Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: arabe

Bientôt des noms de domaines en arabe ou en chinois

L’autorité de régulation de l’Internet a annoncé l’arrivée imminente des premiers noms de domaine dans les écritures arabe, chinoise et cyrillique. Pour Akram Atallah, membre de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), il s’agit là du changement le plus important sur le web depuis le lancement d’Internet. « Dans les semaines et les mois qui viennent, il y aura de nouveaux noms de domaine en ligne provenant de tous les coins de la planète, permettant ainsi de rassembler les personnes, les communautés et les entreprises d’une façon que nous n’aurions jamais imaginé. C’est ce type d’innovation qui va continuer à conduire notre société mondiale.» a-t-il expliqué.

A l’heure actuelle il n’existe que 22 termes dits « domaines de premier niveau générique » (generic Top-Level domains). Il s’agit des extensions suivant le point dans un nom de domaine comme « .com », « .gov » ou « .net » pour ne citer que ceux là. Quatre nouvelles extensions viendront se joindre à cette liste. Il s’agit de شبكة, (Arabe) qui veut dire « web/réseau », онлайн (Russe) qui signifie « en ligne », сайт (Russe) pour « site » et enfin 游戏 (Chinois) pour « jeu(x) ».

Outre l’ouverture à des noms de domaine dans des caractères autres que latin, l’Icann est aussi sur le point d’approuver des extensions de toutes sortes, comme des noms de sociétés ou de produits, allant des plus simples comme « .shop » ou plus précises comme « .motos ». Le régulateur étudie actuellement quelque 1.800 demandes d’extension. Google en a déposé plus de 100, de « .google » à « .YouTube » en passant par « .lol ».

L’objectif recherché par cette mesure est de promouvoir le choix et la diversité. Avec plus de deux milliards d’internautes répartis dans le monde dont la moitié réside en Asie, l’ICANN estime que ce premier pas est donc nécessaire dans l’attribution de nouveaux noms de domaine..

Source : Developpez.com
Auteur : Stéphane le calme

L’Egypte lance sur internet le premier nom de domaine en caractères arabes

L’Egypte innove sur internet en donnant pour la première fois sur la toile mondiale, un nom de domaine en caractères arabes : le chinois et le thaïlandais devraient suivre bientôt. L’arabe est une des langues les plus utilisées aujourd’hui sur le réseau mondial selon l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers l’organisme chargé d’attribuer les noms de domaines (ICANN).

Cela fait des années que l’Egypte demande à l’ICANN, l’association à but non lucratif qui gère le système des noms de domaines sur internet, de permettre l’usage de l’arabe. Les sites égyptiens ou arabes étaient en effet jusque-là obligés d’écrire leur nom en lettres latines. Une source de confusion vu la transcription phonétique qui divergeait d’un pays à l’autre.

Avec ses 17 millions d’internautes en 2009, le champion du Moyen-Orient a fini par avoir gain de cause. Dorénavant les institutions, entreprises et organisations égyptiennes pourront écrire leur nom de domaine en arabe suivi de .mim sad reih, مصر. masr, (Egypte en lettres arabes).

Alors adieu .com, .net, .org ? Pas tout à fait. Des internautes mais aussi des sociétés ne sont pas très « chauds » pour cette arabisation. Ils estiment que cela risque de faire perdre à internet sa première qualité : l’ouverture au monde entier. Tous ceux qui ne connaissent pas l’arabe ne pourront pas accéder à certains sites. En attendant, les trois compagnies égyptiennes qui ont acquis le nom de domaine Masr sont dans l’expectative. Du fait du week-end musulman, les demandes n’ont pas vraiment encore démarré.

Source: rfi.fr

Internet: des noms de domaine désormais entièrement écrits en arabe (Icann)

