Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: enchères

Les sites en «.fr» se revendent cher

Au total, 2,15 millions de sites Internet terminent en «.fr», selon le cinquième observatoire des noms de domaines publié jeudi par l’Afnic (Association française pour le nommage Internet en coopération) en partenariat avec Télécom Sud Paris.

Les sites Internet qui terminent en «.fr» ont augmenté au rythme de 300.000 cette année, pour atteindre 2,15 millions d’unités, estime l’Afnic (Association française pour le nommage Internet en coopération) dans son cinquième observatoire publié aujourd’hui en coopération avec Télécom Sud Paris. Ils affichent une hausse de 17 % et représentent un tiers des noms de domaines enregistrés en France. Car de nombreux autres sites, qui ont pour suffixe «.com» et «.net», sont déposés.

«Il existe une forte corrélation du nombre de dépôts de noms de domaine en «.fr» et le nombre de créations d’entreprise», estime Patrick Maigron, chercheur à Télécom Sud Paris. Et de préciser que si plus de 60% des sites sont détenus par des entreprises, la moitié sont protégés par des particuliers. Mais entreprises et particuliers se partagent à peu près à parts égales le nombre de nouveaux dépôts.

Le «.fr», l’un des plus cher à la revente

Depuis 2006, les particuliers français peuvent protéger leurs propres noms de domaine, sans forcément déposer leur propre patronyme. Et depuis le 16 mars 2010, les Français qui habitent l’étranger peuvent également enregistrer des noms de domaines en «.fr». La proportion de particuliers pourrait encore augmenter. À partir du 6 décembre, tous les Européens auront la possibilité de créer leurs propres sites en «.fr».

Ils risquent d’être de plus en plus nombreux. Car « en moyenne, sur le marché secondaire des noms de domaine, un site qui termine en «.fr» est, à la revente, l’un des plus chers au monde, avec un prix médian autour de 1400 euros par nom de domaine», précise Loïc Damilaville, responsable de la stratégie à l’Afnic. La plate-forme sedo classe le prix moyen des ventes des noms de domaine, selon leur suffixe. Le site tada.fr et son nom de domaine ont été revendus à 20.000 euros. C’est loin du récent record de social.com qui a été négocié à 2,6 millions de dollars. Mais tout de même les bureaux d’enregistrement devraient enregistrer davantage de demandes.

12,7 signes en moyenne

Le marché se concentre. À eux seuls, les quatre premiers bureaux d’enregistrement de nom de domaine pour les sites qui terminent en «.fr» détiennent à eux seuls 60% du marché.

Cependant, les bonnes affaires risquent de se faire plus rares. Le nom d’un site, en nombre de signes, augmente «de 0,4 caractère par an», précise l’Afnic. Les sites avec peu de lettres ont déjà été déposés. La longueur moyenne d’un nom de domaine était de 12,7 signes en 2011. Et sa taille maximum autorisée est de 63 caractères.

Par ailleurs, les grandes villes sont de plus en plus enclines à avoir leur propre nom de domaine. Car si 38% des communes en France ont un site en «.fr», elles sont 95% parmi les communes de plus de 10.000 habitants.

Auteur : Marc Cherki
Source : LeFigaro.fr

Les membres de Tea Party seraient assis sur une mine d’or

Les trois membres de la formation rock canadienne Tea Party seraient assis sur une véritable mine d’or, et une simple transaction pourrait peut-être leur rapporter des millions de dollars.

Les musiciens possèdent effectivement le nom de domaine teaparty.com, qui n’était pas en demande lorsqu’ils se sont enregistrés en 1995. La valeur, à tout le moins théorique, de cette adresse web a toutefois escaladé en raison de la popularité récente du mouvement politique Tea Party, aux États-Unis.

Des experts soutiennent que la vente de cette adresse web pourrait leur rapporter une fortune, bien qu’il ne s’agisse encore que de spéculations.

