Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: domainer

Les domainers passés au crible

Domain Name Wire a publié les résultats d’un sondage effectué auprès de ses lecteurs, en majorité des domainers. L’étude constitue un témoignage précieux sur ce que sont les domainers, quelles sont leurs attentes et leurs sujets de préoccupations.
En premier lieu, les domainers gagnent pour la plupart assez mal leur vie, ce qui est normal puisqu’il dépendent à la fois de la valeur-trafic de leurs noms, mais aussi du taux de clics et de la rémunération attachée au trafic généré. On voit ainsi que 60% d’entre eux gagnent moins de 20 $ pour mille visites, moins de 5% gagnant plus de 69$ pour 1000 visites. Cela signifie en clair que leur activité est structurellement déficitaire, sauf pour les plus chanceux : car les noms payés à 69$ les 1000 visites sont aussi ceux qui en apportent le plus, les autres étant condamnés à ne jamais atteindre le seuil qui leur permettrait de couvrir leurs frais. Pire encore : 53% des domainers ont vu leurs gains s’amenuiser en 2009, conséquence probable d’une répartition moins favorable des revenus avec les plates formes de parking, mais aussi d’une tendance à la baisse de l’efficacité des pages de liens contextuels qui pèse sur le taux de clics.
Si les revenus tirés du parking sont décevants, l’espoir de réaliser des plus values sur les noms de domaine en les cédant reste inébranlable chez les sondés, qui anticipent une reprise à la hausse des valorisations après une année 2009 plutôt morose. L’étude montre aussi que les domainers sont particulièrement sensibles à des critères précis lorsqu’ils sélectionnent un registrar : la sécurisation du nom de domaine, le prix, les services à valeur ajoutée tels que l’hébergement web ou les prestations d’anonymisation constituent le tiercé de tête.
Interrogés sur leur environnement, les domainers s’avouent en majorité préoccupés par les décisions de l’ICANN (28%), par l’état de l’économie mondiale (22%), par des évolutions dans le marché du pay-per-clic (16%), par la montée en puissance des « anti domainers interests, eg. IRT » (16%), des augmentations de tarifs des registres (6%), des vols de noms de domaine (5%), des registrars et revendeurs indélicats (4%).
Une autre brève détectée ce mois-ci décrit avec humour – et peut-être un brin d’amertume – le « cycle de vie » du « fan de nouvelles extensions », montrant comment le domainer investit lors d’une ouverture, puis s’efforce de convaincre autour de lui que ses noms valent de l’or, avant de renoncer à faire fortune avec l’extension en question, d’abandonner les noms et de se précipiter sur la suivante. C’est peut-être du vécu, mais cela correspond en tout cas assez bien à l’image que donnent les statistiques de quelques-unes des extensions les plus récemment créées, le .MOBI par exemple.
Sedo, la pace de marché de référence au niveau mondial, communique pour sa part sur son exercice 2009. Un exercice plutôt satisfaisant car malgré la crise, le montant global des transactions a augmenté de 22% et le volume des transactions de 5%, la différence reflétant l’accroissement net de valeur des noms de domaine. Parmi les extensions génériques, c’est naturellement le .COM qui est toujours dominant avec 74% des transactions, suivi par le .NET (11%) et le .ORG (7%), ce qui laisse 8% pour les autres extensions génériques : le .INFO et le .BIZ ne font décidément pas recette !
L’année 2010 commence sous d’excellents auspices pour les domainers, avec la confirmation de la montée en puissance des extensions géographiques (vente de credit.fr pour près de 600 000 euros, après celle de kredit.de pour 900 000 euros) et l’arrivée sur le marché de grands comptes qui ont les moyens de lui redonner des couleurs. Ainsi de la vente toute récente de « makeup.com » à L’Oréal, pour un montant « à sept chiffres » non encore rendu public.

Source: Dns-news.fr

Yahoo Adjusts Domain Parking Revenue, Adds Transparency

Domain name owners may see change in revenue this week.

YahooYahoo’s new click pricing algorithms kicked in mid-week in the United States, which will likely result in a small decrease in revenue for many domain name owners. Yahoo announced the change last month.

