Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: cctld

ICANN: Les extensions nationales des adresses internet n’appartiennent pas aux pays

Les domaines de premiers niveaux nationaux tels que .ch ou .fr n’appartiennent pas aux pays. C’est ainsi qu’a tranché l’Icann dans le cadre d’une procédure judiciaire de victimes d’actes terroristes.

Les domaines de premiers niveaux nationaux n’appartiennent pas au pays vers lequel ils pointent. Voilà ce qu’a déclaré l’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers ou Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur internet) dans un recours transmis à la justice américaine mardi.

Forts de leurs succès lors de procès contre l’Iran, la Syrie ou la Corée du Nord qu’ils accusaient d’avoir soutenu les terroristes, des avocats de victimes américaines avaient demandé à la justice de saisir les noms de domaine des sites hébergés dans ces pays. Il s’agissait des adresses se terminant en «.ir» pour les sites iraniens, «.sy» pour les syriens et «.kp» pour les nord-coréens.

Selon l’Icann qui a donc déposé un recours pour faire annuler la demande de saisie, cette démarche «pourrait mettre en danger la structure unique, mondiale et interopérable d’internet». L’organisme explique que les domaines de premier niveau «ne sont pas des biens, et ne sont pas ‘détenus’ ou ‘possédés’ par qui que ce soit y compris l’Icann, et donc ils ne peuvent pas être saisis.» En outre, cette saisie pourrait conduire à l’effacement de «centaines de milliers d’adresses internet enregistrés par des particuliers, des entreprises et des associations humanitaires par exemple». Cela pourrait aussi mener à un «fractionnement d’internet», précise l’Icann. L’organisme dit d’ailleurs ne pas être en mesure techniquement de répondre à cette demande.

Auteur: Hélène Lelièvre

Source: ictjournal.ch

Internet totalisait 271 millions de noms de domaine fin 2013

Rien que les deux noms domaines de premier niveau, .com et .net, ont atteint un total combiné d’environ 127,2 millions de noms de domaine, selon Verisign.

Cinq millions de noms de domaine ont été ajoutés à Internet dans le monde au cours du quatrième trimestre de 2013, portant leur nombre total à 271 millions.

Ces enregistrements de noms à l’échelle mondiale ont augmenté de 18,5 millions, soit 7,3 % sur une année glissante.
Les 271 millions de noms enregsitrés concernent l’ensemble des domaines de premier niveau (TLD) en date du 31 décembre 2013, selon Verisign. Cette société américaine gère les domaines génériques (.com, .net, .name, .gov, .edu,…) et deux des treize serveurs racines DNS.

Les domaines de premier niveau .com et .net ont un total cumulé d’environ 127,2 millions de noms de domaine, soit une augmentation de 5 % sur une année glissante. Au 31 décembre 2013, la base de noms en .com enregistrés représentait 112 millions de noms, alors que celle en .net en comptait 15,2 millions.

Au cours du quatrième trimestre 2013, la charge quotidienne moyenne de requêtes adressée aux DNS de Verisign, s’est élevée à 82 milliards, avec un pic à 100 milliards. Sur une année glissante, la moyenne quotidienne a augmenté de 6,4 % et le pic a diminué de 19,2 %.

Auteur: Frédéric Bergé

Source: pro.01net.com

Noms de domaine .EU : dernier rapport d’EURID

EURid, le registre qui gère le domaine national de premier niveau <.eu>, a annoncé le 13 mars 2014, un taux de renouvellement des noms de domaine <.eu> supérieur à 80 % en 2013.

Le dernier rapport d’EURid révèle qu’en moyenne, 81 % des noms de domaine <.eu> ont été renouvelés en 2013. C’est la septième année consécutive qu’EURid maintient un taux de renouvellement aussi élevé. Les titulaires de noms de domaine <.eu> sont des utilisateurs fidèles.

Pour Marc Van Wesemael, directeur général d’EURid, « les internautes désirent pouvoir s’exprimer en ligne à travers des domaines de premier niveau sûrs, de qualité et qui inspirent la confiance (…). Le domaine .eu a toujours eu la réputation d’être fiable et de qualité, et le taux de renouvellement est la preuve que les titulaires de noms de domaine .eu pensent pareil ».

