Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: de

Quinze millions de .de pour l’Allemagne

Avec 15 millions d’adresses internet, le .de allemand, première extension pays du monde, franchit un nouveau cap symbolique dans le classement des statistiques de mai 2012.

Le .de n’est pas prêt de perdre sa couronne mondiale. En janvier 2011, l’extension pays de l’Allemagne dépassait les 14 millions d’enregistrements. En mai 2012, les 15 millions de .de sont atteints. Sa croissance stable maintient les concurrents dynamiques éloignés comme le .co.uk britannique – qui a franchi, comme prévu, les 10 millions d’enregistrements – ou le .nl néerlandais, bientôt à cinq millions de noms de domaine.

Dans le top 10, le générique informationnel .info (8,22 millions, – 1,6 %) et le .cn chinois (3,35 millions, – 0,8 %) perdent des noms de domaine.

Les IDN boostent les dépôts en .fr

Le .fr (16e du top 20) connaît la troisième croissance la plus importante de ce classement, avec une hausse de 3,35 %. L’extension nationale bénéficie de l’introduction des caractères accentués (IDN) dans les noms de domaine français. D’après l’Afnic, un millier de noms de domaine contenant des caractères diacritiques a été enregistré dans les trois premières heures de l’ouverture du 3 mai 2012.
Rappelons que le .fr et les autres suffixes gérés par l’Afnic sont ouverts aux membres de l’Union européenne depuis décembre 2011. Le .re réunionnais continue de bénéficier de cette libéralisation : + 11 %, soit 16 300 noms nouvellement enregistrés.
Le .pt portugais profite également de son ouverture aux étrangers. L’extension ibérique gonfle son portefeuille de 12 %, avec 50 000 nouveaux .pt, dont 30 000 enregistrés durant la première semaine de sa nouvelle charte de nommage ouverte.
Dans le reste du classement, le .cz tchèque s’approche du million de noms de domaine enregistrés. Prague, qui accueille le prochain sommet de l’Icann à la fin juin 2012, pourrait y fêter son millionième .cz. Le .lv letton franchit un cap symbolique : ses premiers 100 000 noms de domaine.

L’Allemagne renforce sa lutte informatique défensive…

A son tour, l’Allemagne fait évoluer son organisation de lutte informatique offensive en créant un « Centre National de Défense Électronique ». Cette organisation devra répondre notamment aux nouveaux standards de lutte informatique qui devient progressivement une composante majeure de l’activité de l’OTAN.

Ce centre répond également à une constatation simple : la hausse des attaques et la multiplication des détections des tentatives d’intrusions. A noter que les officiels allemands n’hésitent pas à divulguer les origines « chinoises » des attaques.

Sans plus de précisions, on ne peut déduire exactement ce que représente la notion d’origine dans le discours : technique ou en termes de « volonté ». Il n’en reste pas moins que l’Asie est réputée abriter un grand nombre de machines vérolées et disponibles comme relais pour des attaques diverses. Ce n’est le seul endroit…

Plutôt bon élève en matière de SSI, il faut également comprendre ce que représente cette innovation. En effet, alors que le domaine internet national français pointe au 18ème rang en matière de nombre de noms de domaine, celui de l’Allemagne est bel et bien le troisième derrière le .com et le .cn (chinois).

Plus rarement cité comme « LE » pays des nouvelles technologies (au contraire des USA, de la Chine, Russie, Corée du Sud, Brésil…), l’Allemagne a toutefois su prendre le virage internet tôt et a maintenu sa place.

Avec plus de 13 millions de noms de domaines enregistrés, il y a ici une indication de l’importance de la protection des réseaux mais également de l’importance de la SSI et de LID.

Source: Cidris-News

Study Underlines Excellent Brand Image of .de

In a recently published study investigating the ranking and the

attractiveness of Top Level Domains as assessed by Internet users the

ccTLD .de scored excellently and recorded the best TLD result, preceding

.com and .co.uk. Sabine Dolderer, CEO of DENIC, the independent provider

of the name service for the .de zone, values this as another proof of

DENIC’s competent performance to the benefit of the Internet community and

as an acknowledgement of DENIC’s nearly 23-year old proven and tested

business model of self-controlled domain administration.

The study, which was executed by EURid, the operator that administers the

TLD .eu, illuminates the interplay between the attractiveness of a leading

TLD – as a combined result of brand strength and customer service quality

– and the number of end users interested in domains under that TLD. EURid

included the generic Top Level Domains (gTLD) .com, .net, .org, .biz,

.info and .eu and the European country code Top Level Domains (ccTLD) .be,

.cz, .de, .dk, .es, .fr, .it, .pl, .se and .co.uk in its assessment.

