Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: enregistrement

Une étude 2010 des tendances de l’Internet mobile indique une explosion continue du contenu pour les téléphones portables

DUBLIN, October 21, 2010 /PRNewswire/ — dotMobi, la société à l’origine du nom de domaine Internet .mobi, la seule adresse Internet approuvée par l’ICANN, créée spécifiquement pour les contenus qui fonctionnent sur tous les téléphones portables, a annoncé aujourd’hui les grandes lignes de sa troisième étude annuelle sur les tendances Internet mobiles.

L’étude de Mobile Web Progress de dotMobi a examiné les sites Internet disponibles via les domaines Internet mondiaux les plus populaires et les plus utilisés : .com, .net, .org, .info et .mobi.

L’étude 2010 démontre que l’Internet mobile continue sa croissance mondiale explosive. L’étude 2008 a montré que 150 000 sites Internet sont prêts pour les téléphones portables, contre approximativement 3,01 millions de sites, représentant une croissance sur deux ans incroyable de 2 000%. Et ce niveau de croissance dépasse largement la croissance prématurée des PC.

Les analystes Internet de Netcraft ont découvert que, entre 1996 et 1998, la taille de l’Internet pour les ordinateurs de bureaux était passée de 150 000 sites à 2 millions de sites, un taux de croissance de seulement 1.333 pour-cent comparé à la croissance de 2 000 pour-cent de l’Internet mobile aux mêmes dates.

De nombreuses marques et sociétés se rendent compte que le mobile est une voie vitale et unique, et pas seulement une variation de l’Internet d’ordinateur en plus petit. Les grandes marques adoptent maintenant les stratégies Internet mobiles, mais nous avons quand même du chemin à parcourir, étant donné l’ubiquité des téléphones portables par rapport aux ordinateurs, a déclaré Trey Harvin, le PDG de dotMobi. Un rapport récent de Morgan Stanley a indiqué que l’Internet mobile est en train de grimper plus rapidement que l’Internet PC, et qu’il aura plus de portée que la plupart des gens ne le pensent. Les sociétés de toutes les tailles doivent se préparer pour le changement de la façon dont les gens accèderont aux contenus en utilisant l’Internet mobile.

Les propriétaires de petites entreprises doivent engager leur audience mobile grandissante comme ceux des grandes entreprises l’ont fait. Des outils tels que Dreamweaver et WordPress ont permis cela sur l’Internet PC en rendant la création de sites Internet rapide, facile et bon marché. Les développements tels que jQuery Mobile, DeviceAtlas et goMobi en font maintenant une possibilité pour l’Internet mobile, a ajouté Harvin.

Un gros plan sur les 500 000 plus grands sites d’Alexa

Pour mieux comprendre comment les sites Internet les plus populaires au monde s’adaptent aux téléphones portables, dotMobi a regardé de plus près les 500 000 plus grands sites Internet selon Alexa, la société d’intelligence d’Amazon.com.

Parmi les 1 000 plus grands sites d’Alexa, 40,1 pour-cent de tous les sites sont compatibles avec des téléphones portables. Ces sites représentent les propriétés Internet les plus populaires au monde, comme Google, Facebook et Yahoo!

Au-delà des 1 000 plus grands sites, la compatibilité mobile est toujours forte mais elle n’est pas aussi étendue. Sur les 10 000 plus grands sites d’Alexa, 29,7 pour-cent fonctionnent très bien sur les téléphones mobiles. Une fois les données élargies pour inclure les 500 000 plus grands sites, le nombre total de sites compatibles à la téléphonie mobile tombe à 19,3 pour-cent.

Le directeur de l’ingénierie de dotMobi, Ronan Cremin, a déclaré, L’étude démontre que les applications sont en passe de devenir une partie de stratégie Internet mobile plutôt que la stratégie par elle-même. Alors que certaines marques créent des applications individuelles pour plateformes multiples telles que iOS, Android et BlackBerry, les sociétés choisissent de plus en plus une solution Internet mobile pour leur contenu, 1 000 des plus grands sites d’Alexa l’ont déjà fait.

Alors que plus d’outils arrivent sur le marché et que le soutien HTML5 s’étend de plus en plus, les applications Internet mobiles vont supplanter la plupart de ces applications originales . Les marques peuvent maintenant créer une seule présence Internet mobile qui fonctionne sur tous les téléphones portables sans les limitations, les coûts ou les soucis d’entretien des plateformes d’applications multiples. L’Internet mobile vous laisse aborder tous vos clients mobiles, par seulement ceux qui possèdent des iPhones ou des Android, a ajouté Cremin.

