Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: cctld

Le Mali offre gratuitement ses noms de domaine .ML

Le Mali devient le premier pays africain à annoncer l’offre gratuite de ses domaines. Aujourd’hui, le registre Dot ML a publié le calendrier de lancement de l’espace de domaines de premier niveau (DPN) .ML. Dot ML – le nom de domaine du Mali – sera géré par l’Agence des Technologies de l’Information et de la Communication (AGETIC) sous forme de DPN générique, non restreint, propre et mondial, centré sur les personnes et les entreprises au Mali et à l’étranger.

Des noms de domaine gratuits seront proposés à tous les internautes au Mali et dans d’autres pays à partir du 15 juillet. Cette disponibilité générale sera précédée par des périodes Sunrise et Landrush, pour protéger les détenteurs de marques commerciales dans le monde entier. Aucune restriction ne sera imposée aux enregistrements de domaines gratuits et tout le monde peut revendiquer son propre domaine .ML. Les domaines .ML gratuits fonctionnent exactement de la même manière que les autres extensions et peuvent être renouvelés gratuitement à chaque période d’enregistrement.

« Offrir des noms de domaine gratuits à notre propre communauté et aux internautes du monde entier est une occasion unique pour nous », a déclaré Hawa Diakité, Chef Service Gestion du .ml d’AGETIC. « En raison des événements dans le nord du Mali, nous traversons une période très difficile ces derniers temps. Nous pensons que la mise à disposition de noms de domaine gratuits à notre population internaute va améliorer considérablement l’utilisation et la connaissance de l’industrie informatique dans notre pays ».

Le registre .ML sera opéré par Freedom Registry. Freedom Registry possède l’expertise et les connaissances pour gérer un vaste registre national car il est déjà l’opérateur des extensions en .TK. Dot TK est le plus grand registre national sur Internet, avec plus de 16 millions de noms de domaine actifs. Le nuage AnyCast de Freedom Registry, doté de serveurs dans 15 pays, assure la disponibilité permanente de tous les domaines.

Le calendrier de lancement de .ML a été dévoilé à la réunion de l’ICANN, qui s’est tenue à Beijing, en Chine. Il prévoit des phases Sunrise, Landrush et de disponibilité générale. La période Sunrise débutera le 1er mai 2013 et durera un mois, jusqu’au 31 mai. La phase Landrush commencera le lendemain et prendra fin le 14 juillet. La disponibilité générale sera inaugurée le 15 juillet lors de la réunion de l’ICANN, à Durban, en Afrique du Sud.

« Nous sommes fiers d’être le premier pays africain à proposer des noms de domaine gratuits », a déclaré Moussa Dolo, directeur général de l’AGETIC. « En offrant des noms de domaines gratuits aux internautes du monde entier, nous allons remettre le Mali sur le devant de la scène. Nous souhaitons montrer au reste du monde les possibilités fantastiques qu’offre notre pays ».

Au cours des phases Sunrise et Landrush, des centaines de noms de domaine génériques et premium seront libérés. Les personnes qui désirent développer et utiliser des domaines .ML sont invitées à contacter le registre pour étudier les possibilités de partenariat stratégique.

La disponibilité générale commencera le 15 juillet, date à laquelle les noms de domaine seront disponibles dans l’ordre des demandes. Les revendeurs n’auront pas à effectuer d’intégration technique pour les phases Sunrise et Landrush et pourront simplement se connecter au registre par API ou EPP avant la disponibilité générale. Toutes les phases du lancement ML sont ouvertes aux hébergeurs, offices d’enregistrement et organismes de protection des marques. Des détails complémentaires sur le calendrier de lancement, des réponses aux questions les plus fréquentes et le processus d’enregistrement des revendeurs sont disponibles sur le site www.dot.ml.

