Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: nominet

Bientôt .uk au lieu de .co.uk?

Nominet, le gestionnaire du domaine de top level britannique .uk, entend proposer en plus des domaines de deuxième niveau traditionnels tels .co.uk, .org.uk et .me.uk, désormais aussi le plus concis .uk. De petites entreprises pourraient alors enregistrer www.naam.uk au lieu de l’habituel www.naam.co.uk.

Bientôt, les Britanniques pourront supprimer le .co de leurs noms de domaine car le gestionnaire des noms de domaine Nominet envisage d’introduire le plus concis .uk, certes moyennant un supplément (20 livres pour 1 an de .uk contre 5 livres pour 2 ans de .co.uk). De plus, les candidats devraient pouvoir prouver qu’ils sont établis en Grande-Bretagne.

Nominet va déjà organiser une phase de consultation de trois mois (jusqu’au 7 janvier). Durant cette période, entreprises et particuliers pourront faire connaître leurs objections et leurs remarques à propos de la proposition. Celle-ci pourrait faire froncer les sourcils des entrepreneurs, du fait qu’ils devront déjà bientôt enregistrer leur nom sous pas mal de nouvelles extensions internet.

A présent que le gestionnaire du système de noms de domaine Icann a ouvert l’espace des noms de domaine de top level, des centaines de nouvelles extensions internet viendront en effet sous peu s’ajouter. L’initiative de Nominet est cependant tout à fait indépendante de ce qui précède.

Pour les 20 livres dont il est question, les candidats recevraient encore quelques extras. C’est ainsi que les sites seraient chaque jour scannés à la recherche de malware (maliciels) et que les adresses .uk seraient protégées avec le protocole de sécurité DNSSEC. Les revenus supplémentaires seraient alors réinjectés dans une fondation indépendante investissant dans l’amélioration de l’accès à internet et dans la sécurité.

Structure

Le fait que les adresses internet britanniques se terminent traditionnellement par .co.uk, .net.uk, .gov.uk ou .ac.uk au lieu du plus concis .uk, est historique, selon Marc Van Wesemael, directeur général d’EURid, le gestionnaire du domaine de top level européen .eu. “Au début, les domaines de haut niveau ont été subdivisés en catégories, telles .com pour les organisations commerciales et .gov.”

Avec l’extension d’internet, beaucoup de pays ont cependant migré vers les codes nationaux de type .be ou .nl. “Les Britanniques ont associé la structure des gTLD à leur code national”, ajoute-t-il encore, “ce qui fait que l’on obtient à présent des noms de domaine se terminant par .co.uk et .org.uk. La Pologne a connu quelque chose de similaire. L’on y trouve aussi nombre de domaines de deuxième niveau tels .com.pl ou .net.pl.”

Source: datanews.levif.be

Nominet suspends fake pharma domains

Nominet, the .uk address registry, has suspended hundreds of internet domain names as part of a global police crackdown on crime gangs peddling fake pharmaceuticals.

Operation Pangea IV saw almost 13,500 websites taken down and dozens of suspects arrested in 81 countries, according to Interpol, which coordinated the swoop.

Over 2.4 million potentially harmful counterfeit pills, worth about £4m, were seized in raids between 20 and 27 of September, Interpol said. Confiscated medicines included everything from diet pills to anti-cancer drugs.

Cops worked with customs agencies, ISPs, payment processors and delivery companies to close down the allegedly criminal operations, Interpol said.

In the UK, Nominet acted upon advice given by the Medicines and Healthcare products Regulatory Agency and the Police Central e-Crime Unit to suspend about 500 .uk domains, according to director of operations Eleanor Bradley.

While the domains were not « seized » as some have been in the US in recent months, suspending a domain stops it from resolving, essentially shutting down the associated website.

Author : Kevin Murphy
Read more on TheRegister.co.uk

NOMINET – Release of reserved short domain names update

Release of reserved short domain names update

Following a series of policy recommendations and a full public consultation held earlier this year we are changing the rules for registration of domain names to allow the release of 1 character, 2 letter and other previously reserved domains. Notice of the rule change is given with full details on our web site at:

http://www.nominet.org.uk/registrants/aboutdomainnames/reserved/changestorul

es

We are also outlining the release process for these domain names. In order to respect prior rights and to ensure an orderly and fair release we will hold a two stage sunrise and landrush process. You can read more about this

here: http://www.nominet.org.uk/registrants/aboutdomainnames/reserved

We aim to start the first stage before the end of 2010 and will publish full details of the release process on 1 November 2010.

