Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: eu

Noms de domaine .EU : dernier rapport d’EURID

EURid, le registre qui gère le domaine national de premier niveau <.eu>, a annoncé le 13 mars 2014, un taux de renouvellement des noms de domaine <.eu> supérieur à 80 % en 2013.

Le dernier rapport d’EURid révèle qu’en moyenne, 81 % des noms de domaine <.eu> ont été renouvelés en 2013. C’est la septième année consécutive qu’EURid maintient un taux de renouvellement aussi élevé. Les titulaires de noms de domaine <.eu> sont des utilisateurs fidèles.

Pour Marc Van Wesemael, directeur général d’EURid, « les internautes désirent pouvoir s’exprimer en ligne à travers des domaines de premier niveau sûrs, de qualité et qui inspirent la confiance (…). Le domaine .eu a toujours eu la réputation d’être fiable et de qualité, et le taux de renouvellement est la preuve que les titulaires de noms de domaine .eu pensent pareil ».

L’enthousiasme des utilisateurs finaux, en particulier les entreprises, à l’égard de la qualité et de la fiabilité véhiculées par la marque <.eu> est encore accentué par le fait que le domaine de premier niveau <.eu> enregistre le pourcentage le plus élevé de sites internet utilisés à des fins commerciales parmi les principaux domaines génériques de premier niveau, selon le récent rapport de classement des sites internet publié par EURid en collaboration avec le Centre de recherche et de statistiques de l’Université de Leuven (Belgique).

37,8% des sites internet <.eu> sont utilisés à des fins commerciales, contre 30,5 % en moyenne parmi les domaines génériques de premier niveau tels que <.com>, <.biz> et <.net>.

En 2013, le nombre total d’enregistrements de noms de domaine <.eu> a augmenté dans 19 des 28 États membres de l’Union européenne.

auteur: Lionel Costes

source: actualitesdudroit.lamy.fr

Le registre .eu attire de nouveaux adhérents

Le registre .eu, EURid, a attiré de nouveaux adhérents et a intégré cinq nouveaux membres dans son conseil d’administration.

Le rapport du deuxième trimestre 2013 révèle que le registre .eu, EURid, a attiré de nouveaux adhérents et intégré cinq nouveaux membres dans son conseil d’administration en avril.

Les nouveaux membres, tous des associations adoptant une vision fortement axée sur l’Internet et tous actifs au niveau européen, sont : la Confederation of European Computer User Associations (CECUA), la European Communities Trade Mark Association (ECTA), la European Multi-channel and Online Trade Association (EMOTA), l’Interactive Advertising Bureau Europe (IAB Europe) et la European Association of Craft, Small and Medium-sized Enterprises (UEAPME).

 » Je suis heureux d’accueillir les représentants de ces organisations, car j’ai la ferme conviction que nous pouvons bénéficier de leur vaste expérience dans notre ambition de faire de .eu la première extension Internet pour les entreprises européennes « , déclare Marc Van Wesemael, directeur général d’EURid.

Durant le deuxième trimestre, le nombre total d’enregistrements de noms de domaine .eu a augmenté dans 13 des 28 États membres de l’UE pour atteindre 3,7 millions de noms de domaine. La croissance dépasse les 5% en Slovénie, en Bulgarie et en Autriche. Les taux de renouvellement sont restés importants durant le deuxième trimestre, avec une moyenne de 85%.

Auteur: Martine FUXA

Source: ecommercemag.fr

3,7 millions d’extensions .eu

Le .eu a la cote. Le nombre total d`enregistrements a augmenté durant le deuxième trimestre de l`année dans 13 des 28 États membres de l`Union européenne pour atteindre 3,7 millions de noms de domaine Internet recourant à cette extension sur la Toile.

Selon le dernier rapport d`EURid, les taux de renouvellement de l`extension Internet européenne sont restés importants durant le deuxième trimestre atteignant une moyenne de 85%.

L`attrait du nom de domaine .eu. est toutefois plus important dans certains pays de l`Union comme la Slovénie, la Bulgarie ou en Autriche où le taux d`adhésion pour le registre a dépassé les 5%.

Parallèlement à cette information, le rapport du deuxième trimestre 2013 publié par EURid révèle également que le registre .eu a attiré de nouveaux adhérents.

Les nouveaux membres comptent tous parmi des associations disposant d`une vision fortement axée sur l`Internet et actifs au niveau européen: la Confederation of European Computer User Associations (CECUA), la European Communities Trade Mark Association (ECTA), la Euro-pean Multi-channel and Online Trade Association (EMOTA), l`Interactive Advertising Bureau Europe (IAB Europe) et la European Association of Craft, Small and Medium-sized Enterprises (UEAPME).

