Toute l'actualité des noms de domaine

commerciale

Les membres de Tea Party seraient assis sur une mine d’or

Les trois membres de la formation rock canadienne Tea Party seraient assis sur une véritable mine d’or, et une simple transaction pourrait peut-être leur rapporter des millions de dollars.

Les musiciens possèdent effectivement le nom de domaine teaparty.com, qui n’était pas en demande lorsqu’ils se sont enregistrés en 1995. La valeur, à tout le moins théorique, de cette adresse web a toutefois escaladé en raison de la popularité récente du mouvement politique Tea Party, aux États-Unis.

Des experts soutiennent que la vente de cette adresse web pourrait leur rapporter une fortune, bien qu’il ne s’agisse encore que de spéculations.

Le groupe, réuni à nouveau depuis peu et prêt à se lancer dans une tournée après une pause de six ans, affirme toutefois être prêt à considérer toutes les offres. Celles provenant du mouvement de droite partageant le même nom que le groupe seront elles aussi examinées.

Et ce, même si les musiciens ne partagent pas du tout les opinions politiques du mouvement.

Le bassiste du groupe, Stuart Chatwood, a mentionné en entrevue vendredi qu’il serait peut-être plus «politiquement correct» de refuser l’argent du mouvement, mais qu’il fallait se rappeler qu’ils sont avant tout des «êtres humains».

Il s’agissait de la première entrevue accordée par le musicien depuis la mention de son groupe sur le site Bloomberg Businessweek, le 15 septembre.

L’histoire a rapidement fait le tour du monde et le téléphone n’a pas dérougi pour les membres du Tea Party.

Le bassiste a fait savoir que le groupe se pencherait prochainement sur toutes les offres d’achat.

De telles offres avaient déjà été lancées dans les dernières années par des farceurs, qui voulaient racheter le nom de domaine pour quelques centaines de dollars.

Source Cyberpresse.ca

SSL frauduleux : DigiNotar en banqueroute

L’autorité de certification néerlandaise DigiNotar a été placée en procédure de banqueroute par sa maison mère. Une faillite qui fait suite à l’affaire des certificats SSL frauduleux.

Les dernières semaines ont été dures pour DigiNotar. L’autorité de certification a perdu toute crédibilité après une intrusion informatique et l’émission de faux certificats SSL.

En dépit d’une révocation rapide, des certificats frauduleux ont été émis pour des noms de domaine appartenant à des géants du Web comme Google, Facebook, Microsoft et bien d’autres. Sans compter également des noms de domaine liés aux services secrets britanniques, au Mossad.

L’affaire a fait sortir de ses gonds Mozilla qui a pointé le parfois laxisme des autorités de certification dans leurs mesures d’authentification, et d’exiger l’audit de leurs systèmes pour toujours paraître dans son programme root ( certificat racine ).

VASCO n’a pas tergiversé et a placé sa filiale DigiNotar en banqueroute. Un administrateur et un juge vont donc s’occuper de la liquidation de DigiNotar.

Dans un communiqué, VASCO prend soin de préciser que son infrastructure technologique est totalement indépendant de celle de DigiNotar :   » nous voulons rappeler à nos clients et investisseurs que l’incident chez DigiNotar n’a eu aucun impact sur la technologie d’authentification de VASCO « .

Une intrusion informatique peut donc avoir de terribles conséquences, y compris pour celui qui ne réagit pas de la meilleure manière.

auteur : Jérôme G.
source Generation-nt.com

Un groupe canadien vendrait son nom de domaine pour 1M$

Voilà le prix qu’il faudrait payer pour «avoir la paix», selon le magazine américain US.

Le groupe canadien «The Tea Party» est de plus en plus populaire dans les recherches sur le Web… mais pas nécessairement pour la qualité de sa musique.

La grande popularité du mouvement politique américain de droite, le «Tea Party» a offert au groupe musical une popularité soudaine qui déconcerte et ennuie ses membres. «Notre nom a beaucoup souffert de cette situation», a indiqué le bassiste du groupe, Stuart Chatwood, dans une entrevue accordée à BusinessWeek.

À tel point que le groupe serait maintenant prêt à laisser aller son nom de domaine pour la somme d’un million de dollars, tout en prenant soin de se distancier des principes du mouvement politique.

«À titre de Canadiens, nous sommes sensibles à toute forme de critique du système de santé», affirme Chatwood. Ce qui ne les empêche pas de vouloir profiter de l’argent américain, comme l’indique l’AFP.

Auteur: Martin Morin
Source Branchez-vous.com

Domaines en .xxx : les marques non-pornographiques se protègent déjà

Afin d’éviter d’éventuelles batailles juridiques, de nombreuses marques qui n’ont rien à voir avec l’industrie du porno procèdent à l’enregistrement de domaines en .xxx pour se protéger du cybersquatting.

Récemment validée par l’ICANN, l’extension de domaines en .xxx sera mise en service officiellement en décembre prochain. Dans l’immédiat, les entreprises et autres marques peuvent déposer des options sur les adresses web via le site d’ICM Registry, le registrar qui a la mainmise sur l’extension.

