Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: cybersquatting

How to register for a .uk domain name, and avoid the squatters and hackers

The fast approaching rollout of new generic top-level domains (gTLDs), like .uk and .london, has the potential be either a dream scenario or waking nightmare for organisations of all shapes and sizes.

This is because, on the one hand the move could let organisations tailor their online offering to a much more specific set of clients. For example, Groupon may like to take advantage of the .london domain to mount specific, targeted advertising campaigns or market more detailed region specific deals.

However to countermand this, there are also several potential pitfalls and logistical issues that could hamper businesses’ ability to take advantage of the new domain options. This hasn’t been helped by the fact many companies are still fairly confused about how exactly they can secure one or more of the new gTLDs, or move their existing sites across to one of the new domains.

How to register for a .uk domain
While the new .london domain will be available from 29 April, the .uk suffix will roll out a bit later on 10 June. The process of getting hold of a .uk or .london domain name is actually very simple. The process is identical to that seen registering any other .com or .co.uk domain, and simply requires a company to register their site with a web registrar. The new .uk domains will cost the same as their .co.uk equivalents, with Nominet charging £3.50 for a single year and £2.50 for multi-year registrations. Pricing for the .london addresses are yet to be confirmed.

Should you upgrade?
While .london and other new non-country gTLDs pose a whole different crop of questions – which V3 will be answering in an upcoming article later in March – the real question facing businesses regarding the .uk suffix is what are the benefits of upgrading their sites to the shorter country domain suffix as opposed to sticking with their current .co.uk or .com suffix. Nominet, the registry running the new .uk domains, claims the transition will offer serious benefits, reporting: « 81 percent of people prefer .uk domains when searching or buying online. »

While this may be true, some companies remain unconvinced and have expressed security concerns about the .uk rollout. One concern is that the wealth of new domains – Nominet alone offers .org.uk, .me.uk as well as .uk and .co.uk – could be used as a launch point for nefarious cyber attacks.

On paper there certainly is some evidence for this. Hackers often create schemes that aim to infect users’ machines with malware when they visit specific websites. The campaigns often attempt to increase their victim base by hosting the malware on sites that sound similar to popular legitimate ones.

Additionally, as noted by F-Secure security researcher, Sean Sullivan the rollout also increases the chance businesses could fall victim to Domain Name System (DNS) hijackings. « The .uk transition period could possibly provide an opportunity for clever social engineers (such as the Syrian Electronic Army) – but registrars should already be on the lookout for this, » he told V3.

DNS hijacking is a common tactic used by several hacker groups. It is designed to let hackers take control of a site and can be used for a variety of dangerous purposes.

Another key concern is that an abrupt move from .co.uk or .com to .uk or any of the other alternative domains could in theory lead to a traffic loss, which for sites reliant on vistor digital footfall or online advertising revenue, could be disastrous. An early transition to .uk could also be an issue for any business that uses its web URL for marketing purposes – like for example Comparethemarket.com or Lastminute.com – which have already spent vast sums increasing awareness of their existing brand.

These issues has been noticed by Nominet chief operating officer, Eleanor Bradley, who told V3: « Users will have to be really savvy going forward about what domain name they use. There are going to be so many available and it will be really important that people recognise it won’t just be about .co.uk and .com, it’s going to be about lots of other top level domains.

« The problem is, because there’s lots of choice, there is a danger of confusion. This means when making a website, businesses need to think about what they’re doing and where they’re going in the future more than before. »

Beware the squatters
In the past these risks would have been countermanded by the much more pressing threat posed by web domain squatters. Domain squatters are beasts similar to patent trolls that can cause businesses very serious headaches. They operate by buying domains which sound similar or could be confused with those of legitimate businesses, and then hold them ransom and demand vast sums of cash from any company interested in the rights to them.

Luckily, many registrars have taken steps to ensure this situation does not occur when the new gTLDs are rolled out. Bradley explained to V3: « If you have .co.uk you will have option to register the shorter domain name. You’ll have five years. We settled on five years as we didn’t want businesses to have to worry about being forced to move to the new domain. We wanted to let them tie it into a branding event or larger strategy. »

This is great as it means businesses have five years to get their ducks in order before pushing ahead with a move to .uk. As explained by Taylor Wessing partner, Jason Rawkins, during an interview with V3: « The main thing is to get people aware of the change which a lot currently aren’t. The five-year period is pretty sensible and means even if people miss it, they should be fine and won’t have to worry about cyber squatters. »

The only possible remaining issue is that there is potential for legal conflict when a well-known .co.uk domain or brand and a lesser known .org.uk site use the same name, for example flower.co.uk and flower.org.uk. However, as noted by Rawkins, this is fairly unlikely to occur.

