Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: référencement

Google reçoit un million de demandes de déréférencement par jour !

Google reçoit de plus en plus de demandes de désindexation de pages pour cause de piratage de contenus et d’infraction à la législation concernant le droit d’auteur (DMCA)…

Dans le cadre de la lutte contre le piratage de contenus (DMCA pour Digital Millenium Copyright Act, à ne pas confondre avec la procédure de droit à l’oubli dont on a beaucoup parlé cet été), Google publie régulièrement son Transparency Report, tableau de bord du nombre de demandes de déréférencement de pages de son moteur, effectuées par des ayants-droit.

Le mois dernier, ce sont pas moins de 30 557 224 demandes qui ont été effectuées pour 48 386 noms de domaine différents et 4 625 ayants-droit. Soit plus d’un million de demandes par jour et plus de 12 par seconde ! Une croissante très forte, comme le montre le graphique ci-dessous. En revanche, Google se montre beaucoup plus discret sur les procédures mises en place pour traiter ces demandes et sur le pourcentage de pages réellement désindexées.

Selon Google, ces demandes seraient de plus assez inefficaces, car les sites recensant du contenu piraté sont avant tout trouvés par les internautes au travers du bouche à oreille et des réseaux sociaux, les principaux moteurs de recherche ne générant qu’environ 16% de leur trafic.

Auteur: Olivier Andrieu

Source: abondance.com

Noms de domaine et référencement naturel

Le nom de domaine constitue en quelque sorte l’identité première d’un site web. Mais qu’en est-il de son impact sur le référencement naturel du site concerné ? Faut-il avoir un seul ou plusieurs noms de domaine ? Avec ou sans mots-clés ? Avec quelles extensions ? Ces stratégies ont-elles changé ou changeront-elles dans un avenir proche ? Voici les principaux aspects que nous allons détailler dans ce dossier.

  • Nécessité d’un nom de domaine
  • Impact du nom de domaine sur le référencement
  • Faut-il un seul ou plusieurs noms de domaine ?
  • Faut-il pour autant n’acheter qu’un seul nom de domaine ? Non !
  • Quelles extensions de nom de domaine faut-il utiliser ?

Pour le dossier complet, rendez-vous sur le site de l’Afnic: dossier rédigé par Olivier Duffez

Google : un outil facilitant le changement de nom de domaine

Google a à cœur le bien être des webmasters et pense toujours à leur donner un petit quelque chose permettant de leur facilité le travail, ainsi les Outils pour webmasters présente aujourd’hui un nouveau formulaire destiné à indiquer que votre site a changé d’adresse.

Formulaire permettant d'indiquer à Google le changement de nom de domaine d'un site

Via cet outil très pratique vous serez quasi assuré de ne pas perdre de visiteurs si vous procédez à un changement de nom de domaine.
L’intérêt est grand d’autant plus quand on est un imprévoyant qui n’a pas pensé dès l’origine à acheter un nom de domaine mais qui a pris le parti de créer un site sur un sous domaine (ou pire un répertoire) proposé par son Fournisseur d’Accès à Internet ; lequel n’acceptant bien évidemment pas, dans le pire des cas, les redirections en PHP ou les modifications de .htaccess (non personne n’est visé, voila).

Le risque d’un tel système existe pourtant puisque l’on peut craindre, pour eux, que certains webmasters se servent uniquement de cet outil sans jamais plus utiliser ni redirection de l’ancien site à destination du nouveau avec de bonnes redirections 301 en PHP ou en .htaccess, il ne faut pas oublier : il existe d’autres moteurs !

