Toute l'actualité des noms de domaine

Archives de mots clés: nom domaine

Ouverture prochaine du .fr aux français résidents à l’étranger

l’AFNIC va ouvrir prochainement le .fr aux français résidents à l’étranger.
Jusqu’à présent le titulaire d’un nom de domaine en .fr devait posséder une adresse en France.

Le processus actuel d’enregistrement et de vérification des personnes physiques sera conservé :

– Il n’y aura pas de nouveaux tests techniques lors de la saisie, ceci
afin d’alléger au maximum les vérifications géographiques des
titulaires des noms de domaine ;
– La vérification d’éligibilité sera réalisée par l’AFNIC auprès des
bureaux d’enregistrement en charge du nom de domaine :
– le contact administratif a une obligation de présence sur le
territoire ;
– cette vérification d’éligibilité est déclenchée sur plaintes
extérieures et dans le cadre de vérifications aléatoires.

Source: Afnic

Sony dépose le nom PlayStation Arc

D’abord des sources anonymes, ensuite la création d’un nom de domaine, et maintenant un dépôt de marque. Siliconera a de nouveau laissé traîner un œil attentif et a découvert que Sony avait déposé l’appellation PlayStation Arc au Japon, appuyant ainsi la rumeur sur le nom choisi pour le Motion Controller. Il y a même une image à l’appui.

A une semaine de la conférence de Sony sur son périphérique durant la GDC, on peut donc dire que la communauté sera de nouveau parvenue à gâcher l’effet de surprise. Bien joué, les gars ! Prochaine mission : les rumeurs sur la nouvelle console de Nintendo…

Source: JVN.com
Auteur: Jean-Baptiste Pochet

Suppression sans rédemption par l’AFNIC

Toute suppression de noms de domaine est suivie par une période de rédemption de 30 jours.

Cependant, l’AFNIC peut être amenée à supprimer de sa propre initiative des noms de domaine non conformes à la charte suite à des opérations d’identification et/ou de vérification d’éligibilité.

Désormais, ces noms de domaine ne bénéficieront plus de la période de rédemption et ne pourront pas être « restaurés » par le bureau d’enregistrement sortant.

Pour des raisons techniques, l’opération de suppression se déroulera en deux étapes :

– Transfert des noms de domaine par l’AFNIC vers son compte. Dans la
base Whois , ces noms de domaine apparaîtront sous le nom du bureau
d’enregistrement : « AFNIC -Opération-Interne »
– Suppression définitive des noms de domaine par l’AFNIC.

Cette suppression sans rédemption entre en vigueur immédiatement.

Source: Afnic

A qui appartiennent les noms de domaine génériques en .fr ?

Détenir un nom de domaine générique est un gage de bon référencement naturel, pour qui veut faire du page parking. Ou un gage de communication simplifiée, pour qui veut développer son activité. Bref, un nom de domaine générique procure un avantage

Credit.fr, Sante.fr, France.fr, Sexe.fr… Qui détient ces noms de domaine génériques et comment gagnent-ils de l’argent avec ? Voici la réponse.

Le nom de domaine mutuelle.fr a été racheté en octobre 2009 par le courtier en ligne Cmonassurance pour la somme de 78 000 euros, soit largement au dessus du prix moyen pour un .fr, estimé à 2 400 euros. Il s’agit du record de l’année concernant une vente de nom de domaine.Cmonassurance est en fait une filiale d’Alptis Assurances, qui propose un site de comparaison d’assurances et se rémunère en tant qu’apporteur d’affaires. Pour le moment, le site Mutuelle.fr est inactif. Son propriétaire travaille peut-être à développer un comparateur, mais cette fois de mutuelle.

Pour la modique somme de 30 000 euros, la société Red Media s’est offert le nom de domaine explicite porn.fr sur la plate-forme d’achat/vente de noms de domaine Sedo.com.Red Media est une entreprise toulousaine, composée de six personnes, qui possède plusieurs portails destinés au grand public ou juste aux adultes.Avec Porn.fr, on reste toutefois loin des sommes astronomiques dépensées pour l’achat de Porn.com, vendu en 2007 pour 9,5 millions de dollars. Mais l’association du terme en anglais et le suffixe en français a effectivement moins de valeur.