A full list of the domain names that are being released is available at:

http://www.nominet.org.uk/registrants/aboutdomainnames/reserved/releaselist

Interested parties will be able to apply for domain names via Nominet registrars. Registrars can read details of how to process these applications and how to ensure that they are included in a list of registrars able to process reserved short domain name applications here:

http://www.nominet.org.uk/registrants/aboutdomainnames/reserved/registrarsin

fo

We are also seeking expressions of interest from parties potentially acting as rights verification or auction partners. If you are interested in either of these roles, please respond to shortdomains@nominet.org.uk by 30 September 2010.

If you have any questions about any of this information, please email shortdomains@nominet.org.uk.

Nominet UK – System maintenance – 25 April 2010

On Sunday 25 April 2010 at 07:00 (BST) we will be performing a major upgrade to our database software. The upgrade will cause our registration systems to be unavailable from 07:00 until 13:00 (BST).

During this time Online Services including web domain manager, PRSS, EPP, and ENUM registration systems will be unavailable. The automaton will not process email requests, but they will be received and queued for processing when it restarts. All of our registration systems will restart simultaneously at which point EPP requests will be accepted and the automaton will start to process queued requests.

WHOIS and DAC services will be moved to our backup data centre so will continue to operate as normal. This upgrade is to our database software only and no functionality changes will be made to our systems during this maintenance outage.

We would like to apologise for any inconvenience that this may cause.

Nominet Releases Goldmine of Domain Renewal Statistics

Report provides insight into expired domain names.

Nominet, the registry for the .uk country code, has released its 2009 Domain Name Industry Report (pdf). It includes in-depth stats about domain renewal rates and the reasons people let domains expire. This data should be useful to the ICANN Working Group examining the issue of expiring domains.

As way of background, there are a couple differences between .uk and most other domains. First, registrations are for two years. Second, Nominet sends renewal reminders to customers (in addition to the registrar sending reminders).

For those people renewing their domains, Nominet found:

– 60% renewed due to a reminder from their registrar (same figure as similar research from 2007)
– 25% believe their domain names renew automatically (2007: 22%)
– 7.3% renewed after receiving reminders from Nominet (2007: 8.6%)

Fully 98.2% of those surveyed recall receiving reminders about renewing their domain name. This isn’t too surprising. After all, if Nominet was able to reach people for its study, those people likely have up-to-date contact information on their domain names. As I’ve said before, the number one reason someone neglects to renew an important domain name is because they have outdated or false whois data.

This graph explains the reasons people decided to not renew their domains:

nominet-renewals

This chart shows something we all know, but it’s still interesting: if you get someone to renew a domain once, odds are they’ll keep renewing it:

nominet-renewal-rate

The Nominet report has lots of other renewal and registration data, and is worth reviewing.

Nominet in Spat Over Nominet.name

UK registry operator sends demand letter, then files UDRP.

NominetUK registry operator Nominet, which oversees the .uk country code, has filed for arbitration to get the domain name Nominet.name.

Nominet began communicating with the domain’s owner last year, and in April sent a demand letter requesting the domain be turned over. The demand letter can be viewed at NotNominet.name.

The owner was defiant, writing on his web site:

…This site and the domain name has NOTHING to do with the British domain name company called Nominet.

ABSOLUTELY NOTHING…

So why is this British company hasslin’ me and my host?

Simple – because they can!

Hell, the dudes didn’t even offer to buy it off me, they just storm in with the jackboots and suits, it sure isn’t my fault that they were too dumb to register it for themselves, they had plenty opportunity to do, if it was gonna be this important to them. I registered it way after .name was introduced. I don’t have any intention of sellin it or using it for anything other than in connection with my family name and for email. Any web site is there because it’s there and it’s NOTHING to do with NOMINET IN THE UK, right ?

Nominet filed a case with National Arbitration Forum a few days ago to try to get the domain name through arbitration. Last year the company won the domain name Nominet.com through arbitration at World Intellectual Property Organization.

source DomainNameWire.com

UK businesses to benefit from new technology as ENUM goes live

We are pleased to announce that ENUM, a new registry service that combines telephone numbers and the Domain Name System to simplify the way that VoIP calls (telephone calls made over the Internet) work, is live. It will allow companies and their customers and suppliers to make free or cheaper calls.

In addition to the cost savings, ENUM has the potential to offer a range of other value-added features to corporate communications such as a ‘follow me’ type function that will allow an individual to choose how (voice, fax, mobile, email, text messaging, location-based services and web sites), and when they would like to be contacted throughout the day. For example, users could direct everything to their mobile device between 9am and 5pm and then re-direct all communications to email after 5pm.