« It won’t crop up because if you’re a brand with a .co.uk address you’ll already have rights to .uk, » he told V3. « From a practical point of view legal conflict is possible, but it would be very unusual. It could happen with generic or descriptive things, like flower, but it would be unlikely to occur with a trademark, like say Volkswagen. »

As a result, with all factors and concerns answered it seems businesses do not need to rush their move to .uk and should heed Bradley’s advice to take their time and really think about which domain is best for their business now and into the future.

Auteur: Alastair Stevenson

Source: v3.co.uk

Quand le pape cohabite avec l’islam sur des sites X

Bulent Ozcan est un cybersquatteur qui ne manque pas d’opportunisme, mâtiné d’un sens grinçant de l’humour. Il a en effet enregistré une douzaine de noms de domaine, variations autour du nom du pape Benoît XVI, dont la plupart sont en .xxx.

Une douzaine de noms de domaine comportant le nom du pape Benoît XVI ont été déposés par un habitant d’Istanbul, répondant au nom de Bulent Ozcan. Jusque là, rien de vraiment choquant ou surprenant. Pour autant, ce cybersquatteur s’est amusé à associer le nom du Très Saint Père à des extensions de noms de domaine en .xxx, plutôt réservés aux sites pornographiques qu’aux bulles papales.
Et pour aller un peu plus loin, Bulent Ozcan s’est apparemment plu à mettre, sur chacun de ses sites, deux messages. Le premier, accompagné de deux images, l’une de la Mecque l’autre du Coran, indique : « Everyone will find Islam » (« Tout le monde trouvera l’Islam » en français). Le second plus prosaïque indique simplement que le site est à vendre, une adresse e-mail permettant de contacter facilement le propriétaire des noms de domaine.

Condamné à payer ?

Historiquement, le cybersquatting a toujours été un moyen de récupérer de l’argent sans trop d’efforts, surtout quand les noms de domaine peuvent éventuellement porter atteinte à l’image de la personne concernée. Est-ce à dire que le Vatican se verra obligé de passer à la caisse s’il veut racheter ces noms de domaine, comme a dû le faire Richard Branson récemment ? Pas forcément. Le Vatican pourrait toutefois faire appel au RES, le Rapid Evaluation Service, mis en place le 1er septembre 2011. Ce service est en charge des noms de domaine en .xxx et a pour but de fournir une réponse rapide « aux situations dans lesquelles il y a de toute évidence un abus portant sur une marque connue (…) ou sur une personne (…) ».
La procédure portée devant le RES coûte 1 300 dollars mais peut aboutir à la suspension des noms de domaine en un peu moins de deux jours ouvrés. Avant le lancement du .xxx, ICM Registry avait proposé à quelques administrations de verrouiller certains noms de domaine pour qu’ils ne puissent pas être enregistrés. C’est notamment le cas de vatican.xxx. Malgré sa grande présence sur la Toile et bientôt sur Twitter, le pape Benoît XVI lui n’avait, visiblement, pas bloqué de domaine à son nom.
Source: 01net.com

Hausse significative du cybersquatting en 2011

Les plaintes pour usurpation de noms de domaines sur internet, ou cybersquattage, déposées à l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) n’ont jamais été aussi nombreuses qu’en 2011, a fait savoir lundi l’organisation. Un nombre record de 2764 plaintes a été enregistré portant sur 4781 noms de domaine.

« L’augmentation massive du nombre de nouveaux domaines autorisée par l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers ICANN risque encore d’aggraver la situation« , a déclaré le directeur général de l’OMPI Francis Gurry.

Depuis décembre 1999, l’organisation a été saisie de 22 500 litiges portant sur quelque 40 500 noms de domaine. En 2011, les litiges ont opposé des requérants et des défendeurs de 110 pays.

Les Etats-Unis viennent en tête des pays d’origine des requérants (929 litiges), devant la France (300), le Royaume-Uni (244), le Danemark (204), l’Allemagne (149) et la Suisse (142). Du côté des défendeurs, les Etats-Unis étaient également en tête (786 litiges), devant la Chine (339), le Royaume-Uni (178). La Suisse n’arrive que loin derrière avec 36 défendeurs.

Les principaux domaines d’activité des requérants ont été le commerce de détail, l’internet et l’informatique, la biotechnologie et les produits pharmaceutiques, la mode, la banque et la finance.

Source: rtbf.be

L’UMP squatte le .fr du slogan de François Hollande. Le peut-elle ?