Quoiqu’il en soit Google tend à rendre ses Outils pour webmasters de plus en plus indispensables que l’on soit un référenceur novice ou confirmé et a d’ailleurs adopté aujourd’hui même le nouveau look de ses Webmaster Tools.

auteur : Dr iniseO
source
iniseo.com

Google référence les 10 sites les plus dangereux du Net

Google vient d’établir une sorte de liste des mauvais élèves du Web, dont le site internet représente un danger pour l’utilisateur, parce qu’il contient des logiciels malveillants ou des menaces de sécurité pour la machine de l’internaute. Les chiffres proposés par le moteur font ainsi le bilan de ces deux derniers mois d’observation sur la Toile.

sites infectés Google
Lire la suite sur PcInpact.com

Comment choisir un nom de domaine qui aidera au référencement, c’est la question que s’est posé SEOmoz. L’age du nom de domaine, extension de celui-ci, mot-clé dans l’URL… voici 5 critères pour évaluer un nom de domaine…

Comment choisir un nom de domaine qui aidera au référencement, c’est la question que s’est posé SEOmoz. L’age du nom de domaine, extension de celui-ci, mot-clé dans l’URL… voici 5 critères pour évaluer un nom de domaine…

referencement naturel seo : 5 critères à prendre en compte pour évaluer un nom de domaine

5 critères à prendre en compte…

1 – L’age du nom de domaine…
Tous les référenceurs seront d’accord pour dire qu’un nom de domaine ancien aura un avantage par rapport à un domaine venant d’être créé. Racheter un nom de domaine enregistré depuis plus de 3 ans vous permettra de vous positionner dans les moteurs plus facilement et d’éviter l’effet sandbox.

2 – Un mot-clé exact comme URL…
Avoir un mot-clé dans l’URL vous permettra de vous positionner sur celui-ci plus facilement. Vous devrez certes avoir un contenu de qualité, un site optimisé pour les moteurs et quelques liens mais vous aurez moins d’effort à faire pour obtenir des positions. Attention, l’URL ne doit pas contenir autre chose que le mot-clé. Exemple de domaine : voyage.com, locationauto.com, assuranceauto.fr… Une URL du type 123voyage.com n’aura pas le même effet : le mot-clé doit être exact sans ajout devant ou derrière.

3 – Un mot-clé dans l’URL…
Si vous n’arrivez pas à obtenir un mot-clé exact comme domaine, vous pouvez vous rabattre sur un nom de domaine comportant autre chose que le mot-clé en plus de celui-ci. Par exemple votre marque. Cela sera moins performant mais restera tout de même intéressant pour le référencement. Exemple : govoyages.com, 321auto.com…

4 – L’extension du nom de domaine (TLD)…
Attention au choix de l’extension, un .com aura un meilleur impact en terme de référencement. Un .com donne généralement plus confiance, les moteurs n’échappe pas à la règle.

5 – Marque dans l’URL…
Récemment Google a modifié son algorithme pour donner plus de poids aux marques sur certaines requêtes. Pourquoi ne pas profiter de cette évolution et associer votre marque à votre mot-clé cible pour trouver votre URL.

Racheter un nom de domaine…
Pour obtenir un nom de domaine ancien, avec un mot-clé et une extension en .com, à moins d’avoir beaucoup de chance et d’avoir un tel nom de domaine vous devrez passer par un broker en nom de domaine. Le plus connu en France est SEDO

Sur SEDO en faisant une recherche sur le mot-clé qui vous intéresse, nul doute que vous trouverez votre bonheur… Bien sur il faudra être prêt à mettre le prix. Le site marche via un système d’enchère. Le plus offrant remportera donc le domaine…

Et vous, avez vous déjà racheté un nom de domaine pour le référencement ? Quels sont vos retours ? N’hésitez pas à nous en faire part via les commentaires :-)

Source : SEOmoz

Stratégie et noms de domaines

Comment choisir un nom de domaine ? Les débats sont nombreux sur la question épineuse des critères à retenir pour choisir …

Comment choisir un nom de domaine ?

