Toute l'actualité des noms de domaine

Archives de mots clés: cn

.ORG Chinese IDN Deployment

Please be advised that on 23 January 2010 between 15:00 and 19:00 UTC, the .ORG Production System is scheduled for downtime to allow for the deployment of Chinese Internationalized Domain Names (IDN).
Registrations of the Chinese IDNs on 23 January 2010 at 19:00 UTC will be available on a first-come, first-served basis. During this scheduled downtime, the .ORG Production System including the Web Based Admin Tool and WHOIS will be unavailable. Domains will continue to resolve as normal during this time period.

Chinese IDNs (not including Spanish, German, Danish, Hungarian, Icelandic, Korean (Hangul), Latvian, Lithuanian, Polish and Swedish) registered between 19:00 UTC, 23 January 2010 and 19:00 UTC, 22 February 2010 (during the first 30 days of operation) will be placed on Server Delete Prohibited, Server Transfer Prohibited, Server Update Prohibited, Server Renew Prohibited and Server Hold. These statuses will remain in effect until 25 March 2010 to allow intellectual property interests to file UDRP actions if warranted.

All Chinese Legacy IDNs will continue to be unlocked to allow for registrar updates (including Language Tags). Beginning on 23 January 2010, during the registrar’s assignment of the Chinese Language Tag (Traditional Chinese ZH-TW or Simplified Chinese ZH-CN), the .ORG system will verify that the Chinese Legacy IDN Punycode string meets the corresponding policy profile of the Chinese Language Tag in the .ORG system. If this requirement is not met, the Language Tag assignment will fail. Upon valid Language Tag updates, the following statuses will automatically be removed from the domain(s) – Server Hold, Server Renew Prohibited and Server Transfer Prohibited. The domain(s) will then be added to the .ORG Zone File to enable DNS resolution (assuming it meets all other requirements for inclusion in the zone file e.g. minimum NS).

Chinese Legacy IDN domains that are updated with a Language Tag must be updated with « thick » contact data, or risk possible deletion of the domain by the Registry.

Please note that all expired Chinese Legacy IDNs will auto-renew following successful updating of the Language Tag. If a registrar chooses to delete the domain, they must do so within the 45 day auto-renew grace period or prior to updating the Language Tag.
Registrars are encouraged to ensure that adequate funds are available to support these auto-renewals.

All .ORG Chinese Legacy IDNs that have an expiration date prior to 23 January 2010, will have the expiry date reset to 23 January 2010. PIR is resetting the expiry dates of all .ORG Chinese Legacy IDNs so as to fulfill our earlier commitment to you of not charging for maintaining Legacy .ORG IDNs.

Updated Registrar Manual and FAQs detailing the .ORG Chinese IDN were made available to Registrars on Dec 9, 2009.

La Chine veut recenser tous les sites web sous peine de blocage

Après le logiciel Green Dam, censé protégé les internautes chinois des contenus « déviants », la Chine souhaiterait établir une véritable liste blanche de sites autorisés sur le web. Les autres espaces, s’ils ne sont pas enregistrés, pourraient alors être tout simplement bloqués.

Le ministre de l’Industrie et de la Technologie de l’Information chinois goûte manifestement assez peu à la liberté d’expression sur le web. Ce week-end, Li Yizhong a en effet publié de nouvelles dispositions visant à renforcer encore un peu plus le contrôle gouvernemental sur Internet, en durcissant les procédures pour enregistrer un nom de domaine. Selon les autorités, ces mesures sont prises uniquement pour cibler et bloquer les contenus pornographiques présents sur la toile.

Selon l’Associated Press, cette nouvelle réglementation exige que les sociétés de télécommunications et les fournisseurs d’accès à Internet établissent un contrôle complet et approfondi afin de déterminer si les sites web hébergés ont été officiellement enregistrés. Tout site web n’étant pas recensé et enregistré auprès du ministère de l’Industrie et de la Technologie de l’Information pourrait être potentiellement bloqué.

Cependant, nous ignorons si ces nouvelles règles s’appliqueront aux sites web étrangers, bien que ces derniers sont déjà durement malmenés par la censure chinoise. Il suffit de voir le sort qui est réservé à Google, YouTube, Facebook ou encore Twitter. Régulièrement bloqués ou filtrés, ils sont parfois copiés directement par les Chinois (à l’image de Xiaonei pour Facebook), avec plus ou moins de réussite. Et ne parlons même pas des médias étrangers.

Le gouvernement central a depuis longtemps mis en avant la lutte contre la pornographie, les jeux d’argent et n’importe quel autre site « nuisible à la société » comme prétexte à ces décisions toujours plus rigides. Cependant, dans les faits, Pékin profite souvent de sa cyber-police pour étouffer toute contestation politique ou opinion déviante, que ce soit sur le Tibet, le Dalaï-lama ou la secte Falun Gong. Ce n’est pas un hasard si le pays est souvent considéré comme étant ceinturé par une « grande muraille numérique ».

Auteur: Guillaume Champeau
Source: Numerama.com

.CN Update – Suspension of New Registrations for .CN

We regret to inform you CNNIC has informed Neustar that in order to implement a better methodology to verify registrant information from overseas registrations, they have made the difficult decision to temporarily suspend new registrations from overseas registrars starting at: 

18:00 PM January 6, 2010 (Beijing time)
10:00 AM January 6, 2010 (GMT)
05:00 AM January 6, 2010 (EST)

Please note that our understanding is that this only affects NEW registrations.