Le site de France.fr appartient à l’Etat, et plus précisément au Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi.Ce site devrait voir le jour au cours de l’année 2010 afin de devenir le portail officiel de la France. Il est pour le moment encore en construction, chapeauté par la société Modedemploi et présentera des technologies de pointe civiles et militaires, le patrimoine touristique et culturel, le système éducatif… Le tout sera disponible en anglais, allemand, espagnol et italien.

Automobile.fr est un nom de domaine détenu par eBay France, la filiale du site de ventes aux enchères du géant américain.Il est opéré par la société allemande Mobile.international créée en 1996 en Allemagne, qui propose une place de marché en ligne de véhicules.
Les services de la société sont destinés aux concessionnaires automobiles et aux clients privés. Automobile.fr ne fait que le lien entre le vendeur et l’acheteur.

Credit.fr est tout simplement le record de vente d’un nom de domaine en .fr. En ce début d’année 2010, il a trouvé preneur pour 587 000 euros, du fait de son excellente place dans le référencement naturel sur Google. L’affaire réalisée contraste avec Kredit.de, son homologue allemand revendu pour 900 000 euros malgré un référencement naturel de moins bonne qualité. Ce qui illustre la faible valeur du .fr vis à vis des .com, .de ou .uk.Le nom de domaine qui vient d’être vendu est en cours de transfert vers son nouveau propriétaire et est enregistré auprès de la société EuroDNS, un bureau d’enregistrement de noms de domaines.

Le nom de domaine Poker.fr appartient à Sargon Petros, directeur de la société à actions simplifiée Poker, et journaliste spécialisé dans le domaine.Outre le jeu en ligne, ce site propose plusieurs services allant de l’apprentissage en ligne des règles du poker à l’organisation de tournoi.Dernièrement, le nom de domaine Poker.org a été racheté 1 million de dollars par le réseau d’affiliation américain PokercCompany.com.

Le nom de domaine Sexe.fr est l’exemple (délibéré?) d’une non optimisation d’un nom de domaine pourtant très vendeur. En effet, tandis que son alter ego sex.com a été vendu 14 millions de dollars (mais jamais payé par son acheteur) aux Etats-Unis, le site français présente seulement un jeu en flash. Sexe.fr ne fait en effet pas la fortune de son propriétaire. Il ne propose aucune lien sponsorisé ou bannière qui permettrait de le monétiser.Le nom de domaine est géré par Quad Logic, une société de création de site et d’hébergement Internet fondée en 1996.

Immobilier.fr est un site comme son nom l’indique de vente et de location de biens immobiliers pour les particuliers. La société propriétaire Boutik Immo est située en Martinique, à Fort-de-France. L’exemple même du nom de domain collant parfaitement aux contenus qui y sont associés. Pourtant, le référencement n’est pas optimisé, car en tapant « immobilier » dans Google, ce site n’apparait pas dans la première page de résultats, mais à la dernière place de la seconde page.

Sante.fr appartient au Ministère de l’Emploi, du Travail et de la cohésion sociale. Le nom générique est en possession de l’Etat, au même titre que France.fr, Emploi.fr, etc.
Ce site est un service destiné aux internautes, s’autoproclame portail des agences sanitaires, et il est piloté par la Direction Générale de la Santé.
Il a notamment pour mission de valoriser les informations de santé publique

Le nom de domaine telephone.fr correspond à un site simple et épuré d’un vendeur de matériel de télécommunications en ligne. Compte tenu de l’essor de la téléphonie mobile, cela étonne.D’autant plus qu’il ne présente aucun lien sponsorisé, et des publicités dans le bas de la page, qui ne sont pas mises en valeur. La société détentrice du nom de domaine est basée dans le sud de la France.

