Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: web

More Ways to Protect Yourself From Phishing

In my recent Editors’ Notes post on Consumer Reports’ recommendation that Mac users dump Safari because the Apple browser lacks the anti-phishing tools of Firefox and Opera, I focused on behavioral changes one can make that minimize the risks of phishing attempts. I didn’t, however, discuss a relatively simple configuration change you can make to your Mac that will give you a real anti-phishing tool–in Safari or any other browser you might want to use.

Consumer Reports touted Firefox or Opera over Safari because of the built-in anti-phishing tools in those first two browser; Safari has no such built-in capability. There is, however, a free service you can use that will give every browser on your Mac a full set of anti-phishing tools (and additional tools, if you choose to use them). This service is called OpenDNS, and it’s a free replacement for your Internet service provider’s (ISP) domain name servers.

So just what are domain name servers? A domain name server looks up addresses in the Domain Name System (DNS). In other words, a domain name server is the phone book for the Internet–it translates domain names (www.macworld.com, for example) into Internet protocol (IP) addresses (70.42.185.230, in the case of macworld.com). When you load a Web site, it’s this IP address that’s used to find the server, not the server’s name you typed into the URL bar. Without the DNS, you’d have to know the IP address of any Web site you wanted to use–not a very practical method for browsing the Web.

By default, you are more than likely using the DNS servers provided by your ISP. These are typically included in the setup instructions you used when setting up your Internet connection. But just as there are many companies providing telephone books, there are many different DNS servers you can use–you aren’t required to use the DNS servers provided by your ISP. OpenDNS is one such alternative « phone book, » and it’s one that comes with many features (most are optional) that you probably won’t find in your ISP’s DNS servers. One of those features is phishing protection, based on OpenDNS’ PhishTank project. Once you’ve set your Mac to use OpenDNS’ DNS servers, you get this protection automatically, in any application that uses DNS servers to resolve names.

Note that OpenDNS is able to provide its services for free because it changes how your browser behaves when you enter a non-existent URL, say for asdfjklasjxznn.com. If you enter that URL using your normal DNS servers, you’ll get a standard « page not found » error message. If you load that URL using OpenDNS, however, you’ll see the image at right (click the image for a larger version). The ads you see there are what help OpenDNS pay for its services. If the prospect of seeing such ads when you enter a bad URL concerns you, then you’ll want to pass on this solution. For me, though, it’s a small price to pay for an excellent free service.

Setting up OpenDNS

So how do you use OpenDNS in place of your ISP’s DNS servers? The answer depends on which version of OS X you’re using, how you connect to the Internet, and how your current DNS server information has been set. Answering this question for every version of OS X and every possible network configuration simply isn’t possible in this space. Instead, I’ll provide some generic configuration advice, a specific example, and a pointer to OpenDNS’ own very usable installation instructions.

First, the generic advice: To replace your ISP’s DNS servers with the OpenDNS DNS servers, re-read the installation instructions that your ISP provided. When you get to the step about setting up the DNS servers, replace whatever DNS server IP addresses you’ve been provided with the OpenDNS DNS server addresses: 208.67.222.222 and 208.67.220.220. Save your changes, and you’re done.

As one specific example of a configuration change, here’s what you’d do if you’re using OS X 10.5 on a machine that connects to the network via AirPort, but has a locally-assigned DNS server (that is, defined on that Mac). Launch System Preferences and open the Network pane. Select AirPort in the leftmost column, then click Advanced. A new sheet will drop down, displaying a number of tabs across the top. Click on the DNS tab, and then click the plus sign at the bottom left of the DNS Servers window. The cursor will move to a blank line in the DNS Servers window; type the first OpenDNS DNS server address here, 208.67.222.222. Click the plus sign again, and enter the second OpenDNS DNS server address, 208.67.220.220.

If you see any other addresses listed above these new entries, click on each one and then click the minus sign to remove them. (If you see entries that are grayed out, that means that another machine–your AirPort Base Station or other router, for instance–is providing the DNS server information. If that’s the case, you’ll need to change that machine’s DNS server information to point to the OpenDNS DNS servers.) Once you’ve only got the two OpenDNS DNS servers’ information visible, click OK. This will return you to the AirPort screen; once that appears, click Apply to, well, apply the changes you just made.

If you need more specific installation instructions, the OpenDNS’ Web site has a number of how-to guides for many different computers and operating systems, as well as 14 different brands of home routers (including the AirPort Base Station).