The new pricing will adjust pay-per-click prices based on the source’s quality of traffic. Industry sources tell Domain Name Wire that this change will affect long tail domain names across all keywords, whereas Yahoo’s previous traffic discounting mechanism only affected certain verticals and higher-traffic sources. Sources tell Domain Name Wire they expect revenue to decrease anywhere from 2%-12%, although smaller portfolios could see a greater change. Some domains may actually see a revenue boost if they deliver high quality traffic.

Yahoo has also released a new new Ad Delivery Report that will show the source of traffic. Combined with analytics tools, this report will show advertisers which traffic is converting for them and allow them to block domains that deliver low-performing traffic. This is similar to a tool already offered by rival Google.

source DomainNameWire.com

Michael Berkens – The Untold Story Behind The Best Kept Secret in the Domain Business

 

Michael Berkens has been buying domains since 1997 and over the years he has become one of the most successful investors in the history of this business with earnings well into seven figures. After launching a popular blog at TheDomains.com in 2007 he has also become one of the most respected commentators on developments in this ever-changing industry. 

Even so, aside form his wife Judi and closest friends, few people know the story of how Berkens wound up in the domain business after abandoning a promising career as an attorney who also has a masters degree in tax law. That story has gone untold (until now) because the quiet Brooklyn native would rather walk barefoot on broken glass than talk about himself.

At the very first T.R.A.F.F.I.C. conference in 2004  DomainSponsor’s legendary business development director Ron Sheridan told people that Berkens was « the best kept secret in the domain industry. » It’s time to let that cat out of the bag.  Click Here for the Full Story.

 

 

By Ron Jackson
source
DNJournal.com

 

Michael Jackson et les sites à 10 millions de $

Avec le décès tragique de Michael Jackson, il y a des domaineurs qui espèrent faire de gros profits en vendant des noms de sites internet. Un domaineur est une personne ou une société qui s’est spécialisée dans l’achat et revente de nom de domaines. Un nom de domaine correspond à l’adresse d’un site internet. Par exemple http://www.encyclopedie-gratuite est un nom de domaine. Cette activité peut rapporter gros mais c’est très rare. Il y a quelques années le nom de domaine pizza.com c’était vendu à plusieurs millions de dollars. Donc certains domaineurs tentent de faire le même tour de force. On peut voir sur Ebay.com que le domaine The godofpop.com est en vente pour la modique somme de 10 millions de dollars. Il y a aussi Michaeljacksonunreleasedtracks.com qui est en vente pour pas moins de 12 millions de dollars. Certains noms de domaine vont plus haut comme Memoryofmichaeljackson.com qui peut être acheté immédiatement pour 19 millions de dollars.

Michael Jackson et les sites

Auteur : Le geek – Encyclopédie gratuite © – 06/07/2009
source Encyclopedie-gratuite.fr

Domaining Like It’s 2001

« It’s too late to make big money in domaining… I wish I had been around in 1995, 2001 or 2005 ».

That’s a very common complaint heard among today’s domainers. Who wouldn’t want to reach back through time and join the forefathers of domaining when they were just laying the foundation for their future domain empires?

In 1995, the Internet was just beginning to attract mainstream attention. In 2001, the dot com crash liberated tens of thousands of top domains. And as recently as late 2005, you could have registered tons of LLLL.com domains and sold them early this year for big bucks.

So, is it really too late?

Not at all. Just ask Michael B., a Bangkok-based Danish journalist, who snapped up the following LLL.com domains on Afternic last week:

ZLI.com – $500
PQT.com – $571
LLJ.com – $603
WJA.com – $735
RLU.com – $900

Michael paid a total of $3,309 for these domains. But their actual market value is in the mid five figures!

Who sold these domains at such a low price? iREIT, a « next-generation Internet media company that acquires, develops and monetizes high-quality domain names and web properties ».

Last week, iREIT listed a small part (10,000+) of its portfolio on Afternic. NameBio reported on the fact this Monday, but by then most bargains were already gone.

Was iREIT aware of these LLL.com domains’ market value? Probably not. Someone at iREIT for whatever reason made a decision to sell these domains (and quite a few others, such as say.org and gut.org) at a very low price.

