Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: be

Le site web DNS.be de nouveau attaqué

Le site web de DNS Belgium, l’instance responsable de l’enregistrement des noms de domaine .be, a encore été la cible d’un acte de piratage dans la nuit de samedi dernier.

D’après les premiers renseignements obtenus, les conséquences de l’attaque se sont limitées à ce qu’on appelle un ‘defacement’. Autrement dit, le pirate a réussi à remplacer le texte sur la page d’accueil par ses propres messages. Les techniciens de DNS Belgium sont encore et toujours actifs sur le serveur concerné, mais selon l’organisation, il est quasiment exclu que le pirate ait eu accès à des informations sensibles ou importantes sur le plan stratégique.

Pour lancer son attaque, le pirate a exploité une brèche dans la sécurité du système de gestion du contenu. “Moins d’une heure après la découverte de l’attaque, nous avons remis le site web dans son état original et nous avons veillé à ce que le bug dans le code ne puisse plus être exploité pour attaquer le site”, réagit Philip Du Bois, directeur général de DNS.be.

“Après enquête, il est cependant apparu que du maliciel était encore présent sur nos serveurs, ce qui nous a obligés à mettre nos sites web complètement hors ligne, afin de réinstaller le CMS. Dans les prochains jours, nous testerons et installerons, conjointement avec le producteur, la toute nouvelle version de notre CMS. En outre, nous prendrons aussi de nouvelles mesures de sécurité, afin de mieux nous protéger contre d’éventuelles nouvelles tentatives d’intrusion.”

Il y a quelques semaines, le site web de DNS.be avait déjà été souillé par une tentative de piratage réussie. Quasiment en même temps que cet acte de piratage, le gestionnaire des noms de domaine néerlandais SIDN avait également été touché par une attaque similaire.

Contrairement aux actes de piratage chez DNS.be, il s’agissait cependant ici d’une attaque sérieuse, par laquelle non seulement du maliciel (malware) avait été installé, mais des données de login d’abonnés avaient été aussi dérobées.

Source: datanews.levif.be

La Belgique bloque 79 sites web proposant des objets contrefaits

La Belgique a bloqué 79 sites web proposant à la vente des objets contrefaits et ayant un nom de domaine en .be ou .eu.

Cette action a été organisée dans le cadre d’une opération internationale visant à bloquer les sites proposant des marchandises contrefaites. Au total, 328 noms de domaines ont été bloqués dans le monde, annonce jeudi le SPF Economie.

L’opération a été menée en Belgique en collaboration avec la Douane. «Désormais, lorsque le consommateur surfe sur ces sites, il se retrouve face à une page d’information sur l’objet de cette action de lutte contre la contrefaçon», souligne le SPF Economie.

Les 79 sites web contrôlés par la Belgique ont fait l’objet d’une procédure de saisie de leur nom de domaine, sous l’autorité du procureur du roi de Bruxelles.

Ces sites portaient atteinte à l’ordre public (commercialisation de produits contrefaits uniquement), causaient une concurrence déloyale, risquaient de porter atteinte aux consommateurs et ne spécifiaient pas l’identité des responsables «qui n’ont d’ailleurs pas pu être localisés en Belgique». «Il s’agit là de quatre manquements évidents qui constituent des motifs suffisants à la suppression de ces noms de domaine vu qu’aucun autre moyen d’action n’était à la disposition des autorités», explique enfin le SPF Economie

Source : LAvenir.net

L’adult sector se rue sur les noms de domaine .be accentués

Le lendemain du lancement, il apparait que c’est surtout ce qu’on appelle le secteur pour les adultes qui s’intéresse aux noms de domaine .be accentués. Les noms de famille se distinguent aussi, mais les entreprises sont, elles, plutôt réservées.

Depuis hier, il est possible d’enregistrer des noms de domaine .be avec tous les accents et autres signes spécifiques utilisés en français, néerlandais ou allemand. Même les caractères ‘bizarres’ du suédois, norvégien et finnois sont autorisés (notamment ‘à’, ‘ç’, ‘è’, ‘õ’, ‘ö’ ‘ÿ’ ‘ý’ ‘ò’ ‘ä’ ‘œ’ ‘ê’ et ‘é’).

Tout cela résulte du fait que le gestionnaire belge des noms de domaine DNS.be supporte à présent aussi les Internationalised Domain Names (IDN). Avant, les noms de domaine enregistrés dans le domaine de haut niveau .be ne pouvaient contenir que des caractères romains: a à z et 0 à 9 (sans oublier le tiret).

Hier à 23 heures, le compteur chez DNS.be en était à 5.600 enregistrements IDN, ce qui, d’après le directeur général Philip Du Bois, est un bon résultat: “En fait, nous nous attendions au bout d’une journée à 2.000 enregistrements et d’ici la fin de l’année à 4.000.”