Confirm the setting

After clicking Apply, the changes you’ve made should take effect in about a minute or less. To confirm that your system is using the new DNS, the quickest thing to do is open up Terminal (in Applications -) Utilities), and run a quick nslookup, which runs a name system lookup on the URL you specify. Included in the results is the IP address of the name server that was used to run the query:

As seen here, the Server and Address both point to the OpenDNS DNS server addresses I entered earlier, meaning that my machine is using the OpenDNS DNS servers for address lookups.

Conclusion

Changing your DNS servers isn’t very difficult to do, and by using OpenDNS, you’ll get the benefit of an active and constantly-updated anti-phishing tool, regardless of your browser of choice. If you don’t feel you’ll always be able to spot a potential phishing scam in your e-mail, using OpenDNS is a great solution that will allow you to keep using Safari with some peace of mind. (But remember, no anti-phishing tool is going to be 100 percent accurate, so you’ll want to practice « safe clicking » as I described in the prior article, too.)

In the long run, I really think that something like an Internet-wide anti-phishing tool, such as the one offered by OpenDNS, makes more sense than any number of browser-specific tools. With individual tools, your phishing protection will vary based on which browser you’re using; with a DNS-level tool, though, you’ve got the same level of protection regardless of your browser choice. Hopefully we’ll eventually see an Internet-wide solution, so that you’ll have the freedom to use whichever browser you prefer without worrying about the quality (or lack thereof) of its built-in anti-phishing tools. Until that happens, though, OpenDNS is a great alternative.

author: Rob Griffiths, Macworld.com
source WashingtonPost

La justice interdit les notes nominatives des professeurs sur note2be.com

Le tribunal des référés a ordonné, lundi 3 mars, la suppression de toutes les « données nominatives » sur note2be.com, un site Internet qui propose aux élèves de noter leurs enseignants. Le SNES-FSU, syndicat majoritaire dans les collèges et lycées, et une cinquantaine d’enseignants à titre individuel, avaient assigné le 14 février les responsables de ce site dont l’ouverture le 29 janvier avait créé un vif émoi.

Le tribunal a condamné la société « au paiement des dépens, ainsi que de la somme aux demandeurs de 3 000 euros » et « au paiement à titre d’indemnité provisionnelle de la somme d’un euro à chacun des demandeurs ». A aussi été imposée une astreinte d’une « durée de trois semaines » et d’un « montant de 1 000 euros par infraction et jour de retard ».

SOUTIEN DU MINISTRE DE L’à‰DUCATION

Dans ses motivations, le tribunal a notamment fait valoir que « l’exercice des libertés d’information et d’expression a pour limites qu’il ne porte atteinte aux activités d’enseignement ». Il a aussi souligné que « la mise à disposition d’un forum de discussion, sans modération préalable à la publication, n’est pas sans présenter en cas de développement exponentiel de la fréquentation de ce site, des risques sérieux de dérive polémique ».

Le ministre de l’éducation nationale, Xavier Darcos, « a pris acte avec satisfaction » de la décision du tribunal, réitérant son « soutien aux enseignants dont la mission difficile ne saurait faire l’objet d’atteintes anonymes sur Internet ».

« On a tout gagné, non seulement je suis content, non seulement mon syndicat est content, mais je crois que l’ensemble de la profession enseignante sera extrêmement satisfaite de la décision rendue aujourd’hui », a déclaré de son côté à la presse Francis Gerguin, secrétaire national du SNES-FSU chargé des questions juridiques, après l’annonce de la décision.
LES RESPONSABLES DU SITE VONT FAIRE APPEL

Joint par Le Point.fr, Stéphane Cola, cofondateur du site, considère au contraire que « cette décision inquiétante est une entrave à la liberté d’expression et va à l’encontre de [sa] conception de l’aspect participatif d’Internet ». Il précise qu’il fera appel de la décision.

« C’est une décision qui a une portée non neutre sur le fonctionnement du site, sur la liberté d’expression et sur le Web en général », a réagi Me Nathalie Beslay, conseil du site Internet. Dans la mesure où « les contributions des internautes via Internet sont très fréquentes et font partie du développement d’Internet, c’est une décision qui pose question et peut paraître inquiétante de ce point de vue là ». Selon elle, les élèves pourront continuer à noter les établissements mais pas les professeurs.