The brand strength of TLDs, which was defined as the total of the three

key attributes « Awareness », « Relevance » and « Preference », was determined

within the scope of a comparative brand analysis carried out between

December 2009 and January 2010 in 10 countries with 400 participants,

respectively.

While all ccTLDs included in the study scored 95% aided Awareness in their

home countries and thus were nearly level with .com, the results for

Relevance differed widely. Except for Sweden (.se) and Germany (.de) the

interviewed persons attributed much higher relevance to .com than to the

TLD of their own country.

More than three quarters of all the end users who participated in the

study preferred .com or their local TLD to any other gTLD. As regards the

Preference for .com or the respective ccTLD, the values varied

considerably by country: Only the country code TLDs of Germany (.de),

Sweden (.se), the Czech Republic (.cz) and Denmark (.dk) outscored .com in

this aspect of Preference ranking. The study found that the varying

assessments are due to the degree the individual TLD satisfies specific

brand characteristics: Users apparently prefer TLDs they feel to meet

conservative values such as « convincing », « trustworthy », « stable », « high

quality » and « safe » particularly well.

As regards the second pillar of a TLD’s attractiveness, customer service,

the German ccTLD also achieved very good results in the overall rating.

Here, .de scored second among all the investigated ccTLDs, preceded only

slightly by .nl.

The complete study “How Top-Level Domain Customer Service and Brand

Influence Customer Buying Behaviour” with all the results and analyses can

be found on the website of EURid for download at

http://www.eurid.eu/en/about/facts-figures/insights.

Le Web allemand partiellement bloqué par une panne

Une panne des serveurs DNS (domain name server) du Denic, le gestionnaire des noms de domaine allemands, a bloqué pendant un peu plus d’une heure une grande partie des sites Web en .de, ce mercredi. Les serveurs DNS sont ceux qui « traduisent » l’adresse d’un site Web en une adresse lisible par un ordinateur, et jouent donc le rôle d’aiguilleurs dans la navigation Internet.

Des sites en .com, .net ou .org, mais gérés par des serveurs allemands, ont également été affectés, ainsi que des sites autrichiens. Une mise à jour des serveurs DNS avait eu lieu la veille, sans que l’on sache pour l’instant si les deux évènements sont liés.

Source: Le Monde.fr

Le Conseil de l’Europe veut surveiller les noms de domaine

Le Conseil de l’Europe plaide pour un contrôle renforcé sur l’enregistrement des noms de domaine. Lors de sa cinquième conférence annuelle sur la cybercriminalité qui s’est achevée le 25 mars, le Conseil de l’Europe, qui représente la quasi-totalité des pays du continent européen soit une cinquantaine d’Etats, a invité l’Icann à renforcer son « rôle de contrôle du processus d’enregistrement des noms de domaine ».

Ce nouveau Whois devra à la fois permettre « la protection des données privées des personnes qui s’inscrivent » et la levée de l’anonymat dans le cas de la lutte contre la cybercriminalité et le cyberterrorisme. Lors du dernier sommet de l’Icann à Nairobi début mars, plusieurs organismes de lutte contre la cybercriminalité militaient déjà pour empêcher que des cybercriminels puissent se cacher derrière la protection de l’anonymat.

Source: Journal du net

Last Quarter Ended With 192 Million Total New Registered Domains, Up 11 Million

Approximately 11 million new domain names were registered in the fourth quarter of 2009, an eight percent increase in new registrations from the third quarter of 2009. The increase has brought the total of registrations across all of the Top Level Domain Names to 192 million, an increase of nearly 15 million domain name registrations since the close of 2008. That means we’ll likely cross the 200 million milestone this or next quarter, provided growth continues.The numbers come from VeriSign’s latest Domain Name Industry Brief .In Q4 2009, the base of domain name registrations grew by two percent over the third quarter of 2009 and eight percent over the fourth quarter of 2008.According to the Industry Brief, the base of Country Code Top Level Domain Names (ccTLDs) rose to 78.6 million domain names, a three percent increase quarter over quarter and a 10 percent increase year over year. In terms of total registrations, .com unsurprisingly continues to have the highest base followed by .cn (China), .de (Germany) and .net.VeriSign’s average daily DNS query load during the fourth quarter of 2009 was 52 billion per day with peaks as high as 61 billion per day, jumping 48 percent for the daily average and 31 percent increase for peak daily queries as compared to fourth quarter 2008.

Source : TechCrunch.com
Author : Robin Wauters

Le « .eu » a 2 ans et 2,8 millions de sites Internet

Le nom de domaine « .eu » fête ce vendredi son deuxième anniversaire. L’Union européenne indique à cette occasion qu’au cours de ces deux dernières années, entreprises, organisations et résidents communautaires ont obtenu plus de 2,8 millions d’identités internet européennes.