Les entreprises qui se sont concentrées sur des expériences mobiles agréables et sur les sites compatibles avec la téléphonie mobile ont maintenant de solides avantages pour les visiteurs, les ventes, et la fidélité du consommateur, a déclaré Harvin, Et ces avantages ont déjà un impact positif sur les ventes de leurs sites de bureaux.

À propos de dotMobi

dotMobi, dont le siège social se trouve à Dublin, est un leader mondial du développement et de la découverte de contenu mobile de qualité par l’intermédiaire de services novateurs, aidant ainsi les entreprises et les particuliers à joindre les milliards d’utilisateurs de téléphones portables dans le monde. dotMobi encourage l’innovation dans l’industrie du mobile en donnant aux fournisseurs de contenu les outils dont ils ont besoin pour permettre d’accéder à du contenu Web sur des téléphones portables, et ce avec rapidité, précision et efficacité.

– Consultez http://dotMobi.mobi pour des informations sur les domaines .mobi et tous les services dotMobi. – Consultez http://mobiForge.com et http://goMobi.info pour le développement et les services du site mobile. – Consultez http://mobiThinking.com pour des informations et services de marketing mobile. – Bien sûr, utilisez les équivalents .mobi de ces sites pour garantir une expérience de qualité sur votre téléphone portable. Et consultez le blog de dotMobi blog sur http://blog.mobi.

Source : DotMobi

183000 noms de domaine .XXX préréservés chez ICM Registry

Il y a quelques mois, l’ICANN qui gère, régule et administre Internet (pour faire simple) a donné son accord au lancement d’une extension en .XXX. Évidement tournée vers l’industrie du porno, cette particule ultra parlante fait l’objet de nombreuses tractations. D’un côté les  »pour » qui y voient un moyen de clarifier les choses et développer encore plus le business et de l’autre, les  »contre » qui considèrent qu’accepter une telle extension serait comme reconnaitre l’existence et la légitimité d’une telle économie (choking!!). Quoi qu’il en soit, le projet est plus ou moins sur les rails et la société qui s’est vu accorder le droit de gérer la vente des NDD par l’ICANN a déjà lancé les opérations avant même l’accord final (qui doit venir du gouvernement américain). Tablant sur une ouverture au premier trimestre 2011, ICM Registry propose donc de préréserver des noms de domaine. Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’emballement est total puisqu’il y a déjà plus de 183 000 noms prédéposés. C’est tout simplement du jamais vu. Si vous êtes intéressés par ce marché, dépêchez-vous. Il n’y a que 2 contraintes, posséder l’équivalent du nom de domaine visé en .com ou autre et réserver moins de 1000 noms. A vous de jouer maintenant.

Source: LOL.net

L’ACEI annonce le lancement d’un système d’enregistrement .CA rationalisé qui porte l’expérience client à un nouveau sommet

OTTAWA, le 13 oct. /CNW/ – Désormais, pour les Canadiens et les Canadiennes, il est plus facile que jamais d’enregistrer et de maintenir les noms de domaine .CA. L’Autorité canadienne pour les enregistrements Internet (l’ACEI) lance aujourd’hui son système d’enregistrement de noms de domaine restructuré et rationalisé, soit le système permettant aux registraires – les entreprises qui enregistrent des noms de domaine – de communiquer avec la base de données du registre .CA. Ce remaniement actualise et simplifie avec efficacité chaque aspect du registre, qu’il s’agisse de ses processus technologiques, de ses politiques ou de ses pratiques commerciales.

En menant à bien le plus vaste projet de son histoire, l’ACEI a remplacé son système d’enregistrement actuel par un système fondé sur l’EPP, aujourd’hui la norme au sein de l’industrie. Ce remaniement est le résultat de près de deux ans de travaux auxquels presque tous les employés de l’ACEI ont participé.

