvent être enregistrés comme nom de domaine que par ces institutions ou services. Par exemple si vous avez le même nom qu’un maire ou un député, vous ne pouvez pas déposer le nom de domaine en .fr. Cela s’étend également à tout ce qui peut toucher au parodique ou à la critique. ‘ Par exemple, je ne peux pas enregistrer Ne-votez-pas-pour-Bertrand-Delanoe.fr ‘ précise Manara.

De plus, l’article Art. R. 20-44-45 interdit de déposer ‘ un nom identique ou susceptible d’être confondu avec un nom sur lequel est conféré un droit de propriété intellectuelle ‘, c’est-à-dire que ce sont désormais les noms de marques qui priment. Elles sont protégées par défaut de l’usage par un tiers, même si il n’y a aucune atteinte portée. ‘ Avant, une marque pouvait lancer une action pour contrefaçon si elle était utilisée pour un même type de produit, explique Manara. Maintenant avec ce décret, elle peut faire supprimer un nom de domaine sans n’avoir rien à démontrer. Par exemple, Paris peut faire interdire tous les noms de domaine comportant son nom. Ou si vous enregistrez mon-jules.fr, la chaîne de magasins Jules risque de récupérer le nom avant même que vous ayez pu l’utiliser pour faire un site pour l’homme que vous aimez. ‘. Seules les sociétés et certaines associations (par exemple SARL Fillon) ayant une dénomination sociale identique pourront continuer à se prévaloir de leur domaine si leur nom a été déposé en tant que marque avant le 1er janvier 2004.

L’application de ce texte par un juge a surpris car il était considéré non applicable tant que le premier paragraphe du décret n’avait pas été appliqué. Ce dernier concerne la désignation officielle des organismes chargés de gérer les noms de domaine. C’est-à-dire les conditions d’officialisation de la gestion du .fr. Car si l’AFNIC a aujourd’hui ce rôle de fait, cela n’a jamais été officialisé. Le troisième paragraphe est sur le rôle de ces organismes. Par ce jugement, la cour d’appel de Paris décide donc que le volet sur l’attribution sur les noms de domaine est autonome, et applicable à tous les noms déjà enregistrés ou en cours d’enregistrement.

Auteur : Astrid Girardeau
Source Ecrans.fr

Une collectivité « est en droit de protéger son nom contre toute exploitation commerciale injustifiée »