À propos de Dot ML

Dot ML est une initiative de l’Agence des Technologies de l’Information et de la Communication (AGETIC) de Bamako, au Mali. Soutenue par les membres de la communauté Internet locale, la mission de l’AGETIC est de développer et de promouvoir l’utilisation des noms de domaine et d’Internet au Mali. L’AGETIC utilise l’infrastructure et l’expertise de Freedom Registry pour gérer le domaine ML de manière stable et automatisée. Grâce à son équipe expérimentée, des réseaux fédérateurs multi-redondants et des serveurs racines DNS aux quatre coins du monde, Dot ML peut gérer des millions d’enregistrements et est entièrement sécurisé.

À propos de Freedom Registry

Freedom Registry est un opérateur de registre pour les DPN. Ce qui nous différencie des autres opérateurs de registre est que notre modèle économique est fondé sur la gratuité des noms de domaine. Tout comme les services de messagerie sont proposés gratuitement de nos jours (Gmail et Hotmail, par exemple), nous estimons que la meilleure manière d’attirer des registrants à un DPN est de leur offrir des noms de domaine gratuits. Chez Freedom Registry, nous savons que la gratuité des noms de domaine est une affaire de bon sens. Notre filiale, Dot TK, est l’opérateur du registre du DPN national pour les îles Tokelau depuis 2001. À ce jour, Dot TK est le seul registre de DPN à offrir des noms de domaine gratuits. De ce fait, les îles Tokelau (.tk) sont désormais le plus grand registre de domaine national de premier niveau au monde, avec un nombre d’enregistrements de noms de domaine actifs supérieur à la Russie et à la Chine combinées. En raison de cette croissance spectaculaire, Freedom Registry recherche activement à élargir son espace de noms pour soutenir ses objectifs commerciaux futurs.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Source: bfmtv.com

Switch: fin de la gestion des adresses en «.li»

A partir du 14 février, les adresses internet avec des noms de domaines en .li, pour le Liechtenstein devront dorénavant se tourner vers les partenaires reconnus de Switch. Le fournisseur renonce à ce marché, après 8 ans de service, d’entente avec l’office de la communication du Liechtenstein. Tous les clients directs .li de Switch seront informés par écrit de ce changement et invités à transférer leurs noms de domaine vers un partenaire de leur choix. Il n’y aura cependant aucun changement de nom de domaine suite au transfert d’autorité d’enregistrement. Switch continuera cependant d’opérer dans le milieu en encadrant ses 60 partenaires reconnus et sa société affiliée Switchplus. La société qui a géré Internet en Suisse dès ces débuts continuera d’enregistrer et gérer les domaines .ch, dans l’attente d’une décision Fédérale sur son monopole.

Source: agefi.com

Augmentation des enregistrements de .eu au 3e trimestre 2012

Selon le dernier rapport d’EURid, le gestionnaire du registre .eu, au 3e trimestre 2012 et pour le deuxième trimestre consécutif, les enregistrements de noms de domaine .eu ont augmenté de plus de 7% par rapport à l’an dernier.

C’est Malte qui affiche la croissance annuelle la plus élevée, avec une hausse de 35% des enregistrements de noms de domaine .eu par rapport au 3e trimestre 2011, suivie de la Slovaquie (22%) et de l’Autriche (21%). Au cours de la même période, les enregistrements ont progressé de plus de 15% sur base annuelle dans quatre autres pays de l’Union européenne (la République tchèque, la Grèce, la Lituanie et la Slovénie).

Source: digimedia.be

Le chiffre de 240 millions de noms de domaine est atteint

Plus de sept millions de noms de domaine ont été ajoutés à Internet au cours du deuxième trimestre de 2012, portant le nombre total de noms de domaine enregistrés à l’échelle mondiale à plus de 240 millions au 30 juin 2012, selon le dernier Dossier de l’industrie relatif aux noms de domaine, publié par VeriSign, Inc.

Cette augmentation de 7,3 millions de noms de domaine représente à l’échelle mondiale une hausse de 3,1 % par rapport au premier trimestre de 2012, et marque le sixième trimestre consécutif ayant connu une croissance supérieure à 2 %. Les enregistrements au niveau mondial ont augmenté de 25,5 millions, soit 11,9 %, depuis le deuxième trimestre 2011.

