Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: uk

How to register for a .uk domain name, and avoid the squatters and hackers

The fast approaching rollout of new generic top-level domains (gTLDs), like .uk and .london, has the potential be either a dream scenario or waking nightmare for organisations of all shapes and sizes.

This is because, on the one hand the move could let organisations tailor their online offering to a much more specific set of clients. For example, Groupon may like to take advantage of the .london domain to mount specific, targeted advertising campaigns or market more detailed region specific deals.

However to countermand this, there are also several potential pitfalls and logistical issues that could hamper businesses’ ability to take advantage of the new domain options. This hasn’t been helped by the fact many companies are still fairly confused about how exactly they can secure one or more of the new gTLDs, or move their existing sites across to one of the new domains.

How to register for a .uk domain
While the new .london domain will be available from 29 April, the .uk suffix will roll out a bit later on 10 June. The process of getting hold of a .uk or .london domain name is actually very simple. The process is identical to that seen registering any other .com or .co.uk domain, and simply requires a company to register their site with a web registrar. The new .uk domains will cost the same as their .co.uk equivalents, with Nominet charging £3.50 for a single year and £2.50 for multi-year registrations. Pricing for the .london addresses are yet to be confirmed.

Should you upgrade?
While .london and other new non-country gTLDs pose a whole different crop of questions – which V3 will be answering in an upcoming article later in March – the real question facing businesses regarding the .uk suffix is what are the benefits of upgrading their sites to the shorter country domain suffix as opposed to sticking with their current .co.uk or .com suffix. Nominet, the registry running the new .uk domains, claims the transition will offer serious benefits, reporting: « 81 percent of people prefer .uk domains when searching or buying online. »

While this may be true, some companies remain unconvinced and have expressed security concerns about the .uk rollout. One concern is that the wealth of new domains – Nominet alone offers .org.uk, .me.uk as well as .uk and .co.uk – could be used as a launch point for nefarious cyber attacks.

On paper there certainly is some evidence for this. Hackers often create schemes that aim to infect users’ machines with malware when they visit specific websites. The campaigns often attempt to increase their victim base by hosting the malware on sites that sound similar to popular legitimate ones.

Additionally, as noted by F-Secure security researcher, Sean Sullivan the rollout also increases the chance businesses could fall victim to Domain Name System (DNS) hijackings. « The .uk transition period could possibly provide an opportunity for clever social engineers (such as the Syrian Electronic Army) – but registrars should already be on the lookout for this, » he told V3.

DNS hijacking is a common tactic used by several hacker groups. It is designed to let hackers take control of a site and can be used for a variety of dangerous purposes.

Another key concern is that an abrupt move from .co.uk or .com to .uk or any of the other alternative domains could in theory lead to a traffic loss, which for sites reliant on vistor digital footfall or online advertising revenue, could be disastrous. An early transition to .uk could also be an issue for any business that uses its web URL for marketing purposes – like for example Comparethemarket.com or Lastminute.com – which have already spent vast sums increasing awareness of their existing brand.

These issues has been noticed by Nominet chief operating officer, Eleanor Bradley, who told V3: « Users will have to be really savvy going forward about what domain name they use. There are going to be so many available and it will be really important that people recognise it won’t just be about .co.uk and .com, it’s going to be about lots of other top level domains.

« The problem is, because there’s lots of choice, there is a danger of confusion. This means when making a website, businesses need to think about what they’re doing and where they’re going in the future more than before. »

Beware the squatters
In the past these risks would have been countermanded by the much more pressing threat posed by web domain squatters. Domain squatters are beasts similar to patent trolls that can cause businesses very serious headaches. They operate by buying domains which sound similar or could be confused with those of legitimate businesses, and then hold them ransom and demand vast sums of cash from any company interested in the rights to them.

