Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: xxx

Christian group opposes .sex, .porn, .adult

Morality In Media, one of the groups that fought the approval of .xxx for years, has launched a letter-writing campaign against the proposed .sex, .porn and .adult top-level domains.

ICANN has received a couple dozen comments of objection to the three gTLDs over the last couple of days, apparently due to this call-to-arms.

Expect more. MIM was one of the main religion-based objectors to .xxx, responsible for crapflooding ICANN with thousands of comments in the years before the gTLD was approved.

Now that .xxx has turned out to be less successful than ICM Registry hoped, MIM feels its key belief on the subject — that porn gTLDs lead to more porn — has been vindicated.

MIM president Patrick Trueman wrote in one of his comments:

« During the years of this fight against the .xxx domain, we said many times that the establishment of a .xxx domain would increase, not decrease the spread of pornography on the Internet, causing even more harm to children, families and communities, and make ICANN complicit in that harm.

That prediction has been fulfilled because the porn sites on the .com domain have not vacated the .com and moved to .xxx. Rather, as we have seen, the .xxx has just added thousand of additional porn sites on the Internet and .com porn sites stayed put. ICANN bears responsibility for this. The .xxx was not needed. »

For some reason, the complaints are only leveled at the three ICM Registry subsidiaries that are applying for porn-themed gTLDs, and not the other .sex applicant.

Uniregistry’s application for .sexy has not been targeted.

And MIM has apparently not read the applications it is complaining about; its call to action complains about non-porn companies having to pay “protection money” to defensively register in .sex.

However, the three ICM bids explicitly contemplate an extensive grandfathering program under which all current defensive registrations in .xxx would be reserved in .sex, .porn and .adult.

Source: domainincite.com

Plus hot que le .XXX le nom de domaine .SX

Voilà qui devrait réjouir les acteurs de l’industrie du porno présents sur Internet : parmi les extensions de noms de domaine, un petit nouveau s’apprête à faire son apparition, le “.sx”.

Avant tout référence à l’Etat de Sint-Marteen, la partie sud de l’ïle de Saint-Martin située aux Antilles, le .sx est déjà vanté comme l’extension “la plus chaude” de 2012, selon DomainesInfos, un site d’actualité des noms de domaine.

En intéressant l’industrie du sexe, le .sx se pose comme un sérieux concurrent au “.xxx”, rendu disponible l’an dernier, et qui n’aurait pas rencontré le succès attendu malgré plus de 600 000 réservations de la part de sites pornos en juin 2011. Plusieurs pays, dont l’Inde, avaient à l’époque annoncé leur intention de bloquer l’accès aux sites en .xxx.

Il faudra cependant attendre le 5 octobre 2012 avant que n’importe quel internaute puisse réserver un nom de domaine terminant par .sx. D’ici là, les marques et célébrités désireuses de préserver leur image ont plusieurs mois pour réserverl’adresse à leur nom en .sx avant l’internaute lambda auprès de la société en charge des enregistrements.

Source: lesinrocks.com

Les noms de domaines .XXX n’auraient pas convaincu

Six mois après la mise en ligne des premiers sites web comprenant le TLD .xxx l’ICANN révèle les premiers chiffres. Verdict : l’extension de nom de domaine ne rencontre pas le succès escompté.

Les premiers chiffres livrés par l’ICANN et ICM Registry (le registrar en charge du TLD) ce mois-ci comptent 215 835 réservations de noms de domaines en .xxx.

Sur ces réservations, 132 859 correspondent à des sites à contenus pour adultes et 82 976 sont d’ordre préventif de la part de célébrités ou d’institutions ne souhaitant pas voir leur site ou nom de domaine rattaché au porno.

Seulement, d’après Stuart Lawley, P-DG d’ICM Registry, il n’y aurait que 27 555 sites en .xxx actuellement en ligne. Il est en effet très difficile de trouver les statistiques de trafic liées aux sites en .xxx. En fait, il n’est possible de trouver des estimations que sur Alexa.

D’après les recherches de DomainNameNews.com, sur Alexa, seuls 61 sites en .xxx apparaissent parmi le million de sites les plus visités. Un chiffre extrêmement en deçà des estimations.