Depuis le lancement du site, 50 000 enseignants ont été notés sur note2be.com, selon les six critères établis : intéressant, clair, disponible, équitable, respecté, motivé. La moyenne générale est de 14/20.

source LeMonde

La police se dote d’outils pour traquer les sites illicites

Recettes d’explosifs, propagande terroriste et incitation à la haine raciale vont bientôt rejoindre la pédopornographie sur la « liste noire » des sites Internet illicites interdits en France. Visitant les locaux à Nanterre, jeudi 14 février, de l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC) – la brigade cybercriminalité -, Michèle Alliot-Marie a annoncé l’élaboration d’une charte de « bonnes pratiques » avec les opérateurs pour permettre le blocage de ces sites.

Prenant exemple sur la Norvège, qui prépare un dispositif similaire, la ministre de l’intérieur s’est défendue d’organiser une surveillance « à la Big Brother ». Internet, a-t-elle fait valoir, « c’est d’abord plus de libertés » mais aussi « plus de menaces sur la sécurité ». Jusqu’ici, pourtant, les fournisseurs d’accès rechignaient à faire la police sur les sites qu’ils hébergent. « Au début, ça a été « niet », mais leur attitude évolue, assure Christian Aghroum, chef de l’OCLCTIC. On travaille avec eux. » Le blocage prendrait la forme de pages devenant inaccessibles à l’internaute.

La tâche paraît cependant bien délicate, les sites délictueux pouvant être hébergés depuis l’étranger. Sur 14 465 signalements recensés en 2007 par des internautes, auprès de la plate-forme mixte police-gendarmerie ouverte il y a quelques années sur la pédophilie, seuls 308 signalements concernaient des sites hébergés en France, contre 1 552 à l’étranger (le reste des signalements correspondant à des redondances).

Bien que traqués et interdits, les sites pédopornographiques n’ont ainsi pas disparu. « Ils sont souvent éphémères. Lorsqu’ils sont fermés, ils se reconstituent le lendemain sous un autre nom de domaine », admet Karine Beguin, chef du département de surveillance de l’Internet à la division cybercriminalité de la gendarmerie.

Dans le domaine, à part, des courses et des jeux, les digues imaginées par la France pour préserver son monopole paraissent presque dérisoires. Les fournisseurs d’accès ayant refusé tout net de bloquer les sites, la police traque toutes les formes de publicité pour tenter de réduire l’explosion du jeu sur la Toile. Elle a remporté une première manche avec la condamnation, en mars 2007, du patron de casinos Patrick Partouche à douze mois de prison avec sursis et 40 000 euros d’amende pour avoir prêté son nom à un site de poker basé à Gibraltar, mais la bataille est loin d’être gagnée.

ACCORDS INTERNATIONAUX

Le gouvernement promet de nouvelles mesures, dont le doublement du nombre de « cyber-enquêteurs ». En septembre 2008, la plate-forme de signalements concernera tout type de malversations sur Internet, y compris l’escroquerie. La décision de fermer un site va être simplifiée. « Aujourd’hui, il existe une procédure juridique assez longue, après enquête et condamnation, mais désormais, dès qu’il y a aura constatation, on pourra intervenir », explique François Jaspart, inspecteur général de la police nationale et maître d’oeuvre du plan de lutte contre la cybercriminalité.

Dans le cadre d’une procédure judiciaire, la géolocalisation des utilisateurs d’Internet deviendra possible. Et de nouvelles formes d’incrimination vont être créées : l’usurpation d’identité sur Internet sera ainsi bientôt un délit passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.

La France compte aller plus loin et demander la mise en place d’accords internationaux pour permettre les cyberperquisitions, la perquisition à distance informatique, sans qu’il soit nécessaire de « demander au préalable l’autorisation du pays hôte du serveur ».

auteur : Isabelle Mandraud
Source LeMonde

dotMobi lance DeviceAtlas, un outil de développement de pointe à l’intention de l’industrie du mobile

BARCELONE, Espagne, February 13 /PRNewswire/ —

– Une base de données internationale complète d’informations sur les combinés mobiles est désormais à la disposition quasi-gratuite des développeurs Web pour la création de contenus ‘adaptables’

dotMobi, la société à l’origine du domaine Internet .mobi, la première et seule adresse Internet conçue spécifiquement pour les portables, a annoncé aujourd’hui le lancement de DeviceAtlas, une source incontournable d’informations sur les combinés mobiles, à l’intention des développeurs de contenus.

