Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: extension

Création de l’extension reportée pour .XXX raisons…

Lors de la 39e réunion de l’organisation, l’Icann, organisme privé en Californie qui réglemente les noms de domaine de l’internet pour le monde entier, a reporté à une date ultérieure la création d’un nom de domaine spécifique pour les contenus pornographiques « .xxx ».

Très attendue par son propriétaire, la société ICM Registry qui en réclame la création depuis 2004, argue que l’industrie pornographique devrait pouvoir avoir sa propre extension en .XXX ! Argument ? « Un domaine exclusif pour les divertissements pour adultes a des avantages parce que cela permet un plus grand contrôle sur le contenu », a-t-il affirmé dans une interview à l’AFP.

Et cela mérite sans doute réflexion quand on apprend selon les chiffres de l’ONG espagnole, Internet Engagement social et Responsable, que la pornographie sur internet génèrerait pas loin de 3.000 dollars (2.266 euros) par seconde dans le monde, et que le terme « sexe » serait à lui seul responsable d’un quart des recherches sur la toile !

Les raisons de ce report restent obscures, toutefois les porte-paroles de l’Icann ont cru bon de préciser que ce retard dans la création du nom de domaine n’était pas lié à des pressions de groupes religieux et conservateurs américains pour qui l’extension .XXX tendrait à banaliser la pornographie.

A suivre…

Source: LePost

Le suffixe .xxx : l’industrie du Sexe est contre!

L’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) a une fois de plus reporté la décision de créer le suffixe de nom de domaine “.xxx” pour les sites pour adultes.

Stuart Lawley, patron de « ICM Registry » à qui appartient le potentiellement très lucratif suffixe .xxx a pourtant tout essayé pour convaincre que ce genre de nom de domaines rendrait plus contrôlable le contenu pornographique. Il a même promis d’offrir, pour chaque page web ajoutée avec ce suffixe, 10 dollars pour financer des projets pour la protection des enfants. Mais les principaux acteurs de l’industrie du porno ne voient pas ce projet d’un bon œil. Selon eux, cela coutera à l’industrie du X des millions et compromettra le porno en ligne.

Le suffixe .xxx permettra indéniablement un meilleur filtrage pour les parents et les institutions et ainsi une meilleure protection des enfants. Mais elle permettra également à certains organismes de contrôler le contenu et dans ce cas, on pourra assister à un phénomène de censure et une atteinte à la liberté.

La Tunisie a déjà une longueur d’avance par rapport au filtrage parental puisqu’elle bloque d’ores et déjà tout toute recherche qui contient le mot « porno » ou les trois lettres « xxx ».

Source: Webdo

30 millions de code AVIN (et combien de noms de domaine) ?

30 000 000 de codes AVIN générés pour identifier un vin avec précision. Le chiffre est officiel et date d’aujourd’hui.

30 millions est un chiffre qui amène à s’interroger sur le potentiel d’une extension de noms de domaine pour la communauté du vin sur Internet. Combien seraient-ils à vouloir exploiter un nom de domaine tel que www.marque.vin ?

Bien que cette communauté est grande – une communauté estimée à plus de 100 000 utilisateurs environ et qui communiquent avec un nom de domaine – celle-ci est à mon avis loin des 30 000 000 de codes AVIN générés.

Cependant, AVIN est une base de données tout comme l’est la base de données WHOIS d’un registre pour les noms de domaine. Le « WHOIS », qui signifie « who is » ou « qui est-ce » en français, est la base de données qui réunit les coordonnées des utilisateurs d’un nom de domaine pour chaque extension Internet.

Pour le registre des noms de domaine .VIN par exemple et comme c’est déjà le cas pour les noms de domaine .COM, cela voudrait dire qu’il y aurait une base officielle des 100 000 utilisateurs de ces noms de domaine.