Au cours du deuxième trimestre de 2012, les domaines de premier niveau (TLD) en .com et .net ont enregistré une croissance cumulée atteignant un total de 118,5 millions de noms de domaine dans la zone ajustée pour les domaines .com et .net. Cela représente une augmentation de 1,6 % de la base par rapport au premier trimestre de 2012 et de 7,8 % par rapport au même trimestre de 2011. Au 30 juin 2012, la base de noms enregistrés en .com totalisait 103,7 millions de noms, tandis que la base de noms en .net regroupait 14,8 millions de noms.

Les nouveaux enregistrements en .com et .net se sont élevés à 8,4 millions pendant le deuxième trimestre de 2012. Cela reflète une augmentation de 4,2 % des nouveaux enregistrements en cumul annuel. Le taux de renouvellement .com/.net pour le deuxième trimestre de 2012 s’est élevé à 72,9 %, en baisse par rapport aux 73,9 % du premier trimestre de 2012.

En moyenne, pendant le deuxième trimestre de 2012, le nombre de requêtes sur le Domain Name System (DNS) de Verisign était de 68 milliards par jour avec un pic à 90 milliards. Par rapport au trimestre précédent, la moyenne quotidienne a augmenté de 1,9 % et le pic a augmenté de 21 %.

Source: programmez.com

Bientôt .uk au lieu de .co.uk?

Nominet, le gestionnaire du domaine de top level britannique .uk, entend proposer en plus des domaines de deuxième niveau traditionnels tels .co.uk, .org.uk et .me.uk, désormais aussi le plus concis .uk. De petites entreprises pourraient alors enregistrer www.naam.uk au lieu de l’habituel www.naam.co.uk.

Bientôt, les Britanniques pourront supprimer le .co de leurs noms de domaine car le gestionnaire des noms de domaine Nominet envisage d’introduire le plus concis .uk, certes moyennant un supplément (20 livres pour 1 an de .uk contre 5 livres pour 2 ans de .co.uk). De plus, les candidats devraient pouvoir prouver qu’ils sont établis en Grande-Bretagne.

Nominet va déjà organiser une phase de consultation de trois mois (jusqu’au 7 janvier). Durant cette période, entreprises et particuliers pourront faire connaître leurs objections et leurs remarques à propos de la proposition. Celle-ci pourrait faire froncer les sourcils des entrepreneurs, du fait qu’ils devront déjà bientôt enregistrer leur nom sous pas mal de nouvelles extensions internet.

A présent que le gestionnaire du système de noms de domaine Icann a ouvert l’espace des noms de domaine de top level, des centaines de nouvelles extensions internet viendront en effet sous peu s’ajouter. L’initiative de Nominet est cependant tout à fait indépendante de ce qui précède.

Pour les 20 livres dont il est question, les candidats recevraient encore quelques extras. C’est ainsi que les sites seraient chaque jour scannés à la recherche de malware (maliciels) et que les adresses .uk seraient protégées avec le protocole de sécurité DNSSEC. Les revenus supplémentaires seraient alors réinjectés dans une fondation indépendante investissant dans l’amélioration de l’accès à internet et dans la sécurité.

Structure

Le fait que les adresses internet britanniques se terminent traditionnellement par .co.uk, .net.uk, .gov.uk ou .ac.uk au lieu du plus concis .uk, est historique, selon Marc Van Wesemael, directeur général d’EURid, le gestionnaire du domaine de top level européen .eu. “Au début, les domaines de haut niveau ont été subdivisés en catégories, telles .com pour les organisations commerciales et .gov.”

Avec l’extension d’internet, beaucoup de pays ont cependant migré vers les codes nationaux de type .be ou .nl. “Les Britanniques ont associé la structure des gTLD à leur code national”, ajoute-t-il encore, “ce qui fait que l’on obtient à présent des noms de domaine se terminant par .co.uk et .org.uk. La Pologne a connu quelque chose de similaire. L’on y trouve aussi nombre de domaines de deuxième niveau tels .com.pl ou .net.pl.”