« L’ACEI en est actuellement à sa dixième année de gestion du domaine .CA. Alors que nous approchions des 1,5 million de noms de domaine .CA enregistrés, nous savions que le moment était venu d’investir dans nos systèmes, notre personnel, nos processus et notre infrastructure technique », a déclaré Byron Holland, président et chef de la direction de l’ACEI. « Grâce au nouveau système, l’ACEI exploite maintenant un registre de niveau international. Non seulement avons-nous été en mesure de simplifier nos politiques et processus, mais nous y sommes parvenus, conformément aux attentes des Canadiens et des Canadiennes, tout en préservant la sécurité du système. »

Alors que les politiques et le nouveau système sont mis en œuvre intégralement, l’ACEI est maintenant en mesure de cesser ses interventions à l’égard de plusieurs transactions effectuées au quotidien. À présent, comme les renouvellements annuels sont automatisés, vous n’avez plus à craindre de perdre votre nom de domaine en cas d’oubli. La plupart des transactions seront gérées par les registraires accrédités par l’ACEI, lesquels ont récemment terminé un processus d’accréditation pour nous assurer qu’ils sont en mesure d’offrir le meilleur des services à la clientèle aux titulaires de noms de domaine .CA.

« Nous avons rationalisé les transactions les plus courantes en matière de noms de domaine .CA, ce qui améliore grandement, et dès à présent, l’expérience client, a affirmé Byron. Nous avons aussi renforcé le soutien à nos partenaires, soit aux entreprises qui assurent régulièrement la prestation de services auprès des clients de .CA. À présent, le processus entier d’acquisition et de maintien d’un nom de domaine .CA comptera au nombre des plus efficaces au monde. »

Pour obtenir plus de renseignements au sujet du nouveau registre .CA et sur son incidence sur les titulaires de noms de domaine.CA, veuillez consulter le http://www.cira.ca/fr-ca-faq-10-12.

À propos de l’ACEI

L’Autorité canadienne pour les enregistrements Internet (l’ACEI) est l’organisme qui gère le registre canadien des noms de domaine .CA, élabore et met en œuvre des politiques à l’appui de la communauté Internet du Canada et représente le registre .CA sur le plan international.

Source: CNW

Deux sénateurs américains s’attaquent à la contrefaçon sur l’Internet

Le 20 septembre 2010, les sénateurs Patrick Leahy et Orin Hatch ont déposé une proposition de loi visant à combattre les atteintes aux droits et les contrefaçons en ligne via l’Internet (« The Combating Online Infringement and Counterfeits Act »), offrant ainsi au Département de la Justice un outil de taille pour lutter contre les infractions sur l’Internet.

Comme l’explique le sénateur Leahy, « peu de choses sont plus importantes pour l’avenir de l’économie américaine que la protection des droits de la propriété intellectuelle ». Ainsi, pour tenter d’enrayer la perte de milliards de dollars et de milliers d’emplois, la proposition de loi permettrait de sanctionner des sites hébergés à la fois sur le territoire américain et à l’étranger.

–         Pour tout site hébergé aux Etats-Unis, le Département de la Justice pourra intenter une action civile à l’encontre d’un nom de domaine, en vue d’obtenir une décision judiciaire déclarant que ce dernier enfreint les droits de la propriété intellectuelle. Une fois une telle décision rendue, le Procureur Général pourra ordonner au bureau d’enregistrement le gel du nom de domaine litigieux. Parallèlement, une procédure contre le propriétaire lui-même du nom de domaine pourra être engagée.

–         Pour tout site hébergé à l’étranger, le Procureur Général pourra, à sa discrétion, s’attaquer aux tiers partenaires du site poursuivi, tels que les fournisseurs d’accès, les fournisseurs de solutions de paiement en ligne ou encore les réseaux publicitaires y diffusant leurs publicités. Ces derniers constituent des structures essentielles à la viabilité financière du site déclaré illégal. Le Procureur pourra non seulement exiger que ces tiers cessent tout contact commercial avec le site déclaré illégal, mais il pourra aussi réclamer un filtrage auprès des fournisseurs d’accès.

Rod Beckstrom, le président de l’ICANN, organisation de droit privé à but non lucratif chargée de la gestion des noms de domaine, pourrait émettre certaines réserves face à la proposition de loi. Dans son discours d’ouverture du Forum sur la gouvernance de l’Internet à Vilnius, il avait déjà mentionné les conséquences d’une telle législation en déclarant que « [s]i la gouvernance devait devenir le territoire privé d’États-nations, ou être capturée par d’autres intérêts quels qu’ils soient, nous perdrions les fondations du potentiel à long terme et de la valeur transformative d’Internet ». Considérant l’ICANN comme étant « un organisateur essentiel de l’avenir d’Internet », M. Beckstrom loue sa « forme unique de gouvernance basée sur le consensus : une perspective mondiale ; une prise de décision ascendante ; un contrôle décentralisé ; des processus transparents et inclusifs ; et une attention portée aux voix de la communauté à tous les niveaux ». Le pouvoir qu’octroierait la proposition de loi aux autorités américaines irait à l’encontre d’une telle idéologie et, par conséquent, de l’institution même de l’ICANN.

