Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: idn

La Tunisie accepte désormais les noms de domaine avec accent

Suite à la consultation publique lancée le 5 juin 2013 concernant la révision du cadre régissant la revente, l’enregistrement et la commercialisation des noms de domaines sous les domaines nationaux « .tn » et « تونس .», le collège de l’INT a approuvé dans sa réunion du 24 juillet 2013 une nouvelle réforme qui se rapporte aux domaines nationaux « .tn » et « .تونس ». Cette réforme consiste essentiellement en :

L’ouverture de la possibilité d’enregistrement des noms de domaines à deux caractères et en IDN (lettres  à, á, â, ã, ä, å, æ, ç, è, é, ê, ë, ì, í, î, ï, ñ, ò, ó, ô, õ, ö, œ, ù, ú, û, ü, ý, ÿ, ß) et ce, après trois périodes sunrise comme suit :

– À partir du 1er août 2013 jusqu’au 31 janvier 2014 : possibilité d’enregistrement des noms de domaines à deux caractères et en IDN offerte aux services et structures de l’État ainsi qu’aux sociétés et organismes publics et privés.

– À partir du 1er octobre 2013 jusqu’au 31 janvier 2014 : possibilité d’enregistrement des noms de domaines à deux caractères et en IDN offerte les sociétés et organismes publics et privés et les personnes morales et physiques détenteurs d’une marque déposée en Tunisie.

– À partir du 2 décembre 2013 jusqu’au 31 janvier 2014 : possibilité d’enregistrement des noms de domaines à deux caractères et en IDN offerte les personne physiques  et morales ayant des noms de domaines enregistrés en « .tn ».

La suppression de la contrainte de présence physique du contact administratif en Tunisie. La réduction du tarif annuel de détail des noms de domaines sous les domaines nationaux « .tn » et « .تونس » à 19 DT TTC par nom de domaine enregistré.

Source:  thd.tn

L’adult sector se rue sur les noms de domaine .be accentués

Le lendemain du lancement, il apparait que c’est surtout ce qu’on appelle le secteur pour les adultes qui s’intéresse aux noms de domaine .be accentués. Les noms de famille se distinguent aussi, mais les entreprises sont, elles, plutôt réservées.

Depuis hier, il est possible d’enregistrer des noms de domaine .be avec tous les accents et autres signes spécifiques utilisés en français, néerlandais ou allemand. Même les caractères ‘bizarres’ du suédois, norvégien et finnois sont autorisés (notamment ‘à’, ‘ç’, ‘è’, ‘õ’, ‘ö’ ‘ÿ’ ‘ý’ ‘ò’ ‘ä’ ‘œ’ ‘ê’ et ‘é’).

Tout cela résulte du fait que le gestionnaire belge des noms de domaine DNS.be supporte à présent aussi les Internationalised Domain Names (IDN). Avant, les noms de domaine enregistrés dans le domaine de haut niveau .be ne pouvaient contenir que des caractères romains: a à z et 0 à 9 (sans oublier le tiret).

Hier à 23 heures, le compteur chez DNS.be en était à 5.600 enregistrements IDN, ce qui, d’après le directeur général Philip Du Bois, est un bon résultat: “En fait, nous nous attendions au bout d’une journée à 2.000 enregistrements et d’ici la fin de l’année à 4.000.”

“En France et en Italie, où l’on a depuis un petit temps déjà introduit les IDN, l’on a aussi enregistré des chiffres modestes. Il est donc plus que normal que nous restions prudents dans nos prévisions. Chez .eu, il n’y a que 60.000 IDN sur plus de 3,5 millions de noms de domaine, et ce ‘registry’ supporte en outre le cyrillique et le grec. Notre but n’est pas non plus de faire de gros volumes et donc avec quasiment 6.000 enregistrements au terme d’une seule journée, nous ne pouvons qu’être satisfaits.”

Selon Du Bois, www.café.be a été le tout premier enregistrement IDN dans notre pays: “En outre, l’on observe que les pouvoirs publics ont été très actifs. La Chancellerie du Premier Ministre a enregistré au moins 100 noms de domaine .be avec des signes spécifiques, notamment pour la princesse Eléonore. Mais des marques telles Citroën et Nestlé se sont aussi manifestées, à côté de nombreux noms génériques accentués, comme des variantes d’hébergement ou de première.”