Un TLD contesté

Pourquoi si peu d’engouement ? Violet Blue, blogueuse sur ZDNet.com toujours bien renseignée sur l’actu sexy du web, expliquait dans un billet l’année dernière, au moment de l’annonce par l’ICANN du lancement des .xxx, l’échec forcé du TLD :

« Une écrasante majorité des grosses industries de la pornographie présentes sur le web s’oppose aux sites en .xxx. Ils craignent une censure généralisée du TLD dans certains pays. » Et à juste titre ! L’inde et l’Arabie Saoudite ont d’ores et déjà exprimé leur souhait de censurer l’ensemble des noms de domaines à l’extension.

On peut légitimement se demander s’il était alors avantageux pour ces sites en .com, aux profits gigantesques (le porno est l’une des plus grandes sources de revenus du web) de basculer vers un nom de domaine en .xxx.

Dans son billet de jeudi, Blue revient sur les sites aux noms les plus pertinents pour le TLD : orgasms.xxx et casting.xxx ont par exemple été vendus plusieurs centaines de milliers de dollars. Ces deux sites appartiennent aujourd’hui à la société de production pornographique Ruseful.

La même société possède également le site orgasm.com. Toujours selon Alexa, la version .com du site est classée 3 497ème (aux États-Unis) alors que sa version .xxx est 2 811 275ème. En plus de ne pas rameuter les éditeurs de sites, l’extension .xxx ne semble pas convaincre les internautes.

Source: zdnet.fr

.XXX registry in .porn, .adult, .sex extension grab bid

Exclusive ICM Registry, which runs the controversial .xxx top-level domain, today revealed that it has applied to ICANN for the gTLDs .porn, .sex and .adult.

The Florida-based company hopes to avoid « shakedown » accusations this time around – last year it faced severe criticism and a lawsuit when it raked in millions of dollars in defensive registration fees from companies buying .xxx addresses for their brands before cyber-squatters got hold of them.

Under ICM’s proposal to ICANN, anybody owning a .xxx domain name by a certain cut-off date will have the matching .porn, .sex and .adult address automatically reserved.

Porn sites and trademark owners would not have to pay two, three or four times just to defensively re-register their brands, in other words. If you already owned example.xxx, you’d get example.porn, example.sex and example.adult automatically put aside for free.

However, ICM said it would charge a « nominal fee » to cover its costs if customers decided to activate and use their reserved domains. The exact price to buyers would be set by its registrar partners (companies such as Go Daddy and eNom), but ICM president Stuart Lawley told us ICM’s cut would be a « small fraction » of the $60 a year it charges for .xxx addresses.

« We chose to submit applications for additional TLDs to spare .XXX participants from needless expense and to ensure the TLDs will be run in the same trustworthy and appropriate ways that .XXX is today,” he said in a statement.

ICM said it has already invested almost $2m (£1.25m) in the three applications; $550,000 of which will have been blown on the ICANN application fee.

But the company is by no means guaranteed approval. One or more of its proposed gTLDs are likely to be contested by other applicants, possibly entities from the same parts of the porn industry that objected so hard to, and continue to oppose, .xxx.

The irony of today’s news is that ICM is having to reinvest some of the profits it made from defensive .xxx registrations to try to defend its de facto monopoly on porn-centric gTLD strings.

The .xxx gTLD has been criticised by pornographers due to its relatively high fees and for its promise to introduce policies that could restrict how .xxx domains are used. Now would-be competitors have the chance to offer a cheaper and unrestricted .sex or .porn domains and eat ICM’s lunch.

ICANN plans to announce the full list of gTLD applications, possibly including other porn-oriented strings, on 30 April. Its deadline for submitting applications is today and the next opportunity to apply is not expected for at least a few years.

Government veto looms

The first approved gTLDs are expected to go live in 2013 after a lengthy ICANN evaluation and objection process. There is a significant possibility that .sex, .porn and .adult will be hit by the same official objections as .xxx from the porn industry, religious groups, and governments, which could hamper their chances of approval.

ICM first applied for .xxx in late 2000, but due to continuing scandals ICANN did not approve its bid until March last year.

National governments working through ICANN’s Governmental Advisory Committee (GAC) strongly resisted the adults-only gTLD last year, but the weaselly way their objection was worded gave ICANN’s board of directors the ability to approve it regardless.

This time around, ICANN’s new rules give far greater powers to the GAC to have a new gTLD application rejected if one or more governments don’t like it. If the GAC can find consensus against a given application, its powers almost amount to a veto.

