Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: porn

Christian group opposes .sex, .porn, .adult

Morality In Media, one of the groups that fought the approval of .xxx for years, has launched a letter-writing campaign against the proposed .sex, .porn and .adult top-level domains.

ICANN has received a couple dozen comments of objection to the three gTLDs over the last couple of days, apparently due to this call-to-arms.

Expect more. MIM was one of the main religion-based objectors to .xxx, responsible for crapflooding ICANN with thousands of comments in the years before the gTLD was approved.

Now that .xxx has turned out to be less successful than ICM Registry hoped, MIM feels its key belief on the subject — that porn gTLDs lead to more porn — has been vindicated.

MIM president Patrick Trueman wrote in one of his comments:

« During the years of this fight against the .xxx domain, we said many times that the establishment of a .xxx domain would increase, not decrease the spread of pornography on the Internet, causing even more harm to children, families and communities, and make ICANN complicit in that harm.

That prediction has been fulfilled because the porn sites on the .com domain have not vacated the .com and moved to .xxx. Rather, as we have seen, the .xxx has just added thousand of additional porn sites on the Internet and .com porn sites stayed put. ICANN bears responsibility for this. The .xxx was not needed. »

For some reason, the complaints are only leveled at the three ICM Registry subsidiaries that are applying for porn-themed gTLDs, and not the other .sex applicant.

Uniregistry’s application for .sexy has not been targeted.

And MIM has apparently not read the applications it is complaining about; its call to action complains about non-porn companies having to pay “protection money” to defensively register in .sex.

However, the three ICM bids explicitly contemplate an extensive grandfathering program under which all current defensive registrations in .xxx would be reserved in .sex, .porn and .adult.

Source: domainincite.com

.XXX registry in .porn, .adult, .sex extension grab bid

Exclusive ICM Registry, which runs the controversial .xxx top-level domain, today revealed that it has applied to ICANN for the gTLDs .porn, .sex and .adult.

The Florida-based company hopes to avoid « shakedown » accusations this time around – last year it faced severe criticism and a lawsuit when it raked in millions of dollars in defensive registration fees from companies buying .xxx addresses for their brands before cyber-squatters got hold of them.

Under ICM’s proposal to ICANN, anybody owning a .xxx domain name by a certain cut-off date will have the matching .porn, .sex and .adult address automatically reserved.

Porn sites and trademark owners would not have to pay two, three or four times just to defensively re-register their brands, in other words. If you already owned example.xxx, you’d get example.porn, example.sex and example.adult automatically put aside for free.

However, ICM said it would charge a « nominal fee » to cover its costs if customers decided to activate and use their reserved domains. The exact price to buyers would be set by its registrar partners (companies such as Go Daddy and eNom), but ICM president Stuart Lawley told us ICM’s cut would be a « small fraction » of the $60 a year it charges for .xxx addresses.

« We chose to submit applications for additional TLDs to spare .XXX participants from needless expense and to ensure the TLDs will be run in the same trustworthy and appropriate ways that .XXX is today,” he said in a statement.

ICM said it has already invested almost $2m (£1.25m) in the three applications; $550,000 of which will have been blown on the ICANN application fee.

But the company is by no means guaranteed approval. One or more of its proposed gTLDs are likely to be contested by other applicants, possibly entities from the same parts of the porn industry that objected so hard to, and continue to oppose, .xxx.

The irony of today’s news is that ICM is having to reinvest some of the profits it made from defensive .xxx registrations to try to defend its de facto monopoly on porn-centric gTLD strings.

The .xxx gTLD has been criticised by pornographers due to its relatively high fees and for its promise to introduce policies that could restrict how .xxx domains are used. Now would-be competitors have the chance to offer a cheaper and unrestricted .sex or .porn domains and eat ICM’s lunch.

ICANN plans to announce the full list of gTLD applications, possibly including other porn-oriented strings, on 30 April. Its deadline for submitting applications is today and the next opportunity to apply is not expected for at least a few years.