“Il va de soi que de nombreux termes et noms francophones ont été enregistrés”, ajoute encore le directeur général. “Et c’était également attendu. La Wallonie représentait 19 pour cent des noms de domaine .be, mais ce nombre a entre-temps déjà augmenté, si l’on ne considère que les nouveaux enregistrements IDN.”

Auteur : Frederik Tibau
Lire la suite sur LeVif.be

Les noms de domaine belges acceptent les accents

Depuis 10h, ce mardi, il est possible d’enregistrer des noms de domaines.be contenant des accents ou tout autre signe utilisé en français, néerlandais ou allemand.

Alors que jusqu’à présent, les noms de domaine.be n’acceptaient que les caractères normaux de ’a’ à ’z’ et de ’0’ à ’9’, il est désormais possible, depuis 10h ce mardi 11 juin, d’enregistrer des noms de domaines.be contenant des accents ou tout autre signe utilisé en français, néerlandais ou allemand. Des caractères spécifiques au suédois, au norvégien et au finnois seront également introduits, expliquait également le site internet du magazine Data News.

Les sites web dont le nom de domaine comporte par exemple les caractères ’ç’, ’é’, ’è’ ou ’ü’ pourront dès lors s’enregistrer comme tels, le gestionnaire DNS.be supportant dès juin les «Internationalised Domain Names» (IDN). «Nous n’irons pas plus loin», précisait début mai Lut Goedhuys, en charge de la communication chez DNS.be, « parce que nous partons du principe que d’autres caractères, présents notamment dans les langues cyrilliques, sont quasi inexistants dans les noms de domaine.be.»

Les marques et les pouvoirs publics n’auront pas automatiquement droit au nom de domaine avec caractères accentués qui leur revient. DNS.be conseille de se montrer rapide dès le 11 juin, à partir de 10h00, afin de contacter à temps un registraire, une de ces entreprises enregistrant les noms de domaine.

Auteur : Gil Durand
Source : LeSoir.be

LES JEUX D’ETE : PLACE AUX .PRO !!

A l’occasion des Jeux d’été, les .pro sont à l’honneur !
En seulement quelques clics, donnez tous les gages de réussite à votre business online en lui offrant un nom de domaine .PRO, pour seulement 15€ HT/an !

Découvrez également de nos promotions en cours et économisez entre 36% et 83% sur l’enregistrement de .CO, de .MOBI et de .ME.

LES PROMOTIONS D’AOUT
PRO – .PRO : 15€ HT
au lieu de 30€ (-50%)
jusqu’au 31/12/2012
COLOMBIE – .CO : 15€ HT
au lieu de 35€ (-57%)
jusqu’au 31/12/2012
MOBILE – .MOBI : 2€ HT
au lieu de 12€ (-83%)
jusqu’au 31/12/2012
MONTENEGRO – .ME : 15€ HT
au lieu de 30€ (-50%).
jusqu’au 30/09/2012
LE .IT OUVERT AUX IDN !

Depuis le 11 juillet, en fonction de votre éligibilité, vous pouvez déposer des noms de domaine en .IT, contenant un des caractères accentués suivants : à, â, ä, è, é, ê, ë, ì, î, ï, ò, ô, ö, ù, û, ü, æ, œ, ç, ÿ, ß. Attention : contrairement aux autres ouvertures IDN sur d’autres extensions (.eu, .fr, …), aucune phase prioritaire pour les détenteurs de marque n’a été mise en place. Protégez votre identité en ligne en enregistrant votre IDN .it dès maintenant !

Une autre bonne nouvelle ! Les critères d’éligibilité à l’enregistrement de .IT ont été étendus aux personnes résidant dans un des pays membre de l’Espace Économique Européen (« EEE ») : Islande, Liechtenstein et Norvège, ainsi qu’au Vatican, à Saint Marin et à la Suisse.