Luckily, many registrars have taken steps to ensure this situation does not occur when the new gTLDs are rolled out. Bradley explained to V3: « If you have .co.uk you will have option to register the shorter domain name. You’ll have five years. We settled on five years as we didn’t want businesses to have to worry about being forced to move to the new domain. We wanted to let them tie it into a branding event or larger strategy. »

This is great as it means businesses have five years to get their ducks in order before pushing ahead with a move to .uk. As explained by Taylor Wessing partner, Jason Rawkins, during an interview with V3: « The main thing is to get people aware of the change which a lot currently aren’t. The five-year period is pretty sensible and means even if people miss it, they should be fine and won’t have to worry about cyber squatters. »

The only possible remaining issue is that there is potential for legal conflict when a well-known .co.uk domain or brand and a lesser known .org.uk site use the same name, for example flower.co.uk and flower.org.uk. However, as noted by Rawkins, this is fairly unlikely to occur.

« It won’t crop up because if you’re a brand with a .co.uk address you’ll already have rights to .uk, » he told V3. « From a practical point of view legal conflict is possible, but it would be very unusual. It could happen with generic or descriptive things, like flower, but it would be unlikely to occur with a trademark, like say Volkswagen. »

As a result, with all factors and concerns answered it seems businesses do not need to rush their move to .uk and should heed Bradley’s advice to take their time and really think about which domain is best for their business now and into the future.

Auteur: Alastair Stevenson

Source: v3.co.uk

Bientôt .uk au lieu de .co.uk?

Nominet, le gestionnaire du domaine de top level britannique .uk, entend proposer en plus des domaines de deuxième niveau traditionnels tels .co.uk, .org.uk et .me.uk, désormais aussi le plus concis .uk. De petites entreprises pourraient alors enregistrer www.naam.uk au lieu de l’habituel www.naam.co.uk.

Bientôt, les Britanniques pourront supprimer le .co de leurs noms de domaine car le gestionnaire des noms de domaine Nominet envisage d’introduire le plus concis .uk, certes moyennant un supplément (20 livres pour 1 an de .uk contre 5 livres pour 2 ans de .co.uk). De plus, les candidats devraient pouvoir prouver qu’ils sont établis en Grande-Bretagne.

Nominet va déjà organiser une phase de consultation de trois mois (jusqu’au 7 janvier). Durant cette période, entreprises et particuliers pourront faire connaître leurs objections et leurs remarques à propos de la proposition. Celle-ci pourrait faire froncer les sourcils des entrepreneurs, du fait qu’ils devront déjà bientôt enregistrer leur nom sous pas mal de nouvelles extensions internet.

A présent que le gestionnaire du système de noms de domaine Icann a ouvert l’espace des noms de domaine de top level, des centaines de nouvelles extensions internet viendront en effet sous peu s’ajouter. L’initiative de Nominet est cependant tout à fait indépendante de ce qui précède.

Pour les 20 livres dont il est question, les candidats recevraient encore quelques extras. C’est ainsi que les sites seraient chaque jour scannés à la recherche de malware (maliciels) et que les adresses .uk seraient protégées avec le protocole de sécurité DNSSEC. Les revenus supplémentaires seraient alors réinjectés dans une fondation indépendante investissant dans l’amélioration de l’accès à internet et dans la sécurité.

Structure

Le fait que les adresses internet britanniques se terminent traditionnellement par .co.uk, .net.uk, .gov.uk ou .ac.uk au lieu du plus concis .uk, est historique, selon Marc Van Wesemael, directeur général d’EURid, le gestionnaire du domaine de top level européen .eu. “Au début, les domaines de haut niveau ont été subdivisés en catégories, telles .com pour les organisations commerciales et .gov.”

Avec l’extension d’internet, beaucoup de pays ont cependant migré vers les codes nationaux de type .be ou .nl. “Les Britanniques ont associé la structure des gTLD à leur code national”, ajoute-t-il encore, “ce qui fait que l’on obtient à présent des noms de domaine se terminant par .co.uk et .org.uk. La Pologne a connu quelque chose de similaire. L’on y trouve aussi nombre de domaines de deuxième niveau tels .com.pl ou .net.pl.”

Source: datanews.levif.be

Nominet suspends fake pharma domains

Nominet, the .uk address registry, has suspended hundreds of internet domain names as part of a global police crackdown on crime gangs peddling fake pharmaceuticals.

