Toute l'actualité des noms de domaine

Archives de mots clés: registrar

China’s .cn Cleanup Shows Politics Behind Web Rules

China’s Web domain agency has hired 600 temporary workers to help it vet all domain names ending in .cn for pornographic content and inaccurate records, according to two people familiar with the matter.

The major project comes after the China Internet Network Information Center (CNNIC) late last year barred individuals from registering .cn domain names. That measure also appeared to be part of a national crackdown on porn, but such campaigns have often caused the censorship of non-pornographic content as well, including sensitive political information.

CNNIC previously announced its cleanup of .cn domains, but the scale of its hiring is a reminder that the center must bow to directives from the country’s authoritarian government. While lax regulation in China has been partly blamed for malicious activity on .cn domains, the government’s crackdown has focused on porn more than Web security.

« As with so many cleanups in China, there is a very legitimate crime-fighting and law enforcement side of this, » said Rebecca MacKinnon, a visiting fellow at Princeton University’s Center for Information Technology Policy, in an e-mail. « But the flip side is that it also provides a very handy excuse to tighten controls on political and dissenting speech at the same time. »

China has over 13.5 million .cn domains, according to CNNIC. The center has already worked with domain service providers to suspend 12,000 pornographic domains in its cleanup, China’s state-run Xinhua news agency said this week.

Xinhua praised the results of the multi-level crackdown on porn China has launched in recent months, in which CNNIC has been one part.

CNNIC was ordered to launch its cleanup by China’s Ministry of Industry and Information Technology, which oversees the center, one of the people familiar with the matter said. The new workers roughly quadruple the center’s employee base to over 800, the person said.

A CNNIC spokeswoman declined to comment.

CNNIC has also blocked all registration of .cn domains overseas since early last month, according to representatives of registrars outside China, including Go Daddy and Lexsynergy. Registrars are companies that offer setup services for domain names, like idg.com, so they will lead Internet users to the correct site.

In addition to porn, the new CNNIC workers are also checking for bad information used to register domains, such as false identity numbers or business credentials, so CNNIC can request new information from domain owners where needed, one of the people familiar with the matter said.

Author: Owen Fletcher
Source: PC World.com

China’s Baidu Sues US Domain Registrar After Hack

Top Chinese search engine Baidu.com has sued its U.S. domain registrar over a hack that took down the Web site, alleging negligence by the U.S. company, Baidu said Wednesday.
Users had trouble accessing Baidu.com for several hours last week after the company’s domain name server in the U.S. was tampered with. The Iranian Cyber Army, the same group that took down Twitter last month, also appeared to be behind the attack on Baidu.

Baidu’s lawsuit, filed in a court in New York, seeks related damages and alleges « gross negligence » by Register.com led to the service disruption, Baidu said in a statement. Baidu only said Baidu.com was hit by the outage, and that mirror site Baidu.com.cn had not been affected. Domain service providers including Register.com provide the setup needed to take Internet users to the correct Web site when they type a domain name like Baidu.com.

No one at Register.com was available to comment.

Baidu’s move comes just two days after Baidu said chief technology officer Yinan Li had left the company. Li was the second high-ranking executive to leave the company in a month, following the resignation of chief operating officer Peng Ye. Baidu said both resigned for personal reasons.

Baidu’s business has been hit by recent difficulties switching advertisers to a new bid system.

The events add to uncertainty in the Chinese search market after Google, Baidu’s biggest rival, last week said it might withdraw from the country over censorship and cyberattacks. Google’s Chinese search engine remains accessible in the country, but authorities have said Google must follow local laws when asked about the U.S. company’s plans to stop censoring search results.

Author: Owen Fletcher
Source: PC World- Business center

Près d’un quart des noms de domaine sont enregistrés anonymement

Selon l’ICANN, près d’un domaine sur quatre est enregistré sans qu’apparaisse explicitement le nom et les coordonnées du titulaire du nom de domaine.

L’ICANN, l’organisme d’administration des noms de domaine, semble s’inquiéter de la prolifération des noms de domaine enregistrés sans que soit mentionné le nom de leur titulaire. Contractuellement, les « registrars » qui proposent la vente de noms de domaine ont l’obligation de collecter les noms et adresses des propriétaires des noms de domaines, et ceux de leur contact technique et administratif. Ils doivent également mettre ces données à disposition du public à travers la base WHOIS, qui permet à chacun de contacter le propriétaire d’un nom de domaine.