Le groupe, réuni à nouveau depuis peu et prêt à se lancer dans une tournée après une pause de six ans, affirme toutefois être prêt à considérer toutes les offres. Celles provenant du mouvement de droite partageant le même nom que le groupe seront elles aussi examinées.

Et ce, même si les musiciens ne partagent pas du tout les opinions politiques du mouvement.

Le bassiste du groupe, Stuart Chatwood, a mentionné en entrevue vendredi qu’il serait peut-être plus «politiquement correct» de refuser l’argent du mouvement, mais qu’il fallait se rappeler qu’ils sont avant tout des «êtres humains».

Il s’agissait de la première entrevue accordée par le musicien depuis la mention de son groupe sur le site Bloomberg Businessweek, le 15 septembre.

L’histoire a rapidement fait le tour du monde et le téléphone n’a pas dérougi pour les membres du Tea Party.

Le bassiste a fait savoir que le groupe se pencherait prochainement sur toutes les offres d’achat.

De telles offres avaient déjà été lancées dans les dernières années par des farceurs, qui voulaient racheter le nom de domaine pour quelques centaines de dollars.

Source Cyberpresse.ca

Le groupe Vogica vendu aux enchères

Le portefeuille de marques et les noms de domaine du distributeur français de cuisines et de salles de bain Vogica, placé en liquidation judiciaire en novembre 2010, sera vendu aux enchères le 27 septembre, annonce mardi dans un communiqué la société Paris Sud enchères.

La vente des actifs immatériels de la société aura lieu dans les salons de l’Union des fabricants à Paris et portera sur les marques Vogica, Les prêts à poser, Cucina, Cagivo, Cuisivosges, Vosges Cuisines et 100% Déco. « L’intérêt pour l’acquéreur de marques vendues aux enchères est de disposer immédiatement de droits de propriété industrielle validés juridiquement, anciens, et de bénéficier d’une notoriété acquise auprès d’une partie du marché visé », explique le communiqué.

Symbole de l’industrie dans l’est de la France, l’enseigne Vogica, spécialisée dans la vente de cuisines et salles de bain sur mesure, avait été placée en liquidation judiciaire en novembre faute de repreneur, une décision qui laissait sur le carreau un millier de salariés. Cette vente aux enchères de la marque constitue « une première en France », souligne le communiqué.
source figaro.fr

Perte d’adresse à 82.800€

Un propriétaire n’a pas renouvelé à temps son nom de domaine lié à l’immobilier. Un gros pactole lui a filé entre les mains.

«C’est une erreur de débutant!». Mark Lye n’en revient pas. Le PDG de la société Netfleet, qui sous-traite l’attribution des noms de domaine en .com.au, a pu remettre en vente l’adresse investmentproperty.com.au. Cette dernière est partie aux enchères pour exactement 112’000 fr., un montant très élevé pour une adresse australienne.

«Son ancien propriétaire doit s’en mordre les doigts», commente Mark Lye sur le site du Sydney Morning Herald. L’ex-titulaire de l’adresse a un nom: Anthony Ziino. Il n’a pas donné de signes de vie malgré trois rappels successifs intervenant 90, 60 et 30 jours avant l’expiration du nom de domaine. «Pour une raison qui m’échappe, il n’a pas dû recevoir les messages dans sa boîte de mails», explique le boss de Netfleet.

En tout cas, Anthony Ziio est tombé des nues quand il a appris la nouvelle au téléphone de la part des journalistes. Il a promis aller enquêter sur le sujet.

L’adresse Investmentproperty.com.au a été cédée à des montants similaires à ceux dépensés pour deals.com.au et poker.com.au. Même si les adresses australiennes liées à l’immobilier ont une haute valeur marchande, l’ampleur de cette transaction a surpris les habitués de ce marché.

source Lessentiel.lu

L’AFNIC ouvre les vannes des noms de domaine « interdits » et « réservés »

30 000 noms de domaines « sensibles » sont désormais mis en vente mais l’AFNIC exerce un droit de regard au préalable. Un nouveau cadre juridique sur le nommage Internet entre en vigueur début juillet.