“En France et en Italie, où l’on a depuis un petit temps déjà introduit les IDN, l’on a aussi enregistré des chiffres modestes. Il est donc plus que normal que nous restions prudents dans nos prévisions. Chez .eu, il n’y a que 60.000 IDN sur plus de 3,5 millions de noms de domaine, et ce ‘registry’ supporte en outre le cyrillique et le grec. Notre but n’est pas non plus de faire de gros volumes et donc avec quasiment 6.000 enregistrements au terme d’une seule journée, nous ne pouvons qu’être satisfaits.”

Selon Du Bois, www.café.be a été le tout premier enregistrement IDN dans notre pays: “En outre, l’on observe que les pouvoirs publics ont été très actifs. La Chancellerie du Premier Ministre a enregistré au moins 100 noms de domaine .be avec des signes spécifiques, notamment pour la princesse Eléonore. Mais des marques telles Citroën et Nestlé se sont aussi manifestées, à côté de nombreux noms génériques accentués, comme des variantes d’hébergement ou de première.”

“Il va de soi que de nombreux termes et noms francophones ont été enregistrés”, ajoute encore le directeur général. “Et c’était également attendu. La Wallonie représentait 19 pour cent des noms de domaine .be, mais ce nombre a entre-temps déjà augmenté, si l’on ne considère que les nouveaux enregistrements IDN.”

Auteur : Frederik Tibau
Lire la suite sur LeVif.be

Les noms de domaine belges acceptent les accents

Depuis 10h, ce mardi, il est possible d’enregistrer des noms de domaines.be contenant des accents ou tout autre signe utilisé en français, néerlandais ou allemand.

Alors que jusqu’à présent, les noms de domaine.be n’acceptaient que les caractères normaux de ’a’ à ’z’ et de ’0’ à ’9’, il est désormais possible, depuis 10h ce mardi 11 juin, d’enregistrer des noms de domaines.be contenant des accents ou tout autre signe utilisé en français, néerlandais ou allemand. Des caractères spécifiques au suédois, au norvégien et au finnois seront également introduits, expliquait également le site internet du magazine Data News.

Les sites web dont le nom de domaine comporte par exemple les caractères ’ç’, ’é’, ’è’ ou ’ü’ pourront dès lors s’enregistrer comme tels, le gestionnaire DNS.be supportant dès juin les «Internationalised Domain Names» (IDN). «Nous n’irons pas plus loin», précisait début mai Lut Goedhuys, en charge de la communication chez DNS.be, « parce que nous partons du principe que d’autres caractères, présents notamment dans les langues cyrilliques, sont quasi inexistants dans les noms de domaine.be.»

Les marques et les pouvoirs publics n’auront pas automatiquement droit au nom de domaine avec caractères accentués qui leur revient. DNS.be conseille de se montrer rapide dès le 11 juin, à partir de 10h00, afin de contacter à temps un registraire, une de ces entreprises enregistrant les noms de domaine.

Auteur : Gil Durand
Source : LeSoir.be

Pétition contre la nationalisation de DNS.be

Les 15 agents du forum des membres de DNS.be ont lancé une pétition contre l’éventuelle nationalisation du gestionnaire des noms de domaine belge. Le forum invite les 450 registraires qui vendent des noms de domaine .be de signer un position paper étoffé sur la question.

DNS.be est une a.s.b.l. appartenant à la fédération sectorielle Agoria, au groupe d’utilisateurs Beltug, à l’association des fournisseurs de services internet ISPA et à son ex-fondateur, le professeur Pierre Verbaeten de la KULeuven. Le gestionnaire du domaine de top level belge a déjà enregistré au fil des années plus d’1,2 million de noms de domaine .be.

Le forum des membres de DNS.be est en quelque sorte le porte-parole des 450 registraires qui commercialisent les noms de domaine .be. Ce groupuscule se réunit plusieurs fois par an, notamment pour effectuer du brainstorming et pour pouvoir peser sur la politique menée par DNS.be. Parmi ces 15 membres figurent des agents belges tels OpenMinds, bNamed, Combell, PriorWeb et Nucleus, mais aussi des acteurs étrangers comme Inforbusiness.com et Totaalnet.

Ce forum a à présent diffusé un volumineux position paper reprenant les arguments s’opposant à la nationalisation de DNS.be. Les 450 registraires à l’échelle mondiale qui vendent les noms de domaine .be sont invités à le signer, afin que le forum puisse interpeler d’une voix plus forte le ministre de l’Economie, Johan Vande Lanotte (SP.A).

Idéologique

Le SPF Economie et Vande Lanotte entendent en effet s’attirer le gestionnaire des noms de domaine belge, et ce pour diverses raisons. L’un d’elles est de nature idéologique: le sp.a considère qu’il est du devoir du gouvernement de gérer quelque chose d’aussi crucial que le domaine de top level belge, ce qui est moins le cas des autres partis.