Operation Pangea IV saw almost 13,500 websites taken down and dozens of suspects arrested in 81 countries, according to Interpol, which coordinated the swoop.

Over 2.4 million potentially harmful counterfeit pills, worth about £4m, were seized in raids between 20 and 27 of September, Interpol said. Confiscated medicines included everything from diet pills to anti-cancer drugs.

Cops worked with customs agencies, ISPs, payment processors and delivery companies to close down the allegedly criminal operations, Interpol said.

In the UK, Nominet acted upon advice given by the Medicines and Healthcare products Regulatory Agency and the Police Central e-Crime Unit to suspend about 500 .uk domains, according to director of operations Eleanor Bradley.

While the domains were not « seized » as some have been in the US in recent months, suspending a domain stops it from resolving, essentially shutting down the associated website.

Author : Kevin Murphy
Read more on TheRegister.co.uk

Des sites opérés par la BBC ont insidieusement diffusé auprès de leurs visiteurs un malware.

Ce n’est pas le genre de diffusion à laquelle on s’attend de la part d’un site de streaming. Les chercheurs en sécurité de Websense ont constaté que les sites 6 Music et Radio 1Xtra, qui sont opérés par la BBC, ont été les victimes d’un détournement.

Un iFrame malveillant a été injecté en page d’accueil ( les pages concernées ont été nettoyées ). Il faisait référence à un code exploit hébergé sur un site Web dont le nom de domaine a été attribué pour les Îles Cocos ( .cc ). Injection SQL ou compromission du compte d’un administrateur, Websense ne précise pas comment cet exploit a pu ainsi atterrir sur des sites légitimes.

L’attaque pour l’utilisateur final a été de type drive-by-download, à savoir l’installation et l’exécution automatique d’un malware pour les utilisateurs non protégés. Actuellement, la menace n’est détectée que par 28 % des antivirus les plus répandus d’après VirusTotal ( menace identifiée sous Windows ). Websense parle d’une attaque massive qui cible des sites vulnérables, sans toutefois donner d’autres noms que les sites de la BBC.

Source: Generation NT

Nominet ou l’idée britannique du filtrage

L’office d’enregistrement des noms de domaines au Royaume-Uni vient d’interpeller les autorités au sujet des motifs de fermeture d’un site. Nominet demande notamment des pouvoirs accrus afin d’accélérer toute procédure.

Nominet Logo

Dans un document (.pdf), Nominet demande quels pourraient être les motifs mis en avant afin de procéder à la fermeture d’un site. Par exemple, un site suspecté d’être utilisé par des organisations criminelles pourrait subir le courroux des autorités et de la Serious Organised Crime Agency (Soca).

Concrètement, Nominet souhaiterait disposer du pouvoir de fermer un site si son activité est considérée comme criminelle. Elle bénéficierait ainsi d’une extension importante de ses pouvoirs et agirait à la manière d’une police du Web. Pour sa défense, Nominet plaide également pour qu’il existe des « Conditions générales d’enregistrement » plus claires et plus précises lors de l’enregistrement d’un nom de domaine.

Bien qu’il ne s’agisse pour l’instant que d’un avis pour information de la part de Nominet, des consultations ont été menées en Grande-Bretagne sur le sujet. Elles devraient aboutir sur un débat public à partir du 23 février prochain.

Source: Clubic.com

NOMINET – Release of reserved short domain names update

Release of reserved short domain names update

Following a series of policy recommendations and a full public consultation held earlier this year we are changing the rules for registration of domain names to allow the release of 1 character, 2 letter and other previously reserved domains. Notice of the rule change is given with full details on our web site at:

http://www.nominet.org.uk/registrants/aboutdomainnames/reserved/changestorul

es

We are also outlining the release process for these domain names. In order to respect prior rights and to ensure an orderly and fair release we will hold a two stage sunrise and landrush process. You can read more about this

here: http://www.nominet.org.uk/registrants/aboutdomainnames/reserved

We aim to start the first stage before the end of 2010 and will publish full details of the release process on 1 November 2010.