Mais selon une étude réalisée par l’ICANN, entre 15 et 25 % des noms de domaine enregistrés avec les cinq principales extensions (.com, .net, .org, .info et .biz) sont anonymés, soit par l’utilisation d’un proxy, soit par celle d’un registrar qui propose de n’afficher qu’une petite partie des données personnelles sur le WHOIS.

Lire la suite sur Numerama.com
auteur : Guillaume Champeau

Ces noms de domaine que vous ne pourrez jamais enregistrer

En matière de nommage sur Internet, tout n’est pas permis. Pour mieux protéger les internautes, respecter les normes techniques du Web ou encore se mettre en conformité avec les lois en vigueur, certains noms ne sont jamais proposés à la vente.

Avez-vous déjà essayé de déposer Bank.se, ou Nazi.fr, voire Web.info auprès d’un registrar ? C’est tout simplement impossible. Ils font partie de cette liste plus ou moins occulte laissée à la discrétion des registres, ces organismes qui gèrent les extensions de chaque pays.

Ainsi, depuis le 27 août dernier, les quatre lettres du mot « bank » sont interdites à l’enregistrement par le registre des noms de domaine de la Suède (.se). Rien à voir avec les scandales qui ont récemment secoué le monde de la finance. Il s’agit simplement pour le régulateur suédois de mettre en conformité les noms de domaine avec une disposition de sa législation interdisant l’utilisation abusive du mot « bank ». Le but est bien sûr de protéger l’internaute contre les faux établissements se réclamant de cette activité et dont la spécialité est d’inonder votre boîte au lettre de mails non sollicités vous réclamant, dans l’ordre, votre numéro de compte, votre mot de passe…

L’inconvénient bien sûr est qu’il faut maintenant montrer patte blanche pour déposer un nom de domaine contenant le terme interdit. Si votre entreprise se situe sur une (bank-côte) de la mer Baltique ou près d’une (bank-berge) du lac Mälarene et qu’elle vend des (bank-clavier) d’orgue de barbarie, il va falloir creuser pour trouver un bon nom de domaine.

Les extensions déjà sous contrôle

Le cas suédois n’est qu’un exemple parmi d’autres de ces termes interdits de réserver sur Internet. La plupart des gestionnaires d’extension appliquent en effet des règles de protection par défaut pour des termes ne devant pas tomber entre de mauvaises mains.

Assez méconnues, ces dispositions permettant de réserver certains noms pour empêcher leur utilisation sont pourtant de puissants outils pour les gestionnaires d’extension.

Ainsi, dans les règles de son programme de lancement des nouvelles extensions génériques (ce programme devrait permettre la création d’extensions comme le .paris), l’Icann a inscrit par défaut une liste de noms réservés. Pour le régulateur du nommage sur Internet, il s’agit là de préserver des noms proches de son activité ou liés à certaines de ses structures internes.

On retrouve ainsi dans cette liste des termes « métier » comme « whois » (la base de données des noms de domaine), le préfixe universel du Web « www » ou encore les mots « test » (utilisé par l’Icann pour effectuer des essais fonctionnels sur la structure du système de nommage de l’Internet) ou « example » (« exemple » en anglais). On y trouve également des termes comme « gnso » (structure de l’Icann en charge des extensions génériques), « internic » (le registre historique des noms de domaine) et… « icann », bien entendu !

Par contrat, aucun gestionnaire d’une nouvelle extension ne pourra proposer ces noms à l’enregistrement.

source Lorientlejour.com

ICANN Terminates Five Domain Name Registrars

Five registrars terminated for financial reasons.

Internet Corporation for Assigned Names and Numbers has sent termination notices to five domain name registrars for failure to pay fees. Of the five to be de-accredited, only one has registered domains under management: Maxim Internet Inc.

ICANN is seeking a registrar to take over about 5,000 domains registered at Maxim Internet. It warns that contact data for the registrants is in an inconsistent format.