L’UMP a réservé le nom de domaine LeChangementCestMaintenant.fr, inspiré par le slogan voulu par François Hollande pour lancer sa campagne 2012. Le parti majoritaire l’exploite pour se moquer du candidat socialiste. Mais en a-t-elle le droit ?

Décidément, François Hollande n’a pas de chance avec ses noms de domaine. En octobre 2011, un internaute avait réservé le nom de domaine Hollande2012.fr, qui pour le moment n’a toujours pas fait l’objet d’une transaction avec le Parti Socialiste. Aujourd’hui, c’est l’UMP qui s’empare du nom de domaine français correspondant au slogan de campagne du candidat de gauche.

L’UMP a en effet réservé le nom de domaine lechangementcestmaintenant.fr, qui correspond au titre donné par François Hollande a sa tribune programmatique publiée dans le journal Libération. Elle s’est immédiatement servie du nom de domaine pour y publier un pastiche cinglant. « Mitterrand et Jospin n’ont jamais voulu de moi comme ministre et tout le monde reconnaît que mes onze ans à la tête du PS n’ont laissé aucune trace« , dit le François Hollande imaginaire qui signe la tribune publiée dans « L’Hibernation ».

« Le nom de domaine a été acheté dès hier soir par l’UMP car François Hollande et ses équipes ont juste oublié de sécuriser le slogan sur Internet« , se réjouit dans Les Inrocks un membre de la direction de l’UMP. « Il va peut-être devoir changer de slogan !« .

En attendant, la question de la légalité du cybersquattage opéré par l’UMP se pose. D’après les propres règles fixées par le gouvernement dans un décret du 1er août 2011, est considéré « de mauvaise foi » et donc illicite « l’enregistrement d’un nom de domaine principalement dans le but de nuire à la réputation du titulaire d’un intérêt légitime » sur ce nom. Reste à savoir si François Hollande ou le Parti Socialiste ont un « intérêt légitime » sur le slogan, qui selon nos recherches n’a pas fait l’objet d’un dépôt de marque auprès de l’INPI.

auteur : Guillaume Champeau
Source Numerama.com

Des universités américaines réservent des sites.xxx

Soucieuses de leur image, deux universités ont déjà acheté des noms de domaine de ce type, normalement réservés aux sites pornographiques.

La page du site uchicago.xxx (Capture d'écran)
La page du site uchicago.xxx (Capture d’écran)

A peine disponibles à la vente, les adresses web en .xxx n’ont pas été longtemps l’apanage des seuls sites pornographiques.En effet, les universités de Chicago et de North Western (Illinois) ont déjà acheté leur nom de domaine en .xxx. L’objectif étant d’éviter d’être victime de « cyber-squatting ».

« Nous avons le devoir de protéger l’intégrité de nos étudiants et notre image, » a justifié une porte-parole de l’université de Chicago dans le « Chicago Tribune« .

De nombreuses entreprises ou entités, soucieux de leur image, ne devraient pas tarder à suivre le modèle des universités américaines et réserver leur nom de domaine.

source : NouvelObs.com

L’ouverture des noms de domaine sur internet critiquée

L’ouverture des noms de domaine sur internet, décidée en juin par l’organisme indépendant Icann, a été très critiquée par des experts jeudi au Congrès américain, au lendemain de l’avertissement d’un responsable de l’administration pour qui elle pourrait s’avérer désastreuse.

Cette ouverture, qui permettra à ce que des adresses internet se terminent autrement qu’avec les suffixes .com, .org, .gouv ou des lettres signalant divers pays (.fr, .be, etc.), autorisera des entreprises de demander des noms de domaines pour des adresses qui se termineraient par exemple en .apple, .toyota ou .bmw.

Pour Esther Dyson, ancienne présidente de l’Icann, c’est une innovation inutile qui risque de déboucher sur «une profusion de noms de domaines» ne pouvant qu’apporter de la confusion.

«Toute cette idée est malavisée», a-t-elle dit, «j’espère que l’Icann va revenir dessus».

Daniel Jaffe, responsable de l’Association nationale des annonceurs, a jugé le projet «fondamentalement vicié»: «les entreprises vont devoir acheter leur propre nom pour se protéger», a-t-il assuré: «même pour les grosses entreprises ça coûtera très cher».

Pour Angela Williams, directrice juridique de la fédération d’associations sportives YMCA, «le nouveau programme remet en cause le fonctionnement d’internet en augmentant le risque de fraude, de « cybersquatting », et d’usurpation de marque, et en relevant de façon important le coût à payer pour se protéger de ces infractions».