Source: Journal du Net

Opération « coup de poing » de Microsoft contre un réseau d’ordinateurs infectés

Nom de code : Opération b49. Microsoft a lancé, jeudi 25 février, une vaste contre-offensive contre un botnet, un réseau mondial d’ordinateurs infectés. Une fois corrompus, les ordinateurs sont généralement utilisés pour envoyer du pourriel. « Nous avons décidé que la meilleure tactique serait de littéralement ériger un mur » et « couper le cordon ombilical » entre les ordinateurs infectés et ceux qui ont réussi à en prendre le contrôle à distance, a expliqué Richard Boscovich, un responsable juridique de Microsoft, dans un communiqué.

Pour mener son opération, le groupe américain a obtenu d’un juge l’autorisation de désactiver sans requérir le moindre préavis. C’est l’entreprise Verisign, qui gère les noms de domaine en .com, qui a dû interrompre l’accès à près de deux cent trente noms de domaines suspectés d’être administrés par les cyberdélinquants.

A l’origine du problème se trouve le programme malicieux Waledac, un ver informatique contenu en pièce jointe de courriels frauduleux. Microsoft estime que Waledac a infecté des centaines de milliers d’ordinateurs dans le monde, permettant à ses initiateurs d’explorer leurs contenus ou de les utiliser pour lancer des campagnes de pourriels.

Le réseau d’ordinateurs infectés par Waledac aurait eu la capacité d’envoyer plus de un milliard et demi de pourriels par jour. Durant une période de trois semaines en décembre, il a permis d’envoyer 651 millions de pourriels aux utilisateurs de la messagerie Hotmail de Microsoft, selon le groupe.

DES MOYENS APPROPRIÉS ?

Trois jours après la décision du juge, la contre-attaque de Microsoft a « supprimé de fait les connexions avec la majorité des ordinateurs infectés, et notre but est de pérenniser » cette réussite, a souligné le groupe dans un communiqué. Pour autant, Microsoft a reconnu que « l’opération n’a pas nettoyé les ordinateurs infectés et n’est pas la panacée pour réparer tous les dommages provoqués par Waledac ».

Et malgré les accents triomphalistes de l’entreprise, certains pointent les limites de cette opération spectaculaire. Marc Rotenberg, de l’Electronic Privacy Information Center, exprime par exemple ses doutes dans le Wall Street Journal, soulignant que certains sites, ciblés par Microsoft, ont pu être injustement mis hors service.

Sur la BBC, Amichai Shulman, responsable de l’entreprise de sécurité informatique Imperva, explique que, « dans peu de temps, d’autres malfaiteurs vont combler le vide laissé par Waledac ». « Waledac n’était pas une grande menace et représente moins de 1 % du spam », va même jusqu’à affirmer Richard Cox, le directeur des services informatiques de Spamhaus, sur le site spécialisé Computer World.

Source: Le Monde.fr

Chine : pour créer un site web, il faudra montrer ses papiers

Le gouvernement chinois a annoncé aujourd’hui un renforcement du contrôle sur la création de nouveaux sites web.

Au nom de la lutte contre la pornographie, le gouvernement chinois continue à restreindre les libertés sur Internet. Aujourd’hui, le ministère des technologies chinois a annoncé que les internautes devront désormais se présenter en personne, munis de leurs documents d’identité, aux autorités de régulation, avant de pouvoir lancer un nouveau site.

Ce contrôle a priori est une nouveauté. En décembre, l’organisme gouvernemental chargé d’enregistrer les noms de domaine avait gelé les réservations de noms de domaine. Cette nouvelle mesure le remplace.

Pendant ce temps, les discussions du gouvernement chinois avec le géant américain Google se poursuivent. Le mois dernier, Google a menacé de fermer son moteur de recherche en Chine si le gouvernement continuait à en censurer les résultats.

Avec 384 millions d’internautes , la République populaire de Chine est le pays qui compte le plus grand nombre d’utilisateurs d’Internet au monde.