Une association du code AVIN et du registre du vin permettrait de matérialiser l’un de ces codes pour sa consultation sur Internet. Par exemple : www.AVIN6452997073019.vin permettrait de proposer une adresse officielle d’un produit vers sa fiche de présentation.
Pas très joli certes mais il est important de noter qu’un registre pour les noms de domaine, du fait de son unicité, fait de lui l’unique organisme de gouvernance pour les noms de domaine : une nouvelle forme d’étiquetage (et de traçage) d’une bouteille de vin, officialisée grâce à Internet.

Explication du code AVIN : http://www.avin.cc/about/

Plus de 1,5 million d’adresses en .ch

Switch a annoncé le passage d’un nouveau cap dans l’attribution de ses noms de domaines.

Le site web d’une institutrice d’école primaire zurichoise a eu l’honneur d’être la 1,5 millionième adresse enregistrée l’organe chargé de la gestion des extensions en .ch.

Elle y fait la promotion de son livre pour enfants qui vient de paraître et qui parle de buffles, Indiens et d’un certain Luca.

Les trois premiers noms de domaine de Suisse ont été enregistrés il y a presque 25 ans: cern.ch, eth.ch et switch.ch. En 2007, le nombre d’adresses .ch passait le cap du million, rappelle Switch

Selon une étude actuelle de VeriSign, le service d’enregistrement des adresses .com et .net, il y a à peu près 200 millions de noms de domaine dans le monde.

Source: 20mn.ch

Bientôt 2 millions de .fr

Selon l’Afnic, l’extension .fr a su faire face à la crise économique. L’extension .fr, pour laquelle l’enregistrement d’un nouveau nom de domaine coûte en moyenne 12 € ( HT ), a réussi à maintenir sa croissance annuelle 10 points ou plus au-dessus de la moyenne des extensions génériques et nationales.  Avec une progression de près de 300 000 noms de domaine par an, le .fr affiche ainsi 1,87 million de noms de domaine.

Au niveau mondial, le .fr pointe à la 15e place d’un classement dominé par l’extension .com avec 85 millions de noms de domaine enregistrés. Du côté des extensions nationales en Europe, le .fr reste par ailleurs loin derrière le .de de l’Allemagne avec près de 14 millions de noms enregistrés.

En proportion, le .fr séduit plus les personnes morales ( entreprises, associations, organismes publics… ) que les personnes physiques ( particuliers ). Au cours du premier semestre 2010, 62 % des noms de domaine .fr ont été enregistrés par des personnes morales contre 38 % par des personnes physiques.

Si le tarif médian de l’enregistrement d’un nom de domaine .fr est de 12 € HT, sur le second marché, le rachat d’un nom de domaine .fr déjà pris se négocie en moyenne à 650 €. Début 2010, la revente de credit.fr a toutefois atteint 600 000 euros. Les trois autres transactions les plus élevées ont varié entre 17 500 € et 50 000 € ( lundi.fr, grattage.fr, everest.fr ).

Alors que la pénurie d’adresses IPv4 guette, l’Observatoire souligne par ailleurs le déploiement modeste d’IPv6 pour les serveurs.  » Si 6 % des serveurs DNS des noms de domaine sont compatibles IPv6, ce ratio n’est que de 1 % pour les serveurs Web et encore moins pour les serveurs de messagerie « .

Source: GNT

Noms de domaine “.fr”: un petit effort pour atteindre la barre des deux millions

Dans son Observatoire 2010, l’AFNIC, en charge de la gestion de l’extension nationale, recense presque 1,9 million de noms de domaine déposés en « .fr » (+300 000 sur un an, 21%). L’année 2011 sera chargée.

Le “.fr” serait relativement épargné par la crise, selon l’AFNIC.

La quatrième édition de l’Observatoire du marché des noms de domaine, publié par l’association en charge de la gestion de cette extension, en recense 1,9 million en circulation (1 870 000 pour être précis).

On arrive presque à la barre des 2 millions (pour rappel, le premier million avait été atteint mi-2008).

C’est une progression de 21% en un an (correspondant à un volume global de 300 000 dépôts).

En France, un nom de domaine sur trois est déposé sous l’extension nationale (33%), derrière le .com (43%).

“Le .fr conserve une avance de 10 points par rapport à la moyenne des extensions”, commente l’AFNIC.

