Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: sex

Christian group opposes .sex, .porn, .adult

Morality In Media, one of the groups that fought the approval of .xxx for years, has launched a letter-writing campaign against the proposed .sex, .porn and .adult top-level domains.

ICANN has received a couple dozen comments of objection to the three gTLDs over the last couple of days, apparently due to this call-to-arms.

Expect more. MIM was one of the main religion-based objectors to .xxx, responsible for crapflooding ICANN with thousands of comments in the years before the gTLD was approved.

Now that .xxx has turned out to be less successful than ICM Registry hoped, MIM feels its key belief on the subject — that porn gTLDs lead to more porn — has been vindicated.

MIM president Patrick Trueman wrote in one of his comments:

« During the years of this fight against the .xxx domain, we said many times that the establishment of a .xxx domain would increase, not decrease the spread of pornography on the Internet, causing even more harm to children, families and communities, and make ICANN complicit in that harm.

That prediction has been fulfilled because the porn sites on the .com domain have not vacated the .com and moved to .xxx. Rather, as we have seen, the .xxx has just added thousand of additional porn sites on the Internet and .com porn sites stayed put. ICANN bears responsibility for this. The .xxx was not needed. »

For some reason, the complaints are only leveled at the three ICM Registry subsidiaries that are applying for porn-themed gTLDs, and not the other .sex applicant.

Uniregistry’s application for .sexy has not been targeted.

And MIM has apparently not read the applications it is complaining about; its call to action complains about non-porn companies having to pay “protection money” to defensively register in .sex.

However, the three ICM bids explicitly contemplate an extensive grandfathering program under which all current defensive registrations in .xxx would be reserved in .sex, .porn and .adult.

Source: domainincite.com

.XXX registry in .porn, .adult, .sex extension grab bid

Exclusive ICM Registry, which runs the controversial .xxx top-level domain, today revealed that it has applied to ICANN for the gTLDs .porn, .sex and .adult.

The Florida-based company hopes to avoid « shakedown » accusations this time around – last year it faced severe criticism and a lawsuit when it raked in millions of dollars in defensive registration fees from companies buying .xxx addresses for their brands before cyber-squatters got hold of them.

Under ICM’s proposal to ICANN, anybody owning a .xxx domain name by a certain cut-off date will have the matching .porn, .sex and .adult address automatically reserved.

Porn sites and trademark owners would not have to pay two, three or four times just to defensively re-register their brands, in other words. If you already owned example.xxx, you’d get example.porn, example.sex and example.adult automatically put aside for free.

However, ICM said it would charge a « nominal fee » to cover its costs if customers decided to activate and use their reserved domains. The exact price to buyers would be set by its registrar partners (companies such as Go Daddy and eNom), but ICM president Stuart Lawley told us ICM’s cut would be a « small fraction » of the $60 a year it charges for .xxx addresses.

« We chose to submit applications for additional TLDs to spare .XXX participants from needless expense and to ensure the TLDs will be run in the same trustworthy and appropriate ways that .XXX is today,” he said in a statement.

ICM said it has already invested almost $2m (£1.25m) in the three applications; $550,000 of which will have been blown on the ICANN application fee.

But the company is by no means guaranteed approval. One or more of its proposed gTLDs are likely to be contested by other applicants, possibly entities from the same parts of the porn industry that objected so hard to, and continue to oppose, .xxx.

The irony of today’s news is that ICM is having to reinvest some of the profits it made from defensive .xxx registrations to try to defend its de facto monopoly on porn-centric gTLD strings.

The .xxx gTLD has been criticised by pornographers due to its relatively high fees and for its promise to introduce policies that could restrict how .xxx domains are used. Now would-be competitors have the chance to offer a cheaper and unrestricted .sex or .porn domains and eat ICM’s lunch.

ICANN plans to announce the full list of gTLD applications, possibly including other porn-oriented strings, on 30 April. Its deadline for submitting applications is today and the next opportunity to apply is not expected for at least a few years.

Government veto looms

The first approved gTLDs are expected to go live in 2013 after a lengthy ICANN evaluation and objection process. There is a significant possibility that .sex, .porn and .adult will be hit by the same official objections as .xxx from the porn industry, religious groups, and governments, which could hamper their chances of approval.