NOUVEAU SITE NAMEBAY.COM*

Nouvelle charte graphique, logo refondu, nouvelle ergonomie et nouvelles fonctionnalités sont au rendez-vous :

  • redesign complet de nombreuses pages afin d’en améliorer l’ergonomie et les performances,
  • ajout de contrôles Ajax pour une meilleure expérience utilisateur,
  • refonte de la navigation principale du site,
  • accès simplifié et davantage sécurisé à votre espace client,
  • amélioration de la gestion du panier (plusieurs types d’opérations possibles en simultané dans le même panier),
  • ajustement du temps de session pour répondre aux besoins de nos revendeurs,
  • simplification du processus d’enregistrement de noms de domaine,
  • gestion des transferts de registrants en masse,
  • gestion des renouvellements en masse,
  • mise en place d’une nouvelle page d’accueil de l’espace client, reprenant l’ensemble des dernières opérations effectuées (création, renouvellement, transfert), recherche dynamique, dernières factures, …

Cette nouvelle version est d’ores et déjà disponible ! Nous vous invitons à vous y rendre dès maintenant en cliquant sur le lien « accès à la nouvelle version du site Namebay.com » en haut de chaque page de l’ancienne version.
Précision importante : durant une phase de 2 mois, du 01/07 au 31/08/12, les sessions utilisateurs ne sont pas partagées entre ces deux sites. Une opération réalisée sur l’un des deux sites doit être effectuée jusqu’au bout sur celui-ci. Dans le cas contraire, l’opération pourrait ne pas aboutir.

* Pour les aficionados de l’ancienne version, celle-ci restera accessible jusqu’au 31 août 2012, afin de leur laisser le temps de s’adapter aux modifications mises en place.

SUIVEZ-NOUS !

Suivez les actualités de Namebay et les informations du marché du nom de domaine au quotidien sur notre site de news, notre compte Twitter ou notre page Facebook !

COMMANDER DES NOMS DE DOMAINE

Si vous souhaitez profiter de cette opération pour enregistrer vos noms de domaine, rendez-vous sur notre site.

Vous pouvez protéger vos noms de domaine et marques sur les 5 continents : 15 extensions génériques du .com au .travel, en passant par le .pro et le .aero, 43 extensions européennes, 30 extensions africaines ou océaniennes, 32 extensions américaines et 31 extensions asiatiques.

Les IDNs, une opportunité pour renforcer votre proximité

Si l’écriture de Nietzsche fut considérablement modifiée par l’apparition de la machine à écrire, nous pourrions tous affirmer la même chose d’Internet puisque nous adaptons notre rédaction au support que nous employons. Ceci est vrai pour les lignes éditoriales spécifiques au Net, mais surtout pour les noms de domaine dépourvus de signes diacritiques, qui nous semblent aujourd’hui, presque légitimes.

Jusqu’ici le format ASCII que nous utilisions pour former nos noms de domaine ne tenait pas compte des alphabets accentués. Un détail lorsque l’on est anglais ou américains mais une contrainte lorsque l’on est français ou allemands.

Contrainte abolie depuis le 3 mai dernier, avec l’apparition de 30 nouveaux caractères qui s’ajoutent à la composition des noms de domaines français. Une possibilité offerte par les IDNs (noms de domaine internationalisés) qui supportent les caractères latins accentués ainsi que les alphabets non latins (cyrilliques, chinois, arabes…). Les IDNs vont désormais permettre d’étendre à 67 le nombre de caractères autorisés, et ceci, sous les 6 extensions que l’AFNIC gère actuellement (.fr, .re, .tf, .wf, .pm et .yt). Une “sunrise period” a cependant été mise en place jusqu’au 3 juillet 2012, délai “d’enregistrement prioritaire” permettant aux propriétaires de sites de déposer leur variante “IDN”.

Si les noms de domaine s’adaptent enfin à notre alphabet, qu’en est-il en termes d’opportunités pour les marques ?

Mieux vaut prévenir que guérir

Profitez enfin d’un nom de domaine parfaitement en phase avec votre marque, votre orthographe est respectée, votre marque aussi. Mais ce changement est aussi une protection supplémentaire pour les marques. La procédure SYRELI, mise en place par l’AFNIC, permet aux ayants-droits d’obtenir rapidement la suppression ou le transfert de noms litigieux déposés par des tiers n’ayant aucun intérêt légitime.