Une manière de présenter un certain dynamisme de l’activité mais on reste très loin des performances de notre voisin allemand (13,6 millions de noms de domaines en “.de”).

“Nous avions observé un ralentissement assez marqué de la croissance en 2009 (seulement +10%). Mais nous revenons à un niveau de 20% que nous avons connu auparavant”, commente Patrick Maigron, enseignant-chercheur à Telecom Sud Paris en présentant l’Observatoire au nom de l’AFNIC.

Qui dépose les noms de domaine en France ? Depuis la libéralisation du “.fr” survenue en juin 2006, les particuliers ont pris du poids (40%) et la vague des auto-entrepreneurs pousserait dans ce sens.

Au niveau professionnel, plus de trois quart des entreprises et des marques françaises disposent d’un nom de domaine en .fr.

C’est un bon réflexe mais comment capitaliser sur cet actif ? De source Eurostat, la France bien placée pour l’accès haut débit  en entreprise (+10 point par rapport à la moyenne européenne).

Mais, à l’inverse, nous avons 10 points de retard par rapport à la moyennne de l’UE en ce qui concerne la création de sites professionnels voire BtoB (transactionnels).

D’un point de vue géographique, on observe une corrélation entre zones urbaines (source d’activité économique dense) et dépôts de noms de domaine. Ainsi, Paris intra muros concentre 20% des dépôts noms de domaines (40% pour l’Ile-de-France).

Sur l’année écoulée, on recense 21 000 “.fr” déposés depuis les pays étrangers (essentiellement des entreprises). Depuis mars 2010, les Français résidant à l’étranger peuvent accéder à un “.fr”.

L’AFNIC recense 800 bureaux d’enregistrement proposant le dépôt de noms de domaine en “.fr”.

Cela représente une baisse de 8% par rapport à l’année dernière.

15% d’entre sont localisés à l’étranger (principalement dans l’UE).

“Le nombre de bureaux d’enregistrement diminue mais cela ne veut pas dire forcément qu’il y a eu une faillite de la société”, nuance Loïc Damilaville, Directeur général adjoint de l’AFNIC. “Certains prestataires de services Internet préfèrent sous-traiter le dépôt de noms de domaine et mutualiser les ventes.”

Le tarif médian d’un nom de domaine reste stable : 12 euros HT. Mais il existe une énorme amplitude de marché en fonction des prestations et des segments de marché visés (de 5 à 160 euros HT).

En termes de perspectives et de structuration de marché en France, le cadre juridique des noms de domaine va probablement bouger d’ici mi-2011, prévient Mathieu Weill, Directeur général de l’AFNIC.

Un grand pas a été effectué en mars 2010 avec la désignation officielle de l’AFNIC comme office d’enregistrement (registry) de l’extension du .fr pour une durée de sept ans.

Mais une récente décision du Conseil Constitutionnel bouleverse la donne. L’article L.45 du Code des postes et télécommunications, portant sur le cadre légal des noms de domaine, a été déclaré inconstitutionnel.

Le Parlement est invité à remodeler ce texte d’ici juillet 2011 “afin qu’il prenne en compte la liberté d’expression et d’entreprendre”.

Autre modification non négligeable d’ici fin 2011: il est prévu de libéraliser le “.fr” à un niveau européen et d’élargir le spectre géographique des dépôts à l’ensemble des registrars présents dans les 27 pays membres de l’UE.

Parallèlement, l’ICANN, structure de droit californien pour la gouvernance Internet dans le monde, poursuivra son processus d’ouverture à de nouvelles extensions.

Le premier jet de dépôts de dossiers est attendu dans le courant du deuxième semestre 2011. Le projet .Paris, soutenu par la Mairie de Paris (avec l’AFNIC comme prestataire technique), devrait en faire partie.

Mais il faudra prévoir un budget d’un million de dollars pour qu’il se concrétise (rien que les frais initiaux de dossiers ICANN s’élèvent à 185 000 dollars).