ICM says it already has about 215,000 .xxx domain names under management. However, at least a quarter of those are believed to be defensive registrations filed by non-porn companies during the company’s so-called Sunrise B process last October.

Under Sunrise B, companies could pay a one-time fee (of which ICM received $162) to have their trademarked brands taken off the .xxx market. Tens of thousands of names were blocked in this way, all of which now resolve to a standard ICM-owned placeholder page.

While it looked like a shakedown to many, the Sunrise B concept is now being advocated for all gTLDs by some members of ICANN’s intellectual property lobby. Nevertheless, ICM and ICANN are being sued under US antitrust laws by Manwin Licensing, the company behind popular porn websites including YouPorn, Brazzers and Playboy.

Source: theregister.co.uk

Quand le pape cohabite avec l’islam sur des sites X

Bulent Ozcan est un cybersquatteur qui ne manque pas d’opportunisme, mâtiné d’un sens grinçant de l’humour. Il a en effet enregistré une douzaine de noms de domaine, variations autour du nom du pape Benoît XVI, dont la plupart sont en .xxx.

Une douzaine de noms de domaine comportant le nom du pape Benoît XVI ont été déposés par un habitant d’Istanbul, répondant au nom de Bulent Ozcan. Jusque là, rien de vraiment choquant ou surprenant. Pour autant, ce cybersquatteur s’est amusé à associer le nom du Très Saint Père à des extensions de noms de domaine en .xxx, plutôt réservés aux sites pornographiques qu’aux bulles papales.
Et pour aller un peu plus loin, Bulent Ozcan s’est apparemment plu à mettre, sur chacun de ses sites, deux messages. Le premier, accompagné de deux images, l’une de la Mecque l’autre du Coran, indique : « Everyone will find Islam » (« Tout le monde trouvera l’Islam » en français). Le second plus prosaïque indique simplement que le site est à vendre, une adresse e-mail permettant de contacter facilement le propriétaire des noms de domaine.

Condamné à payer ?

Historiquement, le cybersquatting a toujours été un moyen de récupérer de l’argent sans trop d’efforts, surtout quand les noms de domaine peuvent éventuellement porter atteinte à l’image de la personne concernée. Est-ce à dire que le Vatican se verra obligé de passer à la caisse s’il veut racheter ces noms de domaine, comme a dû le faire Richard Branson récemment ? Pas forcément. Le Vatican pourrait toutefois faire appel au RES, le Rapid Evaluation Service, mis en place le 1er septembre 2011. Ce service est en charge des noms de domaine en .xxx et a pour but de fournir une réponse rapide « aux situations dans lesquelles il y a de toute évidence un abus portant sur une marque connue (…) ou sur une personne (…) ».
La procédure portée devant le RES coûte 1 300 dollars mais peut aboutir à la suspension des noms de domaine en un peu moins de deux jours ouvrés. Avant le lancement du .xxx, ICM Registry avait proposé à quelques administrations de verrouiller certains noms de domaine pour qu’ils ne puissent pas être enregistrés. C’est notamment le cas de vatican.xxx. Malgré sa grande présence sur la Toile et bientôt sur Twitter, le pape Benoît XVI lui n’avait, visiblement, pas bloqué de domaine à son nom.
Source: 01net.com

Des débuts tumultueux pour les noms de domaine en.xxx

Des grands noms de l’industrie pornographique américaine dont youporn, playboy et digital playground ont déposé plainte le 16 novembre 2011 contre l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) et ICM registry.

Leurs griefs : les pratiques anti-concurrentielles liées à la gestion des noms de domaines en .xxx (1).

Certes aucune obligation formelle n’a été faite aux marques de l’industrie pornographique de déposer leur nom de domaine en .xxx. En théorie, les acteurs de l’industrie pornographique peuvent très bien garder leurs anciens noms de domaine en .com ou autres. Mais en pratique, le dépôt de ces nouveaux noms de domaines est la seule manière de lutter efficacement contre les cybersquatteurs.

Depuis le 6 décembre 2011 tout un chacun peut s’offrir un nom de domaine en .xxx. Il n’est pas difficile d’imaginer le préjudice que pourraient subir les grandes marques de l’industrie pornographique si un tiers s’offrait « leur » nom de domaine en .xxx.

