Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: gTLD

Certificats frauduleux de l’ICANN concernant les noms de domaine

Des tentatives de vente de certificats « frauduleux » par certaines entités en ligne ont été portées à l’attention de l’ICANN, lesdits certificats étant censés protéger les noms de domaine génériques de premier niveau. Les auteurs de cette escroquerie font croire à des menaces pour proposer des services de protection aux titulaires de noms de domaine et leur faire payer des frais. Les « certificats » ont l’air officiel et utilisent de manière non autorisée le logo de l’ICANN.

https://www.icann.org/sites/default/files/assets/fraud-example-1020x786-16jul14-en.png

Veuillez noter que l’ICANN ne délivre pas de certificats aux titulaires de noms et ne leur prélève pas directement des frais.

L’ICANN mène actuellement une enquête sur ce dossier et demande aux titulaires de noms qui seraient confrontés à des incidents similaires de les signaler immédiatement à l’ICANN, en envoyant un mél au département chargé de la conformité contractuelle, à compliance@icann.org.

L’ICANN recommande à tout individu ou entité légale souhaitant enregistrer un nom de domaine sous un nom de de domaine générique de premier niveau (gTLD) de faire appel aux services d’un bureau d’enregistrement accrédité par l’ICANN. Pour plus d’informations, y compris une liste des bureaux d’enregistrement accrédités par l’ICANN, suivez le lien ci-après : https://www.icann.org/resources/pages/registrars-2012-02-25-fr

Source: icann.org

Internet totalisait 271 millions de noms de domaine fin 2013

Rien que les deux noms domaines de premier niveau, .com et .net, ont atteint un total combiné d’environ 127,2 millions de noms de domaine, selon Verisign.

Cinq millions de noms de domaine ont été ajoutés à Internet dans le monde au cours du quatrième trimestre de 2013, portant leur nombre total à 271 millions.

Ces enregistrements de noms à l’échelle mondiale ont augmenté de 18,5 millions, soit 7,3 % sur une année glissante.
Les 271 millions de noms enregsitrés concernent l’ensemble des domaines de premier niveau (TLD) en date du 31 décembre 2013, selon Verisign. Cette société américaine gère les domaines génériques (.com, .net, .name, .gov, .edu,…) et deux des treize serveurs racines DNS.

Les domaines de premier niveau .com et .net ont un total cumulé d’environ 127,2 millions de noms de domaine, soit une augmentation de 5 % sur une année glissante. Au 31 décembre 2013, la base de noms en .com enregistrés représentait 112 millions de noms, alors que celle en .net en comptait 15,2 millions.

Au cours du quatrième trimestre 2013, la charge quotidienne moyenne de requêtes adressée aux DNS de Verisign, s’est élevée à 82 milliards, avec un pic à 100 milliards. Sur une année glissante, la moyenne quotidienne a augmenté de 6,4 % et le pic a diminué de 19,2 %.

Auteur: Frédéric Bergé

Source: pro.01net.com

Industry experts to discuss internet domain suffixes

SHARJAH: A number of industry experts from around the globe are coming to Dubai next month to share their expert views while attending a day-long conference “Dot Dubai & Expo 2020”.

The conference is being organised by the Cornerstone Event Management Service on March.12, at Madinat Jumeirah Hotel, Dubai.

Talking to The Gulf Today, Sabur Sethi, chairman Cornerstone, on Saturday said that the horizon of internet domain suffix known as generic top-level domain (gTLD) is going to be increased manifold in 2014 as the Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) is going to release over 700 new gTLDs.

“The internet users from individuals to corporate sectors soon see a number of new domain suffixes like – dot Dubai, dot Abu Dhabi and dot Arab – as well as others and the purpose of this conference is to educate the experts from the public and private sectors to be ready and get maximum benefits from this new opportunity,” he said.

He added that Naseem Javed, a prominent author of many books, will lead the day-long conference as moderator.

Others who will be participating as panelists include Robert Stacey, CEO AARM, Manish Gupta, CEO EDS, Dina Abo-Onoq, Chairperson ICC, Kamran Hafeez, MD GEO and Jang Group, Sophia Bekele, CEO Dot Africa, Rolf Larsen, CEO Dot Global, Qusai Al Shatti, Deputy Chairman, Kuwait Information Technology, Saqar Ahmed Mohamed, Head, People Excellence Executive Council of Dubai, Ammar Al Mazrooei, director, Government Innovation Dubai Cabinet Affairs, Zack Abdi, Managing Director, Provectus, Tooba Ghafur, Fashion Brands, Mahmood Khan, Head, Regional Business Ghadeer Al Tayer and David Macadam, CEO and Vice Chairman, MECSC-ICSC.