Source: IT espresso

Le « .fr » gagne du terrain sur le web

Les noms de domaine se terminant par « .fr » ne sont plus très loin du seuil des 2 millions après une solide croissance de 21% sur un an. Cette extension figure désormais au quinzième rang mondial.

1,87 million de sites Internet se terminent par « .fr », rapporte ce mercredi l’Observatoire 2010 de l’Association française pour le nommage internet en coopération (Afnic) et l’école Télécom SudParis. La majorité d’entre eux (62%) sont pris par des personnes morales (entreprises, associations, organismes publics) tandis que les noms enregistrés par des particuliers représentent 38%.

En outre, souligne ce rapport, le rythme de croissance des « .fr » dépasse celui des autres noms de domaine. lLa France a enregistré une augmentation de 21% sur un an alors que « l’ensemble des extensions, hors Chine, renoue avec une croissance à deux chiffres, de 10% en glissement annuel en juin 2010 », a expliqué à l’Agence France Presse Mathieu Weill, directeur général de l’Afnic.  « Le .fr a très bien résisté à la crise et le marché a continué à se développer, nous sommes même situés 10% au-dessus des autres extensions au niveau mondial » a-t-il ajouté.

Seule l’extension chinoise, le « .cn » régresse avec un repli de 40% du nombre de noms de domaine. Un recul que l’Afnic impute aux nouvelles conditions d’enregistrement très restrictives mises en place par le registre chinois.

Au total, c’est le « .com » qui remporte tous les suffrages avec 85 millions de noms enregistrés, suivis en deuxième place ex-aequo par « .de » correspondant à l’Allemagne et par « .net » (générique).

Prix stable, législation en mouvement

Côté tarif, le prix du « .fr » n’a pas bougé. Enregistrer un nom de domaine coûte 12 euros en moyenne hors taxe, sauf si le nom existe déjà, auquel cas, le prix passe à 650 euros.

En revanche, la loi de 2004 encadrant l’attribution des noms de domaine sur internet, censurée en octobre dernier par le Conseil Constitutionnel, devrait connaître quelques modifications. La haute juridiction reproche au texte actuellement en vigueur de déléguer « entièrement le pouvoir d’encadrer les conditions dans lesquelles les noms de domaine sont attribués, renouvelés, refusés » et « aucune autre disposition législative n’institue les garanties permettant qu’il ne soit porté atteinte à la liberté d’entreprendre ainsi qu’à la liberté de communication ». Elle a chargé le Parlement de plancher sur un nouveau texte d’ici neuf mois, période pendant laquelle l’Afnic continuera de gérer les noms de domaine en « .fr » selon la loi de 2004.

Source: La Tribune.fr

L’Union Africaine veut l’extension .Africa

Le département infrastructure et énergie de la Commission de l’Union Africaine a réuni des experts africains à Addis Abeba en début novembre 2010 pour discuter du projet .Africa gtld. C’est un projet qui vise à faire obtenir la gestion de l’extension .Africa par une structure africaine. Les 13 experts africains qui ont fait le déplacement ont la mission de mener des réflexions sur les moyens financiers, techniques et structurels, ainsi que des démarches pour soumettre dans les temps la demande auprès de l’Icann, l’institution qui s’occupe de la gouvernance de l’internet.

Cette « dream team » africaine comprend 2 ivoiriens : M. Christian Roland le patron d’Assistweb et M. Souleymane Oumtanaga de l’Inphb, considéré comme le père de l’extension .ci (extension des noms de domaines de la Cote d’Ivoire). Elle devrait être complétée par d’autres experts prochainement pour renforcer des actions de lobbying.

Rappelons qu’à partir de 2011, il deviendra possible d’obtenir des extensions de nom de domaine plus longues comme .Africa ou .konankouadio, en plus des .com, .tv ou .info actuels.

Euclide Okolou

Source: OkiBourse.com

NAMEBAY lance ses nouvelles offres SSL ! La sécurité pour tous !

Flash Info  –  Novembre  2010 –  NAMEBAY  | créateur de noms de domaine

VOUS AUSSI, VOUS AVEZ DROIT A LA SECURITE
Namebay lance ses nouvelles offres SSL accessibles à tous !

splash6.jpg

Les nouvelles offres SSL sont là !