The core principle of ENUM is to translate a telephone number into a domain name. This allows users to continue to use the existing phone number formats they know, whilst allowing the device to route the call using a Domain Name System lookup. Using DNS makes ENUM a quick, stable and cheap link between telecommunications systems and the Internet.

And because the ENUM platform is based on standard DNS functionality it is an open platform, allowing for the development of exciting new applications.

Phil Kingsland, our director of marketing and communications comments: »Making cost savings and improving operational efficiency is at the top of the agenda for most organisations in the current economic climate. ENUM has come just at the right time as it cuts telecommunications costs and enables companies to build better relationships with suppliers and customers in a more cost effective manner.

« For example, if a large organisation and its suppliers used ENUM – all calls between them would be free every time. Equally, smaller organisations, for example in customer service environments, could set up an ENUM number – allowing customers to call for free, without incurring any call receiving costs themselves. Essentially, from today ENUM is set to extend the benefits of VoIP for UK businesses. »

source Nominet

Une école gagne une bataille contre un site porno

Le Collège de Framlingham, d’Ipswich, en Grande-Bretagne a réussi à récupérer son nom de domaine après 3 ans de bataille judiciaire. Il redirigeait vers des sites pornographiques.

Le nom de domaine www.framlinghamcollege.co.uk, appartenant depuis 2005 à l’entreprise canadienne Realm Solutions, ne faisait aucune mention du Framlingham College. Il était au contraire utilisé pour faire la promotion d’un site Web de rencontres en ligne qui redirigeait ensuite les visiteurs sur des sites pornographiques.

Le Collège Framlingham avait déjà essayé en vain de faire fermer le site en 2005, en s’adressant à Nominet, l’organisme qui se charge de l’attribution des noms de domaine au Royaume-Uni. Nominet avait alors considéré que l’établissement n’avait pas apporté assez de preuves prouvant que le nom de domaine lui appartenait. Ce n’est que lors d’une nouvelle audience que l’établissement a eu gain de cause et a pu obtenir son nom de domaine en retour.

«C’est un soulagement»

«Nous sommes une école chrétienne, et avoir un site avec notre nom qui redirige vers de la pornographie est horrible», a déclaré à la BBC la directrice de l’établissement, Gwen Randall. «C’est un soulagement que cela soit enfin terminé», a-t-elle ajouté.

Nick Wenban-Smith, conseiller légal chez Nominet, explique que les noms de domaine sont attribués sur la base du premier arrivé, premier servi. Il ajoute que Nominet obtient environ 700 plaintes chaque année. 10% des cas sont résolus presque immédiatement en faveur du plaignant. Environ un tiers se règle par médiation, tandis qu’un quart nécessite un arbitrage indépendant.

Auteur: man
Source 20minutes.ch

Monétisation de l’immatériel : les noms de domaines (7/9)

La chasse aux intrus, ou Récupération des noms de domaine

De nouvelles professions d’intermédiaires ont été évoquées.
Une autre catégorie de personnes a profité de l’intérêt nouveau dans les noms de domaine : les ‘ cybersquatteurs ‘. Le caractère intrinsèquement international de l’internet, et donc des noms de domaine, a été pour eux une bénédiction. Il suffit de quelques minutes et de quelques euros pour réserver un nom de domaine de 2e niveau. Sous la plupart des extensions, aucun contrôle n’est effectué à l’enregistrement. N’importe qui peut donc enregistrer comme nom de domaine n’importe quelle marque, célèbre ou non, qui n’aurait pas encore été réservée par son titulaire légitime. A l’inverse, le titulaire de la marque se trouve dans une situation délicate une fois le nom enregistré par un tiers. Il doit soit transiger avec le squatteur soit se lancer dans des procédures judiciaires qu’il sait longues et coûteuses, surtout si le squatteur est basé dans un pays étranger. Des contre-feux institutionnels ont bien été mis en place mais s’ils paraissent efficaces, un examen plus approfondi pointe certains manques.

En 1999, c’est l’Icann qui a déployé une procédure pour combattre l’enregistrement frauduleux de noms de domaine. Epaulée par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (Ompi), une agence spécialisée de l’Onu, elle a introduit une procédure dite UDRP [1] (Uniform Domain Name Dispute Resolution Policy) pour ‘ Règlement uniforme de résolution des litiges en matière de noms de domaine) applicables à tous les gTLDs. Il s’agit d’un mode alternatif de règlement des conflits ‘ qui vise à apporter une solution rapide et peu onéreuse aux cas de cybersquatting les plus fragrants.