Un nom compris est un internaute plus attentif

Une stratégie de naming ne doit pas être prise à la légère. Un nom n’est pas anodin, il reflète l’ADN d’une entreprise. Le nom doit être assez fort de sens pour être mémorisé. Un nom bien choisi doit être bien écrit, donc bien lu et bien compris..

Plus de local dans le SoLoMo

Avec la profusion d’alphabets pris en compte par les IDNs, chaque marque peut prendre position sur des marchés locaux, car communiquer sur un nom de domaine compréhensible par un internaute local reste un avantage considérable. Une solution de plus donc, pour déployer des stratégies sociales, locales et mobiles.

Côté référencement, pas de problème

Sur vos moteurs de recherche, rien n’indique en effet, qu’un nom de domaine en IDN soit moins bien référencé qu’un autre en ASCII. Vous pouvez migrer sereinement vers un format IDN sans vous soucier d’une baisse de ranking.

Avec l’accroissement des extensions acceptant les caractères locaux, comme le cyrillique pour la Russie, les idéogrammes pour la Chine ou les caractères accentués pour la France, il est incontestable que l’Internet de demain sera IDN. Même si la visibilité de cette nouveauté n’est pas encore aussi grande qu’espérée du fait de l’absence de migration d’une grande marque, l’apparition de nouvelles opportunités semble évidente. La singularité des marques est définitivement respectée.

Source: blog.emakina.fr

Une marque accentuée doit-elle déposer un nouveau nom de domaine ?

Par Damien Kindermans, fondateur de Pollen 42, avec Sabine Maréchal , 21/05/2012

Une petite (r)évolution va avoir lieu dans le nommage des noms de domaine géré par l’AFNIC. En effet, l’Association Française pour le Nommage Internet en Coopération a annoncé que les domaines en .fr pourront comporter des accents. En réalité, ce sont 30 nouveaux caractères qui seront disponibles sous les TLDs (suffixes type .fr, .re, etc.).

On y retrouve les lettres accentuées de la langue française comme les é, è, ê, à, mais aussi les œ et æ, et plus exotique le ß allemand ! Nombreux sont les internautes à protester contre la « pompe à fric », voire à l’insidieux « chantage » que représente cette ouverture. Passons outre ces considérations financières qui, si elles ne sont pas anodines, ne remettront pas en cause l’ouverture des noms de domaines à ces 30 nouveaux caractères. Si d’un point de vue technique, il n’y a pas de problématique particulière, des IDNs (caractères acceptés) de ce type sont déjà disponibles depuis plusieurs années pour d’autres extensions, la question se pose d’un point de vue marketing et communication.

1995 : Une url de marque n’a pas d’accent.
Dès l’ouverture d’Internet au grand public, les marques se sont emparées, plus ou moins rapidement, de ce nouveau medium, et des pure-players ont fait leur apparition. Des marques homonymes ont du lutter pour obtenir, suivant la règle premier arrivé/premier servi, l’url correspond à leur marque ou à défaut, la plus proche de leur nom déposé
La problématique de diffusion de cette marque digitale, adresse de leur site, de leur service, de leur boutique, etc. est alors devenue un véritable casse-tête !

On évoque bien souvent la difficulté qu’on les internautes à retenir un nom de domaine. D’un point de vue phonétique, nous sommes typiquement dans le domaine bien connu de l’impact et de la mémorisation.

Que dire alors de son écriture ? Les spots publicitaires radio dans lesquels l’url du site est épelée sont légions. Rappelons-nous les « OO » se prononçant [ou], les « KEL », mais aussi les « U » pour « you ». Autant de casse-têtes qu’il a fallu résoudre pour les professionnels de la communication.

URL accentuée : qu’est-que cela va changer pour les internautes ?

Je prends souvent ma jeune mère de 65 ans pour exemple. Quand elle s’est mise à Internet, j’ai du lui expliquer qu’un nom de domaine ne prenait pas d’accent. Nestlé en nom de domaine, c’est www.nestle.fr, ce qui pour elle était « bizarre ». Passé l’alibi technique, le fait que Internet est une « invention » américaine, langue dans laquelle les accents sont absents, je ne peux que comprendre qu’il a été difficile pour elle de ne pas écrire les urls de marque avec une bonne « orthographe ». Elle s’y est fait, surtout que comme presque tout le monde, elle tape en vrac, sans soucier des 3W et du .fr, .com, .net, directement dans la page du moteur de recherche, qui lui propose simplement de cliquer pour accéder au site voulu.