Les débats sont nombreux sur la question épineuse des critères à retenir pour choisir et déposer un nom de domaine. Ce choix devrait être intimement lié au modèle et perspectives économiques de l’entreprise et donc au rôle réel du site Web et les cibles qui sont visées. Un nom de domaine (marque ou terme généraliste) peut également être choisi en fonction de son potentiel de positionnement sur les moteurs de recherche. Il faut prendre en compte sa longueur (éviter les termes trop longs), sa facilité de prononciation, sa capacité à être mémorisé, les synonymes possibles et bien sûr les extensions à retenir. Le choix de l’extension sera en fonction des cibles visées par exemple un .fr pour une cible française et un .com pour une cible anglophone. Le choix se fera également en fonction des noms de domaines disponibles. Il est peut être hasardeux de déposer un .net pour créer une marque si un .com existe et fonctionne déjà car en fin de compte vous risqueriez d’être confondu avec le .com. Le site Web bénéficiant de la plus grande notoriété attirera l’audience du site concurrent moins connu.

Domaines et positions sur les moteurs

Le choix de ces noms de domaines est fait en fonction de leur potentiel de positionnement au sein des moteurs de recherche car ils contiennent des mots clés à forte demande. Ces noms de domaines sont la plupart du temps choisis pour leur capacité à développer du trafic. Une société vendant des cartables rouges aurait tout intérêt à déposer “ cartables-rouges.com ” et “ cartablesrouges.com ” car ces noms de domaines sont représentatifs des produits qu’elle vend et sera donc bien placé sur le moteur quand ces mots clés seront saisis. Un outil apprécié pour estimer le potentiel d’un mot clé est http://inventory.overture.fr qui recense le nombre de requêtes saisies le mois précédant sur le réseau Yahoo. Le fait de ne pas avoir de mot clé inscrit au sein de son URL n’aboutira pas obligatoirement à un mauvais référencement car le contenu textuel des pages est un des principaux critères retenus par Google. Le site www.dromadaire.com est bien référencé pour son activité, les cartes virtuelles, avec pourtant un nom de domaine très éloigné de son sujet.

Le nom de domaine doit-il être écrit avec ou sans tirets ?

Cette problématique se pose aux noms de domaines qui sont le résultat d’une combinaison de mots que l’on doit séparer ou non par des tirets.

Le choix des tirets peut être la conséquence d’une meilleure lisibilité du nom de domaine notamment pour les noms de domaines assez longs.

Par exemple : www.etreenaccord.fr et www.etre-en-accord.fr

La seconde écriture est à l’évidence plus lisible.

En terme de référencement les tirets sont des séparateurs et chaque mot clé est clairement identifié par les robots qui indexent les pages. Quand il n’y a pas de tirets le mot est pris dans son intégralité et ne correspond donc pas à un mot existant et donc saisi dans les moteurs. Le seul bémol serait le manque d’habitude et peut être une gène par certains internautes pour la saisie de ces tirets. La volonté d’être bien référencé implique que la plupart des nouveaux noms de domaines sont écrits avec des tirets et cette écriture devient courante et bien reconnue par les internautes.

Quid de l’ancienneté d’un nom de domaine ?

Il s’agit de savoir si l’ancienneté d’un nom de domaine est un critère favorable aux yeux de Google. A ce jour il semblerait que ce soit une donnée interprétée favorablement par Google qui accorde une confiance supérieure à un ancien site Web (notion de TrustRank) par rapport à un nouveau site Web qui peut disparaître rapidement et n’être finalement qu’une étoile filante au firmament du Web. En tout état de cause, si vous possédez plusieurs noms de domaines portez vos efforts en priorité sur celui qui est le plus ancien.

source www.referencement-1ere-page.com

Le pays d’hébergement d’un site impacte-t-il son référencement ?

Selon Effective Digital, la localisation de l’adresse IP d’un site Web influence positivement son classement sur Google. Une affirmation qui ne fait pas l’unanimité.