Government veto looms

The first approved gTLDs are expected to go live in 2013 after a lengthy ICANN evaluation and objection process. There is a significant possibility that .sex, .porn and .adult will be hit by the same official objections as .xxx from the porn industry, religious groups, and governments, which could hamper their chances of approval.

ICM first applied for .xxx in late 2000, but due to continuing scandals ICANN did not approve its bid until March last year.

National governments working through ICANN’s Governmental Advisory Committee (GAC) strongly resisted the adults-only gTLD last year, but the weaselly way their objection was worded gave ICANN’s board of directors the ability to approve it regardless.

This time around, ICANN’s new rules give far greater powers to the GAC to have a new gTLD application rejected if one or more governments don’t like it. If the GAC can find consensus against a given application, its powers almost amount to a veto.

ICM says it already has about 215,000 .xxx domain names under management. However, at least a quarter of those are believed to be defensive registrations filed by non-porn companies during the company’s so-called Sunrise B process last October.

Under Sunrise B, companies could pay a one-time fee (of which ICM received $162) to have their trademarked brands taken off the .xxx market. Tens of thousands of names were blocked in this way, all of which now resolve to a standard ICM-owned placeholder page.

While it looked like a shakedown to many, the Sunrise B concept is now being advocated for all gTLDs by some members of ICANN’s intellectual property lobby. Nevertheless, ICM and ICANN are being sued under US antitrust laws by Manwin Licensing, the company behind popular porn websites including YouPorn, Brazzers and Playboy.

Source: theregister.co.uk

Un espace réservé sur le web pour les sites classés X

Les sites Web à caractère pornographique devront utiliser le suffixe «.xxx». Les associations de familles redoutent la création d’«une zone de non droit».

Les sites classés X vont avoir leur espace réservé sur Internet. Stuart Lawley, le PDG de l’entreprise britannique ICM Registry peut donc se frotter les mains. Son opiniâtreté a fini par payer. Son entreprise est autorisée à vendre les adresses Internet pour des sites réservés aux adultes. Comme les sites français terminent en «.fr » ou ceux commerciaux finissent en «.com », les sites Web à caractère pornographique devront utiliser le suffixe «.xxx». La société ICM Registry revendique depuis une dizaine d’années ce monopole mondial sur Internet. Cette autorisation lui a été accordée, la semaine dernière, à San Francisco, par l’Icann, l’instance responsable du nommage des sites Web, contrôlée par le ministère américain du Commerce.

Les discussions n’ont pas manqué de sel. L’un des opposants à la création d’un «ghetto» pour l’industrie pornographique fut l’avocat de Larry Flint, patron du groupe éponyme qui publie notamment le magazine Hustler. Dans son ensemble, l’industrie pornographique est hostile à la mise à l’index de leurs sites sur Internet, sous le suffixe «.xxx». De leurs côtés, les associations de familles sont également opposées : elles redoutent la création d’«une zone de non droit».

La protection des mineurs renforcée

Toutefois, grâce à un espace réservé, les mécanismes de filtrage, par les fournisseurs d’accès Internet ou les logiciels de navigation seront facilités. La protection des mineurs devrait être renforcée. Malgré ces risques, les entreprises devront tout de même adhérer au mécanisme du «.xxx » qui sera un dénominateur commun. Sinon, elles risquent de se faire chiper les noms de domaine par leurs concurrents ad vitam eternam.

L’autorisation du «.xxx» arrive après d’incroyables péripéties. «Stuart Lawley a dû dépenser plusieurs dizaines de millions de dollars en frais d’avocats et en lobbying», estime un bon connaisseur du dossier. En 2005, l’Icann donne son feu vert à un nom de domaine spécifique aux sites pornographiques, mais la décision tarde à entrer en vigueur. «Sous la pression politique du Congrès aux États-Unis et du gouvernement américain, en 2006, l’Icann est revenue sur sa décision», ajoute un expert.