Maintenant, je vais lui annoncer qu’elle peut saisir un des 30 caractères accentués (et d’autres). Bon je suis bien conscient qu’avant de trouver comment taper le « o e dans l’o » de œuf ou de cœur, il va se passer quelques appels téléphoniques ! (Et vous, cher lecteur savez-vous comment on fait sans passer par le correcteur orthographique ?)

Protéger ses marques

En tant qu’agence, nous insistons auprès de nos clients pour qu’ils déposent marques, modèles et logos. Ce sont des actifs immatériels de l’entreprise. Il serait dommageable de devoir recourir à des procédures juridiques pour un nom de domaine déposé par un autre. Je ne parle pas du risque de cybersquatting, c’est à dire l’achat du nom de domaine par une tierce personne. A ce sujet, les expériences passées montrent qu’il n’est hélas pas rare de se faire « piquer » des adresses avec tout oui partie de son nom déposé. Même si les mécanismes de protection des marques mis en place par l’AFNIC s’appliquent également à ces nouveaux noms de domaines, il faut rappeler que de nombreuses marques et sociétés ont des homonymes, donc les protections ne s’appliquent que pour un secteur donné ou sont déposées uniquement dans certaines classes INPI. Il n’y a donc pas le choix : les marques vont devoir investir pour déposer le maximum de noms de domaine avec lettres accentuées et autres caractères spéciaux.

Mais s’il s’agit bien d’abord d’une contrainte, on peut aussi y voir un avantage en terme de localisation renforcée…

Enonçons une lapalissade : les accents sont une des particularités d’une langue, et diffèrent grandement d’une langue à une autre. Pour les pays européens, la lecture d’une marque restera aisée, quoique certains caractères allemands ou suédois vont nous poser des soucis. Mais demain, comment allons nous faire avec les idéogrammes chinois ou japonais, l’alphabet cyrillique, ou l’écriture arabe ?

Cette constatation, nous amène donc à prendre compte que cette acceptation de particularisme linguistique dans les noms de domaine, tend vers une localisation accrue. Or cette localisation est recherchée par les marques. Si depuis plusieurs années, les agences de communication pensent « global », nous sommes ici dans la mise en place d’actions « locales », y compris au niveau des sites Internet. L’apparition des lettres accentuées dans les urls va sans doute permettre une meilleure localisation des sites, de permettre une plus grande créativité dans la recherche de noms d’opérations marketing, etc.

En conclusion…

Comme au temps de l’ouverture des premiers noms de domaine, nous sommes dans le premier arrivé/premier servi. Il ne faut donc pas trainer ! De plus, rappelons à toutes fins utiles que l’Internet « civil » n’a pas 20 ans, et donc, que personne ne saurait prédire les usages futurs. Pour quelques dizaines, voire centaines d’Euros par an, il serait donc dommage de ne pas déposer de nouveaux noms de domaines, pour mieux de protéger ses marques.

source: ecommercemag.fr

Les caractères accentués feront leur entrée dans les noms de domaine

Les caractères français avec accents pourront bientôt être utilisés dans les noms de domaine se terminant par «.ca».

L’autorité canadienne pour les enregistrements Internet (ACEI) a lancé cette semaine la seconde et dernière étape de consultation sur ce dossier et la mise en oeuvre de caractères français dans les noms de domaine devrait se faire d’ici neuf à 18 mois.

Selon Me Kathryn Reynolds, conseillère juridique à l’ACEI, ce changement est inévitable.

«C’est acquis que ça va arriver. Il reste à déterminer comment on va l’introduire, qui aura accès aux noms de domaine avec les caractères français. Il faut aussi déterminer quelles technologies seront requises et devront être développées», dit-elle.

D’un point de vue canadien, la logique est inattaquable. «On croit vraiment qu’il est nécessaire de rendre Internet au Canada bilingue et que l’espace de domaine «.ca» soit accessible aux Canadiens des deux langues officielles», affirme Me Reynolds.