A full list of the domain names that are being released is available at:

http://www.nominet.org.uk/registrants/aboutdomainnames/reserved/releaselist

Interested parties will be able to apply for domain names via Nominet registrars. Registrars can read details of how to process these applications and how to ensure that they are included in a list of registrars able to process reserved short domain name applications here:

http://www.nominet.org.uk/registrants/aboutdomainnames/reserved/registrarsin

fo

We are also seeking expressions of interest from parties potentially acting as rights verification or auction partners. If you are interested in either of these roles, please respond to shortdomains@nominet.org.uk by 30 September 2010.

If you have any questions about any of this information, please email shortdomains@nominet.org.uk.

Nominet UK – System maintenance – 25 April 2010

On Sunday 25 April 2010 at 07:00 (BST) we will be performing a major upgrade to our database software. The upgrade will cause our registration systems to be unavailable from 07:00 until 13:00 (BST).

During this time Online Services including web domain manager, PRSS, EPP, and ENUM registration systems will be unavailable. The automaton will not process email requests, but they will be received and queued for processing when it restarts. All of our registration systems will restart simultaneously at which point EPP requests will be accepted and the automaton will start to process queued requests.

WHOIS and DAC services will be moved to our backup data centre so will continue to operate as normal. This upgrade is to our database software only and no functionality changes will be made to our systems during this maintenance outage.

We would like to apologise for any inconvenience that this may cause.

Le « .eu » a 2 ans et 2,8 millions de sites Internet

Le nom de domaine « .eu » fête ce vendredi son deuxième anniversaire. L’Union européenne indique à cette occasion qu’au cours de ces deux dernières années, entreprises, organisations et résidents communautaires ont obtenu plus de 2,8 millions d’identités internet européennes.

Le « .eu » est le 8ème nom de domaine le plus déposé du monde, derrière le ‘ ».com » (71,66 millions d’enregistrements), le nom de domaine allemand « .de » (11,67 millions d’enregistrements), le « .net », le « .cn » (Canada), le « .uk » (Royaume-Uni), le « .org », et le « .info ».

Dans le détail, c’est en Allemagne que le nombre d’enregistrements .eu est le plus élevé avec 31,4% du total européen, suivi des Pays-Bas (13,3%), de la France (7,3%) et de l’Italie (5,1%).

« Les pionniers de .eu ont déjà compris sa valeur, et ont saisi l’occasion de promouvoir leur propre identité paneuropéenne » a déclaré Viviane Reding, commissaire européenne en charge de la société de l’information et des médias. « Le domaine .eu devrait maintenant devenir le choix naturel de tous les Européens. Plus la vigueur du marché unique européen des services de télécommunication se renforce, plus nous devrions nous assurer que .eu devienne plus visible, sûr et abordable » a-t-elle ajouté.

source CommentCaMarche.net

Monétisation de l’immatériel : les noms de domaines (7/9)

La chasse aux intrus, ou Récupération des noms de domaine

De nouvelles professions d’intermédiaires ont été évoquées.
Une autre catégorie de personnes a profité de l’intérêt nouveau dans les noms de domaine : les ‘ cybersquatteurs ‘. Le caractère intrinsèquement international de l’internet, et donc des noms de domaine, a été pour eux une bénédiction. Il suffit de quelques minutes et de quelques euros pour réserver un nom de domaine de 2e niveau. Sous la plupart des extensions, aucun contrôle n’est effectué à l’enregistrement. N’importe qui peut donc enregistrer comme nom de domaine n’importe quelle marque, célèbre ou non, qui n’aurait pas encore été réservée par son titulaire légitime. A l’inverse, le titulaire de la marque se trouve dans une situation délicate une fois le nom enregistré par un tiers. Il doit soit transiger avec le squatteur soit se lancer dans des procédures judiciaires qu’il sait longues et coûteuses, surtout si le squatteur est basé dans un pays étranger. Des contre-feux institutionnels ont bien été mis en place mais s’ils paraissent efficaces, un examen plus approfondi pointe certains manques.