Les adresses internet (URL) dans leur ensemble peuvent depuis jeudi être écrites en caractères arabes, une première historique, selon l’Icann, l’organisme qui gère les noms de domaines internet dans le monde. « Pour la première fois dans l’histoire d’internet, des caractères non latins sont employés dans la partie terminale du nom de domaine », indique l’Icann dans un message posté sur internet, faisant référence à la partie suivant le point à l’image du .fr. L’Arabie saoudite, l’Egypte, les Emirats arabes unis et la Russie sont les premiers pays à avoir reçu l’autorisation de proposer des noms de domaine entièrement écrits avec des caractères de leur langue, avait annoncé en janvier l’Icann. Seuls les trois premiers peuvent désormais le faire. La Russie devrait suivre. L’Arabie saoudite, l’Egypte, les Emirats arabes unis peuvent écrire des noms de domaine « entièrement de droite à gauche », souligne Kim Davies dans le message de l’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers). « L’arabe fait partie des langues les plus utilises sur internet de nos jours », assure l’Icann. Jusqu’à présent, des raisons techniques imposaient de recourir pour les terminaisons des noms de domaine à des caractères latins, même si pour le début des noms, d’autres types de caractères pouvaient être utilisés. D’autres pays devraient prochainement recevoir l’autorisation de l’Icann pour utiliser des noms de domaine entièrement écrits avec leurs propres caractères. Parmis les langues qui bientôt pourraint bénéficier de cette avancée: le chinois, le cingalais, le tamoul ou le thaïlandais, selon l’Icann. Plus de la moitié des 1,6 milliard d’internautes utilisent des langues qui ne sont pas basées sur des écritures en caractères latins, selon l’Icann. C’est le plus grand changement technique sur internet depuis son invention il y a 40 ans, selon le président du conseil d’administration de l’organisme Peter Dengate Thrush.

Source: LeMonde.fr

Internet accueille les premiers noms de domaine non latins

L’Égypte, la Russie, l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis ont reçu l’autorisation de l’ICANN pour utiliser des noms de domaine nationaux de premier niveau faisant appel à des caractères cyrilliques ou arabes suivant les cas.

L’année dernière, l’ICANN avait voté la création de noms de domaine utilisant des caractères n’appartenant pas à l’alphabet romain (cf. « Internet perd son latin »). Ainsi, les domaines nationaux مصر, рф, السعودية et امارات seront les premiers à être autorisés. Les noms chinois, thaïlandais, jordaniens et sri lankais ne devraient pas tarder non plus. Chaque pays garde tout de même son nom de domaine latin.

Il est intéressant de noter que les noms de domaines internationaux sont stockés en caractères latins. Par exemple, рф est enregistré sur le serveur comme xn--p1ai (ils commencent tous par xn--). C’est le navigateur qui se charge de transcrire ce code dans le bon alphabet.

Source: Infos du net

Lancement prochain de noms de domaine en arabe

Rompant avec la dominance des noms de domaines en lettres latines, depuis la création du réseau des réseaux (Internet), il sera prochainement procédé au lancement de noms de domaines en arabe. Ce qui facilitera la tâche, pour les internautes arabes, qui peinent à transmettre leurs données, diffuser leurs propos et production en langue arabe…
Cette décision résulte des travaux du dernier conseil d’administration de l’Organisation de supervision du Net et des noms de domaine (ICANN), à Séoul (Corée du Sud) le 30 octobre 2009, qui a fixé la date du 16 novembre 2009 pour entamer la réception des dossier quant à l’acquisition de nom de domaine.

Lancement prochain de noms de domaines en langue arabeLe principe est de permettre aux pays, n’usant pas des lettres latines, d’avoir leurs propres noms de domaine avec leurs langues nationales. Parmi les langues concernées figurent l’arabe, la chinois, l’Hindi…
L’idée de lancer des noms de domaines en langue arabe remonte au Sommet Mondial de la Société de l’Information (SMSI), tenu à Tunis du 16 au 18 novembre 2005, à l’issue duquel, il avait été proposé de créer le « Forum de gouvernance Internet » (IGF) visant de mettre davantage en valeur la présence des autres langues sur la Toile.

« La Tunisie demeure, à cet égard, parmi les premiers pays à déposer, auprès de l’ICANN, sa requête d’acquérir son propre nom de domaine (point tounes) sachant que l’ICANN est l’unique organisme susceptible d’octroyer des protocoles relatif à l’exploitation de noms de domaines », souligne M. Moez Souabni, président de l’Association Tunisienne d’Internet et de Multimédia (ATIM).

M. Souabni a ajouté que l’ATIM a déposé une demande à l’ICANN relative à l’utilisation d’un nom de domaine « .med » au profit des internautes méditerranéens et ce, dans le cadre de «L’Union pour la Méditerranée», l’idée a bénéficié d’un intérêt présidentiel particulier et de l’encouragement de la Fédération méditerranéenne des Association d’Internet ».

A travers leur entrée sur la Toile, les lettres arabes croiseront « l’arrobas » (@) qui découle, à son tour, de l’arabe « arroubaâ » (le un quart), une unité de poids utilisée notamment en Espagne et au Portugal.

