Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: ch

ICANN: Les extensions nationales des adresses internet n’appartiennent pas aux pays

Les domaines de premiers niveaux nationaux tels que .ch ou .fr n’appartiennent pas aux pays. C’est ainsi qu’a tranché l’Icann dans le cadre d’une procédure judiciaire de victimes d’actes terroristes.

Les domaines de premiers niveaux nationaux n’appartiennent pas au pays vers lequel ils pointent. Voilà ce qu’a déclaré l’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers ou Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur internet) dans un recours transmis à la justice américaine mardi.

Forts de leurs succès lors de procès contre l’Iran, la Syrie ou la Corée du Nord qu’ils accusaient d’avoir soutenu les terroristes, des avocats de victimes américaines avaient demandé à la justice de saisir les noms de domaine des sites hébergés dans ces pays. Il s’agissait des adresses se terminant en «.ir» pour les sites iraniens, «.sy» pour les syriens et «.kp» pour les nord-coréens.

Selon l’Icann qui a donc déposé un recours pour faire annuler la demande de saisie, cette démarche «pourrait mettre en danger la structure unique, mondiale et interopérable d’internet». L’organisme explique que les domaines de premier niveau «ne sont pas des biens, et ne sont pas ‘détenus’ ou ‘possédés’ par qui que ce soit y compris l’Icann, et donc ils ne peuvent pas être saisis.» En outre, cette saisie pourrait conduire à l’effacement de «centaines de milliers d’adresses internet enregistrés par des particuliers, des entreprises et des associations humanitaires par exemple». Cela pourrait aussi mener à un «fractionnement d’internet», précise l’Icann. L’organisme dit d’ailleurs ne pas être en mesure techniquement de répondre à cette demande.

Auteur: Hélène Lelièvre

Source: ictjournal.ch

Switch: fin de la gestion des adresses en «.li»

A partir du 14 février, les adresses internet avec des noms de domaines en .li, pour le Liechtenstein devront dorénavant se tourner vers les partenaires reconnus de Switch. Le fournisseur renonce à ce marché, après 8 ans de service, d’entente avec l’office de la communication du Liechtenstein. Tous les clients directs .li de Switch seront informés par écrit de ce changement et invités à transférer leurs noms de domaine vers un partenaire de leur choix. Il n’y aura cependant aucun changement de nom de domaine suite au transfert d’autorité d’enregistrement. Switch continuera cependant d’opérer dans le milieu en encadrant ses 60 partenaires reconnus et sa société affiliée Switchplus. La société qui a géré Internet en Suisse dès ces débuts continuera d’enregistrer et gérer les domaines .ch, dans l’attente d’une décision Fédérale sur son monopole.

Source: agefi.com

La Suisse ne veut plus être confondue avec la Chine

BERNE, Switzerland – La Suisse ne veut plus être confondue avec la Chine. La Confédération a déposé un dossier de candidature pour adopter l’extension « .swiss » sur Internet car de nombreux étrangers interprétaient « .ch » comme l’abréviation de « Chine ».

L’extension de la Chine est « .cn ».

Le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) a annoncé mercredi qu’il avait présenté sa demande auprès de la société chargée de gérer les noms de domaine au niveau mondial, l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers).

Le gouvernement veut par la même occasion défendre les intérêts du pays et éviter toute monopolisation ou usage abusif par des tiers de la dénomination géographique « Suisse ». Le nom de domaine générique « .swiss » permettra notamment de soutenir et promouvoir la visibilité de la Suisse aux niveau international, économique, culturel ou institutionnel.

Aujourd’hui, n’importe qui peut enregistrer depuis n’importe où un nom de domaine se terminant par « .ch » sans avoir à prouver qu’il existe un lien avec la Suisse. L’ICANN ne rendra aucune décision sur l’attribution des nouveaux noms de domaine avant le printemps 2013. AP

Source: 985fm.ca

SWITCH celebrates 25 years of .CH

The Swiss Top Level Domain .CH is 25 years old: it was in May 1987 that .ch was registered as the Swiss ending. This was the point at which the Internet in Switzerland came to life – even before the World Wide Web had been invented.

It was the year in which Andy Warhol died, the rock group Nirvana was founded, Steffi Graf won her first « Grand Slam » and Platoon was awarded an Oscar for the best film. In 1987, the Swiss Internet address ending .ch was registered – and, as of that time, SWITCH was responsible for administering the country domain.

Ceremonial award of the certificate for the 25th anniversary of .ch: at this year's 43rd meeting of ICANN in Costa Rica, President Steve Crocker and CEO Rod Beckstrom hand the certificate to Constantin Tönz, Deputy Manager of SWITCH.

Awarding Certificate For 25 Years of CH


Application by e-mail

The Swiss country ending was applied for in a particularly straightforward manner: « to show that we were entitled to .CH, we sent an e-mail identifying ourselves as the experts who were responsible for computer networks in Switzerland », explains ETH Professor Bernhard Plattner. Since the necessary ISO Standard had also been complied with, Jon Postel, the founder of IANA (Internet Assigned Numbers Authority), registered .ch in May 1987 in the name of Bernhard Plattner and his then PhD student, Hannes Lubich, of the ETH Zurich.