Sethi pointed that the main objective of the conference is to highlight “what is Dot Dubai and Dot Abu Dhabi and Dot Arab? How will it dominate the global cyber branding towards Expo 2020? as well as understand how small investments will bring a revolution towards a business and how will all this alter business expansion plan in 2014,” he said.

He added that the experts and the panellists will also demonstrate gTLD’s change in the landscape of global e-commerce and bring zillions of new name identities, with a particular focus on the Arab World.
Auteur: Jamil Khan
Source: gulftoday.ae

l’Europe appelle à la suspension de l’attribution du « .vin » et « .wine »

La Commission européenne s’est emparée de la polémique de l’attribution des noms de domaine en .vin et .wine. La commissaire européenne Neelie Kroes appelle à la suspension de l’attribution tant que les parties n’ont pas trouvé d’accord.
Les prises de bec continuent sur le dossier relatif aux attributions des noms de domaine « .vin » et « .wine », faisant suite au lancement en 2008 du processus d’extension, recensant près de 2 000 demandes de nouveaux « gTLD ». Il vise à permettre à des entreprises, collectivités et autres entités à profiter de noms de domaines plus personnalisés, afin d’accroître leur image de marque et pourquoi pas leur visibilité.

La polémique porte principalement sur l’attribution de noms de domaine génériques, tels que le .beauty ou le « .vin » et le « .wine ». Une véritable bataille est née pour ces deux derniers gTLD, suscitant les craintes de nombreux professionnels viticoles. Pour eux, la mise sur le marché de ces noms de domaine sans un encadrement poussé risque de leur porter préjudice. Ils pointent en ce sens les risques d’atteinte aux appellations d’origine contrôlée, notamment si l’acquéreur de l’extension n’a aucun rapport avec le vin.

Les trois candidats à l’acquisition du nom de domaine ne sont effectivement pas liés au monde viticole. Les vignerons dénoncent l’absence de garanties apportées pour la vente de second niveau, risquant effectivement de tromper le consommateur (pour des cas de vente en ligne par exemple) et de créer un « racket » des opérateurs du secteur si ceux-ci souhaitent racheter des noms de domaine.

Neelie Kroes appelle à la suspension de la procédure

La Commission européenne semble les avoir entendus. Dans un courrier, Neelie Kroes, commissaire européenne en charge de l’agenda numérique, exhorte l’ICANN à la suspension de la procédure d’attribution des extensions, tant qu’aucun accord ne sera trouvé entre les différentes parties. Elle se dit cependant confiante, estimant que si « des négociations sérieuses entre les deux parties peuvent démarrer, elles déboucheront sur un accord en ligne avec la loi applicable dans l’Union européenne, cette dernière permettant en effet d’offrir une aire protégée pour les détenteurs d’indications géographiques et les consommateurs ».

Dans un communiqué commun, la CNAOC (Confédération Nationale des producteurs de vins et eaux de vie de vin à Appellations d’Origine Contrôlées) et l’EFOW (European Federation of Origin Wines), se sont félicitées de cette prise de position, et pensent que « l’ICANN et les candidats doivent savoir qu’ils ont désormais en face d’eux un front uni de l’Union européenne. Ils ont encore toutes les cartes entre les mains. Soit ils font enfin des efforts pour examiner les solutions que nous leur avons proposées et dialoguent avec nous et alors les .vin et .wine pourraient voir le jour. Soit ils s’entêtent et continuent de nous ignorer, ils porteront alors la responsabilité de l’échec de ces dossiers ».

L’ICANN avait pourtant bien tenté de limiter les risques en instaurant certains garde-fous, comme la possibilité pour des communautés, secteurs d’activités et autres marques de s’opposer à certaines extensions pour la simple raison qu’elles risqueraient de nuire. De même que le GAC (Governmental Advisory Comitee) peut être saisi en vue d’une opposition à certaines demandes.

Citons enfin le « Sunrise service », un droit de priorité de 90 jours accordé aux marques, pour leur permettre de déposer leur nom de domaine lors de la mise à disposition d’une nouvelle extension.