«Rien que le coût de tout le processus de demande d’un nom de domaine pourrait atteindre des centaines de milliers de dollars», a-t-elle affirmé, ce qui serait particulièrement dommageable pour des organismes à but non lucratif comme la YMCA.

L’Icann a indiqué qu’il en coûterait 185 000 dollars pour demander un nouveau suffixe.

Mercredi, le président de la Commission fédérale du Commerce (FTC), Jon Leibowitz, s’était dit «très très inquiet du fait que l’ouverture de ces nouveaux (noms de domaine) ait le potentiel de tourner au désastre pour les consommateurs et les entreprises».

«Nous y voyons un énorme coût pour les consommateurs et les entreprises, et pas beaucoup d’avantages», avait-il dit.

Le vice-président de l’Icann, Kurt Pritz, a affirmé jeudi prendre toutes ces critiques «très très au sérieux», mais il a défendu la décision prise, résultat d’une consultation de six ans et conçue pour «bénéficier à des milliards d’internautes avec plus de concurrence, de choix et d’innovation».

Source : Canoe.ca

Présidentielle : le squat des noms de domaine fait fureur

A l’approche de l’élection présidentielle, le cybersquatting se développe : Morin2012.fr renvoie vers un blog caustique et francoisfillon.fr vers le site de campagne de François Hollande.

«J’essuie, j’existe». Ce n’est pas le slogan de campagne du centriste Hervé Morin mais l’accroche du site vers lequel renvoient les noms de domaine Morin2012.fr et Morin2012.com. A l’approche de la présidentielle, de plus en plus d’internautes squattent les noms de domaine des candidats. On appelle cela le cybersquatting.

Les motivations de ces internautes sont variées: gêner la stratégie de communication numérique du candidat, faire le buzz sur son site personnel ou parfois essayer de monnayer la cession du nom de domaine. Deux jours après son entrée en campagne, Hervé Morin n’a pas de site officiel et les internautes qui tapent «Morin 2012» sur un moteur de recherche se retrouvent sur un blog sarcastique qui débat de sujet aussi variés que «le caca», «le grand espoir de 2012» ou encore «la parole de l’ivrogne». On peut rêver meilleure entrée en campagne sur le web.

D’autres noms de domaines stratégiques sont également squattés et pourraient donner du fil à retrordre aux équipes de campagne. La liste est longue. Nicolassarkozy2012.fr renvoie vers le site d’une femme qui a un salon de tatouage et qui défend le caractère artistique de son métier. Sur la homepage de son site, on peut lire : «Un combat, une vie, 15 ans». Le site sarkozy-2012.info.fr est également squatté mais par des opposants à la politique conduite par le chef de l’Etat. Le bandeau de homepage vend ainsi le site comme «Une source d’information sur Nicolas sarkozy, son gouvernement et l’UMP», mais le libellé des onglets en dit long sur la teneur des articles: «Sarkodégage», «Sarkozynade».

«francoisfillon.fr» renvoie vers le site de Hollande

Hollande2012.fr renvoie sur le site Lolitique.com, «petites phrases assassines entre amis de la politique», un blog qui recense les promesses des candidats ou leurs petites phrases. «Sarkozy: ‘J’ai pas été élu pour augmenter les impôts !’ ou encore «Nadine Morano : ‘Hollande président ? C’est la ruine du pays’».

Le nom de domaine du candidat socialiste a fait l’objet d’une véritable bataille. Son nom de domaine a été squatté par un chômeur qui a donné un coup de pub à sa recherche d’emploi dans le domaine du marketing et de la communication. Courant octobre, l’adresse «hollande2012.fr» a également momentanément redirigé vers le site internet de l’UMP, avant de mener vers un graphique chiffrant le coût de la primaire socialiste. La réponse du camp d’en face ne s’est pas fait attendre: «francoisfillon.fr» renvoyait lundi matin vers le site officiel de campagne de François Hollande.

La campagne présidentielle va de plus en plus se jouer sur le net et les noms de domaine sont devenus un véritable enjeu pour les candidats.En septembre dernier, c’est Jean-Louis Borloo qui a dû batailler pour récupérer son site borloo2012.com. En 2007, Bertrand Delanoë avait dû en passer par la justice pour récupérer delanoe2008.com, utilisé par ses opposants. Les élus obtiennent systématiquement gain de gause car ils ont la loi avec eux: si l’achat de nom de domaine est libre, leur utilisation est très réglementée notamment pour les élus.

Un texte de mars 2011 dispose ainsi que «l’enregistrement des noms de domaine peut être refusé lorsque celui-ci est susceptible de porter atteinte à des droits de propriété intellectuelle ou de la personnalité, sauf si le demandeur justifie d’un intérêt légitime et agit de bonne foi.».