Une des originalités de l’UDRP est d’organiser une procédure d’arbitrage internationale obligatoire dont une des parties est inconnue au moment de la conclusion de la clause d’arbitrage. Par une chaîne de contrats, l’Icann oblige en effet les titulaires de noms de domaine à accepter par avance de soumettre les litiges relatifs à l’enregistrement de leurs noms à une procédure ad hoc que tout tiers peut déclencher. Le tiers doit simplement justifier être titulaire de droits de marque auxquels l’enregistrement porte atteinte.
L’UDRP est particulièrement efficace car si l’arbitre estime que l’enregistrement et l’usage du nom de domaine portent effectivement atteinte aux droits de marque du demandeur, il peut en ordonner le transfert immédiat. C’est le bureau d’enregistrement gérant le nom qui exécute la décision en modifiant le nom du titulaire dans sa base au profit du demandeur.

Les registres des ccTLDs ont adopté des procédures apparentées à l’UDRP, quand ils n’ont pas purement et simplement repris cette dernière. Les titulaires de marques disposent donc aujourd’hui d’une protection a priori étendue contre le cybersquatting. Dans le cas de l’Afnic, le registre du .fr, c’est une procédure proche de l’UDRP, appelée Procédure alternative de résolution des litiges (Parl) [2], qui assure la sanction des cas de fraude les plus flagrants.

Le succès de l’UDRP et des procédures apparentées peut être mesuré au nombre d’actions introduites chaque année sous leur égide. L’Ompi qui, en plus d’en être l’inspiratrice de ces procédures, fournit la majeure partie des décisions les appliquant, a tranché plus de 11 700 cas depuis décembre 1999 [3]. Le temps où la procédure UDRP relative au nom de domaine madonna.com [4] faisait la une des journaux [5] est donc bel et bien révolu et le cybersquatting n’est plus décrit comme ce fléau endémique qui ravage l’internet comme cela avait pu être le cas à la fin des années 1990 et au début des années 2000.

Reste que l’UDRP et les autres procédures n’ont pas éradiqué le cybersquatting. Si on laisse de côté l’année inaugurale, l’an 2000, au cours de laquelle 1 857 cas avaient été portés devant l’Ompi, l’organisation a eu à connaître de 1 000 à 1 500 cas chaque année. La tendance semble cependant à la hausse. 1 823 plaintes ont été enregistrées en 2006 [6] et 1 586 cas avaient déjà été reçus au 2 octobre 2007. A la vue de ces chiffres, s’il n’y a pas eu d’augmentation significative des cas de cybersquatting enregistrés depuis six ans, il n’y a donc pas eu non plus de décrue. L’UDRP a, au mieux, permis de contenir les comportements déviants. C’est pourquoi on peut considéré que l’UDRP a eu un succès mitigé, d’autant que l’UDRP est encore aujourd’hui une procédure chère et produisant des décisions de qualité médiocre.

Le coût pour le demandeur à une procédure UDRP devant l’Ompi est de 1 500 euros, 4 000 s’il souhaite que l’affaire soit tranchée par un panel de trois membres plutôt que par un expert seul. A cela s’ajoutent souvent les honoraires d’un spécialiste pour rédiger, introduire et suivre la plainte.

Le coût total est sans doute inférieur à celui d’une procédure devant une juridiction nationale, les délais plus brefs et, dans les cas où le transfert est ordonné, l’efficacité de la décision supérieure, mais l’UDRP n’en reste pas moins une ‘ procédure de riches ‘. Il faut être prêt à débourser des milliers d’euros pour récupérer un nom qui n’en vaut que quelques uns chaque année à enregistrer. C’est de plus une procédure élitiste puisqu’elle n’est ouverte qu’aux seuls titulaires de droits de marque.

S’ajoute à cela le fait que l’UDRP produit des décisions souvent pauvres et stéréotypées. Dans la grande majorité des cas, le titulaire du nom de domaine mis au défi d’établir sa possession de bonne foi du nom face aux allégations du demandeur ne répond tout simplement pas à la plainte. Au cours du mois de mai 2007, l’Ompi a par exemple rendu quinze décisions (10% de son activité totale) relatives à des noms de domaine reprenant la marque sous laquelle une spécialité médicamenteuse est commercialisée [7]. Dans seulement trois cas le titulaire du nom de domaine a présenté une réponse et dans seulement un cette réponse a convaincu l’expert que le nom n’était pas squatté. Cela signifie que dans douze cas sur les quatorze ayant débouché sur le transfert du nom de domaine litigieux aucun véritable échange d’arguments n’a eu lieu.