En 1999, c’est l’Icann qui a déployé une procédure pour combattre l’enregistrement frauduleux de noms de domaine. Epaulée par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (Ompi), une agence spécialisée de l’Onu, elle a introduit une procédure dite UDRP [1] (Uniform Domain Name Dispute Resolution Policy) pour ‘ Règlement uniforme de résolution des litiges en matière de noms de domaine) applicables à tous les gTLDs. Il s’agit d’un mode alternatif de règlement des conflits ‘ qui vise à apporter une solution rapide et peu onéreuse aux cas de cybersquatting les plus fragrants.

Une des originalités de l’UDRP est d’organiser une procédure d’arbitrage internationale obligatoire dont une des parties est inconnue au moment de la conclusion de la clause d’arbitrage. Par une chaîne de contrats, l’Icann oblige en effet les titulaires de noms de domaine à accepter par avance de soumettre les litiges relatifs à l’enregistrement de leurs noms à une procédure ad hoc que tout tiers peut déclencher. Le tiers doit simplement justifier être titulaire de droits de marque auxquels l’enregistrement porte atteinte.
L’UDRP est particulièrement efficace car si l’arbitre estime que l’enregistrement et l’usage du nom de domaine portent effectivement atteinte aux droits de marque du demandeur, il peut en ordonner le transfert immédiat. C’est le bureau d’enregistrement gérant le nom qui exécute la décision en modifiant le nom du titulaire dans sa base au profit du demandeur.

Les registres des ccTLDs ont adopté des procédures apparentées à l’UDRP, quand ils n’ont pas purement et simplement repris cette dernière. Les titulaires de marques disposent donc aujourd’hui d’une protection a priori étendue contre le cybersquatting. Dans le cas de l’Afnic, le registre du .fr, c’est une procédure proche de l’UDRP, appelée Procédure alternative de résolution des litiges (Parl) [2], qui assure la sanction des cas de fraude les plus flagrants.

Le succès de l’UDRP et des procédures apparentées peut être mesuré au nombre d’actions introduites chaque année sous leur égide. L’Ompi qui, en plus d’en être l’inspiratrice de ces procédures, fournit la majeure partie des décisions les appliquant, a tranché plus de 11 700 cas depuis décembre 1999 [3]. Le temps où la procédure UDRP relative au nom de domaine madonna.com [4] faisait la une des journaux [5] est donc bel et bien révolu et le cybersquatting n’est plus décrit comme ce fléau endémique qui ravage l’internet comme cela avait pu être le cas à la fin des années 1990 et au début des années 2000.

Reste que l’UDRP et les autres procédures n’ont pas éradiqué le cybersquatting. Si on laisse de côté l’année inaugurale, l’an 2000, au cours de laquelle 1 857 cas avaient été portés devant l’Ompi, l’organisation a eu à connaître de 1 000 à 1 500 cas chaque année. La tendance semble cependant à la hausse. 1 823 plaintes ont été enregistrées en 2006 [6] et 1 586 cas avaient déjà été reçus au 2 octobre 2007. A la vue de ces chiffres, s’il n’y a pas eu d’augmentation significative des cas de cybersquatting enregistrés depuis six ans, il n’y a donc pas eu non plus de décrue. L’UDRP a, au mieux, permis de contenir les comportements déviants. C’est pourquoi on peut considéré que l’UDRP a eu un succès mitigé, d’autant que l’UDRP est encore aujourd’hui une procédure chère et produisant des décisions de qualité médiocre.

Le coût pour le demandeur à une procédure UDRP devant l’Ompi est de 1 500 euros, 4 000 s’il souhaite que l’affaire soit tranchée par un panel de trois membres plutôt que par un expert seul. A cela s’ajoutent souvent les honoraires d’un spécialiste pour rédiger, introduire et suivre la plainte.

Le coût total est sans doute inférieur à celui d’une procédure devant une juridiction nationale, les délais plus brefs et, dans les cas où le transfert est ordonné, l’efficacité de la décision supérieure, mais l’UDRP n’en reste pas moins une ‘ procédure de riches ‘. Il faut être prêt à débourser des milliers d’euros pour récupérer un nom qui n’en vaut que quelques uns chaque année à enregistrer. C’est de plus une procédure élitiste puisqu’elle n’est ouverte qu’aux seuls titulaires de droits de marque.