Auteur : Fabrice Amedeo
Source LeFigaro.fr

Le gag du jour sur le Web : cliquez sur FrancoisFillon.fr

Il y a des matins comme ça, où on se réveille en voulant prendre des nouvelles de notre Premier ministre, de son plan d’austérité, de sa future campagne électorale à Paris. On tape donc FrancoisFillon.fr et là, surprise.

C’est d’abord la photo qui surprend : François Fillon a perdu quelques cheveux et gagné quelques kilos. Encore plus étrange, il sourit. Un sourire timide, mais un sourire quand même, auquel il ne nous avait pas habitués.

La crise, la rigueur, la guéguerre avec Rachida Dati, ce serait donc fini ? Eh non : tout simplement, l’adresse francoisfillon.fr renvoie vers… francoishollande.fr, le site officiel du candidat socialiste.

Le François de gauche aurait-il décidé de faire une blague au François de droite ? Réponse par e-mail de Vincent Feltesse, chargé de la campagne du socialiste sur Internet :

« Nous ne sommes bien sûr pas à l’origine de ce cybersquattage… »

Vérification faite, les deux noms de domaine n’ont effectivement pas la même adresse IP. Une recherche Whois ne fournit pas beaucoup d’informations : francoisfillon.fr a été acheté en novembre 2009, et son propriétaire a choisi de rester anonyme.

Le blagueur voulait-il venger François Hollande ? Le candidat socialiste avait lui aussi été victime du « cybersquatting » de noms de domaine.

Un internaute avait acheté hollande2012.fr et l’avait redirigé vers le site de l’UMP. Un simple gag, avait-il expliqué. D’ailleurs, l’adresse renvoie maintenant vers un site baptisé Lolitique.

auteur : François Krug
Source : Rue89.com

Apple veut récupérer des noms de domaines liés à l’iPhone 4S renvoyant sur de la pornographie

Comme à chaque annonce d’un nouveau produit chez Apple, des petits malins vont acheter le nom de domaine lié à cette marchandise. Hier, Domain Name Wire a justement noté qu’Apple a porté plainte auprès de l’Uniform Domain Name Dispute Resolution Policy dans le but d’être le propriétaire de ces noms de domaines, dont iPhone4S.com. Il faut dire que les sept listés renvoient tous sur du contenu à caractère pornographique. Embêtant sachant que l’iPhone n’est absolument pas associé à ce genre de contenu.

La décision finale pourra prendre du temps. Pour iPhone4.com par exemple, Cupertino n’a pu se l’approprier que depuis Juillet. Toutefois, pour le coup, le transfert semble avoir été fait de manière « amical » sans aucun procédure devant la justice.

source iPhoneAddict.fr

2012 : la tatoueuse et le président

Vous pensiez tomber sur le site de campagne du président de la République en tapant Nicolassarkozy2012.fr ? Perdu! A la place, une page noire au titre bien énigmatique : « Un combat, une vie, 15 ans. » Corinne Dubosque, propriétaire d’un salon de tatouage à Pontault-Combault (Seine-et-Marne), est à l’origine de ce « cyber- squattage ». Elle a acheté ce nom de domaine pour en détourner l’audience et se faire entendre. Son combat ? Faire reconnaître son métier comme une profession artistique. Et bénéficier ainsi d’une TVA à 5,5% au lieu de 19,6%. « Le tatouage n’est pas considéré comme un art alors que c’est le cas, par exemple, de graphistes qui travaillent dans la pub, argue la tatoueuse. Ce n’est pas normal. »

Corinne Dubosque n’aime pas beaucoup le terme de « cybersquat » : à cause de sa connotation délinquante, alors que « c’est tout à fait légal d’acheter un nom de domaine ». La tatoueuse n’en est pas à son coup d’essai. En 2007, elle enregistre « pour rigoler » Carlabrunisarkozy.eu. Elle a déposé depuis des noms de domaine associés à plusieurs membres du gouvernement. Un petit jeu qu’elle n’est pas la seule à pratiquer : la semaine dernière, le site Hollande2012.fr a été utilisé par un jeune chômeur.

Corinne Dubosque n’a jamais pensé à monnayer ces noms de domaine auprès de leurs propriétaires légitimes. « Ce qui m’importe, c’est de me faire entendre, assure-t-elle. Si en plus je peux enquiquiner Sarkozy, tant mieux, parce que je ne l’aime vraiment pas. » La poupée vaudou du président, qui trône à l’entrée du salon de tatouage, ne dira pas le contraire.

source LeParisien.fr