Ce qui est assurément plus important encore, c’est que le sp.a et le SPF Economie auront plus d’emprise sur l’internet belge en cas de nationalisation. “Et si l’on peut ainsi s’attirer des fonds substantiels à investir, c’est évidemment d’autant plus intéressant. Les ministres cherchent de l’argent, c’est évident”, a récemment encore déclaré une source proche du dossier à Data News. Une autre source parle d’une véritable lutte de pouvoir entre le SPF Economie et l’IBPT, dont DNS.be pourrait être la victime.

En tout cas, les agents de DNS.be ne sont pas prêts de digérer une éventuelle nationalisation. Ils affirment dans leur position paper que la gestion de l’administrateur des noms de domaine doit toujours demeurer dans des mains non gouvernementales, bien loin des intrigues politiques.

Ils exigent aussi de conserver la structure d’une a.s.b.l. afin que l’influence d’acteurs commerciaux ne puisse s’imposer. En outre, ils prétendent que la direction de DNS.be est mieux organisée par des personnes et des organisations proches du secteur (registraires, entreprises ICT,…), comme c’est le cas aujourd’hui.

Le forum émet également d’importants doutes vis-à-vis de l’idée de vendre les noms de domaines .be uniquement à des acteurs enregistrés dans l’UE. Cette idée aurait entre-temps déjà gagné les cercles gouvernementaux.

Initiative

DNS.be lui-même soutient la démarche des membres du forum, tout en insistant sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une initiative personnelle. “Nos agents veulent par cette action anticiper une éventuelle nationalisation et recherchent du soutien au sein de la communauté des registraires”, explique Philip Du Bois, directeur général de DNS.be.

“Nous soutenons cette action, mais nous souhaiterions adoucir néanmoins certains points. DNS.be collabore bien avec le gouvernement à différents niveaux, dont celui des questions liées à la sécurité, et nous voulons que cela continue.”

Source: datanews.levif.be

Plus d’1,3 million de noms de domaine .be

DNS.be, le gestionnaire du domaine de top level belge .be, a passé il y a quelques jours le cap des 1,3 million de noms de domaine .be. “2012 sera une bonne année au niveau des enregistrements”, déclare son directeur général Philip Du Bois.

Entre-temps, 1.306.460 noms de domaine .be ont été enregistrés auprès du gestionnaire du domaine belge. Le cap des 1,3 million a été franchi il y a quelques jours. Pour vous donner une idée, le seuil du million avait été passé en 2010.

Ces 30 derniers jours, 18.000 nouveaux noms ont été enregistrés dans la base de données. “Ce n’est pas tellement en soi car au cours des mois normaux, l’on peut enregistrer entre 20 et 23.000 nouveaux noms”, explique Du Bois. “En été, c’est toujours quelque peu plus calme.”

2012 promet cependant d’être une excellente année au niveau des nouveaux enregistrements. “En 2009 et 2011, la croissance était nettement moins forte. Sur ce plan, nous évoluons avec la crise économique. Si l’économie est en difficultés, notre croissance ralentit. Jusqu’à présent, 2012 est une bonne année pour l’économie internet, et cela se traduit par le nombre d’enregistrements de noms de domaine.”

DNSSEC
Ce qui est étonnant aussi, c’est le nombre de noms de domaine .be signés avec le protocole de sécurité DNSSEC. Il y en a entre-temps 22.000, soit quasiment 2 pour cent du total. “Depuis que 2 de nos plus importants agents proposent DNSSEC, cela commence à porter vraiment ses fruits”, ajoute encore Du Bois. “Ce n’est que depuis ces dernières semaines que l’on observe subitement autant de noms de domaine .be signés avec DNSSEC.”

DNSSEC introduit les ‘public key algoritmes’ dans le système des noms de domaine. Cela signifie qu’à chaque réponse donnée par DNS, une sorte de ‘signature’ numérique y est associée.

Les esprits malfaisants ne peuvent plus polluer la cache et orienter les surfeurs innocents vers des sites factices, parce que l’authenticité de l’information demandée est toujours vérifiée. Les internautes aboutissent donc en principe toujours à l’endroit recherché.

Source: datanews.levif.be

1,2 million de noms de domaine .be en 2011

e nombre de noms de domaine .be a augmenté l’an dernier de près de 11% par rapport à 2010, passant de 1,1 million à 1,2 million, selon des statistiques publiées jeudi par DNS.be, le gestionnaire officiel des noms de domaine .be.

La part de marché des noms de domaine .be a grimpé de 4%, à 57,7% en 2011. Les autres noms de domaine perdent du terrain auprès des Belges, comme le .com avec 15,3% (-2,8%).