La cour d’appel de Paris a rendu le 12 décembre 2007 un arrêt considérant explicitement que le nom d’une collectivité territoriale, en l’espèce Paris, est protégé d’une manière semblable au patronyme d’une personne physique. Plus précisément, elle considère qu' »à l’instar d’une personne physique ou d’une personne morale, une collectivité territoriale est en droit de protéger son nom contre toute exploitation commerciale injustifiée, notamment lorsqu’un tiers, en déposant une marque, sera susceptible de lui causer un préjudice soit en l’empêchant de tirer profit de la commercialisation de son nom, soit en nuisant à son identité, son prestige ou sa renommée ».
En France, deux dispositifs légaux envisagent la protection du nom des collectivités territoriales : d’une part, l’article L.711-4 h) du Code de la propriété intellectuelle qui dispose que « ne peut être adopté comme marque un signe portant atteinte à des droits antérieurs » et notamment « au nom, à l’image ou à la renommée d’une collectivité territoriale » et, d’autre part, le nouvel article R.20-44-43-II du Code des postes et télécommunications (issu du décret n?2007-162 du 6 février 2007) qui prévoit que sauf autorisation de l’assemblée délibérante, le nom d’une collectivité territoriale peut uniquement être enregistré par cette collectivité « comme nom de domaine au sein des domaines de premier niveau correspondant au territoire national ».
Récemment, plusieurs décisions de jurisprudence ont accueilli favorablement, sur le fondement du risque de confusion, les actions introduites par des collectivités territoriales tendant à obtenir l’annulation de marques et/ou de noms de domaine déposés par des tiers, construits avec le nom de la collectivité territoriale demanderesse (tribunal de grande instance de Paris, 3e ch., 14 mars 2007 ; cour d’appel de Versailles, 12e ch., 13 septembre 2007).
Dans sa décision du 12 décembre 2007, la cour, qui relève que la ville de Paris utilise fréquemment son nom en association avec l’expression « l’Eté » (pour dénommer un certain nombre de manifestations culturelles, sportives etc.), adopte une motivation différente pour prononcer l’annulation de la marque « Paris L’Eté ». Elle souligne que le dépôt de la marque « Paris L’Eté » constitue une exploitation injustifiée du nom Paris et que cela risque de porter préjudice à la ville, soit parce qu’il empêche celle-ci de tirer un bénéfice commercial de l’exploitation de son nom, soit parce qu’il risque de nuire à son identité, son prestige ou à sa renommée. La motivation semble pour partie s’inspirer des dispositions de l’article L.713-5 du Code de la propriété intellectuelle qui organise une protection spécifique des marques de renommée et qui dispose que « l’emploi d’une marque jouissant d’une renommée pour des produits ou services non-similaires à ceux désignés dans l’enregistrement engage la responsabilité civile de son auteur s’il est de nature à porter préjudice au propriétaire de la marque ou si cet emploi constitue une exploitation injustifiée de cette dernière ».
La mairie de Paris s’est félicitée de cet arrêt, soulignant que celui-ci « reconnaît pour la première fois aux collectivités territoriales un véritable droit sur leur nom lorsqu’elles offrent des services dans le cadre de leurs missions de service public ».

Auteur : Isabelle Pottier, Anne-Sophie Cantreau / Cabinet Alain Bensoussan
Source Localtis.info

Monétisation de l’immatériel : les noms de domaines (1/9)

Conférence à l’Atelier Internet de l’ENS,
Paris, lundi 12 novembre 2007
par Charles Simon

Le vol des mots

‘ Je suis un voleur. Je vends des noms de domaines. Je gagne beaucoup d’argent en vendant à un public qui n’y comprend rien un simple acte informatique qui consiste à ajouter une ligne dans une base de données ‘ (1), voilà comment Laurent Chemla résumait l’économie des noms de domaine en l’an 2000. Laurent Chemla n’est pas n’importe qui, il est l’un des fondateurs du bureau d’enregistrement Gandi, le plus important bureau français (2). Sept ans plus tard, les noms de domaine est-ce toujours le vol ?

Les noms de domaine ont ceci de particulier qu’ils se sont détachés de la raison d’être que leur avaient fixée leurs concepteurs. Ils devaient être des identifiants plus faciles à retenir et à manier pour l’utilisateur humain que les adresses IP, ces numéros de téléphone de l’internet. Ils devaient être de simples pointeurs techniques permettant de faire le lien entre une identification humaine (le site web X répond à l’adresse www.exemple.com) et une identification mécanique (le serveur informatique hébergeant le site web X répond à l’adresse 192.64.206.34). Aujourd’hui l’écrasante majorité des utilisateurs ne voit plus en eux qu’une enseigne, un symbole et, la rareté aidant, ils ont pris de la valeur. Ce qui n’était qu’une ‘ ligne dans une base de données ‘ est devenue un objet de commerce qui s’enregistre, se revend, se squatte et se récupère à l’issue de procédures judiciaires.
Au passage, il ne fait pas de doute qu’on peut devenir riche grâce aux noms de domaine. Laurent Chemla en est la preuve vivante. Lui et les 3 autres fondateurs de Gandi ont touché 13,35 millions d’euros lorsqu’ils ont vendu leurs parts dans la société à la mi-2005. Mais il ne s’agit que d’une aventure individuelle dans l’histoire plus générale de l’industrie des noms de domaine.

