Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: president

RUSSIE – Vladimir Poutine tisse sa toile en vue de 2012

La première étape de l’enregistrement des noms de domaine en alphabet cyrillique est terminée. Au total, 18.000 sites ont été enregistrés avec l’extension .rf pour Fédération de Russie : ils s’adressent avant tout aux russophones ignorant l’alphabet latin. Les institutions d’État, des compagnies propriétaires de noms de marque, les médias et les ONG ont déposé leurs demandes d’enregistrement. Mais la procédure a été entachée de deux polémiques. D’abord, le jour du lancement où les premières requêtes de noms d’adresse déposées du type sex.rf, striptease.rf, rencontres.rf se sont accumulées… Puis, plus sérieusement, à la fin de la procédure, lorsqu’il est apparu que le département d’information du service fédéral de protection (FSO), chargé des ressources Internet du pouvoir, avait fait enregistrer quelques adresses combinant le nom du Premier ministre Vladimir Poutine et 2012, année des présidentielles en Russie pour obtenir des noms de domaines du genre « Poutine-2012.rf ». Opération dont le président actuel du pays et grand utilisateur du Web Dmitri Medvedev a été privé…

Les commentaires des médias ne se sont pas fait attendre : « Poutine enregistré aux élections » – titrait le quotidien en ligne Gazeta.ru. Les utilisateurs d’Internet se souviennent bien que Vladimir Poutine avait utilisé les sites « poutine2000.ru » et « poutine2004.ru » pendant les élections de 2000 et 2004. De quoi alimenter les spéculations. « Le gouvernement n’a pas autorisé cet enregistrement », se justifie l’attaché de presse du Premier ministre Dmitri Peskov. Il n’empêche, le FSO a été obligé de retirer les noms des sites faisant allusion à l’éventuelle réélection de Vladimir Poutine. Mais pas question pour le service fédéral de protection de laisser tomber d’autres adresses consacrées à l’ancien président : poutine-et-les-tigres.rf ou encore poutine-et-les-bélougas.rf sont entre ses mains !

Source: Le Point

Une adresse internet « Poutine 2012 » déposée en Russie

Un organisme gouvernemental russe a fait enregistrer l’adresse internet « Poutine-2012.rf », nouvel indice que l’actuel Premier ministre pourrait se présenter à la prochaine élection présidentielle.

Le service fédéral des gardes du corps, chargé de la protection des personnalités, a fait enregistrer cet été plus de 400 adresses en cyrillique, précise vendredi le site internet de gestion des noms de domaine en cyrillique www.stat.ref.ru. Parmi ces adresses, six combinent le nom de Poutine et 2012.

Aucune de ces adresses ne laisse toutefois supposer que l’actuel président russe Dmitri Medvedev compte briguer un nouveau mandat.

Le 6 septembre, Vladimir Poutine a laissé entendre qu’il pourrait se présenter à la présidentielle, initiative qui lui assurerait sans doute un nouveau mandat à la tête du Kremlin. Il avait cité l’exemple de Franklin D. Roosevelt, qui a dirigé les Etats-Unis de 1933 à sa mort en avril 1945, avant que l’exercice de la présidence américaine soit limité à deux mandats.

La constitution russe a empêché Vladimir Poutine de se représenter en 2008 après son second mandat présidentiel de quatre ans, mais il lui est possible de se porter à nouveau candidat dans deux ans.

Vladimir Poutine est considéré comme « l’homme fort » du tandem qu’il forme avec le président Dmitri Medvedev, dont il avait fait son successeur désigné. Medvedev a modifié la constitution fin 2008 afin de porter à six ans la durée des futurs mandats présidentiels.

Poutine, 57 ans, et Medvedev, 44 ans, ont fait comprendre que l’un d’eux serait candidat à la présidence et qu’ils s’entendraient à l’avance pour déterminer lequel ce serait.

« Plus personne ne croit que Medvedev se portera candidat car Poutine semble être déjà en campagne », a remarqué Alexeï Moukhine, expert au Centre d’information politique.

Dmitri Peskov, porte-parole de Vladimir Poutine, a assuré que ces noms de domaine ne signifiaient pas nécessairement que le Premier ministre entendait se réinstaller au Kremlin.

« C’est une mesure nécessaire destinée à éviter tout usage malveillant des noms de domaine liés à des personnalités célèbres », a dit Dmitri Peskov.