Source: datanews.levif.be

Update domaines .TC, .GD et.VG pour le 13 Aout 2012

AdamsNames Limited, le registre pour le .TC (Turks and Caicos Islands), le .VG
(British Virgin Islands) et le .GD (Grenada) vient d’annoncer des
modifications applicable au 13 Aout 2012.

Le registre augmente ses prix et change la monnaie de devise de GBP à EUR.

Nous vous prions de noter les modifications suivantes qui entreront en vigueur
le 13 Aout 2012:

Désactivation de l’enregistrement du .TC jusqu’à nouvel ordre. Le registre
suspend l’enregistrement des noms de domaine (probablement jusqu’au mois
d’octobre). Nous allons donc désactiver le produit.
Les noms de domaine existants ne sont pas affectés. Vous pouvez continuer à
les gérer et à les renouveler.

Nous vous informerons dès que l’enregistrement des .TC sera à nouveau disponible.

Le Registre augmente ses prix et nous sommes malheureusement contraint
d’ajuster nos tarifs.
Vous trouverez ci-dessous les nouveaux tarifs :
.TC: 65 euros
.GD: 45 euros
.VG: 45 euros

Toute l’équipe de Namebay vous remercie de la confiance que vous lui
accordez.

.NL Domain Names reaches 5 Million Milestone

The Dutch registry, the SIDN, announced that .NL reached the 5 million domains milestone. They archieved this milestone just a year af ther 25th birthday of the .NL domain and 15 years after the SIDN took over .NL. .NL holds the 3rd position in list of biggest ccTLD’s after .DE and .UK with a little over 15 million domains for .DE and little over 10 million for .UK

Individuals are allowed to register a second-level .nl domain since 2003. As a forerunner, individuals were allowed to register a third-level domain since 2000. Such ‘personal domains’ had the form of john.doe.123.nl. They never became popular, and registration has been suspended since 2006.

SIDN is located in Arnhem and has 1800+ Registrars.

Source: realtimeregister.com

les 25 ans du .CA

OTTAWA, le 11 juill. 2012 /CNW/ – L’autorité canadienne pour les enregistrements Internet (http://www.cira.ca/home-fr/), l’organisme qui gère le domaine Internet .CA, célèbre le rôle essentiel qu’il joue lorsqu’il s’agit de rassembler les Canadiens en ligne et d’établir la marque numérique du Canada à l’étranger.

En 1987, la responsabilité du domaine .CA a été confiée à M. John Demco de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) par M. Jon Postel, administrateur de l’Internet Assigned Numbers Authority (IANA). Les huit premiers noms de domaine .CA ont été enregistrés le 12 janvier 1988, et le tout premier, par l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard.

Alors que 25 ans se sont écoulés, il existe désormais près de 2 millions de noms de domaine .CA. À présent, le .CA est passé au 14e rang mondial en matière d’envergure de registre de domaine national et parmi tous les registres de domaine, au cours des 5 dernières années, il s’est classé 4e sur le plan de la croissance. Le .CA est devenu un domaine fiable, sûr et digne de confiance qui est reconnu mondialement à titre de volet de la marque canadienne. Selon une enquête menée par The Strategic Counsel pour le compte de l’ACEI, plus de 80 pour cent des canadiens préfèrent le domaine .CA au domaine .COM lorsqu’il s’agit d’effectuer leurs transactions bancaires en ligne, de magasiner et de demeurer au fait de l’actualité.

« Le .CA est devenu une partie intégrante du paysage économique et social du Canada, a affirmé M. Byron Holland, président et chef de la direction de l’ACEI. Les anniversaires marquants comme celui-ci constituent des occasions de s’arrêter aux réalisations du .CA et de ces visionnaires de premier plan qui, comme M. John Demco, ont su percevoir le potentiel d’Internet. »

Comment tout a commencé

En 1987, Internet n’était constitué que de quelques milliers de dispositifs en réseau installés dans des universités et des organismes gouvernementaux ici et là dans le monde. Le recours à différentes normes incompatibles entre elles faisait fréquemment obstacle à la communication par courriel entre des ordinateurs sur différents réseaux. C’est à cette époque que les deux principales catégories de noms de domaine de premier niveau ou TLD ont été créées. Les TLD génériques (gTLD), notamment le .COM et le .NET, constituent la première catégorie. La seconde comporte les TLD de pays (ccTLD).