Les personnes individuelles ne pourront avoir un nom de domaine en « .cn »

Le CNNIC vient encore une fois de renforcer la surveillance sur les noms de domaine. Selon une annonce publiée le 11 décembre au soir, à partir du 14 décembre à 9 heures, au lieu de présenter la demande sur Internet comme cela se faisait alors, les clients qui souhaitent avoir un nom de domaine en « .cn » devront désormais présenter des papiers écrits. De plus, il sera interdit aux personnes individuelles de posséder des noms de domaine. Selon un responsable du CNNIC, bien que la Chine interdise depuis toujours aux personnes individuelles d’avoir des noms de domaine, nombre de personnes ont utilisé de faux dossiers pour en avoir un.

Source PeopleDaily.cn

Quand Internet parlera chinois…

Les noms de domaine et adresses URL pourront utiliser des caractères non latins d’ici mi-2010, ce qui aura des implications importantes pour le marketing, le référencement, voire la manière dont les Chinois abordent le Web.

L’annonce, début novembre, de l’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), organisme américain privé, ouvrant la possibilité de déposer des noms de domaine incluant des caractères non latins aura peu de répercussions en France.

Vu de Pékin, il s’agit au contraire d’une véritable petite révolution après quarante ans de suprématie anglo-saxonne. Que ce soit sur les panneaux publicitaires ou les emballages des produits, les yeux des Chinois finissent toujours par tomber sur des caractères étrangers, perdus au milieu d’idéogrammes locaux : il s’agit de l’adresse Web du fabricant ou de l’annonceur.

Pour le grand public, il n’est pas toujours évident de mémoriser ces sites, ce qui limite les possibilités pour le marketing. Cela est par exemple vrai pour Carrefour, qui cible la classe moyenne chinoise. Ma voisine, femme au foyer disposant de l’ADSL, n’est absolument pas familière de l’adresse www.carrefour.com.cn. En revanche, elle connaît parfaitement le nom chinois de l’enseigne, dont la transcription phonétique est « jia le fu ». « Comment voulez-vous que je retienne une adresse pareille, ça n’a rien à voir ! Pour retrouver ce site, il faut que je passe par un moteur de recherche, alors qu’avec une adresse en mandarin, tout serait plus simple », explique-t-elle.

Pour les agences de marketing chinoises, l’arrivée des idéogrammes sur Internet représente donc une opportunité pour améliorer la visibilité de leurs clients locaux.

Guerre des noms de domaine et pagaille en vue ?

Comme aux débuts d’Internet en Occident, la réservation des noms de domaine en mandarin risque d’être accompagnée de turbulences. A l’époque, chez nous, des petits malins avaient acheté très tôt des noms tels que www.edf.fr, avec l’idée de les revendre à prix d’or plus tard. Le même genre d’opération risque d’avoir lieu aujourd’hui en Chine.

Les entreprises étrangères implantées en Chine devront donc réagir à temps pour protéger leur marque en mandarin et éviter qu’une partie du trafic généré par leur nom ne puisse être détournée. Elles devront également rentrer des mots-clés en mandarin dans leurs URL afin d’être certaines d’être visibles sur le Web chinois.

Des problèmes de sécurité risquent également de surgir, avec la mise en place de sites « pirates » copiant des pages sécurisées. Objectif : récupérer des données sensibles comme des numéros de comptes bancaires et des mots de passe.

Enfin, le passage en 100 % chinois pourrait booster l’utilisation de palettes graphiques. Les seniors chinois, un marché en pleine croissance avec le vieillissement démographique, seront plus à l’aise sur la Toile s’ils peuvent tracer directement des idéogrammes, sans passer par un alphabet étranger et des équivalences phonétiques comme ils le font actuellement.

auteur : Nicolas Sridi
Source 01Net.com

« .中国 » : le premier nom de domaine chinois sur Internet

L’alphabet romain ne sera plus le seul à régner sur les adresses Internet. Lors d’une réunion à Séoul, l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) a décidé d’introduire des alphabets autres que latin, comme le chinois, l’arabe et le coréen dans les adresses internet. L’assistant du directeur de CINIC (China Internet Network Information Center) Qi Lin a précisé que « .中国 » sera le premier nom de domaine du monde écrit en caractères chinois. Les internautes devraient pouvoir utiliser les noms de domaine chinois dès l’an prochain.

Le nom de domaine « .中国 » est compatible avec les principaux navigateurs du monde, comme Microsoft Internet Explorer et Google Chrome.

Il y a 1,6 milliard d’internautes dans le monde, dont 338 millions d’internautes chinois.

Source cri.cn

中国 : l’extension nationale chinoise

un observateur mal informé pourrait croire, à lire certains textes du Quotidien du Peuple, que
l’ICANN a d’ores et déjà créé une nouvelle extension en caractères chinois (1). Il n’en n’est rien… mais la
promotion « au niveau national » de l’extension « .中国 » qui désigne la Chine en Chinois n’en a pas moins
débuté le 7 mai dernier. L’extension fonctionne d’ailleurs, dans le cadre de « l’intranet » chinois, en attendant
sans doute d’être insérée dans la « racine » quand l’ICANN le voudra bien.
Souvent dénoncée comme origine de maintes attaques sur internet, la Chine en a subi une ce mois-ci (2).
Plusieurs provinces ont souffert d’une attaque par déni de service distribuée. Une alerte ravit sans doute les
partisans de la « cyber warfare » en Chine.

CNNIC Maintenance Announcement

We have been informed by the .CN Registry (CNNIC) that they are performing system maintenance on Sunday June 7, 2009 from 10:00 – 14:00 UTC (6:00 am EDT to 10:00 am EDT).

During this maintenance ASCII.CN and CN IDN registration service will be unavailable.

Please note the times below.

.CN registration service will be unavailable from 10:00 UTC – 12:00 UTC  (6:00 am EDT – 8:00 am EDT)
.CN IDN registration service will be unavailable from  12:00 UTC-14:00 UTC (8:00 am EDT – 10:00 am EDT)