<< Il existe de nombreuses sources en matière de données sur les appareils. Elles sont malheureusement disséminées dans les forums de développeurs et intégrées dans divers produits. DeviceAtlas est une source unique et exhaustive d'informations dans ce domaine >>, déclare Paul Nerger, vice-président des services et des applications avancées chez dotMobi.

<< DeviceAtlas aide les développeurs de toutes tailles à construire, avec des données structurées et précises, de meilleures applications Web mobiles qui sont adaptées - et optimisées - pour le plus grand éventail possible d'appareils portables. Cela signifie aussi que ces données seront universellement disponibles, indépendamment de la taille d'une entreprise, étant donné la modicité des coûts de DeviceAtlas. La version en ligne de la base de données est même complètement gratuite et nous fournirons sans frais une licence DeviceAtlas Developer Edition à chaque membre du forum développeur Dev.mobi >>, ajoute M. Nerger.

Nokia, Vodafone, Telecom Italia Mobile, Argogroup, Volantis, Zandan et bien d’autres exploitants de réseaux mobiles, fabricants de combinés et développeurs du monde entier travaillent avec dotMobi pour regrouper et affiner continuellement des informations concernant les caractéristiques des combinés, que ce soient les premiers modèles de téléphones portables capables de traiter des données ou les tout derniers dispositifs << intelligents >>, afin que les développeurs soient en mesure de créer des contenus adaptables (device aware) grâce aux toutes dernières informations disponibles.

Pour Timo Skytta, responsable de la gestion technologique chez Nokia : << L'introduction de DeviceAtlas aidera les développeurs Web et les fournisseurs de contenus à proposer des formules Internet sur mesure pour toute une gamme d'appareils. Nokia élargit ses prestations et passe de fabricant de combines à fournisseur de divers services Internet ; il est donc très important que nous offrions des expériences intéressantes à tout point de vue. >> De son côté, Peter Thompson, de la division de recherche et développement chez Vodafone Group, estime : << DeviceAtlas est un outil formidable aidant les développeurs mobiles à créer une expérience Web personnalisée et de valeur pour leurs utilisateurs. >>

DeviceAtlas permet le partage des informations au sein de la communauté internationale de développement et leur mise à jour en ligne. Cette approche simplifie le processus de développement et donne aux développeurs les moyens de créer la meilleure expérience possible. En plus de la version sur Internet gratuite, les utilisateurs peuvent obtenir, pour un coût annuel modique, une copie locale de la base de données DeviceAtlas par l’intermédiaire d’une interface API.

Trey Harvin, PDG de dotMobi, déclare : << dotMobi est conscient de la nécessité de proposer des solutions aux défis que doivent relever les développeurs dans la création de contenus pour littéralement des milliers de combinés et de systèmes logiciels différents. DeviceAtlas représente une somme considérable d'efforts pour fournir ce qui est l'ensemble d'informations le plus complet et précis sur les appareils portables du monde entier. >>

De son côté James Pearce, vice-président de la technologie chez dotMobi, ajoute : << La première version de DeviceAtlas n'est que le début d'un outil en évolution constante au service de la communauté des développeurs mobiles. Au cours des mois prochains, la feuille de route comprend plusieurs vocabulaires de propriétés, une suite complète de tests, la capacité pour tous les membres de la communauté d'ajouter des données supplémentaires et la compatibilité avec les recommandations W3C. >>

Pour plus de renseignements sur DeviceAtlas – y compris la version Internet gratuite et la version sous licence gratuite pour les développeurs, veuillez consulter http://deviceatlas.com sur les ordinateurs et http://deviceatlas.mobi sur les portables.

Source PRNewsWire

AFNIC No Longer Publishes List of Newly Registered .fr Domain Names

AFNIC have announced they will discontinue their service of publishing the list of newly registered .fr domain names as of February 19, 2008 as per the news release below.

Since 2000, the AFNIC publishes on its website the list of .fr domain names registered in the last 30 days. This list initially thought to inform has been used in different ways that must be supervised legaly.

For this reason, the list will no longer be published on the AFNIC website starting February 19th, 2008.

The Whois Data Access Qualified Service

On the other hand, the AFNIC offers a new service, the Whois Data Access Qualified Service, to third parties that wish to build services with added value around the list of registered .fr domain names.

This access will be subject to the signature of a specific contract, and subject to AFNIC’s approval of the access application.