Source: digimedia.be

La Belgique bloque 79 sites web proposant des objets contrefaits

La Belgique a bloqué 79 sites web proposant à la vente des objets contrefaits et ayant un nom de domaine en .be ou .eu.

Cette action a été organisée dans le cadre d’une opération internationale visant à bloquer les sites proposant des marchandises contrefaites. Au total, 328 noms de domaines ont été bloqués dans le monde, annonce jeudi le SPF Economie.

L’opération a été menée en Belgique en collaboration avec la Douane. «Désormais, lorsque le consommateur surfe sur ces sites, il se retrouve face à une page d’information sur l’objet de cette action de lutte contre la contrefaçon», souligne le SPF Economie.

Les 79 sites web contrôlés par la Belgique ont fait l’objet d’une procédure de saisie de leur nom de domaine, sous l’autorité du procureur du roi de Bruxelles.

Ces sites portaient atteinte à l’ordre public (commercialisation de produits contrefaits uniquement), causaient une concurrence déloyale, risquaient de porter atteinte aux consommateurs et ne spécifiaient pas l’identité des responsables «qui n’ont d’ailleurs pas pu être localisés en Belgique». «Il s’agit là de quatre manquements évidents qui constituent des motifs suffisants à la suppression de ces noms de domaine vu qu’aucun autre moyen d’action n’était à la disposition des autorités», explique enfin le SPF Economie

Source : LAvenir.net

Augmentation des enregistrements de .eu au 3e trimestre 2012

Selon le dernier rapport d’EURid, le gestionnaire du registre .eu, au 3e trimestre 2012 et pour le deuxième trimestre consécutif, les enregistrements de noms de domaine .eu ont augmenté de plus de 7% par rapport à l’an dernier.

C’est Malte qui affiche la croissance annuelle la plus élevée, avec une hausse de 35% des enregistrements de noms de domaine .eu par rapport au 3e trimestre 2011, suivie de la Slovaquie (22%) et de l’Autriche (21%). Au cours de la même période, les enregistrements ont progressé de plus de 15% sur base annuelle dans quatre autres pays de l’Union européenne (la République tchèque, la Grèce, la Lituanie et la Slovénie).

Source: digimedia.be

Les noms de domaine .eu réservés aux Européens

Les adresses internet dotées de l’extension .eu doivent être réservées aux personnes, entreprises et organisations localisées en Europe, ressort-il d’une réponse de la Cour européenne de Justice à une question préjudicielle de la Cour d’appel de Bruxelles. Les entreprises étrangères ne peuvent enregistrer de tels domaines que si elles ont une filiale en Europe ou si elles y détiennent des droits de licence.

Le jugement porte sur le cas de l’entreprise belge Pie Optiek, qui vend en ligne des lentilles, lunettes et autres produits oculaires. La société voulait enregistrer le nom de domaine lensworld.eu, mais sa demande a été refusée par l’autorité compétente, EuRid, au motif qu’il avait été réservé par le bureau de conseil (belge également) Bureau Gevers, au nom de la société américaine Walsh Optical. Pie Optiek a introduit une plainte, qui est remontée jusqu’à la CEJ.

Dans son arrêt, la Cour européenne souligne que l’extension .eu a été mise au point pour rendre le marché intérieur visible sur le web. Il est donc important qu’elle soit réservée aux personnes, entreprises et organisations qui y sont installées en Europe.

Les détenteurs de licence pour des marques déjà protégées doivent également pouvoir enregistrer un nom de domaine .eu, mais en l’occurrence, un accord par lequel un sous-contractant réserve une adresse au nom du détenteur des droits « ressemble plus à un accord de service qu’à un accord de licence », estime la Cour.

Source: 7sur7.be

YADIFA un serveur de nom de domaine alternatif open source

Le registre .eu, EURid, présente une nouvelle solution open source de serveur de noms DNS (Domain Name System) baptisée YADIFA. Le lancement officiel a eu  lieu à la 44e réunion de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) organisée à Prague (République tchèque).

« Nous avons développé YADIFA parce que nous souhaitons accroître la robustesse de l’infrastructure de serveur de noms .eu en ajoutant une alternative aux solutions que nous utilisons déjà », explique Marc Van Wesemael, directeur général d’EURid. « YADIFA est une initiative .eu. En raison de ses performances exceptionnelles, nous avons estimé que d’autres pourraient en bénéficier, d’où notre décision d’en faire une solution open source. »

YADIFA généré par .eu

YADIFA est une solution de serveur de noms destinée aussi bien aux exploitants du domaine de premier niveau qu’aux fournisseurs de services Internet (ISP). Spécialement conçue pour la gestion efficace de grandes zones Internet, la solution utilise des mises à jour dynamiques pour la modification instantanée des enregistrements de noms de domaine et est également optimisée pour traiter plusieurs zones Internet. Disponible gratuitement en code libre, YADIFA est gérée par EURid pour le compte de la communauté Internet.