La sécurité est l’un des sujets les plus sensibles et les plus évoqués lorsqu’on parle d’Internet. Face à des offres confuses et nombreuses, il est souvent difficile de faire un choix pertinent pour sécuriser son site web. Chez Namebay, nous avons décidé que la sécurité doit être accessible à tous, et adaptée à chaque type de site.

Que vous soyez dans l’e-commerce, une petite entreprise, un hébergeur, une multinationale ou un particulier, toutes vos données sont sensibles et ont besoin d’être protégées.
Pour cela nous avons créé 4 offres complètes à des tarifs attractifs:

Certificat ALPHA SSL : La sécurité à petit prix, idéal pour les particuliers et petites entreprises;    à partir de 29 euros HT/an.

– Certificat DOMAIN SSL : La sécurité pour tous les types de sites, idéal pour les sites marchands;    à partir de 79 euros HT/an.

– Certificat WILDCARD SSL : La sécurité de vos sous-domaines, idéal pour les Hébergeurs;    à partir de 249 euros HT/an.

– Certificat BUSINESS SSL : La sécurité MAXIMALE pour votre business, le meilleur des certificats;    à partir de 469 euros HT/an.

Pour plus d’informations et commander, rendez-vous sur notre site :
http://www.namebay.com/cert/cert.aspx

AND .SO …
Sunrise .SO : du 1er au 30 novembre 2010
Pré-enregistrez dès maintenant votre nom de domaine pour cette phase pour seulement 70€ HT/1 an.
Landrush .SO : du 16/12/2010 au 9/02/2011. Ouverture totale .SO : à partir du 1er mars 2011.
http://www.namebay.com/SO/nom-de-domaine-so/enregistrement-nom-de-domaine-so.aspx

PROMO .EU à 2€ HT/an !
Du 1er octobre au 31 décembre 2010
Profitez du prix exceptionnel de 2€ HT/an, au lieu de 12€ HT/an, pour l’enregistrement de vos domaines en .EU !!!

COMMANDER DES NOMS DE DOMAINE
Vous pouvez couvrir ou protéger vos noms de domaine et marques sur les 5 continents : 11 extensions génériques du .com au .travel, en passant par le .pro et le .aero, 39 extensions européennes, 10 extensions africaines, 20 extensions américaines, 10 extensions océaniennes et 18 extensions asiatiques.

Si vous souhaitez profiter de ces opérations pour commander vos noms de domaine, rendez-vous sur leur site.


A PROPOS DE NAMEBAY :

NAMEBAY est une société spécialisée dans l’enregistrement de vos noms de domaines. Notre offre vous propose de déposer votre domaine dans plus de 100 extensions au choix. Transférez,  renouvelez, obtenez des certificats SSL,  protégez votre marque, surveillez vos noms de domaines. Nos tarifs et nos équipes techniques vous garantissent un service de qualité au meilleur prix.  découvrir nos offres sur : http://www.namebay.com

Internet: la Serbie se dote d’un nom de domaine en cyrillique

MOSCOU, 9 novembre – RIA Novosti

La Serbie est le deuxième pays après la Russie à recevoir un nom de domaine en cyrillique, a annoncé mardi l’ICANN, groupe chargé du contrôle des noms de domaine et des adresses numériques du monde.

La procédure d’enregistrement du nom de domaine « .СРБ » (« .srb ») commencera au deuxième semestre de 2011, a rapporté lundi le Registre serbe pour le domaine internet national (RNIDS). Ce nom a été choisi par les internautes serbes lors d’un vote en ligne en juillet.

Fin octobre 2009, l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) a entériné l’utilisation de caractères ne faisant pas partie de l’alphabet latin pour les adresses Internet de premier niveau dès la mi-2010. Le premier nom de domaine non latin – en caractères arabes – a fait son apparition sur Internet début mai. Il s’agit du site du Ministère égyptien de l’information et de la communication.

La Russie a enregistré le premier nom de domaine en cyrillique à la mi-mai.

Source: Rian.ru