Le pays d’hébergement d’un site impacte-t-il son indexation dans des moteurs de recherche ? A la demande de NTT Europe Online, Effective Digital s’est penchée sur la question et répond par l’affirmative. Selon les résultats d’une étude intitulée « The influence of server location on an international Web site’s search engine ranking« , le fait d’héberger un site Internet dans le pays qu’il cible influence positivement sa position dans les résultats dans la version locale du moteur. L’usage d’un CCTLD, c’est-à-dire d’une extension de nom de domaine local (.fr pour la France etc.), demeure certes la plus importante des techniques d’optimisation pour les moteurs de recherche (SEO pour « Search Engine Optimization »). Mais en termes d’impact sur le « page ranking », l’emplacement géographique des serveur arrive directement en seconde position. Autrement dit, les sites Web ne possédant pas une adresse IP dans le pays dont ils ciblent les internautes seraient notablement désavantagés dans le rapport d’indexation de Google.

Externalisation de serveurs

La localité du serveur serait d’autant plus importante pour les sites ne possédant précisément pas d’extension de nom de domaine local. Cette conclusion est cependant loin d’être partagée par tous. Elle est même carrément réfutée par d’autres spécialistes du référencement. Comme l’explique à L’Atelier Aurélien Guiton, chef de projet chez 1ère position, les termes mêmes dans lesquels le débat est posé par Effective Digital sont biaisés. « Même dans le cas d’un site ayant une extension de nom de domaine générique, la localité de ses serveurs n’importe pas tant que cela dans la mesure où il est possible d’associer l’adresse IP d’un pays à un site hébergé dans un autres pays. » Cette adresse étant un critère purement technique, il est parfaitement transparent à l’utilisateur. Or Google se base plutôt sur la perception qu’a l’utilisateur de la nationalité d’un site ou plutôt du marché auquel il appartient. « La localité d’un serveur est si peu décisive que de plus en plus de sites nationaux externalisent leurs serveurs à l’étranger« .

Réseau de liens correspondant à un marché

Selon Aurélien Guiton, le principal critère de SEO réside effectivement dans le choix d’une extension de nom de domaine correspondant au pays. Même si, dans le cas de requêtes informationnelles, les critères de référencement se font surtout par la langue, »il est vrai que c’est le CCTLD qui prime pour le e-commerce et tout ce qui relève de requêtes transactionnelles  » : un consommateur se sentira par exemple plus en confiance s’il sait qu’il est livré dans le même pays. Mais le second critère d’optimisation d’un référencement n’est pas, selon lui, le pays d’hébergement du site, lequel est très peu important. « L’autre critère déterminant pour être bien référencé dans une version marché de Google, c’est le contexte du site, c’est-à-dire le réseaux de liens dans lequel il est inséré.« Ces liens doivent eux-mêmes correspondre à un marché national précis pour que le site soit bien référencé.

auteur : Pierre Bonnet, L’Atelier BNP Paribas
source Atelier.fr

à€ quelques semaines de la réunion ICANN, l’AFNIC publie un nouveau dossier de fond intitulé « Les acteurs de la gouvernance de l’internet »

Lors de la réunion ICANN qui se tiendra à Paris fin juin en présence de tous les experts internationaux de l’internet, la gouvernance de l’internet sera une thématique sous-jacente récurrente.
Une notion complexe, traduction imparfaite de l’anglais « governance » qui signifie gouvernement mais aussi administration et gestion du réseau, que l’AFNIC a choisi aujourd’hui de clarifier en publiant un dossier intitulé « Les acteurs de la gouvernance de l’internet ». Détails.

  • Après deux précédents dossiers intitulés La lutte contre le slamming et Noms de domaine et référencement, l’AFNIC publie un nouveau dossier de fond baptisé « Les acteurs de la Gouvernance de l’internet ». Un dossier qui présente les principaux acteurs de la gouvernance ainsi que leurs interactions, en se focalisant sur trois univers formés autour de l’ICANN, du FGI (Forum pour la Gouvernance de l’Internet) et de l’ISOC (Internet Society).
  • Composé de représentations graphiques pédagogiques, ce troisième dossier de fond publié par l’AFNIC met notamment en exergue le caractère globalisé de la gouvernance de l’internet, fondé sur une inter-dépendance de tous ses acteurs. Il clarifie notamment les rôles clés qu’occupent aujourd’hui le département du commerce américain et la société Verisign. Un dossier qui permet de mieux comprendre et appréhender la réunion ICANN de Paris.