ICANN sent a breach notice to Maxim on March 30. Since that time the company has notified customers it was shutting down. In ICANN’s termination letter to Maxim, Director of Contractual Compliance Stacy Burnette wrote:

Using the primary contact information provided by Maxim, ICANN staff transmitted an e-mail message to you and left telephone messages for you inquiring about Maxim’s intentions to remain an ICANN-accredited registrar. After failed attempts to reach you, observing that Maxim’s website was no longer operational on 1 June 2009, receiving an electronic mail message from a person claiming to represent Maxim in its “close down” on 3 June 2009 and receipt of other electronic mail correspondence from you referring to the “closing” of Maxim, ICANN concluded that Maxim is insolvent.

Maxim owes ICANN over $150,000.

Other terminated registrars include AfterGen, Inc. dba JumpingDot, Hi Yi Global Information Resources, Sundance Group, Inc, and Clertech.com Inc.

ICANN also sent a notice of breach to Lead Networks Domains Pvt. Ltd for failure to comply with UDRP decisions. Lead Networks was recently named in a lawsuit that alleges it failed to transfer a domain that a customer lost in a UDRP.

source DomainNameWire.com

Il y a 5 ans : Verisign poursuivait l’ICANN pour abus de position dominante

Société en charge de la commercialisation et de la gestion des noms domaines généraux (.net, .com. et .org), Verisign s’était lancée dans un procès ciblant son autorité juridique de tutelle : l’ICANN (pour Internet Corporation for Assigned Names and Number), organisme en charge de réguler l’attribution des domaines sur Internet.

Dans une plainte déposée devant la cour générale de Californie, Verisign  accusait l’ICANN de l’empêcher de mettre en œuvre certains services… au premier rang desquels figurait le fameux dispositif de redirection d’URL erroné qu’il avait tenté d’initier en septembre 2004. Nom de code : SiteMinder

Le système en question qui n’était resté en production que quelques jours pointait vers un moteur de recherche, déployé sur le site de Verisign, où des liens sponsorisés étaient proposés aux internautes étourdis. Perturbant la lutte contre le spam et la confidentialité des échanges par courriel, le dispositif n’avait pas tardé à engendrer de nombreuses réactions hostiles.

Face à cette levée de boucliers, l’ICANN avait fini prendre des mesures radicales. L’organisme était allé jusqu’à menacer la société de poursuites judiciaires pour l’obliger à mettre fin à SiteMinder. Raison invoquée : le non-respect du code de conduite de l’ICANN, ainsi que la violation de plusieurs clauses du contrat autorisant Verisign à gérer les noms de domaine génériques au plan mondial – touchant notamment à l’obligation de garantir la neutralité et l’impartialité au niveau des services délivrés.

Selon le prestataire, l’ICANN profitait dès lors de sa position dominante dans ce domaine pour imposer des conditions abusives aux gestionnaires domaines (ou registrar), en n’hésitant pas dans certains cas à bloquer tout bonnement le développement de certaines activités.

Partant de l’exemple de SiteMinder, la plainte de Verisign évoquait également son système de liste d’attente, qui avait pour but de permettre la réservation d’adresses Web en attendant leur expiration, ou encore ses projets visant à mettre en œuvre de nouveaux domaines internationaux. Tous ces services auraient également fait les frais de cette situation… L’ICANN ayant opposé son veto à leur mis en production.

source JournalduNet.com

Spam : certains registrars stigmatisés pour manque de vigilance

Un rapport épingle une dizaine de registrars pour avoir accordé trop facilement l’usage de noms de domaines à des spammeurs.

Les spammeurs aussi ont leur registrars favoris. L’organisation de lutte contre les pourriels KnujOn vient de publier la liste des sociétés spécialisées dans la commercialisation de noms de domaines les moins regardantes quant à l’attribution de noms aux spammeurs. Xinet, eNom, Network Solutions, Register.com, Planetonline, RegTime, OnlineNIC, SpotDomains, Wild West Domains, et Hichina Web Solutions, sont les dix registrars les plus liés aux émetteurs de messages indésirables.