Source : FranceInfo.com
Auteur : Steven Jambot

Moteur : eBay condamné pour des mots clefs de Louis Vuitton

Nouveau coup dur pour les activités d’eBay en France : le Tribunal de grande instance de Paris vient de condamner la plate-forme en faveur de Louis Vuitton pour pratiques illicites. En cause, une atteinte à la renommée des marques, à la dénomination sociale, à l’enseigne et au nom de domaine de Louis Vuitton, apprend-on dans un communiqué de ce dernier. De quelle sorte ? Il est reproché à eBay d’avoir acheté des mots clefs issus de la marque de luxe pour promouvoir ses annonces dans les moteurs de recherche. Une pratique qui permet à eBay de drainer bon nombre de visiteurs, mais qu’a balayée le tribunal de grande instance de Paris.

vuitton« Louis Vuitton se félicite de cette décision dont la motivation confirme une jurisprudence constante tendant à protéger les consommateurs contre les risques de confusion liés à l’usage illicite des signes distinctifs des entreprises. » eBay a l’interdiction de poursuivre ses agissements sous astreinte de 1 000 euros par infraction. En outre, la société est condamnée à 200.000 euros de dommages et intérêts en réparation du préjudice et 30.000 euros en remboursement des frais de procédure. « Le Tribunal a enfin ordonné la publication du jugement et a assorti sa décision de l’exécution provisoire » se félicite Louis Vuitton.

Comme le souligne le juriste Vincent Pollard, sur le site Juriscom.net, cette décision s’oppose de plein fouet aux conclusions de l’avocat général Luis Miguel Poiares Pessoa Maduro, présentées en septembre 2009 à la Cour de justice des Communautés européennes dans une série d’affaires touchant justement aux mots clefs : selon ses conclusions, la gestion des mots clefs publicitaires comme AdWords n’enfreint pas le droit des marques. « La sélection par un opérateur économique, par voie de contrat de référencement payant sur Internet, d’un mot clef déclenchant, en cas de requête utilisant ce mot, l’affichage d’un lien proposant de se connecter à un site exploité par cet opérateur afin d’offrir à la vente des produits ou services, d’un signe reproduisant ou imitant une marque enregistrée par un tiers afin de désigner des produits identiques ou similaires, sans l’autorisation du titulaire de cette marque, ne constitue pas en soi une atteinte au droit exclusif (…) »

Il faudra cependant voir si la CJCE suit ces positions, ce qui le cas échéant libérera l’ensemble de ce secteur économique sur lequel Google a bâti une partie de sa fortune.

Auteur: Marc Rees
Source: PC Inpact.com

Record de nouveaux noms de domaine « .be » en 2009

Une nouvelle augmentation record de 4,4% des nouveaux noms de domaine « .be » a été enregistrée en 2009, selon DNS, l’organisme chargé officiellement de la gestion des noms de domaine « .be ».

Ceux-ci s’élèvent à 232 746 pour 2009 contre 222 919 pour 2008. En outre, de plus en plus de particuliers adoptent un nom de domaine, selon DNS.

« La population belge est tout à fait consciente de la valeur et de l’importance du nom .be et notre croissance record en ces temps de crise en est la preuve convaincante, s’il en faut », déclare Jo Van Gorp, le directeur de DNS BE.

L’un des changements les plus frappants quant au type d’enregistrements concerne le nombre croissant de Belges qui choisissent des noms de domaine « .be » pour eux-mêmes, en tant que particuliers. Par rapport au nombre total de noms de domaine belges, le pourcentage de noms de domaine « .be » enregistré pour des particuliers est ainsi passé de 30% en 2008 à 34% l’année passée.

« Nous sommes ravis de constater que cette tendance se poursuit », a déclaré Jo Van Gorp. « Pour nous, cela signifie qu’avoir son propre nom de domaine présente d’importants avantages. Comme les utilisateurs créent eux-mêmes leurs adresses e-mail, ils peuvent sans difficulté passer d’un fournisseur d’accès Internet à l’autre sans perdre un seul message. Cela signifie également que, lorsqu’ils changent de fournisseur, ils ne doivent pas informer tous leurs contacts de leur nouvelle adresse e-mail, puisque celle-ci reste la même, quel que soit le fournisseur. »

Auteur: Belga
Source: RTBF.be