Vladimir Poutine avait utilisé les sites « poutine2000.ru » et « poutine2004.ru » pour promouvoir ses candidatures aux élections de 2000 et 2004.

Conor Humphries, avec Gleb Bryanski; Guy Kerivel et Bertrand Boucey pour le service français

Source: l’express.fr

La présidentielle 2012 alimente le marché des sites web

Internet est devenu un moteur primordial des campagnes, développant un business florissant autour des noms de domaines liés aux candidats.

En attendant 2012, la course à la présidentielle se joue déjà sur Internet pour déposer les noms des sites de campagne. De Nicolas Sarkozy à Ségolène Royal en passant par DSK, Dominique de Villepin ou François Bayrou, pratiquement tous les noms de domaine portant le patronyme des potentiels candidats sont déjà achetés.

Toutefois, seuls quelques-uns sont acquis par les intéressés comme Joly2012.fr déposé par Les Verts ou Borloo2012.fr réservé par une conseillère du ministre de l’Ecologie. La plupart des noms de domaines sont achetés par d’illustres inconnus, parfois loin de la politique comme Christian Costeaux, propriétaire de Royal2012.com. Il détaille à Nouvelobs.com un véritable business d’achats en gros de noms de domaines pour les revendre ensuite.

Des sites revendus 5.000 à 20.000 euros

« C’est un énorme business qui consiste à acheter des noms de domaine qui peuvent potentiellement intéresser quelqu’un », explique-t-il. Chaque site représente un coût moyen de 5 euros par mois, et peut être revendu 5.000 à 20.000 euros.

« Par exemple, le mois dernier s’est créée la compagnie aérienne Sénégal Airlines, dont je suis propriétaire du nom de domaine et de la marque. Là je pense que cela va se négocier entre 20.000 et 40.000 euros », raconte Christian Costeaux enthousiaste. « Pour un investissement minime, cela peut rapporter gros. C’est une activité sans risque », poursuit-il.

Même réalité pour Quentin Decourtilloles qui avait mis aux enchères, sans succès, le site Bayrou2012.fr à partir de 200.000 euros. Il expliquait à Marianne2 sa volonté de « gagner de l’argent« .

« Anticiper »

« C’est un vrai travail créatif, il faut anticiper », estime Christian Costeaux. « Anticiper », le maître mot de ce business. Dès septembre 2004, Christian Perbet, responsable d’une agence de communication a déposé les noms de domaines Sarkozy2012.fr, Sarkozy2012.com et Sarkozy2012.net.

« L’avantage d’un site comme Royal2012.com », explique son propriétaire, « c’est que même s’il n’est pas vendu, il suffira de publier une page d’actualité au contenu automatique pour générer beaucoup de trafic et donc de la publicité ».

Reste enfin la possibilité pour des militants d’acheter le nom de domaine du candidat adverse. C’est le cas par exemple de Fillon2012.fr, acquis par César Lesage, un militant de Philippe de Villiers. Le jeune homme confiait toutefois à Slate « espérer en tirer un peu d’argent« .

Sont déjà réservés :

A gauche :

– Royal2012
– Aubry2012
– DSK2012
– StraussKahn2012
– Hollande2012
– Fabius 2012
– Delanoe2012
– Peillon2012
– Montebourg2012
– Valls2012
– Besancenot2012
– Melenchon2012
– Joly2012
– Duflot2012
– Chevenement2012

Au centre :

– Baryou2012

A droite :

– Sarkozy2012
– Fillon2012
– Borloo2012
– Villepin2012
– Cope2012
– Morin2012
– Alliot-Marie2012
– Boutin2012
– LePen2012
– MarineLePen2012
– DeVilliers2012
– Villiers2012

Source: NouvelObs

Qui a déposé www.fillon2012.fr ?

La rumeur tourne dans les couloirs de l’Assemblée, du Sénat ou des ministères. Qui a bien ou déposer fillon2012.fr?

Beaucoup sont persuadés que le nom de domaine a été dépose par un proche du Premier ministre dans l’éventualité d’une candidature de celui-ci à la présidentielle de 2012. Cela intervient après deux semaines de forte tension, toujours pas apaisée, entre François Fillon et Nicolas Sarkozy en chute libre dans les sondages.

Son Premier ministre, plus populaire, apparaît aujourd’hui comme le recours de l’UMP pour les prochaines échéances ce qui agace l’Élysée.

Source: LesIndiscrets.com