Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: suisse

Le futur Icann pourrait-il s’installer à Genève ?

Selon Frédéric Riehl, le chef de la délégation suisse au sommet NETmundial à Sao Paulo, Genève aurait tous les atouts pour accueillir le siège du futur organe chargé de surveiller la gestion d’internet.

A Sao Paulo, le sommet NETmundial a accueilli 900 participants. Alors que les Etats-Unis avaient annoncé le mois dernier vouloir effectuer à partir de 2015 un transfert de pouvoir de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), l’organisme chargé de l’attribution des noms de domaines au niveau mondial, cette question n’a pas été abordée formellement. Mais selon l’ATS qui cite le chef de la délégation suisse et directeur adjoint de l’Office fédéral de la communication (OFCOM), Frédéric Riehl, des contacts informels ont été pris avec les autres participants.

Frédéric Riehl estime d’ailleurs que plusieurs éléments plaident en faveur de Genève pour l’attribution du siège de la future entité. Il parle notamment du cadre légal et de la neutralité de la Suisse. Le fait que Genève accueille aussi le siège de l’Union internationale des télécommunications (UIT) plaise aussi en sa faveur, même si, toujours selon l’ATS, son secrétaire général, Hamadoun Touré, n’a pas ambition à gérer internet au niveau mondial.

Auteur: Hélène Lelièvre

Source: lemondeinformatique.fr

La Suisse ne veut plus être confondue avec la Chine

BERNE, Switzerland – La Suisse ne veut plus être confondue avec la Chine. La Confédération a déposé un dossier de candidature pour adopter l’extension « .swiss » sur Internet car de nombreux étrangers interprétaient « .ch » comme l’abréviation de « Chine ».

L’extension de la Chine est « .cn ».

Le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) a annoncé mercredi qu’il avait présenté sa demande auprès de la société chargée de gérer les noms de domaine au niveau mondial, l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers).

Le gouvernement veut par la même occasion défendre les intérêts du pays et éviter toute monopolisation ou usage abusif par des tiers de la dénomination géographique « Suisse ». Le nom de domaine générique « .swiss » permettra notamment de soutenir et promouvoir la visibilité de la Suisse aux niveau international, économique, culturel ou institutionnel.

Aujourd’hui, n’importe qui peut enregistrer depuis n’importe où un nom de domaine se terminant par « .ch » sans avoir à prouver qu’il existe un lien avec la Suisse. L’ICANN ne rendra aucune décision sur l’attribution des nouveaux noms de domaine avant le printemps 2013. AP

Source: 985fm.ca

Plus de 1,5 million d’adresses en .ch

Switch a annoncé le passage d’un nouveau cap dans l’attribution de ses noms de domaines.

Le site web d’une institutrice d’école primaire zurichoise a eu l’honneur d’être la 1,5 millionième adresse enregistrée l’organe chargé de la gestion des extensions en .ch.

Elle y fait la promotion de son livre pour enfants qui vient de paraître et qui parle de buffles, Indiens et d’un certain Luca.

Les trois premiers noms de domaine de Suisse ont été enregistrés il y a presque 25 ans: cern.ch, eth.ch et switch.ch. En 2007, le nombre d’adresses .ch passait le cap du million, rappelle Switch

Selon une étude actuelle de VeriSign, le service d’enregistrement des adresses .com et .net, il y a à peu près 200 millions de noms de domaine dans le monde.

Source: 20mn.ch

Feu libre sur les pirates Internet

La société Switch qui est responsable de la gestion des noms de domaine suisse (.ch) et qui fournit des services aux hautes écoles va renforcer la lutte contre le piratage sur Internet. Switch bloquera toutes les adresses utilisées pour des opérations de cybercriminalité. Ces adresses seront bannies du réseau suisse.

A partir de lundi, Switch bloquera toutes les adresses utilisées pour des opérations de « phishing » (voir ci-contre) ou de diffusion de virus. Ces adresses seront bannies du réseau afin de mieux lutter contre la criminalité informatique, a annoncé lundi Switch,  la fondation qui est chargée d’enregistrer les noms de domaine finissant en « .ch » depuis 2003.

Sites suisses peu risqués

Environ 5% des sites web sont considérés comme dangereux sur le plan mondial. Pour les noms de domaine suisse (.ch) les risques sont évalués à 0,2%, alors que pour les adresses du Cameroun (.cm), c’est 37%! Aller sur ces sites web, c’est courir le risque d’être la cible d’une opération de piratage informatique, selon une étude de McAfee (fournisseur d’anti-virus).

Switch a mis sur pied une équipe qui va protéger tous les usagers du cyberespace helvétique. Toutefois, cette équipe,  nommée Switch-CERT ne pourra agir que sur les opérations cybercriminelles suisses. Elle va utiliser les bases de données de la confédération en matière de sécurité informatique (MELANI). Le Conseil fédéral avait modifié en novembre l’ordonnances ad hoc afin de permettre à SWITCH de procéder à des blocages de sites.

Spam, Phishing, Hoax, Virus (voir ci-contre), ces noms barbares désignent les nouveaux types d’attaques informatiques sur Internet. Tous les ans, cela représente des millions de francs de perte pour l’économie suisse. Dans une étude de la Confédération, on estime que 70% des entreprises ont leur infrastructure informatique attaquée chaque année.

Source: TSR.ch