«Le conseil d’administration de l’Icann, pour de nombreuses raisons, a rejeté la demande en mars 2007», précise la société ICM Registry. Elle a obtenu, après l’arbitrage d’un panel d’experts, gain de cause en février 2010. La semaine dernière, après avoir longtemps hésité, l’instance américaine a donc dû autoriser les «.xxx ». Toutefois, la société ICM Registry, qui doit encaisser environ une cinquantaine d’euros -mais les prix ne sont pas encore communiqués- par site Internet et par an, a ouvert les réservations gratuites pour les sites pornographiques qui ne veulent pas laisser filer le marché du commerce du X sur Internet. ce mercredi, elle avait reçu des réservations pour 340.000 noms.

Source: le Figaro

Amour sous X

Alors que les noms de domaine en .xxx ou .gay s’apprêtent à débarquer sur la Toile, l’éditeur de sites de rencontre AGL lance un nouveau portail. Avec une approche tout en pudeur.

Alors que l’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) s’apprête à voter le 18 mars 2011 sur le lancement de l’extension de domaine .xxx et .gay, les groupements religieux s’opposent de manière virulente aux sulfureux suffixes. Même rejet de la part des ténors de l’industrie américaine du porno qui devraient manifester demain à San Francisco pour protester contre ces nouvelles extensions. Les pros du divertissement pour adultes craignent en effet une censure accrue et des blocages intempestifs de leurs sites…

Des rencontres normales. En France, Vincent Hutin regarde ces excitations d’un oeil amusé. Le président du groupe AGL, qui édite des sites de ventes d’objet d’arts comme Auction.fr et de données financières avec Verif.fr, génère tout de même près de 85% des 8 millions d’euros de son chiffre d’affaires grâce aux sites de rencontre. Ici, rien de porno, que du soft sympa. Du mythique Ulla.com à l’ambigu Cum.fr en passant par Serencontrer.com, les adresses internet du groupe jouent plutôt la carte célibat soft. Mieux, Vincent Hutin revendique la transparence dans cette galaxie où opaque rime le plus souvent avec arnaque.

Et des applis à la pelle. « La rencontre peut aussi être le fait de gens normaux, martèle le centralien quadra, ancien patron de Débitel et « serial start-upeur » dans la téléphonie mobile. A l’opposé d’un Gleeden ou d’un Cougar, nos services en ligne sont sains et honnêtes. » Pour enfoncer le clou plus profond, AGL s’apprête à ressortir des placards son Amour.com. Un nom de domaine qu’il avait longtemps gardé sous le coude comme une coquille vide et dont le lancement est prévu pour le printemps, entre poisson d’avril et lapins de Pâques. Objectif : s’en servir de marque ombrelle pour accueillir les six sites de rencontres édités par AGL. En parallèle, les services roses du groupe, déjà déclinés sur smartphone, devraient bientôt se travestir en applications iPhone et iPad. Il est vrai qu’avec amour ça passe toujours mieux.

Source: L’Entreprise

L’industrie du porno ne veut pas des domaines en .xxx, et appelle au boycott

L’industrie américaine du porno compte organiser une manifestation pour protester compte la mise en place des noms de domaine en .xxx par l’ICANN. La Free Speech Coalition (FSC), un regroupement de professionnels de l’industrie, devrait ainsi s’exprimer le 17 mars prochain à San Francisco.

L’industrie pornographie craint en effet que l’arrivée de l’extension .xxx sur le marché invite à la censure et au blocage intempestif des sites pornographiques, entraînant des pertes pour ce marché. Par ailleurs, beaucoup d’acteurs majeurs du secteur remettent également en cause les intérêts d’ICM Registry, à l’origine de la demande concernant l’extension .xxx, qui se soucierait plus de l’intérêt financier entrainé par l’arrivée de cette nouvelle appellation que part les répercussions qu’elle pourrait avoir pour l’industrie du X. « L’extension .xxx est une grave menace pour l’industrie du divertissement pour adulte, qui est déjà en crise » résume la responsable de la FSC, Diane Duke.