En pratique, il ne fait pas de doute que les noms en cause étaient cybersquattés [8] et les experts ne doivent donc pas être critiqués pour avoir ordonné leur transfert. En l’absence de réponse des titulaires, les experts ont cependant tendance à rendre des décisions expéditives, acquiesçant à tous les points soulevés par la demande, même sous les formes les plus elliptiques. Des milliers d’euros ont donc été dépensés, des spécialistes consultés pour aboutir à des décisions à l’issue prévisible et dans lesquelles rien n’est réellement discuté. Si l’UDRP et les autres procédures apparentées représentent un mieux par rapport à l’imbroglio d’une action devant le juge national, la situation demeure par conséquent insatisfaisante. Nominet, le registre du .uk, le reconnaît implicitement en réfléchissant actuellement à une modification de son équivalent de UDRP, le DRS (Dispute Resolution Service pour Service de résolution des litiges). Il souhaite simplifier sa procédure dans les cas où le titulaire du nom ne répond pas aux allégations du demandeur [9] .

Le DRS du .uk est particulier en ce qu’une phase de conciliation obligatoire précède la saisie de l’expert. Ce n’est que si la conciliation échoue que l’expert est saisi. Selon Nominet, l’expérience montre que, dans la grande majorité des affaires qui arrivent jusqu’à l’expert, le demandeur a un intérêt clair dans le nom litigieux et que le titulaire n’a pas répondu à la phase de conciliation. Dans 95% des cas, l’expert ordonne alors le transfert du nom litigieux au demandeur [10] . Sur la base de ce constat, Nominet propose qu’à l’avenir, dans un tel cas de figure, le nom soit transféré au demandeur sans passer par les services d’un expert. Le demandeur paierait 200 livres sterling de frais à Nominet pour cette procédure ‘ allégée ‘ au lieu des 750 que coûte la désignation d’un expert. C’est une division par 3,5 des frais de procédure.
Reste que cette réforme ne règle pas la question des frais annexes : il faudra toujours au préalable introduire une plainte et donc, en pratique, recourir à un spécialiste pour la rédiger. C’est souvent ce recours à un spécialiste qui se révèle le plus onéreux pour le demandeur. On peut donc se demander dans quelle mesure la réforme rendra le DRS plus abordable pour les demandeurs potentiels, notamment les plus modestes.

Si l’UDRP et les procédures apparentées sont donc en théorie de bons contre-feux au cybersquatting, la pratique pointe leurs limites, d’autant que le cybersquatting a évolué depuis l’introduction de l’UDRP en 1999.

Notes

[1] http://www.icann.org/udrp/udrp.htm
[2] http://www.afnic.fr/doc/ref/juridique/parl
[3] L’Ompi propose sur son site web un outil statistique extrêmement complet sur les décisions relatives aux noms de domaine : http://www.wipo.int/amc/en/domains/statistics.
[4] Ompi, Madonna Ciccone, dite Madonna c. Dan Parisi et madonna.com, n? D2000-0847, 12 octobre 2000, http://www.wipo.int/amc/en/domains/decisions/html/2000/d2000-0847.html.
[5] Konrad (R.), Hansen (E.), Madonna.com embroiled in domain ownership spat, c|net, 21 août 2000, www.news.com/2100-1023-244734.html ; Francis (C.), Madonna bids to win domain name game, 14 septembre 2000, CNN, http://archives.cnn.com/2000/WORLD/europe/09/13/switzerland.madonna/.
[6] Ompi, Le Cybersquattage poursuit son expansion – les risques pour les marques s’intensifient devant les nouvelles pratiques d’enregistrement, communiqué de presse, 12 mars 2007, Genève, http://www.wipo.int/pressroom/fr/articles/2007/article_0014.html.
[7] Les décisions de l’Ompi sont accessibles par mois sur son site : http://listbox.wipo.int/domain-updates.
[8] Il s’agissait notamment de cialisfocus.com et drugcialis.com, le Cialis étant un médicament utilisé pour soigner les troubles de l’érection, de ordervaliumonline.com, pharmavalium.com et valiumgenericpharmacy.com, le Valium étant utilisé pour traiter l’anxiété. On trouvait aussi ambienfree.com, un sédatif que certaines personnes utilisent pour ses effets secondaires.
[9] Nominet, Proposed DRS default transfer process, 3 septembre 2007, communiqué de presse, http://www.nominet.org.uk/news/latest/?contentId=4401.
[10] Nominet, Proposed DRS default transfer process, consultation, http://www.nominet.org.uk/policy/consultations/defaulttransfer.

(à suivre)

Charles Simon

Source CawAilleurs, le Cawa d’AdmiNet City