> Téléchargez le dossier « Les acteurs de la gouvernance de l’internet » (PDF, 832Ko)

Auchan entre sur le marché de l’Internet ADSL ?

Sur un marché français toujours plus concentré, celui de l’Internet ADSL, qui compte désormais 5 acteurs majeurs (Orange, Neuf Cegetel, Iliad, Alice, Numericable), le quotidien Les Echos révèle que le groupe de ditribution Auchan souhaiterait emboîter le pas à Darty et proposer prochainement des offres Internet ADSL à ses clients.

Sur un marché toujours plus étroit, avec cinq principaux fournisseurs d’accès à Internet (FAI), un marché où Orange, Neuf Cegetel et Free se partagent 90% des abonnés, un nouvel acteur de la grande distribution devrait rejoindre quelques acteurs déjà présents comme Darty (DartyBox) et The Phone House sur le marché français de l’Internet ADSL.

Pour se faire, selon Les Echos, le groupe détenu par la famille Mulliez s’associerait à l’opérateur Completel pour proposer sa Box (la AuchanBox ?). La Box d’Auchan devrait être réalisée par Sagem.

L’offre serait déjà dans les cartons depuis plusieurs mois. Ainsi, selon le site Internet Legalis.Net, le nom de domaine auchanbox.fr avait été réservé par une société le 2 janvier 2007, en même temps que le nom de domaine auchanbox.com. Suite à cela le groupe Auchan avait attaqué le possesseur de ces deux noms de domaine. Ces noms ont du être cédé et l’un d’entre eux, auchanbox.fr, pointe déjà vers le site du distributeur.

Le pari semble risqué après les déboires rencontrés par d’autres distributeurs. Les enseignes Leclerc et Carrefour songerait également à des offres similaires. L’idée est de reproduire des schéma existants dans la téléphonie mobile. Par exemple, Auchan commercialise une offre de téléphonie mobile éponyme, avec comme partenariat SFR.

Lors de la présentation des résultats du groupe Auchan, Christophe Dubrulle, Président du Directoire, avait annoncé que «notre commerce devra continuer à s’adapter, avec audace, aux évolutions technologiques et aux nouvelles exigences des consommateurs.» Fallait-il déjà voir dans cette phrase l’arrivée du géant de la distribution sur le marché de l’Internet ADSL ? A n’en pas douter.

source referencement-internet-web

Web Rank Info victime d’un vol de nom de domaine

Parfois, certaines nouvelles font froid dans le dos. Web Rank Info, un site spécialisé dans le référencement, semble être la victime depuis mardi soir d’un détournement de nom de domaine. Un parking de liens remplace en effet la page d’accueil de ce site.

Même si Olivier Duffez, le webmaster de webrankinfo.com, n’a pas encore confirmé la méthode utilisée par le hacker, les spéculations vont bon train. D’après certains sites, le hacker aurait utilisé une méthode similaire à celle utilsée pour le site davidairey.com qui lui aussi c’était fait détourné son nom de domaine.

Cette méthode repose sur le piratage d’un compte mail de type GMAIL qui est utilisé ensuite pour demander au registrar un transfert de nom de domaine. C’est semble t-il, avec cette technique que le nom de domaine de Webrankinfo a été transféré depuis OVH vers GoDaddy le 4 mars vers 22h30 environ.

Il s’agit évidemment d’une situation catastrophique pour Webrankinfo. Tout d’abord, il faudra probablement un certain temps pour pouvoir récupèrer le nom de domaine détourné. Ensuite, le site étant inaccessible, sa fréquentation risque de chuter et cela même lorsque le nom de domaine sera récupéré.

Nous espèrons sincèrement que ce site retrouve au plus vite sa forme originelle et souhaitons tout notre courage à Olivier.

Source Pc-InfoPratique.com