Dans un billet de blog élégamment baptisé « .xxx, it’s all bullshit ! » cette dernière appelle donc les opposants à la nouvelle extension à se rassembler devant un hôtel de San Francisco dans lequel l’ICANN, l’autorité en charge de valider les domaines, tiendra lui-même une conférence. La FSC craint en effet que l’ICANN entérine définitivement le .xxx la semaine prochaine : le cas échéant, la coalition appelle au boycott pur et simple de ce type d’extension. « ICM a expliqué à maintes reprises que son modèle économique repose sur un nombre compris entre 300 000 et 500.000 noms de domaines en .xxx » poursuit Diane Duke. « ICM a aujourd’hui enregistré un peu plus de 200 000 pré-réservations. Il ne coûte rien de pré-réserver un nom de domaine, et une fois l’heure du paiement venu, ce chiffre va diminuer » ajoute-t-elle. « Ajoutez à cela un boycott, et le .xxx pourrait échouer avant la fin de sa première année ».

Maintes fois repoussée, l’officialisation et la mise en place définitive de l’extension .xxx pourrait donc entrainer une nouvelle guerre sur la Toile, mettant en scène les principaux acteurs auxquels ce nouveau type de domaine était destiné. A suivre.

Source: Clubic.com

Création de l’extension reportée pour .XXX raisons…

Lors de la 39e réunion de l’organisation, l’Icann, organisme privé en Californie qui réglemente les noms de domaine de l’internet pour le monde entier, a reporté à une date ultérieure la création d’un nom de domaine spécifique pour les contenus pornographiques « .xxx ».

Très attendue par son propriétaire, la société ICM Registry qui en réclame la création depuis 2004, argue que l’industrie pornographique devrait pouvoir avoir sa propre extension en .XXX ! Argument ? « Un domaine exclusif pour les divertissements pour adultes a des avantages parce que cela permet un plus grand contrôle sur le contenu », a-t-il affirmé dans une interview à l’AFP.

Et cela mérite sans doute réflexion quand on apprend selon les chiffres de l’ONG espagnole, Internet Engagement social et Responsable, que la pornographie sur internet génèrerait pas loin de 3.000 dollars (2.266 euros) par seconde dans le monde, et que le terme « sexe » serait à lui seul responsable d’un quart des recherches sur la toile !

Les raisons de ce report restent obscures, toutefois les porte-paroles de l’Icann ont cru bon de préciser que ce retard dans la création du nom de domaine n’était pas lié à des pressions de groupes religieux et conservateurs américains pour qui l’extension .XXX tendrait à banaliser la pornographie.

A suivre…

Source: LePost

Facebook attaque son double pornographique

Le réseau social attaque le site Faceporn qui « copie ouvertement le logo, le site et le ‘mur' ». Facebook réclame tous les revenus du site ainsi que le nom de domaine.

La site Faceporn


Facebook a décidé de poursuivre en justice le site pornographique Faceporn pour violation de propriété intellectuelle.

Le réseau social aux 500 millions d’inscrits explique que Faceporn « copie ouvertement le logo, le site et le ‘mur’ de Facebook ». En guise de « poke », les membres de Faceporn peuvent s’envoyer des « flirts ». Facebook réclame ainsi à que le créateur du site, Thomas Pederson, lui reverse l’intégralité de ses revenus et lui cède le nom de domaine.

Ouvert en avril dernier, Faceporn se définit comme un réseau social où les internautes peuvent « partager [leur] passion commune : le sexe et l’industrie du charme ». Toutefois, le site est inaccessible depuis la semaine dernière, indiquant « nous faisons de notre mieux pour revenir [avec un site] meilleur que jamais. Nous travaillons actuellement sur une nouvelle version et ce sera le meilleur site porno au monde« .