Cependant, à ce jour, la proposition de loi visant à ordonner le gel de noms de domaine est elle-même … gelée ! En raison des élections américaines de mi-mandat, son examen a été différé et ne pourra revenir devant le Congrès qu’après les élections de novembre. Une affaire qui reste donc à suivre.

Source: Dreyfus

Transformers 3 : Un titre et des photos

ComingSoon et SuperHeroHype ont donné quelques informations sur Transformers 3.

SuperHeroHype a mis en ligne des photographies prises sur le tournage de Transformers 3, actuellement en tournage au Kennedy Space Center (Floride) sous la direction de Michael Bay.

Parallèlement à cela, ComingSoon a découvert que l’adresse www.transformersdarksideofthemoon.com renvoyait vers le site de Michael Bay et que le nom de domaine avait été enregistré par www.michaelbay.com, l’un des producteurs de Transformers : La revanche (Transformers: Revenge of the Fallen).

Les noms de domaine TransformersTheDarkoftheMoon.com et TransformersTheDarkoftheMoonmovie.com ont également été récemment enregistrés.

Le titre de Transformers 3 sera-t-il Transformers : The Dark Side of the Moon, Transformers : The Dark of the Moon ou quelque chose qui n’aura rien à voir ?

Restez connectés pour le savoir.

Transformers 3, interprété par Shia LaBeouf, Kevin Dunn, Julie White, Josh Duhamel, Tyrese Gibson, Frances McDormand, John Malkovich, Patrick Dempsey, Ken Jeong et Rosie Huntington-Whiteley, est réalisé par Michael Bay d’après un scénario d’Ehren Kruger.

Le film sortira en France le 29 juin 2011.

Source: Fantasy.fr

Conférence Hadopi : deux appels d’offres lancés, le DPI en question

La conférence de presse de la Hadopi a été l’occasion d’annoncer le lancement de deux appels d’offres sur les offres légales et un « dispositif d’accompagnement des usagers dans leur sécurisation du réseau local ». Par ailleurs, la technologie du DPI ne devrait pas apparaître au sein des réseaux. Cependant, il n’est pas impossible de la voir se matérialiser un jour au niveau des boîtiers ADSL.

C’est donc cet après-midi qu’a eu lieu la conférence de presse avec la Hadopi. À cette occasion, la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet présidée par Marie-Françoise Marais est revenue sur différents sujets, dont la défiance de Free qui ne souhaite pas envoyer de mails d’avertissement à ses abonnés tant que la signature d’une convention n’est pas signée.

Mais cette conférence de presse n’avait pas pour seul objectif d’aborder le cas du trublion Free. Rappelant que la Haute Autorité travaille à l’élaboration de deux labels, « Hadopi moyens de sécurisation » et « Hadopi offre légale », la Hadopi a profité de cette conférence pour annoncer le lancement de deux appels d’offres.

Le premier concerne le référencement des offres légales. Nous rappelons au passage que la Haute Autorité a réservé le nom de domaine OffresLegales.fr. Comme son nom l’indique, le nom de domaine – pour l’instant inexploité – servira à soutenir la mission du label qui doit permettre « aux usagers de ce service d’identifier clairement le caractère légal de ces offres » et de « veiller à la mise en place, à la mise en valeur et à l’actualisation d’un portail de référencement de ces mêmes offres« .

Le second appel d’offres porte sur un « dispositif d’accompagnement des usagers dans leur sécurisation du réseau local« . Visiblement, cet appel d’offres portera sur la sécurisation de l’accès à Internet. Cela étant, ce dispositif pourrait voir son champ d’action s’élargir à d’autres domaines autres que le téléchargement illicite. Comme les logiciels malveillants ou le courrier indésirable par exemple. Nous y reviendrons dans une actualité ultérieure.

Alors que la Haute Autorité a publié en septembre trois offres d’emploi sur la bourse interministérielle de l’emploi public, dont un poste de Community Manager, la conférence de presse a été l’occasion d’apprendre que les labs de la Hadopi disposeront d’un budget de 1,5 million d’euros pour la première année. Ensuite, une évaluation sur l’efficacité et la pertinence de ces labs est attendue.