L’enthousiasme des utilisateurs finaux, en particulier les entreprises, à l’égard de la qualité et de la fiabilité véhiculées par la marque <.eu> est encore accentué par le fait que le domaine de premier niveau <.eu> enregistre le pourcentage le plus élevé de sites internet utilisés à des fins commerciales parmi les principaux domaines génériques de premier niveau, selon le récent rapport de classement des sites internet publié par EURid en collaboration avec le Centre de recherche et de statistiques de l’Université de Leuven (Belgique).

37,8% des sites internet <.eu> sont utilisés à des fins commerciales, contre 30,5 % en moyenne parmi les domaines génériques de premier niveau tels que <.com>, <.biz> et <.net>.

En 2013, le nombre total d’enregistrements de noms de domaine <.eu> a augmenté dans 19 des 28 États membres de l’Union européenne.

auteur: Lionel Costes

source: actualitesdudroit.lamy.fr

How to register for a .uk domain name, and avoid the squatters and hackers

The fast approaching rollout of new generic top-level domains (gTLDs), like .uk and .london, has the potential be either a dream scenario or waking nightmare for organisations of all shapes and sizes.

This is because, on the one hand the move could let organisations tailor their online offering to a much more specific set of clients. For example, Groupon may like to take advantage of the .london domain to mount specific, targeted advertising campaigns or market more detailed region specific deals.

However to countermand this, there are also several potential pitfalls and logistical issues that could hamper businesses’ ability to take advantage of the new domain options. This hasn’t been helped by the fact many companies are still fairly confused about how exactly they can secure one or more of the new gTLDs, or move their existing sites across to one of the new domains.

How to register for a .uk domain
While the new .london domain will be available from 29 April, the .uk suffix will roll out a bit later on 10 June. The process of getting hold of a .uk or .london domain name is actually very simple. The process is identical to that seen registering any other .com or .co.uk domain, and simply requires a company to register their site with a web registrar. The new .uk domains will cost the same as their .co.uk equivalents, with Nominet charging £3.50 for a single year and £2.50 for multi-year registrations. Pricing for the .london addresses are yet to be confirmed.

Should you upgrade?
While .london and other new non-country gTLDs pose a whole different crop of questions – which V3 will be answering in an upcoming article later in March – the real question facing businesses regarding the .uk suffix is what are the benefits of upgrading their sites to the shorter country domain suffix as opposed to sticking with their current .co.uk or .com suffix. Nominet, the registry running the new .uk domains, claims the transition will offer serious benefits, reporting: « 81 percent of people prefer .uk domains when searching or buying online. »

While this may be true, some companies remain unconvinced and have expressed security concerns about the .uk rollout. One concern is that the wealth of new domains – Nominet alone offers .org.uk, .me.uk as well as .uk and .co.uk – could be used as a launch point for nefarious cyber attacks.

On paper there certainly is some evidence for this. Hackers often create schemes that aim to infect users’ machines with malware when they visit specific websites. The campaigns often attempt to increase their victim base by hosting the malware on sites that sound similar to popular legitimate ones.

Additionally, as noted by F-Secure security researcher, Sean Sullivan the rollout also increases the chance businesses could fall victim to Domain Name System (DNS) hijackings. « The .uk transition period could possibly provide an opportunity for clever social engineers (such as the Syrian Electronic Army) – but registrars should already be on the lookout for this, » he told V3.

DNS hijacking is a common tactic used by several hacker groups. It is designed to let hackers take control of a site and can be used for a variety of dangerous purposes.

Another key concern is that an abrupt move from .co.uk or .com to .uk or any of the other alternative domains could in theory lead to a traffic loss, which for sites reliant on vistor digital footfall or online advertising revenue, could be disastrous. An early transition to .uk could also be an issue for any business that uses its web URL for marketing purposes – like for example Comparethemarket.com or Lastminute.com – which have already spent vast sums increasing awareness of their existing brand.

These issues has been noticed by Nominet chief operating officer, Eleanor Bradley, who told V3: « Users will have to be really savvy going forward about what domain name they use. There are going to be so many available and it will be really important that people recognise it won’t just be about .co.uk and .com, it’s going to be about lots of other top level domains.