Ce dernier revendique plus de 900 000 « réservations de domaines », mais il ne s’agirait pas uniquement de sites purement pornographiques, bien loin de là : selon le greffier en ligne Easyspace cité par Fox News, 80% des noms de domaines réservés n’auraient rien à voir avec le milieu du X. De nombreuses firmes prennent en effet les devants pour ne pas voir de domaines en .xxx enregistré à leur nom, sans leur accord. MTV Networks, l’agence de voyage américaine Budget Travel ou encore la Croix Rouge font partie des entreprises qui n’ont pas pris de risque.

Un fait qui explique le nombre conséquent de réservations, alors que du côté de l’industrie du porno, l’heure n’est pas vraiment à l’acceptation de cette nouvelle extension : beaucoup pensent que l’arrivée des domaines en .xxx va surtout faciliter le blacklistage des sites X par certains pays – l’Inde a d’ailleurs déjà pris les devants.

A l’heure actuelle, réserver un domaine en .xxx coûte entre 200 et 300 dollars, une somme multipliée par un grand nombre d’adresses pour certaines entreprises comme MTV, qui a indiqué avoir réservé plus de domaines en .xxx que pour n’importe quel autre lancement d’extension. D’autres, comme la Croix Rouge qui est une ONG humanitaire, bénéficie d’un blocage gratuit d’une liste de domaines.

Enfin, il y a également ceux qui comptent utiliser cette nouvelle extension de façon originale, comme la PETA (l’équivalent de la SPA aux USA) qui compte lancer peta.xxx comme « un site pornographique qui attire l’intention sur le sort des animaux ». Il semblerait que d’ici à décembre, les domaines en .xxx réservent quelques surprises.

source : clubic.com

Google achète le nom de domaine g.co pour chapeauter ses sites

Le groupe internet américain Google a annoncé lundi qu’il avait acheté le nom de domaine g.co, destiné à raccourcir les adresses internet de tous ses produits.

«Nous n’utiliserons g.co que pour vous envoyer vers des pages internet qui appartiennent à Google, et nous sommes les seuls à pouvoir créer des raccourcis en g.co», a précisé le vice-président du marketing de Google, Gary Briggs, sur le blogue du groupe. «Cela signifie qu’on peut aller sur un lien raccourci en g.co en étant sûr de toujours atterrir sur une page d’un produit ou d’un service de Google».

Selon le site d’informations spécialisées TechCrunch, l’acquisition d’un nom de domaine composé d’une seule lettre et du suffixe .co coûte plus de 1,5 million de dollars. Google n’a pas indiqué combien il avait déboursé pour acheter ce nom de domaine à la société .co Internet SAS, qui gère les noms de domaine dotés du suffixe .co, basée en Colombie.

Un tel nom de domaine raccourci est notamment prisé des sites internet ayant vocation à être mentionnés sur Twitter, où les messages doivent compter un maximum de 140 caractères.

Source: Technaute Cyberpresse Canada

« Social.com », un nom de domaine à 2,6 millions de dollars

Le nom de domaine « social.com » a été vendu aux enchères 2,6 millions de dollars, un niveau record dans le secteur. « Social.com » : ce nom de domaine Internet a coûté à son propriétaire, qui souhaite rester anonyme, 2,6 millions de dollars.

La vente aux enchères a été organisée sur Internet par la société espagnole « Moniker DomainFest Barcelona », la semaine dernière. Selon le Journal du Net, de toutes les ventes de noms de domaines dont les montants ont été rendus publics, celle de « social.com » demeure la plus importante depuis le début de l’année et représente ainsi un record.

« Organisée par les sociétés Marksmen, Moniker et SnapNames, la vente finale a été négociée de façon privée, après qu’une offre de plusieurs millions de dollars ait été formulée », précise le Journal du Net.

Source: La Tribune.fr

Cyberattaqué, un hébergeur oublie 4800 sites

Victime d’une intrusion informatique, le registrar et hébergeur australien Distribute.IT perd dans la cyberattaque près de 4800 sites Web.

Distribute.itVoilà de quoi donner quelques sueurs froides. Le samedi 11 juin 2011, Distribute.IT a été victime d’une attaque informatique sur son réseau. Une attaque qualifiée de  » préméditée  » et  » ciblée  » dont l’objectif réel est encore mystérieux. Elle serait l’œuvre d’un  » hacker  » qui se fait appeler Evil.

Cette attaque sur le registrar et hébergeur australien a eu de sérieuses conséquences. Si des données ont pu être récupérées, face aux dommages occasionnés, quatre serveurs ont été considérés comme irrécupérables, ce qui a laissé des milliers de sites Web sur le carreau.

 » Nous avons le regret de vous informer que les données, sites et e-mails qui étaient hébergés sur Drought, Hurricane, Blizzard et Cyclone ( ndlr : serveurs affectés ) peuvent être considérés par tous les experts comme irrécupérables « 

, indiquait ce mardi Distribute.IT.

The Sidney Morning Herald fait ainsi état d’au moins 4 800 sites Web qui se sont  » évaporés après l’attaque « . A priori, Distribute.IT n’avait donc pas mis en place une sauvegarde hors site. On peut alors légitimement comprendre la frustration de certains clients.