That’s not a one-time event. In fact, it happens all the time. Not everyone values their domains as much as domainers and potential end-users do. Many individuals, companies and even large corporations let valuable domains expire (or sell them for peanuts) simply because they no longer have any use for them.

As a domainer, you just have to be at the right place at the right time. That might be called « luck » by some, but in reality it boils down to hard work, actively working your market, keeping an eye on prices and trends, and having sufficient liquidity to make sure you can grab a bargain before someone else does.

It takes just a couple of deals like this to be able to retire. Michael could sell these five domains for $50,000 any day of the week. If he finds a few comparable deals in the future and keeps reinvesting his profits he’ll be a domain millionaire in no time.

source DailyDomainer

Protégez votre marque et vos clients

Le détournement de marque est l’un des fléaux du Web et les cybercriminels ont les moyens de ternir votre image de marque et vous priver d’un certain nombre de clients qui, en toute bonne foi, pensaient qu’ils avaient à faire à une entreprise légitime. La compréhension et la protection contre cette menace grandissante constituent un début de solution.

Avec l’ère Internet, les enjeux sont plus importants que jamais et les cyberconsommateurs se font maintenant une opinion des entreprises au travers de leurs sites web. Mais avoir un beau site, fonctionnel, rassurant, et une présence efficace sur Internet ne suffit plus. Les entreprises doivent se protéger pour ne pas risquer de perdre le contrôle de leur marque face aux activités criminelles.

En protégeant votre marque, vous protégez également vos clients. En effet, les infractions online peuvent avoir de graves conséquences. Les clients potentiels à la recherche d’une marque de produits peuvent être redirigés vers un concurrent, ou pire, un site illégal. Et cette perte de contrôle en ligne peut ternir la valeur d’une marque.

Le phishing (Hameçonnage)

Pour ceux qui découvrent le terme de phishing, voici la définition proposée par Wikipédia : L’hameçonnage, appelé en anglais phishing, est une technique utilisée par des fraudeurs pour obtenir des renseignements personnels dans le but de perpétrer une usurpation d’identité. La technique consiste à faire croire à la victime qu’elle s’adresse à un tiers de confiance – banque, administration, etc. – afin de lui soutirer des renseignements personnels : mot de passe, numéro de carte de crédit, date de naissance, etc. C’est une forme d’attaque informatique reposant sur l’ingénierie sociale. L’hameçonnage peut se faire par courrier électronique, par des sites web falsifiés ou autres moyens électroniques.

Le phishing est une menace particulièrement efficace et peut entamer l’intégrité de la marque. Bien que de telles attaques ne peuvent cibler directement votre société ou ses ressources en ligne, un crime par association est souvent suffisant pour compromettre l’entreprise. En effet, si le consommateur est victime d’une fraude par le biais d’une escroquerie de type phishing qui comporte votre nom de marque, il est en droit de vous demander des comptes. Il est donc important de protéger votre nom de marque.

Les autres procédés

Malheureusement, le phishing n’est qu’une méthode criminelle parmi d’autres. Les entreprises doivent donc être conscientes (et prêtes à y faire face) qu’il existe de nombreux autres moyens de détournement de marque en ligne. Du typosquatting au cybersquattage, en passant par le domaining, toutes ces formes de cybercriminalité peuvent gravement nuire à l’image de l’entreprise, et sont difficilement détectables sans mesure de veille perpétuelle.

Cybersquattage (Wikipédia)

Le cybersquattage, en anglais cybersquatting, désigne la pratique d’enregistrer des noms ou des marques sur internet afin d’ensuite soit de le revendre à l’ayant-droit, soit d’altérer sa visibilité.

Typosquatting (Wikipédia)

Le typosquatting, est une forme de cybersquatting se fondant principalement sur des erreurs typographiques des utilisateurs du web : concrètement, il s’agit d’acheter tous les domaines dont l’orthographe est proche de celle d’un domaine connu afin que l’utilisateur faisant une faute d’orthographe involontaire, soit dirigé vers le site du typosquatteur.

Domaining (Wikipédia)

Le domaining est une activité qui consiste à spéculer sur les noms de domaine. Contrairement aux cybersquatters, les domainers cherchent rarement à détourner la notoriété des marques à leur profit. Les noms de domaine qui les intéressent en priorité sont les noms de domaine génériques composés de mots du langage courant.