S’ajoute à cela le fait que l’UDRP produit des décisions souvent pauvres et stéréotypées. Dans la grande majorité des cas, le titulaire du nom de domaine mis au défi d’établir sa possession de bonne foi du nom face aux allégations du demandeur ne répond tout simplement pas à la plainte. Au cours du mois de mai 2007, l’Ompi a par exemple rendu quinze décisions (10% de son activité totale) relatives à des noms de domaine reprenant la marque sous laquelle une spécialité médicamenteuse est commercialisée [7]. Dans seulement trois cas le titulaire du nom de domaine a présenté une réponse et dans seulement un cette réponse a convaincu l’expert que le nom n’était pas squatté. Cela signifie que dans douze cas sur les quatorze ayant débouché sur le transfert du nom de domaine litigieux aucun véritable échange d’arguments n’a eu lieu.

En pratique, il ne fait pas de doute que les noms en cause étaient cybersquattés [8] et les experts ne doivent donc pas être critiqués pour avoir ordonné leur transfert. En l’absence de réponse des titulaires, les experts ont cependant tendance à rendre des décisions expéditives, acquiesçant à tous les points soulevés par la demande, même sous les formes les plus elliptiques. Des milliers d’euros ont donc été dépensés, des spécialistes consultés pour aboutir à des décisions à l’issue prévisible et dans lesquelles rien n’est réellement discuté. Si l’UDRP et les autres procédures apparentées représentent un mieux par rapport à l’imbroglio d’une action devant le juge national, la situation demeure par conséquent insatisfaisante. Nominet, le registre du .uk, le reconnaît implicitement en réfléchissant actuellement à une modification de son équivalent de UDRP, le DRS (Dispute Resolution Service pour Service de résolution des litiges). Il souhaite simplifier sa procédure dans les cas où le titulaire du nom ne répond pas aux allégations du demandeur [9] .

Le DRS du .uk est particulier en ce qu’une phase de conciliation obligatoire précède la saisie de l’expert. Ce n’est que si la conciliation échoue que l’expert est saisi. Selon Nominet, l’expérience montre que, dans la grande majorité des affaires qui arrivent jusqu’à l’expert, le demandeur a un intérêt clair dans le nom litigieux et que le titulaire n’a pas répondu à la phase de conciliation. Dans 95% des cas, l’expert ordonne alors le transfert du nom litigieux au demandeur [10] . Sur la base de ce constat, Nominet propose qu’à l’avenir, dans un tel cas de figure, le nom soit transféré au demandeur sans passer par les services d’un expert. Le demandeur paierait 200 livres sterling de frais à Nominet pour cette procédure ‘ allégée ‘ au lieu des 750 que coûte la désignation d’un expert. C’est une division par 3,5 des frais de procédure.
Reste que cette réforme ne règle pas la question des frais annexes : il faudra toujours au préalable introduire une plainte et donc, en pratique, recourir à un spécialiste pour la rédiger. C’est souvent ce recours à un spécialiste qui se révèle le plus onéreux pour le demandeur. On peut donc se demander dans quelle mesure la réforme rendra le DRS plus abordable pour les demandeurs potentiels, notamment les plus modestes.

Si l’UDRP et les procédures apparentées sont donc en théorie de bons contre-feux au cybersquatting, la pratique pointe leurs limites, d’autant que le cybersquatting a évolué depuis l’introduction de l’UDRP en 1999.