Une vraie catastrophe qui semble avoir profité au groupe Netregistry qui a annoncé hier le rachat de Distribute.IT, et de faire une promesse :  » avec des ressources et solutions, nous allons aider tous les clients de Distribute.IT en détresse suite à l’extrêmement regrettable récente attaque informatique « .

Source: Generation NT

WIMBLEDON. Li Na vendue aux enchères ?

La côte de la tenniswoman chinoise Li Na ne cesse de grandir depuis sa victoire à Roland-Garros.

La joueuse de tennis Li Na est de plus en plus populaire. Bonne nouvelle pour un fan, Liu Tailong,  propriétaire du nom de domaine « lina.cn ». Acheté un peu plus de 2000 yuans en mai, juste avant la victoire de Li Na à Roland-Garros, le 4 juin à Paris, il espère récolter 100.000 yuans (11.000 euros) en le cédant aux enchères.

Le jeune homme espère que le nom de domaine sera acheté par une organisation souhaitant développer un site lié au tennis.

La joueuse est actuellement en lice sur le gazon de Wimbledon.

Première Chinoise et Asiatique

« Li Na est en train de progresser dans sa carrière, sa notoriété est en pleine expansion. Si ce nom n’était pas lié à Li Na, ce serait juste un nom de domaine ordinaire. Il n’attirerait pas l’attention et n’aurait pas de valeur », a-t-il indiqué au journal China Daily.

Li Na, 29 ans, a ouvert une page de l’histoire du tennis en devenant la première Chinoise et Asiatique à remporter un tournoi du Grand Chelem, sur la terre battue parisienne. Elle a battu en finale l’Italienne Francesca Schiavone, 6-4, 7-6 (7/0), tenante du titre..

Plus de deux millions d’internautes sont inscrits en tant que fans de la joueuse de tennis sur le site Sina Weibo, l’un des sites de micro-blogging les plus populaires en Chine.

Source: Le Nouvel Observateur – AFP

Twitter propriétaire de Re-tweet, pas de Retweet.com

Twitter a récupéré début juin le nom de domaine Re-tweet.com. Il lui manque encore Retweet.com.

Twitter-retweetAvec le service de microblogging Twitter, l’action de retweet consiste à faire suivre un même message auprès des utilisateurs. Le retweet est ainsi très populaire, et l’on peut comprendre l’irritation de Twitter lorsque des noms de domaine surfent sur le retweet.

Fusible a constaté que depuis le début du mois, re-tweet.com a été récupéré par Twitter. Si l’on en croit la réaction de Twitter obtenue par TechCrunch, l’ancien propriétaire de re-tweet.com a fait don de ce nom de domaine à Twitter.

Désormais, re-tweet.com entre dans le cadre de la stratégie de protection de marque de Twitter. Néanmoins, Twitter affirme n’avoir aucun projet pour lui.

La stratégie de Twitter est toutefois confrontée à un os, puisque pour le moment, retweet.com lui échappe. Ce nom de domaine a d’abord été utilisé par un service afin d’agréger Twitter et aider à trouver des informations en temps réel sur des histoires populaires. Puis, il a été revendu pour 250 000 $ dollars en 2010. Il sert actuellement à une plateforme de monétisation vidéo.

Source: GNT

Apple enregistre 50 noms de domaines

En ce moment, Apple redouble d’efforts pour protéger ses marques. Le jour même du keynote, elle a déposé 50 nouveaux noms de domaine en lien la plupart avec les technologies qu’elle venait juste de présenter. La liste complète :

airplaymirroring.com, appleairplaymirroring.com, appledocumentsinthecloud.com, applegestures.com, appleicloudphotos.com, appleicloudphotostream.com, appleimessage.com, appleimessaging.com, appleiosv.com, appleitunesinthecloud.com, appleitunesmatch.com, applelaunchpad.com, applemailconversationview.com, applepcfree.com, applephotostream.com, appleversions.com, conversationview.com, icloudstorageapi.com, icloudstorageapi.com, icloudstorageapis.com, icloudstorageapis.com, ios5newsstand.com, ios5pcfree.com, ipaddocumentsinthecloud.com, ipadimessage.com, ipadpcfree.com, iphonedocumentsinthecloud.com, iphoneimessage.com, iphonepcfree.com, itunesinthecloud.com, itunesmatching.com, macairdrop.com, macgestures.com, macmailconversationview.com, macosxlionairdrop.com, macosxlionlaunchpad.com, macosxlionmissioncontrol.com, macosxlionresume.com, macosxlionversions.com, macosxversions.com, mailconversationview.com, osxlionairdrop.com, osxlionconversationview.com, osxliongestures.com, osxlionlaunchpad.com, osxlionresume.com, osxlionversions.com, osxresume.com, pcfreeipad.com, pcfreeiphone.com

Sur ce front, la firme de Cupertino est particulièrement active en ce moment. Deux jours plus tard, elle a à nouveau déposé la marque « iPod » auprès de l’Office de l’harmonisation dans le marché intérieur (OHMI) et ce dans pas moins de 44 des 45 classes internationales disponibles !

Source: MacGeneration