« Ce résultat met l’accent sur l’importance qu’ont les noms de domaine et nous donne confiance dans l’avenir », déclare Piet Spiessens, président du conseil d’administration de DNS.be.

Les personnes exerçant une profession libérale ont enregistré 16% de noms de domaine .be en plus, à la suite d’une campagne de publicité qui était principalement destinée aux médecins de famille, aux spécialistes et aux infirmiers.

« La collaboration avec DNS.be pour sensibiliser les indépendants quant à l’importance d’être présents sur la toile a manifestement porté ses fruits », selon Christophe Wambersie, secrétaire général de l’Union des Classes Moyennes (UCM).

Enfin, il ressort que près d’un nom domaine .be sur cinq a été enregistré par un Néerlandais ou une organisation néerlandaise. Les Belges gèrent quant à eux 0,68% des noms de domaine .nl. « Les Néerlandais ont également l’esprit commerçant sur internet », conclut DNS.be.

Source: 7sur7.be

Le gestionnaire des noms de domaine .be gérera également .vlaanderen

(Belga) Le nom de domaine .vlaanderen devrait être géré par DNS.be, annonce mardi cette asbl déjà chargée de la gestion des adresses .be.

« Le gouvernement flamand a adjugé mardi la gestion du gTLD (generic Top Level Domain) .vlaanderen à DNS.be », écrit DNS.be. Le dossier doit cependant encore être approuvé par l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers). DNS.be, gestionnaire de plus de 1,25 million de noms de domaine .be, « devient le partenaire du gouvernement flamand qui veut, par le biais de ce projet, offrir l’opportunité aux citoyens, entreprises et organisations d’enregistrer leur nom ou leur marque et de l’associer à la Flandre ». En cas d’avis positif de l’ICANN, DNS.be se chargera de l’exploitation technique et commerciale de .vlaanderen au cours des 10 prochaines années. (CLA)

Source: levif.be

.be : publication du rapport annuel 2010

DNS.BE a publié son rapport annuel 2010, mettant en exergue “un résultat formidable en termes de croissance des nouveaux noms de domaine”, un accroissement de la sécurité, des bureaux d’enregistrement satisfaits et une campagne de communication efficace. Statistique intéressante, cette campagne aurait « boosté » le .BE en lui faisant atteindre un pic de croissance de 22% sur la période, contre 10% sur l’ensemble de l’année 2010, ce qui est très proche de la moyenne mondiale du marché.

http://www.dns.be/fr/rapport_annuel_2011

Les noms de domaine .be ont le vent en poupe

En 2010, 257.637 nouveaux noms de domaine .be ont été enregistrés. Voilà ce qui ressort des chiffres publiés par le gestionnaire belge des noms de domaine DNS.be. Si l’on prend en compte le nombre de résiliations, la zone des noms de domaine .be a crû en fait de 123.923 unités, soit 340 par jour.

Du reste, au cours des sept dernières années, l’on a enregistré chaque fois davantage de noms de domaine.be. En 2009, l’on avait recensé 232.700 nouveaux enregistrements. Fin décembre 2010, le total des noms de domaines .be enregistrés était de 1.101.668 contre 977.998 l’année précédente.

En moyenne, l’on a recensé 706 enregistrements par jour en 2010. Si l’on décompte les résiliations, l’on en arrive à 340. “En tout, 131.531 noms de domaine n’ont pas été renouvelés”, déclare Philip Du Bois, directeur général de DNS.be, “mais sur une base de plus d’un million, c’est un excellent résultat. Avec un taux de renouvellement de 83 pour cent sur la base existante, DNS.be est du reste l’un des registries recensant les meilleurs scores en Europe.”

Le fait que l’année dernière, le seuil magique du million de noms de domaine ait été dépassé, ne signifie cependant pas qu’il y a un million de sites web belges sur le net. Selon les calculs de DNS.be même, un site web se dissimulerait derrière 7 noms de domaine sur 10.
D’autres enregistrements peuvent être de nature défensive (pour protéger une marque) ou être destinés à créer une adresse e-mail propre. Durant le premier trimestre de 2011, 71.634 nouveaux noms de domaine .be ont encore été enregistrés. En tout, le compteur en est aujourd’hui à 1.135.000.

Aux Pays-Bas, la hausse est encore plus prononcée. La ‘Stichting Internet Domeinregistratie Nederland’ (SIDN, le pendant néerlandais de DNS.be) a même enregistré en 2010 la plus forte croissance annuelle de son histoire.

Le nombre de noms de domaine .nl a crû de 514.230 unités à 4.192.454. En moyenne, l’on y a enregistré 2.900 nouveaux noms de domaine .nl par jour, soit 1.500 si l’on tient compte du nombre de résiliations. Le code national néerlandais .nl est le quatrième plus important code au monde après l’Allemagne (.de), la Grande-Bretagne (.uk) et la Chine (.cn).

Source:  DataNews.be