ICM first applied for .xxx in late 2000, but due to continuing scandals ICANN did not approve its bid until March last year.

National governments working through ICANN’s Governmental Advisory Committee (GAC) strongly resisted the adults-only gTLD last year, but the weaselly way their objection was worded gave ICANN’s board of directors the ability to approve it regardless.

This time around, ICANN’s new rules give far greater powers to the GAC to have a new gTLD application rejected if one or more governments don’t like it. If the GAC can find consensus against a given application, its powers almost amount to a veto.

ICM says it already has about 215,000 .xxx domain names under management. However, at least a quarter of those are believed to be defensive registrations filed by non-porn companies during the company’s so-called Sunrise B process last October.

Under Sunrise B, companies could pay a one-time fee (of which ICM received $162) to have their trademarked brands taken off the .xxx market. Tens of thousands of names were blocked in this way, all of which now resolve to a standard ICM-owned placeholder page.

While it looked like a shakedown to many, the Sunrise B concept is now being advocated for all gTLDs by some members of ICANN’s intellectual property lobby. Nevertheless, ICM and ICANN are being sued under US antitrust laws by Manwin Licensing, the company behind popular porn websites including YouPorn, Brazzers and Playboy.

Source: theregister.co.uk

Sex.eu actif au bout de cinq ans

Au terme d’un combat juridique de 5 ans, EURid, le gestionnaire du domaine de top level européen .eu, attribue quand même le nom de domaine sex.eu. Si rien n’a filtré à propos de qui se cache là derrière, il se pourrait qu’il s’agisse du premier demandeur de la période Sunrise.

Lors de la période Sunrise (entre le 7 décembre 2005 et le 6 avril 2006), les pouvoirs publics, titulaires de marques et particuliers qui bénéficiaient d’une forme de protection légale, étaient prioritaires pour l’enregistrement d’un nom de domaine .eu. Comme l’on pouvait s’y attendre, ce fut sex.eu qui fut l’objet du plus grand nombre de demandes, 280 pour être précis.

Depuis lors, plusieurs procès ont eu lieu, selon le registry européen EURid, en vue de déterminer qui allait devenir le propriétaire légitime du nom de domaine à connotation pornographique. Au bout de cinq ans, l’on voit le bout du tunnel, et maintenant qu’un jugement a été rendu par la cour d’appel de Bruxelles, sex.eu est enfin activé.

EURid insiste cependant sur le fait qu’il ne faut pas tirer de conclusions hâtives. D’une enquête propre, il ressort en effet que seul 0,4 pour cent de tous les sites web possèdent un caractère pornographique sur l’internet. “Ce résultat contredit l’idée que l’internet déborde de sites de ce genre”, apprend-on.

Europe de l’Est

Entre-temps, le nombre de noms de domaine .eu est en train de croître. Actuellement, 3,4 millions de noms ont été enregistrés, ce qui permet au domaine de top level européen d’occuper une jolie neuvième place dans le top 10 mondial des ‘principaux’ domaines de top level. Ces derniers temps, l’on assiste à une forte progression surtout dans des pays est-européens comme la Bulgarie et la Lituanie.

Auteur : Frederik Tibau
Source Datanews.be

Sex.com dans le livre des records

Le nom de domaine Sex.com a effectué son entrée dans le livre Guinness des records en tant que nom de domaine le plus cher au monde.

Sex.comPour la première fois enregistré en 1994 par le fondateur du site de rencontre match.com, Gary Kremen, le nom de domaine sex.com a été dérobé l’année suivante ( falsification de documents d’un registrar ) par un escroc du nom de Stephen Cohen qui a engrangé des millions de dollars avant d’être rattrapé par la justice.

En 2006, la société Escom a racheté sex.com à son propriétaire légitime pour un montant de 11,5 millions de dollars ( la somme de 14 millions de dollars a souvent été évoquée à tort ). Mais Escom n’a pas tenu ses engagements financiers dans les délais impartis. Sex.com devait ainsi faire l’objet d’une vente aux enchères en mars 2010 avec un prix de départ fixé à 1 million de dollars.