Dans leur plainte, les éditeurs prennent l’exemple du nom de domaine « youporn ». Si un tiers dépose « youporn.xxx », le manque à gagner, ainsi que l’atteinte à la réputation de youporn ne font aucun doute.

La liberté de choix de ces marques semble assez limitée, et certains estiment qu’il s’agit d’une obligation « déguisée » d’achat.

Les éditeurs considèrent qu’étant donnée la position dominante de l’ICANN et ICM registry sur le marché des noms de domaines, leur comportement s’apparente à un abus, prohibé par le Sherman Antitrus act (2).

Les gestionnaires se défendent de ces accusations, arguant qu’ils ont tout fait pour que l’industrie pornographique conserve sa liberté de choix.

Autre critique faite à cette extension : la facilitation de mise en place de filtrages. L’extension en .xxx va agir comme un marquage qui va permettre à certains pays de bloquer tout contenu pornographique (4).

Cette plainte n’est pas la bienvenue pour l’ICANN qui a admis en juin 2011, le lancement de nouvelles extensions pour les adresses Web.

Cette évolution va permettre l’apparition de nombreux noms de domaines génériques. Si les juges se rangent du côté de l’industrie pornographique, cela pourra inciter les futurs concernés par des noms de domaine génériques à déposer plainte à leur tour.

Enfin faut-il rappeler que le système des nouveaux suffixes, censé attiré les grandes marques, est extrêmement coûteux. Cela peut revenir en tout, adhésion, coûts réels et coûts annuels compris, à près de 600 000 euros. Les marques restent assez dubitatives sur l’intérêt d’un tel investissement lorsqu’elles possèdent déjà un nom de domaine en .com. Et encore une fois, la crainte de l’explosion des fraudes et des cybersquatteurs est présente dans tous les esprits (3).

Auteur : Ninon Camax
Source Juriscom.net

Rome dément avoir réservé vatican.xxx

Le P. Federico Lombardi, directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, a démenti auprès de La Croix l’information selon laquelle le Saint-Siège aurait réservé le nom de domaine vatican.xxx.

Le nom de domaine vatican.xxx est pourtant officiellement réservé auprès de l’entreprise américaine ICM Registry, responsable de la commercialisation de ce nouveau suffixe réservé à l’industrie pornographique.

De nombreuses entreprises ou organisations qui souhaitent éviter que leur marque soit parasitée et utilisée dans un contexte pouvant leur nuire avaient déjà réservé leur marque : ainsi les géants Coca-Cola, Disney, Sony ou Google, des musées comme le Louvre ou le MoMA ou encore de grandes universités… Tous profitent de la « sunrise period » ouverte par ICM Registry qui permet aux détenteurs d’une marque de réserver le nom de domaine correspondant.

Cyber-squatting

« Ces noms ne sont pas bloqués mais simplement achetés pour éviter de l’être par quelqu’un d’autre », expliquait la semaine dernière à l’AFP Loren Pomerantz, porte-parole d’ICM Registry

Il s’agissait pour l’entreprise de répondre à des accusations de parasitage (« cyber-squatting ») : « Nous ne tolérerons aucune conduite néfaste et prenons toutes les mesures appropriées pour détecter les tentatives de cyber-squatting », avait déclaré Stuart Lawley, PDG d’ICM Registry le 13 décembre en réponse à des accusations de cyber-squatting. « En aucun cas ICM Registry ne sera complice de tentative ou d’abus de propriété intellectuelle », avait-il ajouté.

Destiné à l’industrie pornographique, le nouveau suffixe .xxx, qui a été approuvé au début de cette année par l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann) l’organisme basé en Californie chargé de la réglementation des noms de domaine dans le monde entier, est en vente depuis le 6 décembre et figurera désormais sur la toile aux côtés des plus célèbres .com, .gov, .edu et .net.

Source La-Croix.com

Enquête sur les détenteurs de « sarkozy2012.xxx » et « francoishollande.xxx »

Nous avons pu recueillir le commentaire d’une des personnes ayant réservé le nom de domaine en .xxx au nom du président de la République. Excepté le Modem, aucun des grands partis n’a encore protégé les noms de domaine de ses candidats.