Le « .eu » est le 8ème nom de domaine le plus déposé du monde, derrière le ‘ ».com » (71,66 millions d’enregistrements), le nom de domaine allemand « .de » (11,67 millions d’enregistrements), le « .net », le « .cn » (Canada), le « .uk » (Royaume-Uni), le « .org », et le « .info ».

Dans le détail, c’est en Allemagne que le nombre d’enregistrements .eu est le plus élevé avec 31,4% du total européen, suivi des Pays-Bas (13,3%), de la France (7,3%) et de l’Italie (5,1%).

« Les pionniers de .eu ont déjà compris sa valeur, et ont saisi l’occasion de promouvoir leur propre identité paneuropéenne » a déclaré Viviane Reding, commissaire européenne en charge de la société de l’information et des médias. « Le domaine .eu devrait maintenant devenir le choix naturel de tous les Européens. Plus la vigueur du marché unique européen des services de télécommunication se renforce, plus nous devrions nous assurer que .eu devienne plus visible, sûr et abordable » a-t-elle ajouté.

source CommentCaMarche.net

Noms de domaine en .eu : la Commission ravie pourtant…

La Commission européenne s’est fendue d’un communiqué claironnant 2,8 millions de domaines .eu; seulement serait-on tenté de dire.

Le nom de domaine de premier niveau .eu a fêté vendredi son deuxième anniversaire. A en croire la Commission européenne, entreprises, ONG et autres résidents communautaires se sont jetés sur ce dernier avec en 2007, plus de 300 000 domaines .eu créés pour un total qui atteint désormais plus de 2,8 millions, plaçant le .eu à la quatrième place au niveau européen et à la neuvième au niveau mondial.

Pour Viviane Reding, membre bien connu de la Commission qui prône une identité en ligne européenne forte :  » Les pionniers de .eu ont déjà compris sa valeur, et ont saisi l’occasion de promouvoir leur propre identité paneuropéenne. Le domaine .eu devrait maintenant devenir le choix naturel de tous les Européens.  »

Le .eu est surtout populaire en Allemagne, pays qui dénombre le plus d’enregistrements, soit 31,4 %. Suivent les Pays-bas avec 13,3 % et la France avec 7,3 % qui précède l’Italie, 5,1 %. Néanmoins, l’enthousiasme de la Commission est à pondérer.

C’est bien mais enfin…
Tout d’abord parce qu’après un départ tonitruant avec près de 2 millions de noms de domaine en .eu enregistrés dès mai 2006, cela laissait entrevoir beaucoup plus que les 2,8 millions d’aujourd’hui. D’autre part, le .eu a beau être placé parmi les 10 plus grands domaines de premier niveau du monde, cela reste sans commune mesure avec ses prédécesseurs au classement.

Au mois de mars, les noms de domaine en .com étaient près de 73,2 millions, 11 millions pour les .net, 6,5 millions pour les .org et 5 millions pour les .info. Si c’est en Allemagne que le plus de .eu ont été enregistrés, la préférence nationale prévaut largement avec 11,9 millions de .de, la deuxième extension la plus populaire au monde.

source Generation-NT.com

Caractères multilingues pour les noms de domaine ?

« L’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), organisation à but non lucratif qui gère l’adressage des noms de domaine et leurs célèbres extensions thématiques ou régionales, débutera lundi 15 octobre une expérimentation visant à introduire des caractères autres que ceux de l’alphabet romain dans les noms de domaine. Cette première phase de test permettra la création d’extensions de noms de domaine en onze langues : arabe, perse, russe, hindi, grec, coréen, hébreu, japonais, tamil et chinois (simplifié et traditionnel).

A l’heure actuelle, il est possible de composer un nom de domaine utilisant des caractères non latins, mais les extensions telles que .com, .net ou les déclinaisons nationales (.fr, .de, etc.) doivent obligatoirement utiliser la typographie romaine.

Dans un premier temps, les internautes qui souhaitent créer un nom de domaine utilisant les caractères propres à l’une de ces onze langues se verront redirigés vers un WiKi destiné à recueillir leurs retours sur le service et devront utiliser une terminaison de nom de domaine temporaire. L’Icann ne précise pas quand seront officiellement autorisés les noms de domaine dotés de caractères autres que ceux de l’alphabet romain.

L’enjeu est de simplifier l’accès à Internet pour les nombreuses populations qui n’utilisent pas couramment l’anglais et appréhenderaient bien plus simplement le concept même de l’adresse Web (ou URL) si celle-ci utilisait une graphie qui leur est familière.

Si la technologie permet aujourd’hui la mise en place de noms de domaine écrits en arabe ou en caractère cyrillique, un tel changement ne va pas sans poser de nombreux problèmes, allant du phishing à la correspondance entre les différentes versions d’un même nom de domaine, sans parler de la question de la gestion des caractères spéciaux par les logiciels clients. »

Source Clubic