Le corporatesquatting

Une autre forme, que je trouve profondément méprisable est celle du corporatesquatting, pratique de plus en plus usitée. Wikipédia en donne une définition beaucoup plus habile que je ne saurais le faire : Le corporatesquatting désigne la pratique de grandes entreprises d’enregistrer massivement des noms ou des marques sur internet afin de s’en approprier l’usage exclusif, bien qu’ils appartiennent et sont déjà utilisés par des personnes physiques ou des petites entreprises. Il s’agit ensuite de contraindre les ayants-droit à en abandonner l’usage, par différents moyens de pression dont des assignations agressives devant les tribunaux (que les ayants-droit n’ont bien souvent pas les moyens de financer). L’objectif final est d’obtenir l’usage exclusif du nom ou de la marque. La loi sur les marques, c’est-à-dire de protection des marques, étant « au-dessus » des pratiques visant à utiliser un nom sans en avoir le droit. Le premier qui inscrit une marque sur l’internet se voit propriétaire du chemin qui mène vers l’espace (c’est-à-dire le site), si espace alloué il y a, mais celui qui possède la vraie propriété sur le nom a, en tout état de cause, aux yeux de la justice, la réelle propriété du nom.

Dans le cas où il n’y a pas d’espace alloué, le plaignant doit prouver que celui qui a acheté ce nom l’a fait dans l’intention de nuire au propriétaire de la marque. Si ce n’est pas le cas, le plaignant argue en général, s’il souhaite poursuivre sa plainte, que la non-utilisation de la marque lui porte préjudice. On peut rentrer ainsi dans plusieurs complications que les grandes corporations savent parfaitement manipuler pour recouvrer leur droit sur la propriété d’un nom.

Quelques solutions pour protéger votre marque et vos clients

Parce que le risque de dommages causés par l’usurpation de marque est si important, les entreprises doivent élaborer une stratégie qui protège leur présence en ligne et leurs clients. Voici certaines des étapes-clés.

Eclairez vos clients

Ajoutez des définitions ou une FAQ concernant l’abus de marque accessible depuis la page d’accueil de votre site. Faites explicitement état de quand vous correspondez ou non avec vos clients par email, et comment ces derniers peuvent mieux distinguer le caractère légal d’un message d’un message frauduleux.

Entourez-vous

Si votre entreprise a déjà beaucoup à faire, entourez-vous d’experts en protection de marque. S’associer avec des tiers spécialistes de ce domaine ne sera que profitable contre les risques de détournement.

DRP (Disaster Recovery Plan)

Toute entreprise devrait avoir un plan prévoyant les mesures à mettre en oeuvre en cas de sinistre, quel qu’il soit, le détournement de marque constituant un sinistre. Ce plan d’urgence permettra de gérer efficacement le sinistre par ordre de priorité et de ressources.

Un plan pour les infractions involontaires

Toutes les attaques contre la marque ne sont pas délibérées. Parfois, les partenaires ou distributeurs connus de vos services peuvent accidentellement usurper votre marque ou ses expressions connexes. Travaillez avec vos experts en protection de marque pour surveiller les comportements et y répondre d’une manière cohérente et professionnelle.

Une équipe d’urgence

Constituez une équipe parmi les membres de votre personnel qui sera opérationnelle dès que votre marque sera compromise. Formez également le personnel des centres d’appel pour mieux répondre aux menaces liées au détournement de la marque.

En conclusion

Alors que l’économie fondée sur Internet ouvre de vastes possibilités pour les entreprises qui n’existaient pas il y a 10 ou 20 ans, elle ouvre également de nouvelles voies de risque pour les marques. Protéger sa marque en 2008 n’est plus un luxe, c’est un impératif économique, surtout si votre marque existe depuis plus d’un demi-siècle, car son nom est profondément ancré dans l’esprit du consommateur, tout autant que dans celui des cybercriminels.

Auteur : Christophe DA SILVA
Fondateur d’Arkantos Consulting, publication d’articles webmarketing et référencement, et newsletter professionnelle.