Au cours de ses 13 premières années d’existence, le .CA a été géré par M. Demco et un groupe de plus de 100 bénévoles auprès de l’UBC et d’autres organismes à l’échelle du pays. Pendant ce temps, le nombre d’enregistrements a grimpé pour passer de 8 à 100 000.

Depuis décembre 2000, soit depuis que l’ACEI en assume l’intendance, le .CA a poursuivi sa croissance exponentielle. M. Demco, aujourd’hui considéré comme le parrain de l’espace de domaine .CA, a été désigné à titre de membre d’office du conseil d’administration de l’ACEI en 2007.

Selon M. Demco, « Les gens s’identifient fortement aux noms de domaine nationaux. Il s’agit là d’un des importants atouts du .CA depuis ses tout débuts – pour les Canadiens circulant dans le monde numérique, cela équivaut à porter la feuille d’érable sur leur sac à dos. »

Le .CA de nos jours

Aujourd’hui, l’ACEI continue à gérer le registre des noms de domaine .CA du Canada, à élaborer et à mettre en œuvre des politiques à l’appui de la communauté Internet canadienne ainsi qu’à représenter le registre .CA sur le plan international. En 2010, l’ACEI a lancé les Prix Impact .CA, conçus pour saluer les sites Web .CA qui visent à améliorer la qualité de vie de leurs utilisateurs et de leur communauté. L’ACEI qui a aussi lancé le Forum canadien sur l’Internet (FCI), une tribune neutre donnant l’occasion aux intervenants de partout au Canada de discuter et de débattre de l’état et de l’avenir des politiques en matière d’Internet et de la gouvernance de celui-ci au Canada.

Vous pouvez visualiser la ligne du temps .CA, en visitant 25ans.ca.

Pour visionner la vidéo d’une entrevue (en anglais seulement) avec M. John Demco, veuillez visiter le .CA célèbre ses 25 ans.

Source: newswire.ca

l’Afnic reconduite pour la gestion du .fr

PARIS, 28 juin 2012 – L’association Afnic, actuelle gestionnaire du nom de domaine internet .fr, a été reconduite dans sa mission pour cinq années, au terme d’un appel d’offres lancé après la remise en cause du système en place par le Conseil constitutionnel, selon un décret paru jeudi au Journal officiel.

Le gouvernement ne s’est en revanche pas prononcé sur les dix autres noms de domaine français, eux aussi visés par l’appel d’offres: .yt (Mayotte), .wf (Wallis et Futuna), .tf (terres australes et antarctiques françaises), .pm (St Pierre et Miquelon), .re (Réunion), .bl (St Barthélemy), .gf (Guyane française), .gp (Guadeloupe), .mf (St Martin) et .mq (Martinique).

Jusqu’à présent, l’Afnic (Association française pour le nommage internet en coopération), association loi 1901, était l’office d’enregistrement officiel pour six des onze noms de domaine français dont le .fr, les autres étant gérés par divers organismes.

L’appel à candidatures, lancé le 20 mars, avait pour objectif de mettre en place un nouveau cadre juridique: en octobre 2010, le conseil constitutionnel avait censuré la loi de 2004 encadrant l’attribution des noms de domaine, la jugeant insuffisante au regard des enjeux du marché et demandant au législateur une clarification des règles.

Plusieurs autres candidats – dont les sociétés FRNIC, OpenRegistry ou encore Dot TK – avaient également répondu à l’appel d’offres, pour gérer le .fr ou les autres extensions françaises.

En 2011, les noms de domaine internet se terminant en .fr ont atteint le nombre de 2,1 millions, grâce à une augmentation de 17% en un an.

Dans le monde, l’extension générique .com reste très largement en tête du classement, avec plus de 95 millions de noms de domaine enregistrés.

Le tarif médian pour créer un nom de domaine est d’environ 12 euros hors taxe en France.

Source: lentreprise.lexpress.fr