Source InfoTunisie.com

L’Egypte crée .misr, le premier nom de domaine en arabe

CHARM EL-CHEIKH — L’Egypte a annoncé dimanche le lancement du domaine internet .misr qui deviendra le premier en caractère arabe, en marge d’une conférence consacrée à la gouvernance du réseau à Charm el-Cheikh.

Le nom, qui veut dire Egypte en arabe, sera enregistré à partir de lundi 00H00 (22H00 GMT dimanche) comme les .com ou .org, a expliqué le ministre égyptien des Communications, Tarek Kamel, lors du 4e Forum de gouvernance d’internet (IGF).

« Maintenant nous pouvons dire qu’internet parle arabe », a lancé M. Kamel.

Cette annonce intervient après la décision de l’organisme américain gestionnaire d’internet et des noms de domaine Icann) de mettre un terme à l’utilisation exclusive des caractères latins pour les noms de domaine.

« La voix du monde en développement doit être entendue », a dit lors de la conférence le sous secrétaire général de l’ONU pour les Affaires économiques et sociales, Sha Zukang.

Cette conférence de quatre jours regroupe plus 1.500 représentants gouvernementaux, d’ONG, et du secteur pour discuter de l’avenir d’internet.

Cette année, l’IGF se penche sur l’amélioration de l’accès au réseau, l’encouragement de la diversité culturelle, la lutte contre la cyberdélinquance ainsi que la censure, la sécurité et la liberté d’expression sur la toile.

L’Egypte a récemment été accusée de censurer le réseau internet et d’avoir arrêté « pour raisons de sécurité » plusieurs blogueurs et défenseurs de l’internet libre.

Les autorités égyptiennes ont notamment obligé les clients des cybercafés à donner leur nom, adresse e-mail et numéro de téléphone portable, sur lequel ils reçoivent un code pour accéder à l’internet.

source AFP

Enfin des adresses web complètes en chinois, cyrillique et arabe

L’Icann, l’organisation qui gère le système des noms de domaine au niveau mondial, a aujourd’hui approuvé l’introduction des Internationalised Domain Names (IDN), à savoir des adresses web qui peuvent aussi contenir des caractères chinois, arabes et cyrilliques après le point.

L’organisation se penchera sur les premières demandes en ce sens dès le 16 novembre. Les adaptations dans la racine DNS devraient suivre durant le premier semestre de 2010. Ensuite, des URL complètes pourront être mentionnées dans d’autres caractères que ceux de l’alphabet latin. La priorité sera donnée aux ccTLD (country code TLD), qui pourront fonctionner via ce qu’on appelle une procédure ‘fast track’.

« Parmi les plus d’1,6 milliard d’internautes au monde, plus de la moitié ne maîtrisent pas les caractères latins », déclare Rod Beckstrom, CEO de l’Icann. « Voilà aussi pourquoi ce changement s’avère essentiel pour la poursuite de la croissance du réseau. »

Cela fait des années déjà que l’Icann planche sur les IDN. Le fait que leur introduction semble s’accélérer maintenant pourrait, selon les spécialistes, être du à la pression politique exercée par des pays comme la Chine et la Thaïlande qui ont clairement laissé entendre que si les IDN n’arrivaient pas rapidement, ils s’en occuperaient eux-mêmes.

Dans ces deux pays, il est du reste dès à présent possible, en recourant à un moyen détourné, de mentionner des URL complètes dans l’alphabet local. Mais le système inventé dans ce but n’est pas reconnu à l’échelle internationale et n’est pas compatible avec tous les ordinateurs.
Le président du conseil d’administration de l’Icann, Peter Dengate Trush, dément les accusations, selon lesquelles une pression aurait été exercée. Il s’en tient à l’explication que l’introduction des IDN était si complexe qu’il n’était pas possible d’aller plus vite.

« Rares sont ceux qui ont conscience de l’extraordinaire complexité de ce changement », a-t-on entendu à Séoul. « En fait, il s’agit du plus important changement apporté à l’internet au cours des 40 ans d’histoire de la plate-forme. Nous avons procédé à des tests des années durant et maintenant que nous sommes convaincus que le système est au point, nous pouvons enfin commencer à le déployer.

Le principal obstacle a été la création d’un système de traduction qui permette que divers textes (au total plus de 100.000 caractères différents) puissent être aisément convertis à l’adresse internet correcte.

auteur : Frederik Tibau
Source DataNews.be