Les spammeurs sont en effet amenés à renouveler régulièrement leur stock de noms de domaines pour réussir à passer les filtres anti-spam. Une activité lucrative qui semble pousser certains registrars à plus de laxisme dans leurs procédures de contrôle d’activités frauduleuses sur les noms de domaines qu’ils gèrent. Les registrars occupent pourtant une place de choix dans la lutte contre le spam, puisqu’ils peuvent refuser d’allouer un nom de domaine à un spammeur présumé.

Ainsi, selon KnujOn, le registrar chinois Xinet ne semble pas s’émouvoir que plus de 3 millions de pourriels aient été envoyés entre juin 2008 et janvier 2009 à partir de noms de domaines qu’il gère. Network Solutions et Wild West domains seraient respectivement lies à l’émission de 580 000 et 50 000 spams sur la même période. Pour ces registrars indélicats, la sanction la plus persuasive reste la suspension de leur accréditation par l’Icann, l’agence internationale chargée de gérer les noms de domaine Internet.

source JournalDuNet.com

Noms de domaine et pratiques douteuses

Vous avez acheté un jour une adresse Internet ou, plus précisément, un nom de domaine pour votre entreprise, votre association ou à titre personnel. Et voilà que vous recevez, quelques mois avant l’échéance, un courrier officiel avec en-tête « Domain Registry of America » vous invitant à renouveler votre nom de domaine avant qu’il n’expire. Une technique douteuse baptisée « slamming ».

Pseudo-officiel

Il ne s’agit pas à proprement parler d’une escroquerie puisque l’argent versé vous permettra effectivement de renouveler votre nom de domaine. Mais, en utilisant les couleurs du drapeau américain ou canadien, en recourant à une appellation (Domain Registry of America, Domain Registry of Canada, Domain Registry of Europe) et une phraséologie de type officiel, ces sociétés abusent le consommateur qui croit devoir répondre positivement à ce « Domain Name Expiration Notice » (avis d’expiration de nom de domaine).

Il s’agit pourtant purement et simplement (c’est indiqué dans les conditions générales, en tout petit) d’un transfert de nom de domaine. En réalité, il vous sera sans doute plus simple et certainement beaucoup moins coûteux de renouveler votre nom de domaine auprès de son « domain registrar » (« registraire » comme disent les Québécois).

Déloyal

Cette pratique douteuse du slamming est extrêmement facile à mettre en oeuvre. En effet, chacun peut connaître les titulaires d’un nom de domaine en utilisant la base de données WHOIS. Facile alors d’envoyer un bel imprimé sous enveloppe Registration Services Incorporated (même si l’envoi du courrier via les Philippines peut intriguer le destinataire). Résultat : ces sociétés captent ainsi la clientèle de sociétés en place qui offrent pourtant un meilleur service pour un moindre coût.

Cette pratique déloyale inquiète les sociétés sérieuses victimes d’un véritable détournement de clientèle. Domain Registry of America a pourtant déjà été condamné aux USA suite à une plainte de Register.com et Internet Registry of Canada – une autre société de ce type – a été amenée à verser une amende de 40.000 dollars canadiens (environ 25.000 euros) après une enquête menée par le Bureau de la concurrence canadien.

auteur : Philippe Allard
source Vivat.be

Les noms de domaine et le .fr

Qu’est-ce qu’un nom de domaine ?

Le nom de domaine est la clé d’entrée sur l’internet, la partie principale d’une adresse internet

Exemple : “artisanat.fr�

Un nom de domaine est constitué d’une suite de caractères alphanumériques (avec usage possible du caractère “-â€?) et d’une extension “.frâ€?, “.comâ€? … “Artisanat.frâ€? est un nom de domaine où l’on retrouve bien le mot (“artisanatâ€?), le point et l’extension (“frâ€? ).

Il existe un peu plus de 250 extensions aujourd’hui dans le monde, certaines étant génériques, comme le .com ou le .net, et d’autres géographiques, comme le .fr (France), le .de (Allemagne), le .jp (Japon…). Les extensions géographiques sont toujours en 2 lettres et se rapportent à des territoires précis, contrairement aux extensions génériques qui peuvent désigner une catégorie d’utilisateurs – .org pour les sites à but non lucratif, .museum pour les musées – ou des contenus associés à des usages – .mobi pour les sites web optimisés “mobilesâ€?.

