Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

marketing

Changer de nom de domaine sans perdre son référencement

Il peut arriver dans la vie d’un site d’avoir à changer de nom de domaine, souvent pour des raisons marketing (changement de nom de société, rachat, nouveau positionnement marketing, etc.). Pour les moteurs de recherche, les adresses de toutes les pages vont changer, et donc ils vont découvrir un nouveau site. Voici comment faire pour ne pas repartir de zéro dans le référencement, et optimiser la transition.

On peut distinguer deux cas de figure pour ce site qui change de nom de domaine :

  1. le site est récent (quelques mois maxi)
  2. le site est ancien et bien connu sur le web

Dans le premier cas, il n’y a rien de spécial à faire (même si les conseils qui suivent s’appliquent aussi), car de toute façon le référencement du site n’a pas encore vraiment commencé, donc ce changement de nom de domaine aura peu d’influence.

Par contre dans le deuxième cas, le problème peut être plus gênant, surtout si le site est très bien référencé avec le nom de domaine actuel. En effet, Google exploite désormais plusieurs informations liées à l’historique d’un site. Transférer sur un nouveau nom de domaine jusqu’alors inconnu de Google peut remettre à zéro (si on le fait mal…) toutes ces informations. Voici donc comment faire pour que le nouveau nom de domaine profite de tous les avantages de l’ancien en termes de référencement.

Remarque : Même si vous suivez tous les conseils qui suivent (et éventuellement d’autres !), il est assez probable que vous allez subir une baisse de trafic issu des moteurs de recherche pendant la période de transition. Malheureusement, elle sera plus forte chez Google que chez Yahoo et Live, donc si vous le pouvez, évitez de changer de nom de domaine !

Lire la suite sur Webrankinfo

Enregistrez vos noms de domaine en .TRAVEL

Le .travel est une extension dédiée au développement de l’e-commerce de l’industrie du voyage et du tourisme. Ce nom de domaine est géré par Tralliance pour la partie commerciale et par Neulevel (registre du .biz) pour la partie technique et le support.
En quoi le .travel apporte une valeur ajouté à un site ?
utah.travel, canada.travel, egypt.travel, italia.travel, …
Toutes les entreprises listées dans ce moteur disposeront d’une note donnée par les associations de voyagistes et de commentaires postés par les internautes, qu’ils aient un .travel ou non, mais les détenteurs d’un nom de domaine .travel devraient être privilégiés dans la recherche. De plus toutes les informations pour contacter le prestataire (hôtel, croisière, …) et réserver en ligne seront directement disponibles.
Les fonctionnalités de ce moteur de recherche seront aussi reprises dans une barre de navigateur à télécharger.
Qui peut enregistrer un nom de domaine .travel ?
Il faut appartenir à l’un des 18 secteurs de l’industrie du tourisme suivants :

  • Compagnies aériennes
  • Parcs d’attractions ou à thèmes
  • Maisons ‘ bed & breakfast ‘
  • Compagnies de bus, taxi, limousine
  • Camping
  • Compagnies de location de voiture
  • Fournisseurs de technologie de réservation de voyage
  • Organisateurs de congrès ou de meeting
  • Compagnies de croisières Ferries
  • Hôtels, Resorts, casinos
  • Offices du tourisme
  • Compagnies ferroviaires
  • Restaurants
  • Tours opérators
  • Agences de voyage
  • Médias ayant pour thème le voyage et le tourisme
  • Associations de voyageurs ou d’analyse du marché touristique

Comment enregistrer un .travel ?
Toutes les informations sur Namebay

Enregistrement des mots-clés sur Internet en Chine

En Chine, l’enregistrement des mots-clés en idéogrammes chinois et en caractères latins est une nouvelle tendance du business, en progression depuis quelques mois.

L’objectif de ces mots-clés est de faciliter la navigation sur le Web, pour les utilisateurs chinois, en assortissant un mot-clé avec une URL.

Les mots-clés contenant des idéogrammes peuvent être coûteux comparés au gain en visibilité. En fait, cela se limite au territoire et aux utilisateurs chinois dont l’ISP (Internet Service Provider) est techniquement qualifié pour traduire des mots-clés en URLs.