« The problem is, because there’s lots of choice, there is a danger of confusion. This means when making a website, businesses need to think about what they’re doing and where they’re going in the future more than before. »

Beware the squatters
In the past these risks would have been countermanded by the much more pressing threat posed by web domain squatters. Domain squatters are beasts similar to patent trolls that can cause businesses very serious headaches. They operate by buying domains which sound similar or could be confused with those of legitimate businesses, and then hold them ransom and demand vast sums of cash from any company interested in the rights to them.

Luckily, many registrars have taken steps to ensure this situation does not occur when the new gTLDs are rolled out. Bradley explained to V3: « If you have .co.uk you will have option to register the shorter domain name. You’ll have five years. We settled on five years as we didn’t want businesses to have to worry about being forced to move to the new domain. We wanted to let them tie it into a branding event or larger strategy. »

This is great as it means businesses have five years to get their ducks in order before pushing ahead with a move to .uk. As explained by Taylor Wessing partner, Jason Rawkins, during an interview with V3: « The main thing is to get people aware of the change which a lot currently aren’t. The five-year period is pretty sensible and means even if people miss it, they should be fine and won’t have to worry about cyber squatters. »

The only possible remaining issue is that there is potential for legal conflict when a well-known .co.uk domain or brand and a lesser known .org.uk site use the same name, for example flower.co.uk and flower.org.uk. However, as noted by Rawkins, this is fairly unlikely to occur.

« It won’t crop up because if you’re a brand with a .co.uk address you’ll already have rights to .uk, » he told V3. « From a practical point of view legal conflict is possible, but it would be very unusual. It could happen with generic or descriptive things, like flower, but it would be unlikely to occur with a trademark, like say Volkswagen. »

As a result, with all factors and concerns answered it seems businesses do not need to rush their move to .uk and should heed Bradley’s advice to take their time and really think about which domain is best for their business now and into the future.

Auteur: Alastair Stevenson

Source: v3.co.uk

Un nouveau nom de domaine russe en cyrillique

Cette année, la Russie se dote d’un second nom de domaine en cyrillique. L’enregistrement des sites avec le nom de domaine terminant par « .рус » commence prochainement.

Ce deuxième nom de domaine sera apprécié par des russophones de Russie, Ukraine, Biélorussie, Kazakhstan et de beaucoup d’autres pays et promet de devenir parmi les plus dynamiques du monde.

Les sociétés et les propriétaires de marques commerciales seront les premiers à pouvoir se réserver leurs adresses électroniques dans la nouvelle zone Internet. Ensuite viendra le tour de tous les autres qui le souhaitent, et cela indépendamment de leur lieu de résidence et nationalité. Un commentaire du rédacteur du portail Communications mobiles, Léonti Boukstein :

« La procédure sera la même comme pour le domaine «.рф». La réservation commerciale a été ouverte il y a deux ans et s’est déroulée assez activement. Je pense que le nom de domaine «.рус» ne sera pas de trop. Et ce pour des considérations de prestige, de protection contre les interceptions et pour plus de confort sur Runet (Internet en langue russe). Nous avons un potentiel de croissance. Le business et les privés passent activement aux symboles cyrilliques. »

Les usagers russophones d’un nom de domaine en « .рус » se chiffrent à plus de 250 millions à travers le monde.

La zone « .рф » croît au rythme journalier de 600 sites et en compte actuellement quelque 900 000. A titre de comparaison, dans la zone « .ru », on dénombre quelque 5 millions de noms de domaine nationaux avec une croissance d’environ 3 000 sites par jour.

Parmis les noms de domaines en cyrillique, on trouve ceux de la Serbie (« .срб »), le Kazakhstan (« .каз »), ainsi que le Vatican officiel (« .католик »). L’Ukraine en a depuis 2013 (« .укр »).