L’audience est attendue pour janvier 2011.

Source: Nouvel Obs

Top 10 des noms de domaine les plus chers du monde

Au moment où vous l’achetiez, vous vous disiez que c’était juste au cas où, sans même être sur d’en faire un site derrière. Et puis Internet a pris feu, et votre petit nom de domaine acheté 6 euros a fait de vous un homme riche. Tout ça pour un petit www.machintruc.com. Cette histoire est arrivée à peu de gens. Mais ceux là s’en rappellent encore, tous les matins quand ils ne vont plus au boulot.

  1. insure.com : vendu $16 millions (en 2009)
  2. sex.com : $14 millions (2006)
  3. fund.com : $9.99 millions (2008)
  4. porn.com : $9.5 millions (2007)
  5. business.com : $7.5 millions (1999)
  6. diamond.com : $7.5 millions (2006)
  7. beer.com : $7 millions (2004)
  8. israel.com : $5.8 millions (2004)
  9. casino.com : $5.5 millions (2003)
  10. toys.com : $5.1 millions (2009)

Source: the most expensive journal

L’industrie du porno craint d’être ghettoïsée par le « .xxx »

Au plus tard début 2011, les premiers noms de domaine en « .xxx » devraient apparaître sur internet. Mais les éditeurs de sites français sont dubitatifs. S’ils déclarent vouloir pré-réserver leurs noms de domaine, c’est plus pour lutter contre le cybersquatting que par conviction de son intérêt.

L’Icann, organisme californien qui gère les noms de domaine Internet pour le monde entier, a accepté fin juin d’étudier à nouveau la création d’une extension « .xxx » spécifiquement dédiée aux sites pornographiques, et rendra sa décision finale d’ici à la fin de l’année. Son arrivée est prévue pour début 2011, peut-être même avant. Une décision qui satisfait pleinement ICM Registry, société à l’origine de cette demande.

Depuis six ans, la société bataillait ferme afin d’obtenir l’approbation du Government Advisory Comittee, instance qui, au sein de l’Icann, regroupe l’ensemble des représentants des pays membres. Depuis sa première requête, en 2004, l’argumentaire de l’ICM Registry repose sur un constat des plus basiques : le sexe fait l’objet d’un développement spectaculaire sur la Toile avec quelque 370 millions de sites dédiés. Les chiffres notamment compilés aux Etats-Unis se passent de commentaires : chaque seconde, plus de 3.000 dollars sont dépensés sur des sites X dans le monde, 25% des recherches effectuées sur des moteurs de recherche sont liées au sexe, 35% des téléchargements concernent des contenus pornos, et le chiffre d’affaires mondial du X sur Internet approche les cinq milliards de dollars.

Zone à risque pour le e-commerce

Pour autant, cette industrie reste opaque. Les sites « officiels » ayant pignon sur rue côtoient des entités beaucoup plus louches, aux contours indistincts, et où les arnaques sont monnaie courante. Conséquence directe : outre une image sulfureuse, l’industrie du porno en ligne constitue encore une zone à risque pour le développement du commerce électronique. D’où l’idée de lui attribuer une extension dédiée, qui faciliterait le contrôle des sites l’utilisant, leur apportant du même coup une certaine crédibilité commerciale. Par ailleurs, le regroupement au sein d’une extension unique permettrait une plus grande efficacité des systèmes de filtrage pour la protection des mineurs et la lutte contre la pédophilie.

Stuart Lawley, patron d’ICM Registry, déclarait le mois dernier qu’il comptait déjà 112.000 acheteurs pré-enregistrés pour des adresses en .xxx, la plupart d’entre eux opérateurs de sites Internet pornographiques. Mais s’il s’attend visiblement à une explosion des pré-réservations suite à l’annonce de l’Icann, ce n’est pas forcément le signe d’une adhésion massive de la communauté du X aux arguments avancés par ICM Registry.