Auteur: Ludwig Gallet

Source: pro.clubic.com

L’ICANN s’apprête à ouvrir un nouveau bureau de liaison à Istanbul

L’ICANN s’apprête à ouvrir un nouveau bureau de liaison à Istanbul, couvrant l’Afrique

Ses infrastructures, son secteur technologique en pleine croissance et sa proximité par rapport à l’Afrique, au Moyen-Orient et à l’Europe, font d’Istanbul un emplacement idéal

ISTANBUL, Turquie, 29 avril 2013/African Press Organization (APO)/ Le président et directeur-général de la Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet (ICANN) (http://www.icann.org), Fadi Chehadé, a annoncé aujourd’hui que l’organisme ouvrira son premier bureau de liaison à Istanbul, en Turquie.

Cette annonce constitue un jalon important dans l’évolution de l’ICANN, alors que l’organisme se prépare à mener ses activités depuis trois sièges mondiaux, sis respectivement à Los Angeles (emplacement actuel), à Istanbul et à Singapour.

« L’ICANN s’internationalise de plus en plus, en termes de perspectives, de politiques et de composition de son personnel. À présent, notre stratégie de création de plusieurs bureaux de liaison dans le monde nous permettra d’améliorer la transposition de notre caractère international sur le plan opérationnel », a déclaré M. Chehadé. « Ces bureaux de liaison deviendront partie intégrante du noyau dur de l’ICANN ».

Le centre d’Istanbul sera dirigé par David Olive, vice-président chargé du développement des politiques à l’ICANN. Certains membres du personnel actuellement en place de l’ICANN seront relocalisés à Istanbul au cours des prochains mois, et le personnel local sera également embauché.

« Nous avons étudié en profondeur toute une série d’emplacements d’installation envisageables dans le monde », a précisé Fadi Chehadé. « Nous avons choisi Istanbul en raison de la qualité de ses infrastructures, de son secteur des TI en pleine croissance, de son environnement favorable aux entreprises et de sa proximité culturelle et géographique par rapport à l’Europe, au Moyen-Orient et à l’Afrique ».

« L’ICANN assure une gestion efficace et appréciée du système des noms de domaine sur Internet, et ce jour marque la dernière étape pour l’extension de l’influence de cet organisme à l’échelle mondiale », a déclaré Binali Yıldırım, Ministre des transports, des affaires maritimes et des communications de la Turquie. « Le bureau de liaison européen de l’ICANN est installé à Istanbul pour agir en tant qu’épicentre qui contribuera à façonner la politique d’Internet, dans le but de mieux connecter les communautés en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique ».

À l’heure actuelle, l’ICANN supervise la mise en œuvre de plus de 1 400 nouveaux noms de domaine génériques de premier niveau (gTLD), ce qui constitue l’un des bouleversements les plus importants intervenus sur Internet depuis sa création. La première vague desdits noms de domaine sera mise en ligne au cours des mois à venir. À la suite de cette expansion massive du système de noms de domaine (DNS), l’ICANN se développe également, afin de continuer de remplir sa mission consistant à assurer la stabilité, la sécurité et l’unité au sein du réseau Internet.

Source: appablog.wordpress.com

gTLD : Google détaille ses ambitions pour .search, .app, .blog et .cloud

Google a envoyé un document à l’ICANN afin de détailler ses ambitions relatives à quatre candidatures pour l’obtention de gTLD, et principalement celles qui ne font pas l’unanimité.

icann logo

Au mois de juin dernier, sous son nom de couverture « Charleston Road Registry », Google avait déposé une flopée de dossiers afin de récupérer une centaine d’extensions de noms de domaine. L’ICANN, l’organisme chargé de superviser la gestion des suffixes Internet, doit désormais entendre les arguments de chacun afin que ces ventes bénéficient un plus grand nombre de personnes.

Les autorités australiennes s’était vivement opposées à ce que Google mette la main sur certaines extensions et notamment les .search, .app, .blog et .cloud. Google doit aussi faire face à la compétition d’Amazon qui souhaite par exemple obtenir les .app et .cloud tandis que Microsoft et Nokia perçoivent la mise en place d’un véritable monopole et s’opposent à ce que la firme californienne obtienne les .search et .map.