De nombreuses villes russes entendent également prendre leurs propres noms de domaine. Ainsi, ICANN a donné le feu vert à la fois pour deux nouveaux noms de domaine s’agissant de la capitale russe, en latin « .moscow » et en cyrillique « .москва ». La réservation des premières adresses électroniques commencera dès le mois d’avril.
Auteur: Tatiana Golovanova

Source: french.ruvr.ru

Le registre .eu attire de nouveaux adhérents

Le registre .eu, EURid, a attiré de nouveaux adhérents et a intégré cinq nouveaux membres dans son conseil d’administration.

Le rapport du deuxième trimestre 2013 révèle que le registre .eu, EURid, a attiré de nouveaux adhérents et intégré cinq nouveaux membres dans son conseil d’administration en avril.

Les nouveaux membres, tous des associations adoptant une vision fortement axée sur l’Internet et tous actifs au niveau européen, sont : la Confederation of European Computer User Associations (CECUA), la European Communities Trade Mark Association (ECTA), la European Multi-channel and Online Trade Association (EMOTA), l’Interactive Advertising Bureau Europe (IAB Europe) et la European Association of Craft, Small and Medium-sized Enterprises (UEAPME).

 » Je suis heureux d’accueillir les représentants de ces organisations, car j’ai la ferme conviction que nous pouvons bénéficier de leur vaste expérience dans notre ambition de faire de .eu la première extension Internet pour les entreprises européennes « , déclare Marc Van Wesemael, directeur général d’EURid.

Durant le deuxième trimestre, le nombre total d’enregistrements de noms de domaine .eu a augmenté dans 13 des 28 États membres de l’UE pour atteindre 3,7 millions de noms de domaine. La croissance dépasse les 5% en Slovénie, en Bulgarie et en Autriche. Les taux de renouvellement sont restés importants durant le deuxième trimestre, avec une moyenne de 85%.

Auteur: Martine FUXA

Source: ecommercemag.fr

3,7 millions d’extensions .eu

Le .eu a la cote. Le nombre total d`enregistrements a augmenté durant le deuxième trimestre de l`année dans 13 des 28 États membres de l`Union européenne pour atteindre 3,7 millions de noms de domaine Internet recourant à cette extension sur la Toile.

Selon le dernier rapport d`EURid, les taux de renouvellement de l`extension Internet européenne sont restés importants durant le deuxième trimestre atteignant une moyenne de 85%.

L`attrait du nom de domaine .eu. est toutefois plus important dans certains pays de l`Union comme la Slovénie, la Bulgarie ou en Autriche où le taux d`adhésion pour le registre a dépassé les 5%.

Parallèlement à cette information, le rapport du deuxième trimestre 2013 publié par EURid révèle également que le registre .eu a attiré de nouveaux adhérents.

Les nouveaux membres comptent tous parmi des associations disposant d`une vision fortement axée sur l`Internet et actifs au niveau européen: la Confederation of European Computer User Associations (CECUA), la European Communities Trade Mark Association (ECTA), la Euro-pean Multi-channel and Online Trade Association (EMOTA), l`Interactive Advertising Bureau Europe (IAB Europe) et la European Association of Craft, Small and Medium-sized Enterprises (UEAPME).

Source: digimedia.be

La Tunisie accepte désormais les noms de domaine avec accent

Suite à la consultation publique lancée le 5 juin 2013 concernant la révision du cadre régissant la revente, l’enregistrement et la commercialisation des noms de domaines sous les domaines nationaux « .tn » et « تونس .», le collège de l’INT a approuvé dans sa réunion du 24 juillet 2013 une nouvelle réforme qui se rapporte aux domaines nationaux « .tn » et « .تونس ». Cette réforme consiste essentiellement en :

L’ouverture de la possibilité d’enregistrement des noms de domaines à deux caractères et en IDN (lettres  à, á, â, ã, ä, å, æ, ç, è, é, ê, ë, ì, í, î, ï, ñ, ò, ó, ô, õ, ö, œ, ù, ú, û, ü, ý, ÿ, ß) et ce, après trois périodes sunrise comme suit :

– À partir du 1er août 2013 jusqu’au 31 janvier 2014 : possibilité d’enregistrement des noms de domaines à deux caractères et en IDN offerte aux services et structures de l’État ainsi qu’aux sociétés et organismes publics et privés.