Source Moteurzine

Google veut mettre les testeurs de domaine au pain sec.

Selon le site de SEo anglophone Search Engine Journal, rebondissant lui-même sur un billet posté sur le blog de Domaintools (l’un des sites préféré des domaineurs), le moteur de recherche envisagerait de ne plus accepter dans son programme Google AdSense des sites internet dont l’âge du nom de domaine serait inférieure à 5 jours.

Il s’agit donc là bien de lutter contre la récente pratique du « domain tasting » qui permet à un individu de « tester » la viabilité du nom de domaine de son choix en ne payant son coût qu’à l’issu de la période d’essai fixée à 5 jours.

Pour bien comprendre la pratique et sa dérive néfaste il est important de souligner que durant la période d’essai le testeur peut utiliser actuellement le site comme bon lui semble, et ce y compris en y placardant des annonces publicitaires par l’intermédiaire du programme d’affiliation AdSense, sans rien payer. Si l’on n’imagine pas que cela puisse être très rentable compte tenu du laps de temps et de la faible notoriété des nouveaux domaines il faut tout de même souligner que cela le devient quand le nombre de domaines testés est très important, Search Engine Journal avançant même le fait qu’un domaineur aurait gagné 3 millions de $ grâce à cette technique.

Le domaineur exploitant en effet une double faille, le fait de ne rien payer pour l’utilisation d’un domaine alors qu’il engrange des revenus ainsi qu’une aptitude temporaire au positionnement qu’on les nouveaux domaines dans les résultats du moteur de recherche Google lui-même (ce que l’on nomme la prime de fraicheur). On peut également rajouter que le délai de ciblage des annonces sur des pages nouvellement créées étant assez aléatoire les gains en terme de CPC soit plus importants durant ses 5 jours que sur l’éventuelle vie future du site, sans pour autant que cela soit forcément avantageux pour les annonceurs du programme AdWords).

NB : Un domaineur est quelqu’un dont l’activité est soit de spéculer sur le coût des noms de domaines (et de les vendre plus cher qu’à leur achat sur Sedo par exemple) soit des les rentabiliser en les plaçant en parking et cela en jouant sur un très grand nombre de noms de domaines placés en portefeuille.

Basé sur l’article :
Google Won’t Help Monetize Sites Less Than 5 Days Old [en]

Source enaty.com

Les tendances high tech de 2008 ont un nom (de domaine)

Les tendances se suivent aussi via le marché de la vente d’adresses web. Au programme cette année : technologies vertes et géolocalisation.

Analystes, fournisseurs, associations : tous ont profité de la fin de l’année 2007 ou de ce début d’année pour dresser un tableau des technologies en vogue à plus ou moins long terme. L’Atelier, que ce soit en Asie, Europe, ou aux USA n’était pas le dernier – et continuera – à jouer à l’Oracle. Il existe une autre piste pour suivre les tendances, bien connue des sites spécialisés comme Namebaynews.com, qui s’est rappelée à moi ces derniers jours : la vente d’adresses web. Exemple en URL. Ainsi, beaucoup annoncent que le World Wide Web va bientôt être remplacé. Soit par le GGG (Giant Global Graph) de Tim Berners Lee – concept cher à Dominique Piotet de L’Atelier Noth America et à Francis Pisani.

Le web local détrône l’Internet global

Autre remplaçant, le Local Web, cher à Gartner. C’est dans cette dernière vente que s’inscrit « l’entrepreneur » Sai Pola. Il vient de mettre en vente pas moins de 800 sites destinés aux organismes de prêts : NewYorkLoans.com, FloridaLoans.com, TexasLoans.com, SeattleLoans.com, AtlantaLoans.com. Chaque Uniform Resource Locator étant mise en vente au prix de 4 000 dollars. Autre prédiction – qui se réalise déjà : l’essor du Green IT. Pas étonnant que l’heureux possesseur de green.co.uk ait choisi le début de l’année 2008 pour le mettre en vente via Sedo. Monsieur Green. Non, il ne s’agit pas d’un film de Quentin Tarantino. Monsieur Green, donc, avait enregistré son site en 1996, on suppose pour sa promotion personnelle.