Les éditeurs de sites X français pas emballés

En France, au sein de la société de production Marc Dorcel, on reste dubitatif quant à la pertinence de cette nouvelle extension : « On l’utilisera, mais je ne suis pas sûr que cela ait un intérêt majeur, estime Ghislain Faribeault, responsable des nouveaux médias. De toute façon, nous avons acheté toutes les extensions possibles. Notre pré-réservation pour le .xxx est faite. Je n’ai pas envie qu’un Dorcel.xxx déposé par quelqu’un d’autre se ballade sur la Toile ». Le risque éventuel d’une exploitation de marque frauduleuse constitue visiblement un argument autrement plus sérieux que les raisons invoquées par ICM Registry.

Un sentiment partagé par Vincent Gresser, directeur général de la société de production Colmax, dont l’extension en .xxx est également réservée mais qui n’est pas certain de vouloir l’utiliser: « Son impact ne sera pas déterminant. Finalement, cela risque de ‘ghettoiser’ encore un peu plus une activité qui n’en pas besoin. Il existe différents types de contenus. Il ne faut pas tous les mettre dans le même panier en faisant un amalgame », juge-t-il.

Chez Rentabiliweb, groupe spécialisé sur la monétisation d’audience, on ne se sent guère concerné par cette initiative. Le site, qui a revendu les 9/10ème des sites de charme acquis lors du rachat du groupe Montorgueil pour n’en conserver que deux ou trois, s’estime « incompétent » en la matière : « Nous gagnons plus d’argent dans le jeu que dans l’adulte. Et, si d’aventure, quelqu’un nous prend une extension, nous lancerons une procédure. C’est tout. », rétorque-t-on au sein de Rentabiliweb.

D’autres acteurs se sentent un peu contraints et forcés de postuler. C’est le cas de Richard Fahl, le directeur général des Editions Concorde : « Sur le principe, je suis contre. C’est référencer l’industrie du X pour, à la première occasion, l’enfermer dans un ghetto. 70% des Français consomment régulièrement des films X, des sex toys ou de la lingerie coquine. Les mettre et nous mettre dans un ghetto n’est pas très agréable. D’un autre côté, nous avons affaire à des mastodontes sur ce marché. Donc oui, nous allons nous pré-enregistrer », explique-t-il.

Source: L’Expansion

ICANN : la création du .xxx décidée en décembre ?

L’Arliésienne continue pour le .xxx. En effet, si l’ICANN a validé le principe d’un tel nom de domaine, le parcours mouvementé de cette extension n’est pas encore tout à fait fini. Selon le calendrier de l’ICANN, la prochaine étape aura lieu en décembre prochain, lors d’une réunion en Colombie.

Jamais une extension de nom de domaine n’avait connu pareille histoire. Alors que beaucoup estimaient que l’ICANN allait profiter d’une réunion à Bruxelles pour mettre un terme aux péripéties du nom de domaine en .xxx, l’instance en charge de la gestion des noms de domaine a finalement repoussé le dossier à décembre. Une fois encore.

Plus exactement, le conseil d’administration de l’ICANN a validé le principe (.pdf) d’un tel nom de domaine. Ainsi, si les négociations vont pouvoir débuter avec ICM Registry, le contrat final devra être approuvé par le « Governmental Advisory Committee » (GAC), une instance regroupant les différents représentants des pays membres de l’ICANN.

Reste à savoir si tous les membres du GAC soutiendront la création d’un tel nom de domaine. Mais dans la mesure où les représentants viennent d’horizons et de pays différents, on imagine facilement qu’un telle extension sera source de controverse.

La prochaine réunion de l’ICANN aura lieu à Carthagène, en Colombie, du 5 au 10 décembre prochain. Par ailleurs, l’ICANN a validé la création des noms de domaine en caractère chinois. Cette décision fait suite aux précédentes manoeuvres de l’instance internationale, qui avait déjà autorisé les caractères arabes en mai dernier.

Source: Numerama