« Unfortunately the e-mails got lost at some stage with the transfer to different systems and computers », says Plattner with regret. The ETH professor, who was also managing director ad interim of the newly established SWITCH Foundation at the time, transferred the country address ending to SWITCH – and thus laid the foundation stone for the present-day registration of .ch domain names.

The Internet as a research network

In 1987, the Internet was still purely a network between universities in the USA. « All the data traffic was conducted on the basis of e-mail. A domain name was needed for the address so that the computers could deliver the e-mail correctly in the Internet. That was the first practical use for .CH domain names », explains Urs Eppenberger, head of the SWITCH registry.

Celebrating 25 Years Of CH ICANN Certificate
Celebrating 25 Years Of CH ICANN Certificate

Urs Eppenberger was SWITCH’s first employee as of June 1987, together with interim managing director Plattner. The predecessor of .CH was the e-mail-based « .chunet » network. This abbreviation stood for Swiss university network. The focus on research also emerges clearly from the first three Swiss internet addresses to be registered: these were ethz.ch, cern.ch and switch.ch. Tim Berners Lee did not lay the foundation stone for the current World Wide Web until 1989 at CERN. In 1990, the Internet was made available for commercial use, and people outside the universities and the US military were permitted to use it.

About SWITCH

As a non-profit organisation, SWITCH guarantees Switzerland’s access to the Internet. One hundred employees work day-in day-out on further developing web technologies, facilitating the exchange of knowledge between universities and stepping up the security of the Internet in Switzerland. For the private sector, SWITCH develops specially-tailored security solutions and supports the exchange of information. In November 2012, the Internet service provider, with its head office in Zurich is celebrating its 25th anniversary.

Source: Switch.ch

Plus de 1,5 million d’adresses en .ch

Switch a annoncé le passage d’un nouveau cap dans l’attribution de ses noms de domaines.

Le site web d’une institutrice d’école primaire zurichoise a eu l’honneur d’être la 1,5 millionième adresse enregistrée l’organe chargé de la gestion des extensions en .ch.

Elle y fait la promotion de son livre pour enfants qui vient de paraître et qui parle de buffles, Indiens et d’un certain Luca.

Les trois premiers noms de domaine de Suisse ont été enregistrés il y a presque 25 ans: cern.ch, eth.ch et switch.ch. En 2007, le nombre d’adresses .ch passait le cap du million, rappelle Switch

Selon une étude actuelle de VeriSign, le service d’enregistrement des adresses .com et .net, il y a à peu près 200 millions de noms de domaine dans le monde.

Source: 20mn.ch

Switch sur la voie du DNSSEC

le registre suisse a déclaré (1) s’engager dans la voie de DNSSEC. Les tests ont commencé fin septembre et devraient durer jusqu’en février 2010. SWITCH s’est aussi efforcé de dissiper les malentendus liés à son intention de créer un registrar qui commercialiserait des .CH, risquant ainsi de concurrencer ses revendeurs dont certains n’ont pas hésité à aller jusqu’au procès pour bloquer l’initiative. Switch précise que la nouvelle entité est distincte de ses activités habituelles sur les plans organisationnel, juridique et financier. Tout en regrettant l’incompréhension de certains acteurs, le registre souligne qu’il « se défendra par tous les moyens possibles ».

.CH : SWITCH fait un service d’essai DNSSEC

Zurich (ots) – SWITCH fera jusqu’en février 2010 un service de test DNSSEC. Pour cela, les zones .ch et .li ont été signées. DNSSEC est une extension du Domain Name System (DNS) destinée à empêcher la manipulation de demandes DNS.

    DNSSEC est une extension du système de noms de domaine (DNS) servant à garantir l’authenticité et l’intégrité des données de réponses DNS.

    Par des mesures techniques, l’ordinateur demandeur (par exemple navigateur Internet) peut ainsi reconnaître si la réponse sur une adresse Internet au DNS provient effectivement du serveur enregistré chez SWITCH comme compétent. En même temps, il est garanti que cette réponse n’a pas été modifiée pendant le transport sur Internet.

    Plus simplement: DNSSEC est une sorte d’assurance garantissant à l’usager d’Internet que seul est affiché le site Web qu’il souhaite appeler.

    Ceci est garanti par des signatures cryptographiques. Les informations ne sont pas codées sur DNSSEC. Toutes les données restent publiquement accessibles comme pour le DNS existant.

    Vous trouverez de plus amples informations et la brochure PDF « Qu’est-ce que DNSSEC? » sur le site Web: www.nic.ch/fr/dnssec

    Depuis 1987, la fondation SWITCH est au service du réseau scientifique suisse qui garantit aux hautes écoles l’accès à la société de l’information. Ce réseau ultra performant lie les utilisateurs de Suisse au monde entier. L’exploitation de ce réseau par SWITCH génère le savoir-faire indispensable et forme la base technologique pour l’exploitation du service d’enregistrement des noms de domaine en .ch et .li.

source PressePortal.ch