Chaque extension est gérée par un registre, en charge de la définition des règles d’attribution, de la maintenance de la “base whoisâ€? (titulaires, contacts, données administratives pour chaque nom) et de la gestion technique de l’extension.

A quoi ça sert ?

Un nom de domaine est aussi utile pour mettre un site internet en ligne (http://www.artisanat.fr) que pour échanger des courriels sur internet (contact@artisanat.fr).

En disposant de votre propre nom de domaine, vous pouvez rendre votre site plus visible et personnaliser vos adresses de courrier électronique en utilisant le nom de votre entreprise.

Ce nom de domaine est pérenne : vous pourrez le conserver aussi longtemps que vous le renouvellerez. Il est aussi indépendant de votre prestataire internet, ce qui vous permettra de changer de prestataire sans avoir à reconstruire une identité en ligne.

En effet, si votre adresse internet est “http://www.votreprestataire.fr/votresiteâ€?, vous la perdrez en changeant de prestataire. Ceci aura pour conséquence potentielle de vous faire perdre les contacts qui connaissaient votre précédente adresse. Le même raisonnement s’applique pour les adresses de courrier électronique.

Disposer d’un nom de domaine bien à vous, support de vos adresses de courrier électronique, vous apporte un autre avantage : celui de faire connaître l’adresse de votre site internet à tous les destinataires de vos messages électroniques ! Une publicité efficace et qui ne coûte rien !

Artisans, vous souhaitez vous faire connaître et communiquer sur vos produits et services par l’intermédiaire d’un site internet ? Les chambres de métiers et de l’artisanat, en partenariat avec l’Association française pour le nommage internet en coopération (AFNIC), vous accompagnant dans cette démarche en apportant des réponses aux questions à se poser sur le choix et l’enregistrement d’un nom de domaine.

Quelles questions se poser avant de déposer une demande ?

Avant d’enregistrer un nom de domaine, il convient de se poser quelques questions simples :
– quel nom de domaine déposer ? Il faut de préférence enregistrer des noms de domaine correspondant aux vocables autour desquels communique l’entreprise : nom commercial, marques, enseignes, produits…
– quelles variantes enregistrer autour du nom de domaine ? Pensez à protéger les variantes les plus évidentes, comme l’ajout ou le retrait du trait d’union entre deux termes, le pluriel ou le singulier, le masculin ou le féminin, les variantes phonétiques ou orthographiques qui pourraient être intuitives pour certains visiteurs potentiels
– quelles extensions couvrir ? Il est recommandé de déposer par défaut en .fr et .com, voire de rechercher une autre appellation si l’un des deux noms et/ou une variante évidente sont déjà pris par un tiers. Ensuite, il peut être intéressant de déposer des noms dans certains pays où vous souhaitez exporter, ou dans certaines extensions génériques intéressantes pour votre activité (.mobi, .info…)

A qui s’adresser pour déposer un nom de domaine ?

Pour déposer un nom de domaine, il faut passer par un prestataire spécialisé appelé “bureau d’enregistrementâ€?. [1]

Il existe de nombreux bureaux d’enregistrement proposant des gammes de services très variées. Les services de base consistent à enregistrer votre nom de domaine et à vous permettre de le pointer vers votre site internet, ainsi que de créer un certain nombre d’adresses de courrier électronique. A ces services peuvent s’ajouter des prestations d’hébergement de sites web, de conseil juridique etc. Outre une requête dans un moteur de recherche sur l’expression “bureau d’enregistrement de noms de domaineâ€?, vous pouvez consulter l’annuaire présenté sur le site de l’AFNIC à l’adresse suivante : http://www.afnic.fr/obtenir/prestataires Il est possible de changer de bureau d’enregistrement. Cette opération s’appelle le “transfert de nom de domaineâ€? et nécessite certaines précautions si le nom est pointé vers un site internet, afin de ne pas risquer une interruption de service. Consultez votre futur prestataire pour savoir quelle est la meilleure procédure à suivre.

Quelles précautions prendre au moment du dépôt ?