Notes

[1] http://www.icann.org/udrp/udrp.htm
[2] http://www.afnic.fr/doc/ref/juridique/parl
[3] L’Ompi propose sur son site web un outil statistique extrêmement complet sur les décisions relatives aux noms de domaine : http://www.wipo.int/amc/en/domains/statistics.
[4] Ompi, Madonna Ciccone, dite Madonna c. Dan Parisi et madonna.com, n? D2000-0847, 12 octobre 2000, http://www.wipo.int/amc/en/domains/decisions/html/2000/d2000-0847.html.
[5] Konrad (R.), Hansen (E.), Madonna.com embroiled in domain ownership spat, c|net, 21 août 2000, www.news.com/2100-1023-244734.html ; Francis (C.), Madonna bids to win domain name game, 14 septembre 2000, CNN, http://archives.cnn.com/2000/WORLD/europe/09/13/switzerland.madonna/.
[6] Ompi, Le Cybersquattage poursuit son expansion – les risques pour les marques s’intensifient devant les nouvelles pratiques d’enregistrement, communiqué de presse, 12 mars 2007, Genève, http://www.wipo.int/pressroom/fr/articles/2007/article_0014.html.
[7] Les décisions de l’Ompi sont accessibles par mois sur son site : http://listbox.wipo.int/domain-updates.
[8] Il s’agissait notamment de cialisfocus.com et drugcialis.com, le Cialis étant un médicament utilisé pour soigner les troubles de l’érection, de ordervaliumonline.com, pharmavalium.com et valiumgenericpharmacy.com, le Valium étant utilisé pour traiter l’anxiété. On trouvait aussi ambienfree.com, un sédatif que certaines personnes utilisent pour ses effets secondaires.
[9] Nominet, Proposed DRS default transfer process, 3 septembre 2007, communiqué de presse, http://www.nominet.org.uk/news/latest/?contentId=4401.
[10] Nominet, Proposed DRS default transfer process, consultation, http://www.nominet.org.uk/policy/consultations/defaulttransfer.

(à suivre)

Charles Simon

Source CawAilleurs, le Cawa d’AdmiNet City

Nominet sees Opportunities and Risks

Experts debated what 2008 will mean for the domain name industry at last month’s registrar conference held by .uk registry Nominet, predicting strong growth for the suffix. There were also warnings from some quarters over the continued rise of the practice of domain tasting, and firms were urged to tightly manage their domain name portfolios.

Lesley Cowley, chief executive of Nominet, predicted the UK top-level domain would reach 10 million subscribers next year, but she added that trust and security would increasingly be differentiators for registrars as they seek to retain customers.

The issue of trust is going to be a key factor in this industry over the next year, and something we will continue to monitor, added Nominet chairman Bob Gilbert.

A new domain name industry report from Nominet also pointed to strong growth in the industry, with 60 per cent of businesses surveyed for the research saying they supported a .uk domain. In addition, firms were urged to ensure they have a clear timetable for registration of their domains, because any lapsed names could be snapped up by domain tasters.

Domain tasting is the practice of registering domain names immediately after they have expired, monitoring how much traffic they receive and then either dropping them before the five-day grace period expires and therefore avoiding a fee, or taking them up and monetising the site through advertising.

The practice is widespread in the .com domain, although Nominet said it has taken measures to prevent registrars doing this with .uk names. Nominet’s Phil Kingsland warned that roughly seven per cent of .com and .net names are subject to domain tasting, which amounts to around six million names at any one time.

Also at the event, Cowley predicted that proposed generic top-level domains (gTLDs) for geographic regions and cities could soon become a reality as Icann looks to liberalise the industry laws governing the creation and running of these domains.

There have already been thousands of applications for new gTLDs, including .lat for Latin America and .london, explained Cowley. I think [the domain] will probably happen because there’s sufficient demand, she added.

Jonathan Robinson, chief operating officer for internet services firm Group NBT, highlighted the role of domain names as central to the success of the internet.

They are at the heart of every single e-commerce and email interaction ­ a vital link between the online and offline business and a system that has remained remarkably stable, he added.

But internet consultant Jarrod Robinson argued that the proliferation of web search tools on users’ desktops means that many now bypass domain names completely when trying to find a business or service provider.

There was also apprehension among the registrar community about the possibility of Google, Yahoo and Microsoft beginning to offer domain name services. Group NBT’s Robinson encouraged registrars to find niches to operate underneath the web giants, in order to differentiate themselves.

Source: Phil Muncaster, IT Week – 29 Nov 2007