Nous ne prétendons pas retracer ici cette histoire ou même l’esquisser. Après avoir dégagé les lignes de force qui nous semblent marquer l’évolution des noms de domaine depuis 1995, nous essayerons simplement de les illustrer par des exemples concrets . Cette méthode pointilliste trace le portrait d’un monde vu par un praticien. Elle ne prétend ni tout saisir ni être neutre. C’est la vision d’un avocat. Les points saillants sont donc ‘ pathologiques ‘. Les déviances, les points limite sont préférés aux comportements ‘ normaux ‘.
Mais au travers des observations fragmentaires un fil se dégage : l’écart paradoxal entre la valeur nominale et la valeur symbolique des noms de domaine. Aujourd’hui, des gens sont prêts à investir des milliers d’euros pour la possession d’une ‘ ligne de code ‘ qui n’en vaut que quelques dizaines à l’enregistrement. Des intermédiaires sont bien sûr apparus pour tirer parti de cette situation. A côté du spéculateur occasionnel qui enregistre des noms de domaine au coup par coup et les met aux enchères sur les plateformes spécialisées, on trouve donc ces plateformes elles-mêmes, le ‘ cybersquatteur ‘ qui enregistre comme nom de domaine la marque ou le patronyme d’un tiers dans l’espoir d’en tirer un profit illégitime ou encore le professionnel qui enregistre en masse des noms pour leur associer des sites web qui sont en fait de véritables panneaux publicitaires virtuels. Toutes ces personnes sont les receleurs de ce simple acte informatique dont parlait Laurent Chemla en 2000.

En 2007, le vol continue donc.

(à suivre)

(1) Le texte de la tribune est disponible en ligne à l’adresse : http://www.chemla.org/textes/voleur.html.
(2) Devaux (G.), ‘ Gandi, une révolution dans la continuité ‘ in Le Journal du Net, 2 juin 2006, http://www.journaldunet.com/0606/060602-gandi.shtml

Source CawAilleurs, le Cawa d’AdmiNet City

Protection des marques sur Internet

La Jeune Chambre Economique de Monaco vous convie au Petit-déjeuner Débat ‘ Protection des marques sur Internet : intelligence économique, noms de domaine et marchés parallèles ‘

Le jeudi 6 décembre 2007 à 8h30
Café de Paris, Salon Bellevue

Intervenants :
Monsieur Cédric MANARA,
Professeur de droit à l’EDHEC Business School

Monsieur Dominique MORVAN,
Directeur Général de la société NameBay SAM
Société de gestion de portefeuille et d’enregistrement de noms de domaines agréée par l’ICANN

Merci de retourner votre inscription accompagnée de votre règlement à la Jeune Chambre Economique de Monaco avant le 3 décembre 2007:

M/Mme ________________________________________________________
Société ________________________________________________________
Email* _________________________________________________________

Règlement : 27 € X ________ personnes = ________

* Merci de nous indiquer votre adresse email afin que nous puissions vous faire parvenir les informations sur les petits déjeuners JCEM 2008, dont la communication se fera essentiellement via email.

Jeune Chambre Economique de Monaco
1 avenue des Castelans – MC 98000 Monaco
Tél. : +377.92.05.20.19 – Fax : +377.92.05.31.29
e-mail : jcemonaco [at] jcemonaco.mc

AC/DC récupère acdc.com

« Le management du groupe AC/DC a fini par récupérer le nom de domaine ACDC.COM. Réservé initialement en 1997, ce nom de domaine donnait accès depuis 2002 à un site pornographique.

Jusqu’à présent, le site officiel du groupe était accessible à l’adresse (quasi-tautologique) acdcrocks.com. La presse australienne évoque assez pudiquement l’aboutissement de négociations (CourierMail.com.au, 15 octobre 2007), à la veille de la sortie d’un coffret de DVD déjà tiré à 500 000 exemplaires.  »

Source MuseeDesMarques.com