Selon une analyse réalisée par EURid, YADIFA :

  • Traite davantage de requêtes de données : EURid a découvert qu’à charge importante, YADIFA peut traiter jusqu’à 30% de requêtes en plus, sans perdre de données, par rapport à des configurations comparables recourant à une solution de serveur de noms BIND ou NSD.
  • Charge plus rapidement : les mêmes tests ont démontré que les temps de chargement de fichiers dans la zone sont cinq fois plus rapides avec YADIFA qu’avec BIND ou NSD.
  • Améliore l’efficacité des serveurs : avec une occupation mémoire plus limitée que BIND ou NSD, YADIFA consomme moins de RAM, ce qui accroît l’efficacité des serveurs.

YADIFA est une solution propre dont le code a été écrit à partir de rien, ce qui évite d’hériter de faiblesses potentielles d’autres logicielsn explique EURid. YADIFA dispose par ailleurs d’une sécurité intégrée étant donné qu’elle supporte le protocole DNSSEC (Domain Name System Security Extensions). Tous les événements liés au DNSSEC sont exécutés en temps réel.

Source: programmez.com

Le mystère du .EU

Eurid signale dans son rapport sur le 4e trimestre 2011 que le .EU ne s’est jamais mieux porté.
Avec 3,51 millions de noms et un taux de renouvellement élevé (82%), l’extension européenne voit son rythme de créations augmenter dans 23 pays sur les 27 de l’Union, même en France où presque personne ne l’utilise. Il y a véritablement un mystère .EU !

Source: AFNIC

Le succès des .eu ne se dément pas

Le dernier bilan publié par Eurid met en lumière la progression des enregistrements de domaines.eu. La France, avec près de 320 000 domaines déposés, est en progression, mais reste bien loin de l’Allemagne avec ses 1,1 million. L’héritage de mauvaises habitudes nées de la politique longtemps restrictive de l’AFNIC sur le .fr ?

Les dernière données mises en avant par Eurid, l’association à but non lucratif à laquelle l’Union européenne a confié la gestion du domaine TLD (Top Level Domain) .eu, font état d’une progression continue du nombre de domaines européens, à un rythme de près de 1 100 domaines additionnels par jour au dernier trimestre 2011.

Au total, le domaine .eu comptait plus de 3,5 millions de noms de domaines enregistrés au 31 décembre 2011 – soit une hausse de 5,5 % sur un an -, ce qui en fait le 9e domaine le plus populaire au monde derrière les .com, .de, .net, .uk, org, .info, .nl et .ru, mais toujours devant le .cn de la Républiqe populaire de Chine.

le nombre de domaines .eu enregistrés

Rappelons qu’à la même date, le .fr comptait péniblement 2,2 millions de noms de domaines, le fruit d’une politique longtemps restrictive – qui interdisait par exemple aux particuliers de déposer des noms de domaines – et qui a longtemps découragé l’enregistrement de .fr. Une « rigueur » qui pourrait aussi expliquer le retard français sur le .eu.

Cette tradition de « rigueur » n’est d’ailleurs pas totalement abandonnée. Par exemple, il est toujours impossible d’enregistrer des noms de domaines de moins de 3 lettres en France (pas de hp.fr, de ca.fr ou de bp.fr) et il est aussi impossible d’enregistrer un nom de domaine pour plusieurs années (le mécanisme de renouvellement est forcément annuel). Le .eu est de ce point de vue plus accommodant puisque l’on peut enregistrer un nom de domaine pour 2,5 ou 10 ans (la durée la plus populaire pour les nouveaux enregistrements est de 2 ans).

Sans surprise, ce sont donc les Allemands – déjà très actifs sur le domaine .de – qui sont les plus actifs sur le .eu avec près de 1,1 million de domaines enregistrés. Derrière viennent les Néerlandais avec près de 475 000 domaines. Le Royaume-Uni et la France sont au coude à coude avec près de 320 000 domaines chacun. On le voit, il y a une forte corrélation entre le succès du TLD national et le nombre de dépôts de domaines .eu. La France est donc un peu à la traine, même si elle est le pays qui a connu la plus forte croissance en terme de nombre d’enregistrements de .eu avec une progression de 10,8 % sur un an, contre 8,4 % aux Pays-Bas, 5,5 % à l’Allemagne et -1,5 % au Royaume-Uni.

les .eu par pays d'enregistrement

Source: lemagit.fr