All .fr domain names that are published via the Whois directory (www.afnic.fr/outils/whois) will be concerned.

Holders have the possibility of requesting that their domain name(s) be removed from the communicated list, if they can prove that the communication of the existence of said domain name(s) could create a risk for the bodily safety of a person or a dangerous risk to national security.

This request for removal is to be sent as soon as possible to the registrar in charge of the domain name, who will transfer the request to AFNIC’s Legal Department.

With these new modalities, the AFNIC wishes to create an efficient and pragmatic balance around .fr between the protection of people’s personal data and the protection against infringements of third party rights.

The Whois Data Access Qualified Service: www.afnic.fr/outils/acces-donnees.

To see this announcement on the AFNIC website, see www.afnic.fr/actu/nouvelles/general/NN20080201_en for the English version and www.afnic.fr/actu/nouvelles/general/NN20080201 for the French version.

Source DomainNews

New .BLOG domain will be a mainly corporate thing

Not that we needed it, but the Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) expressed its appreciation for all those bloggers out there by releasing the new top level domain .BLOG.

blogforsaleThe massive increase in Internet traffic due to blogging made it unavoidable to label the 2.0 style journalists and writers. The new domain will become available on April 1st, 2008. I think we can say that April will be a great month for cybersquatters.

The question is though, who will use the new domain? Some predictions that immediately popped up when I was reading the announcement:

  • Naturally, tech blogs will battle for the technology.blog, political blogs for politics.blog, humor blogs for humor.blog and so on.
  • Some of the big guys will probably register theirname.blog, if they’re fast enough. Nobody wants brand squatting problems like ReadWriteWeb had recently. Yet not all of them will make that effort. Their ranking position in Google, Technorati and Alexa is all based on their old domain. .BLOG is just a fancy thing to own.
  • New blogs will use the new domain, yet their influence is marginal. Only few fresh blogs know to attract a large audience (We hope we’re one of them).
  • Companies will move their corporate blogs to the new domains, or finally decide to start one. We’ll see domains like Startbucks.blog, Sony.blog and Ford.blog.

But this is just my opinion, looking forward to hearing your thoughts on this new domain. What will you register?

Author : Ernst-Jan Pfauth, editor in chief
Source TheNextWeb.org

Un arrêt de la Cour d’appel de Paris restreint l’utilisation des noms de domaine

Un arrêt de la Cour d’appel de Paris, en date du 16 janvier 2008, pourrait avoir marqué un tournant majeur dans l’utilisation des noms de domaine en .fr.

En l’espèce, la société Sunshine avait assigné un particulier, titulaire du nom de domaine ‘ sunshine.fr ‘. Sa demande visait à revendiquer la propriété du nom de domaine litigieux, déposé le 7 avril 2005.

A l’appui de sa demande, la société invoquait une disposition du décret du 6 février 2007. Celle-ci prévoit en effet qu’un nom ‘ identique ou susceptible d’être confondu avec un nom sur lequel est conféré un droit de propriété intellectuelle ‘ ne peut être choisi comme nom de domaine si le demandeur ne peut ‘ justifier d’un intérêt légitime ‘.

Etant donné la date de promulgation du décret, la défense avait logiquement objecté qu’il était inapplicable à un nom de domaine déposé antérieurement.

Les juges du fond ont cependant donné raison à la société et ont fait application de ce décret ‘ relatif à l’attribution et à la gestion des noms de domaine ‘ Cette solution impliquerait donc que celui-ci est rétroactif.

L’application de ce décret à des situations antérieures à sa promulgation pourrait bouleverser le paysage des noms de domaine en .fr.

En effet, ce texte précise les règles d’attribution des noms de domaine. Or, celles-ci restreignent le choix des noms de domaine pouvant faire l’objet d’un dépôt. En effet, un des objectifs du décret est de protéger différentes personnes. Dans cette optique, certains noms de domaine ne pourront plus être déposés, si ce n’est par les personnes faisant l’objet de la protection. Il s’agit notamment de l’Etat, des élus dans l’exercice de leur mandat ou encore des titulaires de marques.

Or, la solution de la Cour d’appel semble élargir le champ d’application de ces règles restrictives pour y inclure l’utilisation de noms de domaine déjà attribués. Par conséquent, il semble que certains noms de domaine, qui sont actuellement utilisés, pourront faire l’objet d’une demande de réattribution par les personnes protégées.