Suite à nos révélations sur le dépôt des noms de domaines « sarkozy.xxx », « sarkozy2012.xxx » et « francoishollande.xxx », nous avons cherché à en savoir un peu plus et à recueillir les commentaires de différents protagonistes. La personne ayant déposé le « sarkozy2012.xxx » nous a déclaré ne pas vouloir s’exprimer sur les raisons de son geste ou de ses liens éventuels avec l’UMP.

En revanche, le détenteur de « sarkozy.xxx » nous a expliqué qu’il avait appris la disponibilité des noms de domaine en .xxx sur ZDNet.fr. « J’y suis allé par curiosité au départ, j’ai essayé différents noms et j’ai remarqué avec étonnement que celui de Sarkozy était encore dispo (sic). Bien sûr, je n’en ferais rien de ce nom, enfin rien de pornographique. Je suis chômeur et je n’ai aucun lien avec Nicolas Sarkozy bien que j’ai ma carte à l’UMP. »

Le détenteur de « sarkozy.xxx » a sa carte à l’UMP

Du côté du parti présidentiel justement, personne n’était au courant de la disponibilité de ces noms de domaine et notre demande de commentaire est restée sans suite. A l’heure où nous écrivions ces lignes, les noms « ump », « nicolasarkozy/nicolassarkozy » ou « nicolas-sarkozy » étaient toujours disponibles.

En ce qui concerne le PS, le nom « parti socialiste », « hollande2012 » et « francoishollande2012 » sont eux aussi libres tandis que « hollande.xxx » a été réservé hier soir par un acquéreur anonyme qui est passé par le service Domains by Proxy (appartenant au P-DG du registrar Go Daddy) qui permet d’acheter un nom de domaine sans dévoiler son identité. Là encore, le responsable de la campagne Internet du candidat socialiste n’a pas retourné notre appel.

Silence radio aussi au FN et chez les Verts alors que les variantes des noms de Marine Le Pen et d’Eva Joly n’ont pas été réservées. Même constat pour Jean-Luc Mélenchon, Dominique de Villepin et Christine Boutin.

Politique d’achat systématique des noms de domaine au Modem

Seul le Modem de François Bayrou a répondu à nos questions. « Nous avons une politique d’achat systématique des noms de domaines concernant notre mouvement et ses représentants. Mais nous ne nous sommes pas encore penchés sur cette affaire pour le moment car cela ne nous a pas paru prioritaire.», nous a déclaré Matthieu Lamarre, responsable de la communication Internet du candidat.

Pourtant, quelques minutes après notre entretien, ce dernier déposait les noms « bayrou.xxx », « bayrou2012.xxx » et « francoisbayrou.xxx »…

Source ZDnet.fr

Le Saint-Siège a réservé le nom de domaine vatican.xxx

Page d’accueil du site Internet du Saint-Siège en Français.

Page d’accueil du site Internet du Saint-Siège en Français.

À l’instar de nombreuses organisations ou entreprises souhaitant évitant que leur marque soit parasitée sur Internet, le Saint-Siège vient de réserver le nom de domaine vatican.xxx. Cette adresse ne renvoie actuellement sur aucun site : il s’agit pour Rome d’empêcher l’utilisation de cette adresse Internet, le suffixe .xxx étant normalement destiné à l’industrie pornographique.

De nombreuses entreprises ou organisations qui souhaitent éviter que leur marque soit parasitée et utilisée dans un contexte pouvant leur nuire ont déjà fait de même : ainsi les géants Coca-Cola, Disney, Sony ou Google ou encore des musées comme le Louvre ou le MoMA… Toutes profitent de la « sunrise period » ouverte par l’entreprise ICM Registry (qui gère le suffixe. xxx) qui permet aux détenteurs d’une marque de réserver le nom de domaine correspondant.

Mais le prix de réservation, de 99 $ à 300 $, suscite une polémique aux États-Unis et un groupe de pression contre la pornographie a saisi le Congrès américain pour que toutes les entreprises possédant une URL en .com ou .net puissent automatiquement réserver, pour 10 $, l’équivalent en .xxx.

Le nouveau suffixe, qui a été approuvé au début de cette année par l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann) l’organisme basé en Californie chargé de la réglementation des noms de domaine dans le monde entier, est en vente depuis le 6 décembre et figurera désormais sur la toile aux côtés des plus célèbres .com, .gov, .edu et .net.

ICM Registry espère que ce nouveau suffixe lui rapportera 200 millions de dollars par an.

Source La-Croix.com