Un jour avant son début, les créanciers d’Escom ont fait annuler cette vente aux enchères par crainte d’une perte de valeur. La patate chaude est alors revenue à Sedo, société spécialisée dans le second marché des noms de domaine. Une histoire décidément bien tumultueuse qui a fini par aboutir le 17 novembre 2010 à la vente pour 13 millions de dollars de sex.com.

Cette coquette somme vaut à sex.com le droit de figurer depuis le début de la semaine dans le livre Guinness des records. L’acquéreur est l’entreprise Clover Holdings basée à Saint-Vincent-et-les-Grenadines ( Antilles ). Treize millions de dollars pour… toujours un site parking qui affiche des liens sponsorisés.

Source : GNT

Le nom de domaine sex.com dans le Guinness des Records

Et le nom de domaine le plus cher au monde est… sex.com. L’adresse Internet, achetée pour 13 millions de dollars en novembre 2010 par une société basée dans les Caraïbes, Clover Holdings, vient de faire son entrée dans le Guinness des Records.

Sex.com devance largement les autres noms de domaine les plus populaires, comme vodka.com, cédé en 2006 pour 3 millions de dollars, pizza.com (2,6 millions) ou encore russia.com (1,5 million).

Au quatrième trimestre 2010, les noms de domaine dotés d’une extension en .com se sont négociés en moyenne à 5.753 dollars, selon le spécialiste de la vente d’adresses Internet, Sedo.

Source: Capital.fr

Sedo confirme la vente record de sex.com pour 13 millions de dollars US

COLOGNE, Germany, November 18, 2010 /PRNewswire/ — Le nom de domaine le plus célèbre du monde, sex.com, est avec un prix de vente de 13 millions de dollars US, devenu le nom de domaine le plus cher de l’histoire. C’est ce que confirme la première plateforme d’échange, Sedo GmbH, qui avait été mandatée en vue des négociations et a conclu la vente avec succès.

Les négociations de trois mois, pour lesquelles le titulaire Escom LLC nous avait mandatés consituent l’un des défis les plus passionants qu’il nous ait été donné de relever. commente Liesbeth Mack-de Boer, directrice de Sedo GmbH.

Les négociations autour du domaine, acheté par Escom LLC pour 11,5 millions de dollars US en 2006, se sont déroulées dans le cadre d’un procès d’insolvabiltié. Le Tribunal Californien des Faillites vient de confirmer le prix de vente et la vente.

Les 5 meilleures ventes publiques de domaines sont : Sex.com 13.000.000 dollars US Fund.com 9.999.950 dollars US Porn.com 9.500.000 dollars US Diamond.com 7.500.000 dollars US Slots.com 5.500.000 dollars US

A noter que Sex.co se trouve actuellement en vente.

Source: Sedo

Le nom de domaine Sex.com se vend pour 13 millions de dollars

Le fameux Sex.com a enfin été vendu hier. Déjà négocié en 2006 pour une somme avoisinant les 14 millions de dollars, le nom de domaine a de nouveau été mis en enchères il y a quelques mois. Son prix ? 13 millions de dollars environ. Finalement, le nom de domaine le plus cher du monde (après Business.com) n’a pas pris de valeur, mais n’en a pas perdu énormément non plus, malgré la « crise ».

Selon notre confrère anglais The Register, Escom LLC, le détenteur de Sex.com, a accepté l’offre de la société Clover Holdings Ltd. Cette dernière serait une entreprise basée dans l’archipel antillais Saint-Vincent-et-les-Grenadines d’après le Nouvel Obs.

« Les négociations ont nécessité beaucoup de temps et d’efforts des deux parties… [L’accord sur le prix de vente] représente des compromis des deux parties », a précisé Jeffrey Dulberg, l’avocat d’Escom.

Mais pourquoi vendre un nom de domaine si important ? La raison est simple : Escom est dans une mauvaise posture financière. En faillite, la vente de Sex.com a donc été accélérée afin de rembourser ses divers créanciers.

Cette acquisition de Sex.com devrait être finalisée et approuvée la semaine prochaine, le 27 octobre précisément.

Il ne serait pas étonnant, au regard de sa valeur, que Sex.com soit de nouveau mis en vente dans quelques années.