Au nom de la loi du 22 mars 2011 qui a changé le cadre juridique des noms de domaine, l’AFNIC passe à sa mise en vigueur.

Le nouveau cadre s’applique à partir du 1er juillet.

Du coup, la charte de nommage de l’association en charge de la gestion des domaines de premier niveau (TDL) en « .fr »  été dépoussiérée (disponible au format PDF).

Avec l’évolution des règles d’enregistrement des noms de domaine, c’est une batterie de 30 000 noms de domaine jusqu’ici réservés aux administrations ou jugés trop polémiques qui sont « libérés » et disponibles en vente (la liste complète).

Par exemple, des mots liés aux crimes (comme « Hitler », « révolver » ou « combats »), aux infractions (allant de « abus-d-autorite » à « zoophilie ») ou aux religions étaient interdits.

Dans le lot, on trouve notamment les noms de communes sous .fr qui n’ont pas été retenus par les municipalités au préalable.

La liste des noms de domaines libérés reprend des termes dans diverses thématiques : crimes, infractions, libertés, organismes internationaux et Internet, pays, professions réglementées, protocoles Internet, santé, structures, valeurs, gTLD, Etats…

Seule exigence à l’enregistrement : que le demandeur « démontre un intérêt légitime et agit de bonne foi « .

Conformément aux dispositions du Code des Postes et des Communications Electroniques, l’AFNIC ouvre l’enregistrement des termes soumis à examen préalable.

Enfin, à partir du 2 juillet, l’AFNIC publiera tous les jours la liste des noms de domaine en .fr enregistrés ou en cours d’enregistrement.

Ils resteront disponibles pendant 7 jours sur son site. Mais, a priori, on ne connaîtra pas l’identité des dépositaires.

Source: ITespresso

WIMBLEDON. Li Na vendue aux enchères ?

La côte de la tenniswoman chinoise Li Na ne cesse de grandir depuis sa victoire à Roland-Garros.

La joueuse de tennis Li Na est de plus en plus populaire. Bonne nouvelle pour un fan, Liu Tailong,  propriétaire du nom de domaine « lina.cn ». Acheté un peu plus de 2000 yuans en mai, juste avant la victoire de Li Na à Roland-Garros, le 4 juin à Paris, il espère récolter 100.000 yuans (11.000 euros) en le cédant aux enchères.

Le jeune homme espère que le nom de domaine sera acheté par une organisation souhaitant développer un site lié au tennis.

La joueuse est actuellement en lice sur le gazon de Wimbledon.

Première Chinoise et Asiatique

« Li Na est en train de progresser dans sa carrière, sa notoriété est en pleine expansion. Si ce nom n’était pas lié à Li Na, ce serait juste un nom de domaine ordinaire. Il n’attirerait pas l’attention et n’aurait pas de valeur », a-t-il indiqué au journal China Daily.

Li Na, 29 ans, a ouvert une page de l’histoire du tennis en devenant la première Chinoise et Asiatique à remporter un tournoi du Grand Chelem, sur la terre battue parisienne. Elle a battu en finale l’Italienne Francesca Schiavone, 6-4, 7-6 (7/0), tenante du titre..

Plus de deux millions d’internautes sont inscrits en tant que fans de la joueuse de tennis sur le site Sina Weibo, l’un des sites de micro-blogging les plus populaires en Chine.

Source: Le Nouvel Observateur – AFP

KAX Media est l’heureux nouveau propriétaire de Gambling.com

Charles Gillespie, Directeur général de KAX Media, opérateur de WSN.com, un site de paris sportifs a annoncé que la société avait acheter le nom de domaine Gambling.com, pour lequel elle a versé 2.5 millions de dollars.

