Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: Nom de domaine

Séminaire Namebay : service restreint

En raison d’un séminaire interne, la majorité du personnel de Namebay sera en déplacement du lundi 9 au mercredi 11 décembre 2013.

Nous vous informons donc que les réponses au support et la gestion des dossiers en cours seront ralentis sur cette période.

Une permanence téléphonique sera toutefois assurée de 9h à 18h sur ces 3 jours, et notre Service Clients sera également mobilisé, à distance, pour le traitement, par e-mail, de vos urgences.

Ceci n’impactera bien sûr pas l’activité d’enregistrement et de publication DNS de Namebay.

Nous vous remercions par avance de votre compréhension.

L’équipe Namebay

RD Congo : le domaine « .CD » bloqué, le pays est invisible sur le web

Depuis le 26 novembre dernier, le nom de domaine générique de premier niveau de la République démocratique du Congo, le « .CD », est bloqué. Le domaine du pays est actuellement invisible sur Internet. Tous les sites d’information et même les sites administratifs sont inaccessibles. Une situation fortement préjudiciable pour les fournisseurs d’accès Internet, les entreprises et les internautes congolais qui utilisent ce nom de domaine.

D’après le journal Le Potentiel, le nom de domaine « .CD » a été bloqué depuis son serveur central situé en Afrique du Sud.

Il semblerait que ce soit « un sabotage attribué à Cris Tshimanga, l’ancien gestionnaire technique de cette adresse internationale pour le compte de la Société Congolaise des postes et télécommunications (SCPT) », démis de ses fonctions pour mauvaise gestion. L’individu serait actuellement recherché pour répondre de cette situation.

Source : AgenceEcofin.com

Bientôt des noms de domaines en arabe ou en chinois

L’autorité de régulation de l’Internet a annoncé l’arrivée imminente des premiers noms de domaine dans les écritures arabe, chinoise et cyrillique. Pour Akram Atallah, membre de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), il s’agit là du changement le plus important sur le web depuis le lancement d’Internet. « Dans les semaines et les mois qui viennent, il y aura de nouveaux noms de domaine en ligne provenant de tous les coins de la planète, permettant ainsi de rassembler les personnes, les communautés et les entreprises d’une façon que nous n’aurions jamais imaginé. C’est ce type d’innovation qui va continuer à conduire notre société mondiale.» a-t-il expliqué.

A l’heure actuelle il n’existe que 22 termes dits « domaines de premier niveau générique » (generic Top-Level domains). Il s’agit des extensions suivant le point dans un nom de domaine comme « .com », « .gov » ou « .net » pour ne citer que ceux là. Quatre nouvelles extensions viendront se joindre à cette liste. Il s’agit de شبكة, (Arabe) qui veut dire « web/réseau », онлайн (Russe) qui signifie « en ligne », сайт (Russe) pour « site » et enfin 游戏 (Chinois) pour « jeu(x) ».

Outre l’ouverture à des noms de domaine dans des caractères autres que latin, l’Icann est aussi sur le point d’approuver des extensions de toutes sortes, comme des noms de sociétés ou de produits, allant des plus simples comme « .shop » ou plus précises comme « .motos ». Le régulateur étudie actuellement quelque 1.800 demandes d’extension. Google en a déposé plus de 100, de « .google » à « .YouTube » en passant par « .lol ».

L’objectif recherché par cette mesure est de promouvoir le choix et la diversité. Avec plus de deux milliards d’internautes répartis dans le monde dont la moitié réside en Asie, l’ICANN estime que ce premier pas est donc nécessaire dans l’attribution de nouveaux noms de domaine..

Source : Developpez.com
Auteur : Stéphane le calme

Le « New York Times » et Twitter victimes de cyberattaques

Les piratages pourraient être attribués à l' »Armée électronique syrienne » pour protester contre « les campagnes menées par les médias ».

Le site du New York Times était toujours en panne mercredi après avoir été visé mardi par une cyberattaque, attribuée par des experts à des pirates syriens. « Notre site a été inaccessible pour nos utilisateurs aux États-Unis pendant un certain temps mardi. Cette panne est le résultat d’une attaque extérieure sur notre nom de domaine », a indiqué à l’AFP Eileen Murphy, une porte-parole du quotidien américain. « Nous travaillons pour le remettre pleinement en service », a-t-elle ajouté. Vers 4 heures GMT, le site était toujours inaccessible depuis les États-Unis et renvoyait à un message d’erreur, a constaté un journaliste de l’AFP.

