Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Feu libre sur les pirates Internet

La société Switch qui est responsable de la gestion des noms de domaine suisse (.ch) et qui fournit des services aux hautes écoles va renforcer la lutte contre le piratage sur Internet. Switch bloquera toutes les adresses utilisées pour des opérations de cybercriminalité. Ces adresses seront bannies du réseau suisse.

A partir de lundi, Switch bloquera toutes les adresses utilisées pour des opérations de « phishing » (voir ci-contre) ou de diffusion de virus. Ces adresses seront bannies du réseau afin de mieux lutter contre la criminalité informatique, a annoncé lundi Switch,  la fondation qui est chargée d’enregistrer les noms de domaine finissant en « .ch » depuis 2003.

Sites suisses peu risqués

Environ 5% des sites web sont considérés comme dangereux sur le plan mondial. Pour les noms de domaine suisse (.ch) les risques sont évalués à 0,2%, alors que pour les adresses du Cameroun (.cm), c’est 37%! Aller sur ces sites web, c’est courir le risque d’être la cible d’une opération de piratage informatique, selon une étude de McAfee (fournisseur d’anti-virus).

Switch a mis sur pied une équipe qui va protéger tous les usagers du cyberespace helvétique. Toutefois, cette équipe,  nommée Switch-CERT ne pourra agir que sur les opérations cybercriminelles suisses. Elle va utiliser les bases de données de la confédération en matière de sécurité informatique (MELANI). Le Conseil fédéral avait modifié en novembre l’ordonnances ad hoc afin de permettre à SWITCH de procéder à des blocages de sites.

Spam, Phishing, Hoax, Virus (voir ci-contre), ces noms barbares désignent les nouveaux types d’attaques informatiques sur Internet. Tous les ans, cela représente des millions de francs de perte pour l’économie suisse. Dans une étude de la Confédération, on estime que 70% des entreprises ont leur infrastructure informatique attaquée chaque année.

Source: TSR.ch