« Je peux confirmer que KAX Media est l’acheteur de Gambling.com. Nous cherchions depuis quelques temps à acquérir un nom dans ce secteur mais n’avions rien trouvé d’attractif. Nous avions arrêté de chercher lorsque ce nom est arrivé sur le marché. Il remplit toutes nos aspirations » a-t-il précisé.

KAX Media espère pouvoir rentabiliser ce nom avec plus de chance que Media Corp qui l’avait acheté en 2005 avant la loi d’interdiction des jeux d’argent en ligne aux Etats-Unis et des pénalités par Google qui avait fortement affecté le trafic et les revenus publicitaires du site.

Le but de KAX Media avec Gambling.com est de rester concentrer dans le secteur du casino et le marché anglais pour le court terme. « Puis à moyen terme, nous l’exporterons vers d’autres marchés anglophones et nous croisons les doigts pour qu’une forme de régulation apparaisse sur le marché américain » ajoute avec espoir Charles Gillespie.

Souhaitons à ce nom tant convoité beaucoup de succès.

Source:  Machine-A-Sous.com

gambling.com à vendre pour 9 millions de $

Même si le nom de domaine Gambling.com est à vendre 9 millions de dollars sur Sedo, une société spécialisée dans la vente de nom de domaine, les propriétaires ne devraient pas réaliser une belle opération. Pourquoi ? Et bien, en 2005, Media Corp avait acheté Gambling.com pour la modique somme de 20 millions de dollars et depuis, UIGEA (loi américaine sur les jeux d’argent en ligne) est passée par là, faisant baisser la cotation du site… Aujourd’hui certains acteurs semblent intéressés pour acheter le ndd. Les noms de Playtech (IPoker) et Bet365 ont été avancés. Media Corp espère le vendre 10 millions de dollars..

La dernière vente de ce type remonte au 19 février dernier quand poker.org avait alors été vendu pour un million de dollars.

Source: Neopoker

Groupon poursuit Scoopon en Australie

Le site d’achats groupés Groupon est en conflit avec l’un de ses concurrents australiens, Scoopon qui refuse de lui céder le nom de domaine groupon.com.au.

Groupon a annoncé sur son blog poursuivre en justice l’un de ses concurrents australien, Scoopon. Le groupe américain lui reproche d’avoir acheté le nom de domaine Groupon.com.au, l’empêchant de se développer en Australie.

Le PDG et co-fondateur de Groupon, Andrew Mason, n’est pas très surpris de cette attitude surtout de la part d’un petit concurrent. « Dès que Groupon est devenu internationalement connu des squatters de noms de domaines ont commencé à acheter des noms de domaines nationaux, pensant que nous serions obligés de les acheter à des prix considérables » précise-t-il.

Une offre à 286 000 dollars

Gabby et Hezi Leibovitz, les fondateurs de Scoopon, avaient initialement accepté de céder leur nom de domaine pour 286 000 dollars, pour ensuite se rétracter et demander davantage. Conscient de la capacité financière de Groupon, ils espéraient en obtenir plus. Mais Groupon met alors un terme aux discussions et décide de poursuivre les frères Leibovitz en justice. En attendant le jugement, la firme américaine commence à se développer en Australie via l’URL www.stardeals.com.au.

Pour l’heure, Groupon s’excuse auprès de ses clients pour ce léger désagrément et espère que la situation sera au plus vite régularisé. Il obtient déjà le soutien de certains internautes australiens qui ont créé un groupe Facebook, sous le nom « Groupon in Australia ».

Source: L’informaticien.com

Les noms de domaine à plus d’un million de dollars

Voici la liste des noms de domaine à vendre sur le marché de l’occasion sur www.afternic.com avec une valeur de plus d’1 Million de dollars…

On remarque heureusement que la plupart d’entre eux n’ont pas d’enchérisseurs…

Néamoins 15 000 000 millions pour Cats.com c’est une belle somme !

Que penser de Teaching.com à 3,7 Millions, MartialArts.com à 2,5 Millions…

Source: EasyRoutard.com