Elle précise toutefois que le Canada ne fera pas du tout figure d’original puisque la décision s’inscrit dans une tendance mondiale déjà bien amorcée.

«C’est quelque chose qui est offert partout dans le monde dans la plupart des langues qui ont des caractères non latins. On les trouve dans plusieurs pays européens, par exemple, dans les «.com» et dans les «.org»’, dit-elle.

Cette pratique, connue sous l’appellation de «noms de domaine internationalisés», a permis l’apparition de noms de domaine contenant des caractères cyrilliques, des idéogrammes chinois et autres dans des noms de domaine se terminant par «.com» et «.org», entre autres.

La France, qui doit également agir en la matière, a terminé ses consultations et passera bientôt à l’introduction de caractères accentués.

Plusieurs intervenants ont exprimé des craintes par rapport à ce changement, les plus importantes se situant du côté des fraudes et des coûts.

La principale crainte est de voir des fraudeurs se livrer à de l’hameçonnage en créant un site Internet factice. Pour ce faire, ils pourraient réserver des noms de domaine identiques à d’autres déjà existants auxquels s’ajouteraient des accents.

Me Reynolds assure toutefois que tout nom de domaine comportant des mots pouvant être accentués verrait toutes ses formes et variantes réservées indéfiniment au détenteur du même nom de domaine sans accent.

Quant au coût que représenterait l’achat de ces noms de domaine multiples, elle précise qu’ils varient de 8,50 $ à 15,00 $ par année, selon le cas, mais qu’ils seraient néanmoins réservés indéfiniment aux détenteurs de noms existants même si ceux-ci décidaient de ne pas les acheter.

Elle fait valoir que tous seront gagnants en ayant ainsi la possibilité d’afficher leur nom de domaine.

«Vous pouvez vous imaginer sur le côté d’un autobus: «beauté/santé.ca’, c’est beaucoup plus facile à comprendre avec les accents que ‘beaute/sante.ca’. C’est bien mieux pour les gens qui veulent promouvoir leur site Web et encourager les gens à les visiter. Ce sont des mots qui vont enfin avoir un sens en français plutôt que de se retrouver sans accent», dit-elle.

Auteur : Pierre Saint-Arnaud
Source CyberPresse.ca

Des accents dans les noms de domaine canadiens

Les noms de domaine canadiens comprenant des accents pourraient bien être disponibles très bientôt.

L’Autorité canadienne pour les enregistrements Internet (ACEI), organisme qui régit les noms de domaine se terminant par «.ca», a lancé cette semaine une consultation publique pour définir les barèmes d’utilisation des accents.

Il serait donc possible de voir les accents français – même les trémas et la cédille – dans une barre d’adresse de fureteur web.

Depuis l’abolition du suffixe «.qc.ca» en octobre dernier, PointQuebec, une organisation à but non lucratif gérée par Normand Fortier, fait du lobbyisme auprès de l’ICANN, organisme qui gère les noms de domaine, pour la création d’un «.québec».

M. Fortier avait déclaré, en entrevue en juillet dernier, que la création du suffixe devait se faire avant novembre 2013.

Source Canoe.ca

Les adresses web en .fr auront des accents dès 2011

L’AFNIC (Association française pour le nommage Internet en coopération), en charge de gérer les noms de domaine en .fr (France) et .re (Réunion), vient d’annoncer que d’ici quelques mois, les accents seront autorisés dans les adresses web.

Plus précisément, on parle de caractères diacritiques, qui viennent s’apposer sur les lettres. Cependant, le choix des caractères fait débat. Bien que l’implantation des caractères courants (à â ä ç é è ê ë î ï ô ö ù û ü) fasse l’unanimité, celle des caractères propres aux langues régionales (telles que le Basque, le Breton, le Corse) ne suscite pas le même engouement.

Dans un premier temps, ce seront ainsi les caractères français les plus usités, tels que l’accent aigu, l’accent grave, la cédille, qui bénéficieront d’un traitement de faveur.

Les premiers noms de domaine accentués devraient débarquer d’ici six à huit mois.

Source: minute buzz via 01.net