Mais pour pouvoir réellement apprécier l’impact qu’une telle décision peut avoir sur les noms de domaine, qu’ils ait déjà ou non été déposé, il convient de s’interroger sur la manière dont les juges vont interpréter ces dispositions. En effet, ce décret, dans son application, fait référence à certaines notions. Une interprétation large de celles-ci par les juges conduira donc nécessairement à englober ou non un nombre important de noms de domaines devant faire l’objet d’une réattribution.

Ainsi, le décret dispose notamment que ‘ le nom d’un titulaire d’un mandat électoral, associé à des mots faisant référence à ses fonctions électives, peut uniquement être enregistré par cet élu ‘. Dans cette hypothèse, la question qui se pose est de savoir comment la notion de ‘ mots faisant référence aux fonctions électives ‘ va être interprétée.

Les juges peuvent appliquer cette disposition de manière littérale, limitant ainsi le nombre de site devant faire l’objet d’une réattribution. Au contraire, les juges pourraient aussi élargir cette notion de ‘ mots faisant référence aux fonctions électives ‘ et affecter, de ce fait, la situation d’un plus grand nombre de noms de domaine.

Ainsi, pour Cédric Manara, professeur de droit à l’EDHEC, il ne sera plus possible de déposer un nom de domaine comme ‘ Ne-votez-pas-pour-Bertrand-Delanoe.fr ‘. A cet égard, les nouvelles règles instituées par le décret lui paraissent limiter ‘ l’expression et la critique ‘.

Par ailleurs, s’agissant de la protection accordée aux titulaires de marque, on peut également s’interroger sur la notion ‘ d’intérêt légitime à faire valoir ‘. Ici encore, son interprétation induira le nombre de noms de domaine affectés par ces règles restrictives.

L’interprétation de cette notion revêt une importance particulière étant donné qu’elle pourrait conduire les juges à revenir sur la solution posée par la même Cour d’appel de Paris dans l’affaire ‘ jeboycottedanone ‘. En effet, dans cette affaire, les juges avaient considéré que l’utilisation de la marque, faîtes par un tiers, dans un nom de domaine, se justifiait par l’exercice du principe à valeur constitutionnelle de la liberté d’expression.

Il reste que cette lecture du décret faîte par la Cour d’appel peut toujours être remise en cause par la Cour de cassation.

Source LegalBizNext

Parts de marché des moteurs en France (Décembre 2007)

Part des moteurs de recherche en France

Par rapport au mois précédent :

* Google progresse de 0,41pt à 90,83% (+0,5%)
* Yahoo baisse de 0,17pt à 2,92% (-5,5%)
* Live baisse de 0,03pt à 2,53% (-1,2%)
* Orange baisse de 0,09pt à 1,57% (-5,6%)

Ces chiffres ont été calculés par XiTi sur la période du 1er au 31 décembre 2007, à partir des statistiques de trafic de 87 892 sites web francophones.

Source WebRankInfo

Statistiques: quelques chiffres intéressants sur Internet en Chine

– 244 millions d’internautes en Chine en 2008

Actuellement au nombre 182 millions, les internautes chinois pourront dès cette année 2008 dépasser les 200 millions (244 millions selon estimation) voire détrôner le leader les US. La marge de progression reste toutefois immense, car le taux de pénétration est seulement de 13.8%.

– Les chinois ont dépensé 398,8 milliards de yuan en 2007. Et ce chiffre devrait atteindre les 581,5 milliards de yuan en 2008. 10% de dépenses dans les foyers chinois sont consacrés à Internet.

– Les chinois passent en moyenne 716 minutes par mois sur la toile, soit près de 12h. 40.3% des internautes chinois se connectent à partir d’un ordinateur qu’il partage parfois avec d’autres personnes, 34.2% à partir d’un ordinateur strictement personnel et 25.5% d’un ordinateur commun.

– 56% d’internautes chinois sont hommes, 44% des femmes. 33% d’internautes chinois sont mariés. Les étudiants sont les plus nombreux à surfer en ligne (19.3%), suivis des professionnels de IT (7.4%) puis des enseignants et chercheurs(7.2%).

– Parmi les usagers d’Internet, 38.8% font de la consultation des news et informations le service le plus fréquemment utilisés. 11% pour les emails, 9.2% pour les blogs, 7.5% pour la messagerie instantanée (QQ, MSN etc.) et lâ même proportion pour les jeux en ligne.

Source 168.fr