Pour rappel, voici quelques noms de domaines millionnaires :- Business.com : 345 millions de $

– Fund.com : 10 millions de $

– Porn.com : 9,5 millions de $

– Toys.com : 5,1 millions de $

– Vodka.com : 3 millions de $

– Pizza.com : 2,6 millions de $

– Call.com : 1,1 million de $

– Poker.org : 1 million de $

Source: Yahoo News

Top 10 des noms de domaine les plus chers du monde

Au moment où vous l’achetiez, vous vous disiez que c’était juste au cas où, sans même être sur d’en faire un site derrière. Et puis Internet a pris feu, et votre petit nom de domaine acheté 6 euros a fait de vous un homme riche. Tout ça pour un petit www.machintruc.com. Cette histoire est arrivée à peu de gens. Mais ceux là s’en rappellent encore, tous les matins quand ils ne vont plus au boulot.

  1. insure.com : vendu $16 millions (en 2009)
  2. sex.com : $14 millions (2006)
  3. fund.com : $9.99 millions (2008)
  4. porn.com : $9.5 millions (2007)
  5. business.com : $7.5 millions (1999)
  6. diamond.com : $7.5 millions (2006)
  7. beer.com : $7 millions (2004)
  8. israel.com : $5.8 millions (2004)
  9. casino.com : $5.5 millions (2003)
  10. toys.com : $5.1 millions (2009)

Source: the most expensive journal

Le nom de domaine sex.com est à vendre

Considéré comme le nom de domaine le plus connu sur internet, « sex.com » a été mis en vente. Une mise en vente rare pour un nom de domaine « de ce calibre. »

Le nom de domaine sex.com, considéré par des experts comme le plus connu de l’internet, est à vendre, a indiqué jeudi la société allemande spécialisée qui l’a mis en vente. « Il arrive très rarement qu’un domaine internet de ce calibre soit mis en vente », a souligné la firme Sedo, première plate-forme mondiale d’achat-vente de noms de domaines. « La vente de sex.com offre au nouvel acquéreur une opportunité de devenir numéro un sur le marché », ajoute dans un communiqué Liesbeth Mack-de Boer, la patronne de Sedo.

La page, dont le nom est le « mieux valorisé » au monde d’après Sedo, et qui avait déjà changé de propriétaire en 2006 pour 12 millions de dollars en 2006 (9,8 millions d’euros selon le cours actuel), devait être vendue aux enchères il y a quelques mois, selon le communiqué. Mais les créanciers du propriétaire actuel, l’Américain Escom LLC, avaient stoppé le processus, craignant que la page ne soit cédée pour un montant inférieur à sa valeur.

Dans le passé, d’autres domaines ont changé de mains pour des sommes exorbitantes, tels que vodka.com dont le prix de vente a atteint trois millions de dollars, celui de kredit.de 892.500 euros et poker.org un million de dollars, selon Sedo.

Source: LeSoir.be

Sex.com, un cher nom de domaine !

Depuis, ce record a été battu par l’adresse insure.com, pour laquelle QuinStreet a payé 16 millions de dollars en octobre dernier. En 2007 et en 2008, les sites porn.com et fund.com avaient quant à eux rapporté respectivement 9,5 millions et 10 millions de dollars, ce qui en fait les 4e et 3e noms de domaine les plus coûteux au monde. Mais d’ici quelques semaines, sex.com pourrait récupérer la première place. Le 18 mars, l’adresse sera remise en vente, aux enchères, dans un cabinet d’avocats à New York. Rien que pour pouvoir participer, les candidats acquéreurs doivent déposer sur la table un chèque certifié de 1 million de dollars.

Mais la plupart des observateurs estiment que la vente n’atteindra peut-être pas les sommets espérés. Il est vrai que Escom, qui croule sous les dettes, n’a jamais réussi à rentabiliser le nom de domaine pour lequel elle avait cassé sa tirelire…

La faute notamment aux innombrables sites porno gratuits et payants qui pullulent sur le Net, faisant en sorte que gagner sa vie dans le sexe virtuel n’est pas forcément aussi facile qu’il n’y paraît…

Source: TendanceTrends.be
Auteur: MVO