– vérifier si le nom de domaine ne correspond pas à une marque déjà déposée par un tiers. Une vérification s’impose afin de ne pas risquer de porter préjudice à cet éventuel ayant droits (le site web http://www.icimarques.fr permet ce genre de vérifications)
– définir précisément qui sera propriétaire du nom de domaine. Il est recommandé de déposer le nom de domaine au nom de votre entreprise si c’est dans un contexte professionnel que vous l’enregistrez. Il convient de veiller à ce que votre prestataire internet ne s’inscrive pas en propriétaire/titulaire à votre insu. Une vérification peut être effectuée ici pour les noms de domaine en .fr : http://www.afnic.fr/outils/whois
– définir précisément qui sera en contact pour le nom de domaine. Il est préférable que le prestataire internet ne soit que le contact technique, tandis que le client s’inscrit en contact administratif. Utilisez une adresse de courrier électronique la plus pérenne possible, ce contact est absolument crucial pour la gestion ultérieure du nom de domaine concerné

Quelles précautions prendre après le dépôt ?

Une fois le nom de domaine déposé, vous devrez prendre quelques précautions simples pour vous prémunir contre d’éventuels dysfonctionnements :
– surveiller les dates de renouvellement et ne pas attendre l’échéance pour renouveler les noms que vous souhaitez conserver ;
– vous assurer que l’adresse de courrier électronique enregistrée pour le contact administratif fonctionne bien et que vous la relevez régulièrement ;
– vérifier de temps à autre que le nom “pointeâ€? bien vers le bon site internet.

Quand renouveler vos noms de domaine ?

Les noms de domaine doivent être renouvelés périodiquement, tout comme les marques. Cette périodicité est de un an pour les .fr et la plupart des extensions génériques mais peut être étendue à plusieurs années pour les .com et les autres grandes extensions génériques.

Le non renouvellement d’un nom de domaine dans les délais entraîne d’abord sa désactivation (il cesse de fonctionner, donc les visiteurs ne peuvent plus aller sur votre site ni vous écrire).

Quelques semaines plus tard, il est supprimé des bases du registre et retombe dans le domaine public. Dès lors, n »importe qui peut le redéposer.

Une attention toute particulière doit donc être portée aux échéances de renouvellement. Dans l’idéal, et afin de ne courir aucun risque, un nom de domaine doit être renouvelé un ou deux mois avant son échéance.

Comment utiliser au mieux vos noms de domaine ?

Un nom de domaine peut être :
– pointé vers un site et support d’adresses de courrier électronique
– pointé vers un site
– support d’adresses de courrier électronique
– inactif

Dans l’idéal, tous vos noms de domaine doivent être actifs et pointés vers votre site, afin de capter le maximum de trafic spontané. Vous avez aussi intérêt à ne communiquer que sur un seul nom de domaine, lequel pointe vers votre site ET est le support de vos adresses de courrier électronique.

Ceci afin de permettre aux destinataires de tous vos messages de savoir quelle est l’adresse de votre site internet.

Un tiers a déposé un nom de domaine correspondant au nom de ma société ou à mon nom patronymique, sans avoir apparemment de droits légitimes à posséder ce nom. Que puis-je faire ?

Il existe de nombreux cas de litiges autour des noms de domaine. Les marques notoires sont victimes en permanence d’attaques baptisées “cybersquattingâ€?. Mais il peut aussi arriver qu’un tiers de bonne foi dépose un nom de domaine correspondant au nom d’une société ou à une marque sans avoir connaissance de l’existence d’un ayant droits. Avant de vous lancer dans un litige, vous devez établir vos droits et ceux de la partie adverse sur le nom de domaine. Ensuite, selon la force de vos arguments et de ceux de votre adversaire, vous aurez intérêt à rechercher une solution amiable, ou à recourir à la procédure de résolution des litiges mise en place pour l’extension du nom de domaine litigieux. Il vous sera toujours possible, en ultime recours, de faire appel aux tribunaux.

Vous trouverez plus d’informations à ce sujet dans le Guide de l’Ayant droit publié par l’AFNIC et accessible à l’adresse suivante :

http://www.afnic.fr/doc/ref/juridique/guide-ayantdroit

10 Que dois-je retenir de tout ceci ?

Les noms de domaine sont incontournables pour assurer la présence d’une entreprise sur internet.