Sur la question épineuse de l’inspection profonde des paquets (DPI – Deep Packet Inspection). La Haute Autorité a expliqué que le DPI ne devrait pas avoir lieu au sein des réseaux des fournisseurs d’accès à Internet. Cela étant, s’il n’y a pas de DPI sur ces réseaux, cette technologie pourrait éventuellement se matérialiser au niveau des boîtiers (box) ADSL.

Reste à savoir si l’arrivée du DPI sur les box ADSL, si elle se confirme, se ferait sur la base du volontariat ou serait imposée par une mise à jour logicielle ou la sortie d’un nouveau boîtier. Notons à ce sujet notre diffusion du document de consultation relatif au projet de spécifications fonctionnelles des moyens de sécurisation.

À cette occasion, nous écrivions :

Parmi les éléments importants, les moyens de sécurisation devront pouvoir être mis à jour automatiquement, notamment pour la récupération des « listes noires, grises ou blanches« . « Il existe plusieurs sortes de listes, par exemple liste noire des sites web interdits par décision de justice, la liste grise des applications suspectes, la liste grise des mots-clés suspects, la liste blanche de l’offre légale. Ces listes peuvent être aussi relatives à des ports TCP, à d’autres entités informatiques« , détaille le document réalisé par le professeur Michel Riguidel, qui montre clairement une volonté d’utiliser le logiciel de l’Hadopi à des fins de filtrage.

Le seul passage véritablement stratégique que nous avons décelé qui pourrait justifier la volonté de secret de l’Hadopi est le suivant, qui fait craindre le pire pour les années futures : « pour le moment le parc des boitiers ADSL est très hétérogène, et les boitiers sont dimensionnés de telle manière qu’il est difficile de loger des applications supplémentaires dans ces boitiers. Pourtant, on peut réfléchir à ces solutions pour les futures générations de boitiers, dans le cadre du renouvellement général du parc« .

Au sujet du DPI, le secrétaire général de la Haute Autorité avait expliqué être « extrêmement conscient des peurs qui entourent ces technologies. Raison de plus pour ne pas faire l’économie d’une évaluation approfondie et la plus ouverte possible« . Enfin, la Haute Autorité a indiqué que le décret sur la labellisation des offres est actuellement au Conseil d’État. Sa publication devrait donc être imminente.

Source: Numérama.fr

Noms de domaine : bientôt 200 millions

Au deuxième trimestre 2010, VeriSign indique que le nombre de noms de domaine dépasse les 196 millions.

Selon VeriSign, le nombre de noms de domaine Internet dans le monde a progressé de plus de 3 millions au cours du deuxième trimestre 2010 pour atteindre 196,3 millions. Par rapport au deuxième trimestre 2009, ce sont 12,3 millions de noms de domaine qui sont venus s’ajouter.

Sur ces plus de 196 millions de noms de domaine, le nombre total en .com et .net dépasse les 100 millions, soit 101,5 millions. Sur le deuxième trimestre, les nouveaux enregistrements pour les suffixes .com et .net ont atteint 7,9 millions.

Dans le classement des extensions les plus représentées, on retrouve dans l’ordre .com, .de ( Allemagne ), .net, .uk ( Royaume-Uni ), .org, .cn, .info, .nl ( Pays-Bas ), .eu ( Union européenne ) et .ru ( Russie ). Jusqu’alors présentée comme la deuxième extension mondiale, le .cn connaît ainsi une chute sévère dans le classement. Une probable conséquence du renforcement de certaines mesures. En chine, tous les registrars ont depuis le début de l’année l’obligation de fournir une photo d’identité, un numéro d’identification de société et des formulaires signés pour tous les noms de domaine en .cn enregistrés par des Chinois.

Afin de mieux lutter contre la fraude en ligne, l’autorité de régulation de l’Internet, ICANN, a procédé au déploiement du protocole DNSSEC ( Domain Name System Security Extensions ) sur les serveurs racine de l’Internet comme annoncé cet été . VeriSign devrait déployer DNSSEC sur les domaines .net d’ici la fin de l’année, et sur les domaines .com au premier trimestre 2011. L’AFNIC, qui a la charge des noms de domaine .fr et .re, a déjà démarré ce déploiement.

Source: Generation NT

La barre des 200 millions de noms de domaine se rapproche

Ils étaient 177 millions en 2008, 192 millions en 2009, 193 millions au premier trimestre 2010 et désormais 196,3 millions au 30 juin 2010 (+2 % en trois mois, +7 % en un an). Ils, ce sont les noms de domaine. La barre symbolique des 200 millions est proche, et devrait sans nul doute être atteinte lors du troisième trimestre 2010, ou, au pire des cas, à la fin de l’année.

