Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Quand le pape cohabite avec l’islam sur des sites X

Bulent Ozcan est un cybersquatteur qui ne manque pas d’opportunisme, mâtiné d’un sens grinçant de l’humour. Il a en effet enregistré une douzaine de noms de domaine, variations autour du nom du pape Benoît XVI, dont la plupart sont en .xxx.

Une douzaine de noms de domaine comportant le nom du pape Benoît XVI ont été déposés par un habitant d’Istanbul, répondant au nom de Bulent Ozcan. Jusque là, rien de vraiment choquant ou surprenant. Pour autant, ce cybersquatteur s’est amusé à associer le nom du Très Saint Père à des extensions de noms de domaine en .xxx, plutôt réservés aux sites pornographiques qu’aux bulles papales.
Et pour aller un peu plus loin, Bulent Ozcan s’est apparemment plu à mettre, sur chacun de ses sites, deux messages. Le premier, accompagné de deux images, l’une de la Mecque l’autre du Coran, indique : « Everyone will find Islam » (« Tout le monde trouvera l’Islam » en français). Le second plus prosaïque indique simplement que le site est à vendre, une adresse e-mail permettant de contacter facilement le propriétaire des noms de domaine.

Condamné à payer ?

Historiquement, le cybersquatting a toujours été un moyen de récupérer de l’argent sans trop d’efforts, surtout quand les noms de domaine peuvent éventuellement porter atteinte à l’image de la personne concernée. Est-ce à dire que le Vatican se verra obligé de passer à la caisse s’il veut racheter ces noms de domaine, comme a dû le faire Richard Branson récemment ? Pas forcément. Le Vatican pourrait toutefois faire appel au RES, le Rapid Evaluation Service, mis en place le 1er septembre 2011. Ce service est en charge des noms de domaine en .xxx et a pour but de fournir une réponse rapide « aux situations dans lesquelles il y a de toute évidence un abus portant sur une marque connue (…) ou sur une personne (…) ».
La procédure portée devant le RES coûte 1 300 dollars mais peut aboutir à la suspension des noms de domaine en un peu moins de deux jours ouvrés. Avant le lancement du .xxx, ICM Registry avait proposé à quelques administrations de verrouiller certains noms de domaine pour qu’ils ne puissent pas être enregistrés. C’est notamment le cas de vatican.xxx. Malgré sa grande présence sur la Toile et bientôt sur Twitter, le pape Benoît XVI lui n’avait, visiblement, pas bloqué de domaine à son nom.
Source: 01net.com