Selon un chercheur spécialisé dans la sécurité informatique, Matt Johansen de WhiteHat Security, la panne pourrait être attribuée à l' »Armée électronique syrienne » (SAE), qui a déjà attaqué les systèmes informatiques de plusieurs médias. Matt Johansen a écrit dans un tweet que les aspects techniques du site pendant la panne « font penser à l’Armée électronique syrienne », qui soutient le dirigeant syrien Bachar el-Assad. La SEA écrivait par ailleurs « média… en panne » sur son compte Twitter (@official_SEA16) en joignant un lien sur des articles relatant les problèmes du site du New York Times. Ce compte faisait également, mardi, allusion à une attaque contre le site de Twitter, même si ce dernier fonctionnait en apparence.

« @Twitter, es-tu prêt ? »

« @Twitter, es-tu prêt ? » interrogeait le compte de l’organisation, qui écrivait plus tôt dans un autre tweet : « Salut @Twitter, regarde ton domaine, il est devenu propriété de #SEA. » Dans un message sur l’un de ses blogs, Twitter explique que son « système de noms de domaine a fait l’objet d’un problème » qui a notamment touché twimg.com, un service d’images du site de microblogs. Le visionnage d’images et de photos a été temporairement et sporadiquement perturbé » mais ce service a maintenant été « restauré » et « aucune information d’utilisateur de Twitter n’a été atteinte ». L’expert Matt Johansen tweetait pour sa part que « les informations d’enregistrement du domaine (du site) Twitter ont aussi été atteintes par l’Armée électronique syrienne ».

Sans qu’il soit certain que ces problèmes informatiques viennent de pirates syriens, ils interviennent au moment où Washington et ses alliés occidentaux se sont dits convaincus que le régime syrien avait perpétré l’attaque chimique du 21 août dans la banlieue de Damas et où l’hypothèse d’une intervention militaire en Syrie se précisait. L' »Armée électronique syrienne » s’est déjà illustrée ces derniers mois en piratant notamment le compte Twitter de l’agence de presse américaine Associated Press, avec un faux tweet indiquant que le président Barack Obama avait été blessé dans deux explosions à la Maison-Blanche.

Campagnes médiatiques

Le compte Twitter du service photo de l’AFP, de même que les réseaux sociaux de la BBC, d’Al Jazeera, du Financial Times ou du Guardian en ont aussi fait les frais. Plus tôt ce mois-ci, le site du Washington Post avait également été piraté dans une attaque attribuée au même groupe syrien. Sur son site internet, la SEA affirme qu’elle défend « le peuple arabe syrien » contre « les campagnes menées par les médias arabes et occidentaux ».

Le New York Times avait par ailleurs signalé en janvier que des pirates informatiques avaient volé ses mots de passe professionnels et avaient pénétré les ordinateurs personnels de 53 employés après que le quotidien eut publié un article sur la fortune de la famille du Premier ministre chinois Wen Jiabao.

Source: Lepoint.fr

L’American Bible Society va consacrer un nom de domaine à la Bible

Après les .or, .com ou encore .net, un nouveau nom de domaine, .bible, pourrait voir le jour. L’American Bible Society a en effet annoncé vouloir créer son propre domaine Internet afin de faciliter l’accès de la communauté chrétienne à la Bible ainsi qu’aux informations qui y sont liées. Celui-ci devrait être mis en place d’ici à 2015. Il permettrait la création de millions d’adresses URL supplémentaires.

Le contrat doit être finalisé entre l’ABS et l’autorité de régulation d’Internet, l’Internet corporation for assigned names and numbers (Icann) chargée depuis 1998 d’attribuer des noms de domaine. En attendant, l’American Bible Society a déjà lancé bibleltd.org qui fournit des informations aux futurs utilisateurs de .bible. L’organisation a également annoncé que le futur domaine serait ouvert à toute institution ou particulier désireux de promouvoir le contenu de la Bible dans un esprit positif.

L’Église catholique en attente d’un domaine .catholic

Créée en 1816, l’American Bible Society (ABS) est une organisation interconfessionnelle chargée de la diffusion de l’Écriture sainte dans le monde. Sa dernière initiative est rendue possible par la décision prise en juin 2011 par l’Icann d’augmenter le nombre de domaines de premier niveau (top level domains en anglais) sur Internet, limité auparavant au nombre de 22.

L’Icann a en effet approuvé une mesure autorisant des particuliers à créer des domaines personnalisés. Pour qu’un nouveau domaine puisse être créé, l’approbation de l’Icann est cependant requise. Plus de 1 400 dossiers ont été présentés à ce jour, dont la requête de l’Église catholique pour obtenir un domaine, .catholic, qui n’est pas encore entré en application.

L’American Bible Society a engagé les négociations avec l’autorité de régulation en 2012. Son président, Doug Birdsall, s’est félicité de ce projet, affirmant qu’il était « temps que la Bible passe de l’ère Gutemberg à Google ». L’initiative a également été saluée par l’Alliance biblique universelle (ABU), composée de 146 autres sociétés bibliques à travers le monde.

Auteur : CÉCILE GUÉRIN (avec Vatican Insider)
Source : La-Croix.com