Ceci à plusieurs titres :
– í±º ils lui permettent d’accroître la visibilité de son site, donc le nombre de visiteurs sur ce site, et par voie de conséquence le nombre de contacts commerciaux potentiels
– ils servent à personnaliser les adresses de messagerie électronique et à promouvoir d’autant le site web de l’entreprise
– il est nécessaire de prendre un certain nombre de précautions simples pour se prémunir contre d’éventuels dysfonctionnements í¯€- et pour conclure, un nom de domaine est un réel actif de l’entreprise, sur lequel celle-ci peut capitaliser pour créer de la valeur.

Source : AFNIC

Auchanbox victime de cybersquatting

Les domaines auchanbox.fr et auchanbox.com ont été réservés par ce qu’on pourrait qualifier de Cybersquatteur, à la même date, le 2 janvier 2007, auprès de Schlund + Partner (1 & 1).

Auchan s’est rendu compte de la supercherie le 13 mars 2007 (pour le .com), certainement en quête d’un domaine ou d’une marque pour son offre ADSL.

« Ainsi, après avoir constaté l’existence du nom de domaine , le Requérant (lui-même ou par l’intermédiaire de son mandataire) a adressé le 13 mars 2007 un courrier au Défendeur, afin de lui en demander le transfert amiable. »

Auchan demande le transfert à l’amiable pour le .com par courrier le 13 mars, à laquelle le propriétaire répond le 16 avril 2007 :“Le nom de domaine n’a selon nous rien à voir avec le groupe Auchan. Si cependant vous souhaitez nous faire une proposition de rachat, nous sommes à votre dispositionâ€?.

Ce dernier pensait donc probablement en tirer un profit substantiel.

Le 23 mai, le groupe Auchan se rend compte que la même société a également réservé le .fr.

« Le 23 mai 2007, et après avoir pris connaissance de l’existence du nom de domaine également réservé par le Défendeur, le Requérant a à nouveau pris contact avec ce dernier afin de demander le transfert des deux noms de domaine litigieux. Le Requérant n’a effectué aucune proposition de rachat. Le Défendeur n’a apparemment pas répondu à cette seconde mise en demeure. »

Le 15 juin 2007, Auchan dépose une plainte auprès du Centre d’arbitrage et de médiation de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI). Ce dernier a adressé une requête auprès du registrar (1 & 1). La notification est adressée au défendeur. Ce dernier avait délai pour faire parvenir une réponse fixée au 5 août 2007. Le défendeur n’a fait parvenir aucune réponse. En date du 7 août 2007, le Centre notifiait le défaut du défendeur. Par la suite, la Commission administrative a ordonné le transfert du nom de domaine au profit d’Auchan.
Concernant le .fr, Auchan a déposé une demande auprès du Centre d’arbitrage et de médiation de l’OMPI le 15 juin 2007 par courrier électronique et le 21 juin 2007, par courrier postal. A cette même date, l’OMPI a adressé à l’Association Française pour le Nommage Internet en Coopération (AFNIC : qui gère les domaines en .fr) une demande aux fins de vérification des éléments du litige et de gel des opérations. Une procédure administrative, a été adressée au Défendeur le 28 juin 2007. Celui-ci n’a également pas répondu, et la notification a alors été faite le 19 juillet 2007. De la même façon, la Commission administrative a ordonné le transfert du nom de domaine au profit d’Auchan.

Auchan obtient gain de cause pour les deux domaines, qui sont aujourd’hui propriété de :

GROUPE AUCHAN
40, avenue de Flandres
59964 Croix Cedex

Le domaine auchanbox.fr pointe actuellement sur le domaine principal d’Auchan.

Au vu de cette affaire, nous nous sommes intéressés aux petits camarades du géant de la grande distribution, Carrefour et Leclerc, dont on dit qu’ils pourraient également vouloir se lancer sur le marché de l’ADSL. Et bien des domaines carrefourbox.com et leclercbox.com ont été déposés de la même façon… Et par des cybersquatteurs. Etant donné que l’affaire Auchan devrait faire jurisprudence, nos lascars risquent fort d’être désappointés le jour où ces deux groupes vont s’apercevoir de la supercherie…

Notons que leclercbox.fr est à vendre 10.000 livres sterling, de même pour le .com.

source EchosduNet