Cependant l’approche de ces registrars semble être légitime, certains d’entre eux n’hésitent pourtant pas à employer des méthodes litigieuses et agressives pour forcer l’enregistrement pour ces mots-clés sur Internet, mais également avec les IDNs.

Une île ICANN privée sur Second Life ?

Si vous êtes nouveau sur Second Life, cliquez ici pour créer votre personnage, puis téléchargez le logiciel (disponible pour Windows, Mac, et Linux) puis connectez-vous !

Une fois que vous êtes ‘in world’ (connecté sur votre espace Second Life), vous débarquez dans un espace d’orientation. C’est un endroit où vous pouvez vous vêtir, changer votre apparence et en apprendre un peu plus au sujet de la navigation sur SecondLife. Une fois que vous serez familier avec l’interface, rendez vous sur l’île Ninca. Voici comment y parvenir.

En bas à droite de votre fenêtre Second Life, vous pouvez voir un bouton appelé ‘map’ (carte). Vous pouvez également choisir la ‘ carte du monde (world map) ‘ à partir du menu de vue. Sur la droite de la fenêtre de la carte, vous verrez trois cercles rouges. Le troisième vers le bas sert pour la ‘ recherche par région. ‘ Saisissez ‘ Ninca ‘ dans ce champ puis cliquez sur le bouton de recherche. Une carte de Ninca devrait commencer à s’afficher dans la fenêtre de la carte, et vous verrez le mot ‘ Ninca ‘ dans votre boîte de résultat de recherche. Cliquez sur ‘ Ninca ‘ dans la boîte de recherche, puis cliquez sur le bouton ‘Teleport’ en bas à droite. Vous débarquez au milieu de l’île Ninca ! Je ne suis pas sûr de la direction dans laquelle vous serez à votre arrivée, donc effectuez un rapide tour d’horizon jusqu’à ce que vous voyiez le cercle des drapeaux entourant une grande fontaine. C’est le centre du service de conférence. Marcher ou voler et faites le tour. (J’ai mis à jour la page d’ICANNWiki avec ces astuces.)

Les portes du centre de conférence principal sont ouvertes. Les portes du petit centre de conférence, avec trois salles de pause, sont fermées, mais vous pouvez les ouvrir en cliquant simplement sur les portes. Vous êtes bienvenu n’importe où sur l’île. Rien n’est verrouillé ou privé.

Juste derrière les portes du centre de conférence principal, vous verrez plusieurs tables en verre. J’ai commencé à laisser quelques infos de base pour la réunion de Sao Paulo sur ces tables. Cliquez sur les brochures, et récupérez le briefing sous forme de notecards. Si vous avez des éléments que vous voudriez déposer, contactez-moi.

Source : Bret Fausett, http://blog.lextext.com/blog/_archives/2006/10/25/2447512.html

.asia : une nouvelle extension régionale approuvée par l’ICANN

L’ICANN a validé la création du .Asia le 18 octobre 2006. Il sera disponible dans les 6 à 9 mois qui viennent.

Ce Top Level Domain (TLD) vise à mettre en lumière sur l’Internet des entreprises et des individus basés en Asie-Pacifique et à atteindre la communauté la plus grande.

Le .Asia supportera dans un premier temps l’alphabet latin, puis les langues asiatiques (IDNs), selon l’organisation DotAsia Ltd.
Cette société se compose de membres de l’ICANN qui gèrent les registres des ccTLDs de la zone asiatique.

L’enregistrement du point Asie sera divisé en 2 étapes :

  1. d’abord, la période de sunrise pour les propriétaires de marque déposée
  2. puis, l’ouverture générale pour les entités actuelles en Asie Pacifique.

Au delà de l’ouverture du ‘ .asia ‘, c’estsurtout une question de concurrence avec les principaux TLDs (en particulier le .com) et de croissance d’Internet dans ce secteur. A ce jour, il y a environ 400 millions d’utilisateurs d’Internet en Asie (voir des détails dans la table ci-dessous).

Country Internet users
China 123 000 000
Japan 86 300 000
India 60 000 000
South Korea 33 900 000
Indonesia 18 000 000
Taïwan 13 800 000
Malaysia 11 016 000
Vietnam 10 711 000
Pakistan 10 500 000


Source : Internet World Stats
(mise à jour en septembre 2006)