– À partir du 1er octobre 2013 jusqu’au 31 janvier 2014 : possibilité d’enregistrement des noms de domaines à deux caractères et en IDN offerte les sociétés et organismes publics et privés et les personnes morales et physiques détenteurs d’une marque déposée en Tunisie.

– À partir du 2 décembre 2013 jusqu’au 31 janvier 2014 : possibilité d’enregistrement des noms de domaines à deux caractères et en IDN offerte les personne physiques  et morales ayant des noms de domaines enregistrés en « .tn ».

La suppression de la contrainte de présence physique du contact administratif en Tunisie. La réduction du tarif annuel de détail des noms de domaines sous les domaines nationaux « .tn » et « .تونس » à 19 DT TTC par nom de domaine enregistré.

Source:  thd.tn

Gratuité des noms de domaine .ML, c’est pour bientôt !

Le Mali est le premier pays africain à annoncer l’offre gratuite de son nom de domaine (.ML).

A partir du 15 juillet 2013, les noms de domaine (.ML) gratuits seront proposés à tous les internautes au Mali et dans d’autres pays. Il n’y aura donc pas de restrictions aux enregistrements de noms de domaine gratuits et tout le monde peut revendiquer son propre domaine .ML. Ce dernier fonctionnera exactement de la même manière que les autres extensions et peuvent être renouvelés gratuitement à chaque période d’enregistrement.

Pour Hawa Diakité, Chef service gestion du .ml de l’Agence des Technologies de l’Information et de la Communication (AGETIC), « offrir des noms de domaine gratuits à notre propre communauté et aux internautes du monde entier est une occasion unique pour nous. En raison des événements dans le nord du Mali, nous traversons une période très difficile ces derniers temps. Nous pensons que la mise à disposition de noms de domaine gratuits à notre population internaute va améliorer considérablement l’utilisation et la connaissance de l’industrie informatique dans notre pays ».

Le Mali devient donc le premier pays africain à annoncer l’offre gratuite de ses domaines. Dot ML – le nom de domaine du Mali – sera géré par l’AGETIC sous forme de domaines de premier niveau (DPN) générique, non restreint, propre et mondial, centré sur les personnes et les entreprises au Mali et à l’étranger.

« Nous sommes fiers d’être le premier pays africain à proposer des noms de domaine gratuits », a déclaré Moussa Dolo, directeur général de l’AGETIC. « En offrant des noms de domaines gratuits aux internautes du monde entier, nous allons remettre le Mali sur le devant de la scène. Nous souhaitons montrer au reste du monde les possibilités fantastiques qu’offre notre pays » a-t-il ajouté.

La disponibilité générale sera inaugurée le 15 juillet prochain lors de la réunion de l’ICANN, à Durban, en Afrique du Sud.
Source: journaldumali.com

La Toile compterait 252 millions de noms de domaine déposés

Le spécialiste des infrastructures de communication Verisign a publié son nouveau rapport annuel et annonce qu’Internet est constitué au total de 252 millions de noms de domaine.

verisign

A la fin du quatrième trimestre 2012, la Toile comptait 252 millions de noms de domaine déposés. Cela représenterait 6,1 millions de nouveaux enregistrements par rapport au trimestre précédent et 26,6 millions (ou 11,8%) sur un an. Les enregistrements de domaines dotés d’une extension régionale (ccTLD) de type .fr, .de ou .co.uk afficheraient une hausse annuelle de 21,6% et totaliseraient 110,2 millions de dépôts.

Selon Verisign en fin d’année dernière le web comptait 106,2 millions de domaines de type .com et 14,9 millions pour les .net. Combinés ces deux extensions auraient ainsi progressé de 6,4% sur un an. Les nouveaux enregistrements restent relativement stables, ils se sont élevés à 8 millions l’année dernière (.com + .net) contre 7,9 millions en 2011.

Concernant les TLD régionales, l’Allemagne (.de) figure tête de liste devant le Tokelau (.tk) et le Royaume-Uni (.uk). La Chine (.cn) est désormais positionnée en quatrième place devant des Pays-Bas (.nl). De son côté la France (.fr) est en 10e position.

Retrouvez le rapport dans son intégralité (PDF)

Source: pro.clubic.com