150 000 livres pour recycler

Mais la vente pour 150 000 livres sterling (plus de 200 000 euros) de recycle.co.uk en novembre 2007 a du lui donner d’autres idées. Deux autres nouvelles ne m’ont pas apporté de réelle tendance : STANDS4 qui possède un dictionnaire en ligne d’acronymes et d’abréviations – Abbreviations.com – a acquis les noms de domaine Definitions.net et Synonyms.net. Et Neustar vient d’étendre le .biz à des caractères non ASCII (soit IDN pour internationalized domain names). En l’occurrence, cette extension profite aux finlandais, aux hongrois, aux lituaniens, aux lettons, aux polonais et aux portugais. Dans les deux cas, pas de tendance, mais peut-être un paradigme.

Renaud Edouard-Baraud
Responsable éditorial de L’Atelier

L’Atelier, groupe BNP Paribas

Source Atelier.fr

Domain Name Investment Pays according to John Motson’s new Book

Brisbane, Australia (PRWEB) – With an ever increasing number of people seeking new opportunities to make money online, the Domaining Manifesto by Australian John Motson uncovers a lucrative money making avenue to everyday web users. Motson has 7 years of domain name investment experience and is a recognized leader in domain name investment circles.

What people don’t realize, or more importantly, what domaining professionals do not want to be known is that it is literally an even playing field out there. Everyone can make money with domain names
According to Wikipedia, ‘Domaining is the business of buying, selling, developing and monetizing Internet domain names’. Domain name investment and domain names in general have always been a myth to many web users.

A lot of people tend to have the wrong idea when it comes to domaining and domainers. We are depicted as villains, lurking in the shadows trying to snatch at domain names as they expire, says Motson. Nothing could be further from the truth. Domain names are controlled and monitored by the governing body ICANN – a world recognized organization with rules and regulations that protect domain names and their owners. Domains by definition are leased for a period of up to 10 years maximum. If a domain name expires, all web users have the right to purchase it, unless there is a trademark registered against that name. What domainers do is simply utilize the opportunities enabled by this governing body to the extent of the law. If you own a couple of domain names, you are a domainer too.

Domain names are recognized as some of the most marketable and valuable commodities on the web today and as such offer a great opportunity to investors. Prices of valuable domain names have soared with numerous sales recorded at up to and above 7 figure amounts on a regular basis.

What people don’t realize, or more importantly, what domaining professionals do not want to be known is that it is literally an even playing field out there. Everyone can make money with domain names, reveals Motson. While writing the Domaining Manifesto, I did a lot of soul searching. I was not sure whether I should be releasing so much insider information, but I did it. Investment opportunities are everywhere around you. You just have to have the right tools and know where to look. This book will help anyone make money with domain names.

Motson’s book has been acclaimed as a revolutionary guide to managing and making money with domain names. Veteran domain name professionals and domain name authority figures Ron James ( owner of NamePros.com, the most popular domain name forum online ) and Sahar Sarid ( millionaire domainer and owner of conceptualist.com ) both described the Domaining Manifesto as a great guide to making money with domain names. Numerous other readers regard the book as one of the best practical web resources they have read in a long time.

John’s powerful guide to managing and making money with domain names teaches its readers to:

* find the right venues for domain transactions
* utilize secret expired domain sources and find domain name gems
* find new domain name investment opportunities
* find available domain names at reasonable prices
* avoid trademark issues and protect intellectual property rights.
* detect banned domain names
* securely negotiate domain name transactions
* avoid fake domain rank & traffic
* approach domain owners without hiking up the domain price
* get the upper hand in any domain name negotiation
* stay one step ahead of the other party at all stages of a negotiation
* and much more

The Domaining Manifesto is a must-have guide for anyone wanting to get started in domaining. It takes you, step-by-step, through everything you need to know to start making money, says Simon Johnson, owner and publisher of Domainer Income.

John Motson is a professional domain name investor and author of domaining industry recognized blog DnXpert.com. He has been investing in domain names since 2000 and currently owns more then 1000 domain names. He has successfully bought and sold over a thousand domain names and made a sizable profit on each transaction.

For further information, please visit www.domainingmanifesto.com.

Source: PR Web Press Release – January 8th, 2008