Dans un document repéré par Techcrunch US, Google explique qu’avec le .search, « notre but est de fournir une appellation identifiable auprès des sociétés fournissant des fonctionnalités de recherche ». Plus précisément, Google ne proposerait pas de créer un dépôt de type http://service-de-recherche.search mais entend permettre aux internautes de se rendre simplement sur http://search/. Ces derniers effectueraient ainsi une requête sur un service préalablement déterminé par leurs soins. Google ouvrirait alors ce gTLD à ses concurrents directs souhaitant s’y greffer.

google logo icon sq gb

.app serait de son côté réservé aux développeurs. Google précise que le gTLD pourra englober tous les types d’applications possibles : mobiles, locales, Web. Les internautes seront en mesure d’y rattacher des communautés de développeurs. Concernant le .blog, Google ne souhaite pas regrouper l’ensemble des fournisseurs de blogs mais plutôt permettre aux détenteurs d’un domaine d’y pointer leur blog (ex : http://michu.blog). La firme de Mountain View ajoute être en train de plancher avec les communautés de blogs afin de développer un mécanisme qui permettra d’associer un blog existant sur Tumblr, WordPress ou Overblog avec un domaine de type .blog. Google envisage un système similaire pour le gTLD .cloud.

La Toile compterait 252 millions de noms de domaine déposés

Le spécialiste des infrastructures de communication Verisign a publié son nouveau rapport annuel et annonce qu’Internet est constitué au total de 252 millions de noms de domaine.

verisign

A la fin du quatrième trimestre 2012, la Toile comptait 252 millions de noms de domaine déposés. Cela représenterait 6,1 millions de nouveaux enregistrements par rapport au trimestre précédent et 26,6 millions (ou 11,8%) sur un an. Les enregistrements de domaines dotés d’une extension régionale (ccTLD) de type .fr, .de ou .co.uk afficheraient une hausse annuelle de 21,6% et totaliseraient 110,2 millions de dépôts.

Selon Verisign en fin d’année dernière le web comptait 106,2 millions de domaines de type .com et 14,9 millions pour les .net. Combinés ces deux extensions auraient ainsi progressé de 6,4% sur un an. Les nouveaux enregistrements restent relativement stables, ils se sont élevés à 8 millions l’année dernière (.com + .net) contre 7,9 millions en 2011.

Concernant les TLD régionales, l’Allemagne (.de) figure tête de liste devant le Tokelau (.tk) et le Royaume-Uni (.uk). La Chine (.cn) est désormais positionnée en quatrième place devant des Pays-Bas (.nl). De son côté la France (.fr) est en 10e position.

Retrouvez le rapport dans son intégralité (PDF)

Source: pro.clubic.com

l’ICANN vendra-t-il un .BOOK ?

L’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers, plus connu sous son petit nom d’amour ICANN, est en train de débattre d’un très sérieux sujet : une société peut-elle acquérir un nom de domaine qui soit un terme générique ? Ce sont environ 1900 nouveaux domaines qui sont actuellement réclamés – dont un grand nombre sont des termes du quotidien.

The Ring of ccTLDs #3

danielbroche, (CC BY 2.0)

En juin dernier, l’information était tombée : plusieurs sociétés souhaitaient acheter des extensions de noms de domaine, et parmi eux, on trouvait des choses particulièrement banales. Ainsi, le .PIZZA ou le .DRIVE étaient dans la liste, de même que le .BOOK. Et à cette époque, on découvrait qu’Amazon en personne convoitait doucement ce dernier nom de domaine. De même que le .AUTHOR.

Le coût pour obtenir l’un de ces noms sont d’ailleurs difficile d’accès pour des sociétés lambda : on table en effet sur un coût de 185.000 $ pour l’achat de l’extension, et 25.000 $ de frais de fonctionnement à l’année. Pas vraiment le petit cadeau que l’on se fait en passant.

Ce qui est certain, c’est que l’intérêt des grands groupes à contrôler ces extensions reposant sur des termes génériques est évident. On conçoit tout à fait qu’un Renault décide d’acheter un .VOITURE, qui servirait tout particulièrement sa cause.

Et c’est à cela que l’ICANN réfléchit donc – avec pour l’aider dans sa réflexion, des lettres comme celle de Russel Pangborn, avocat général adjoint du commerce des marques, chez Microsoft. Selon lui, « cette situation menace l’ouverture et la liberté de l’Internet et pourrait avoir des conséquences nuisibles pour les utilisateurs du monde entier ».

Mais en outre, l’idée que des mots génériques puissent appartenir en propre à une société représente un danger évident pour les concurrents d’un même secteur, qui seraient alors contraints d’acheter une licence d’exploitation au détenteur. Arriver à une situation où FNAC serait le client d’Amazon, pour disposer d’un site qui serait www.fnac.book serait simplement délirante.