Nom de domaine TLD Q2 2010

Selon le Domain Name Industry Brief, que nous rapporte VeriSign, voici quelques détails :

  • Les .com et .net ont totalisé 101,5 millions de noms de domaine (+7,9 millions en un an), une première historique
  • Les .com à eux seuls se rapprochent des 90 millions de noms de domaine, et pourrait bien tutoyer les 100 millions en 2011 ou 2012
  • Les 240 TLD des pays et zones géographiques (.fr, .de, .uk) ont atteint 76,3 millions d’unités (+1,9 million en un an)
  • Le top 10 des TLD des pays est composé (dans l’ordre) des : .de, .uk, .cn, .nl, .eu, .ru, .br, .ar, .it et .tk (tokelau).
  • Les .fr, .es, .us ou encore .ca ne font donc pas partis du top 10.
  • Il y a plus de .de que de .net (respectivement deuxième et troisième extension derrière le .com)
  • Il y a plus de .uk que de .org
Nom de domaine TLD Q2 2010

Bien entendu, pour un seul nom de domaine, il existe parfois des milliers voire des millions de pages. Néanmoins, une partie non négligeable des sites en .com et .net sont « vides » selon VeriSign. En effet, sur 96,2 millions de .com et .net analysés, 23 % n’ont qu’une seule page, et 12 % aucune ! Cela signifie que seulement 62,53 millions de .com et .net ont plusieurs pages, alors que 22,126 n’en ont qu’une et 11,544 millions zéro…

Source: PC Inpact

Internet accueille les premiers noms de domaine non latins

L’Égypte, la Russie, l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis ont reçu l’autorisation de l’ICANN pour utiliser des noms de domaine nationaux de premier niveau faisant appel à des caractères cyrilliques ou arabes suivant les cas.

L’année dernière, l’ICANN avait voté la création de noms de domaine utilisant des caractères n’appartenant pas à l’alphabet romain (cf. « Internet perd son latin »). Ainsi, les domaines nationaux مصر, рф, السعودية et امارات seront les premiers à être autorisés. Les noms chinois, thaïlandais, jordaniens et sri lankais ne devraient pas tarder non plus. Chaque pays garde tout de même son nom de domaine latin.

Il est intéressant de noter que les noms de domaines internationaux sont stockés en caractères latins. Par exemple, рф est enregistré sur le serveur comme xn--p1ai (ils commencent tous par xn--). C’est le navigateur qui se charge de transcrire ce code dans le bon alphabet.

Source: Infos du net

Yucatan remporte le budget relations presse de l’AFNIC, Office d’enregistrement du .fr

L’AFNIC a choisi de s’appuyer sur l’expertise de Yucatan en matière de relations media pour renforcer sa notoriété auprès de ses différents publics (presse grand public/corporate/IT/Online).

Association à but non lucratif, l’AFNIC est l’organisme chargé de la gestion administrative et technique des noms de domaine .fr et .re, suffixes Internet correspondant à la France et à l’Île de la Réunion.

Le 2 mars dernier, Christian Estrosi, le Ministre chargé de l’Industrie, a désigné l’AFNIC comme Office d’enregistrement du .fr, pour les 7 prochaines années.

L’AFNIC a développé une expertise technique sur l’infrastructure et les standards de l’Internet, ainsi que sur le marché des noms de domaine et les problématiques juridiques qui s’y rapportent.

C’est en s’appuyant sur ces expertises que l’AFNIC souhaite contribuer au développement de l’Internet tant en France qu’à l’international, notamment au travers de la promotion du .fr et de ses actions de recherche et développement.

« Suite à un appel d’offres, notre choix s’est finalement porté sur Yucatan. En effet, la relation terrain que Yucatan entretient avec les média nous a semblé primordiale. », précise Loïc Damilaville, adjoint au Directeur Général de l’AFNIC

« La connaissance des équipes sur le marché de l’Internet ainsi que leur capacité à nous accompagner dans des réflexions stratégiques, ont permis à Yucatan de faire la différence. », conclut Loïc Damilaville.

Créée en 1994, YUCATAN est une agence de relations media indépendante. Son offre s’étend du conseil stratégique aux relations avec les différents publics (media, investisseurs, partenaires institutionnels et privés, relais d’opinion).  Yucatan gère un portefeuille de 30 comptes français et internationaux spécialisés dans divers secteurs d’activités comme les nouvelles technologies, la santé/biotech et l’industrie.
Source: Afnic.fr