Finalement, l’ICANN va déterminer le devenir du commerce en ligne, selon les décisions qui seront prises par l’organisme. N’importe quel marchand se retrouverait dans l’obligation de disposer d’une extension représentant son secteur d’activité. Mais serait aussi dépendante de ce que son détenteur accepte de lui fournir une autorisation. (via Politico)

Source: actualitte.com

La commission de l’UA contre l’enregistement du .Africa par DCA

Alors qu’UniForum (société Sud-Africaine mandaté par l’Union Africaine) et la fondation DotConnectAfrica (DCA) ont toutes les deux déposé une demande pour gérer le nom de domaine .africa, la Commission de l’Union Africaine ainsi que 16 gouvernements ont fait connaître leur opposition à l’encontre de l’initiative de DCA.

Ainsi la Commission a fait savoir par courrier à l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) que « La demande de DCA constitue une intrusion et une interférence sans fondement dans le mandat de la Commission de l’Union Africaine dont l’objectif est d’établir les structures et les modalités pour la mise en place du projet dotAfrica. »

Ces oppositions se sont faites dans le cadre du processus d’ « alerte précoce » de l’ICANN qui permet aux gouvernements de faire connaître leurs objections et d’en donner les raisons le cas échéant. 16 pays dont le Cameroun, le Kenya, l’Afrique du Sud, le Sénégal, le Burkina Faso, l’Égypte ou encore la République démocratique du Congo ont aussi manifesté leur opposition à l’attribution à DCA de ce gTLD (Generic Top-Level Domain).

DCA étant basé en partie au Kenya, l’objection du pays est un signal fort envoyé à cet organisme. De plus la demande d’UniForum n’a, de son côté, reçu aucune objection. C’est une indication claire de l’engagement des gouvernements (qui est par ailleurs une des conditions de l’ICANN pour l’attribution) dans le sens de la démarche de la Commission de l’Union Africaine.

Source : agenceecofin.com

ICANN Releases New gTLD Progress Report

ICANN have published a progress report on new gTLD applications which is an overview of a webinar they hosted last week.

The highlights, with the full update below, are there are now 1927 applications, which means three have been withdrawn since applications closed, and 342 have been allocated to both the financial capability and the technical and operational capability panels.

It was also noted that « many applicants are expected to receive clarifying questions from the panels to clarify information in their applications. Based on the pilot evaluations, common areas of questions include Letters of Credit, security policy, and independent security assessments. »

The next webinar will be held in September, with a time and date to be finalised.

But check out the full progress report below:

New gTLD Progress Report

Did you miss our webinar for applicants last week?

You can watch it here: newgtlds.icann.org/en/announcements-and-media/webinars

We’ll be holding more webinars to keep you informed of important developments as new generic top-level domains advance toward inclusion in the Internet.

Here is an overview of what we covered during last week’s webinar.

Initial Evaluation Is Underway

All applications have now been assigned to the relevant geographic, string similarity, and DNS stability evaluation panels. Of the 1927 applications, 342 have been allocated to both the financial capability and the technical and operational capability panels.

Clarification Questions Coming Soon

Many applicants are expected to receive clarifying questions from the panels to clarify information in their applications. Based on the pilot evaluations, common areas of questions include Letters of Credit, security policy, and independent security assessments.

These clarifying questions must be consistent across all applications. To ensure we achieve that, we will conduct a pilot program in a few weeks, during which we will send clarifying questions to approximately 50 applicants.

This will help ensure that the clarification questions are clear and that applicants understand what information is being requested.

Requests for changes to submitted applications

Many applicants have asked to change some aspect of their applications – we had received 49 such requests as of 9 August. The process and criteria for processing these requests will be posted very soon on the New gTLD microsite, and applicants will be notified when that happens.

More Time to Comment on Applications

Many people and organizations have expressed a desire for more time to comment publicly on applications, so we have extended the formal comment period through 26 September 2012 – an additional 45 days. Comments received by 26 September will be forwarded to the evaluation panels to review and consider as part of their evaluations.

And even after that, the Application Comment forum and the Program Feedback forum – where you can provide additional feedback – will remain open throughout the evaluation process.

Next webinar

We will hold the next applicant webinar in September, so check the New gTLD microsite for the date and time.

Source: domainnews.com