Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: dz

L’Algérie veut promouvoir son nom de domaine .dz

(Agence Ecofin) – Pour développer le .dz, les obstacles les plus difficiles à franchir sont sans doute les délais actuels d’enregistrement − et la paperasserie qui va avec −, et surtout le coût du service: il oscille entre 30000 et 110000 dinars par an pour chaque adresse en .dz (entre 394 et 1445 dollars). C’est, il faut le reconnaître, bien moins attractif que les 10 dollars ou moins demandés pour des noms en .com, .net, .org, etc., ou même pour d’autres noms de domaines nationaux d’autres pays.

En Afrique, les noms de domaines nationaux ne semblent pas très prisés par les éditeurs de sites web, si l’on s’en tient aux chiffres connus sur le volume des enregistrements. Les autorités algériennes en sont conscientes. Constatant le peu d’engouement pour l’extension .dz, relative à l’Algérie (à peine 4000 noms de domaines utilisant cette extension), elles ont mis en œuvre le plan « e-Algérie 2013 » dont l’un des objectifs est d’« améliorer la visibilité de l’Algérie sur Internet à travers une gestion efficace du nom de domaine .dz ». Le but décliné est de porter le nombre de noms de domaines .dz à un million d’enregistrements d’ici 2013.

Réaliser cette ambition ne sera pas facile si l’on sait que, mathématiquement, cela revient à enregistrer 58 domaines par heure d’ici l’échéance fin 2013. Rien à voir avec la moyenne de deux domaines enregistrés quotidiennement aujourd’hui.

En outre, commente le site Maghrebemergent.com, « aucun site algérien dans le domaine des libertés civiles et politiques ne verra le jour en .dz tant que ses promoteurs auront la crainte de subir les foudres de la censure ».

source Agenceecofin.com

Un plan pour le.dz

Ouvrir le .dz nécessite un travail de fond que doit faire l’association dznic pour que le .dz soit largement utilisé. L’ouverture progressive des noms de domaines algériens directement en .dz doit se faire en trois étapes. La première étape ayant déjà été faite par les représentants de dznic. La deuxième étape sera une période d’enregistrements prioritaires pour ceux qui sont titulaires de marques. Il faudrait que cette étape soit courte (environ trois mois) pour que les sociétés et organismes publics et privés et personnes morales ayant préalablement enregistré un nom de domaine en .com, .org ou en .net aient leurs noms de domaines équivalents directement en .dz. Il s’en suivra une troisième période qui devra se clôturer le 31 décembre 2009 et au cours de laquelle sont uniquement éligibles à l’enregistrement sous le .dz les personnes morales sur présentation des justificatifs nécessaires (sans enregistrement préalable d’un nom de domaine). A partir de ce moment-là, le .dz sera pourvu et deviendra de facto un nom de domaine que l’on recherchera. A charge pour l’association dznic de prévoir suffisamment de serveurs DNS pour que la résolution du nom de domaine soit très rapide. Il va de soi que pour ces trois périodes, le nom de domaine doit être gratuit et ce n’est qu’à ce prix que le .dz sera un nom de domaine très prisé. 2009 peut être l’année de naissance du .dz.

auteur : Abderrafiq KHENIFSA
source ITmag-dz.com

L’Algérie veut promouvoir le .dz

le CERIST, registre du .DZ, a eu le courage d’affronter un constat qui ne lui fait pas plaisir : 95% des sites internet algériens seraient hébergés à l’étranger, soit environ 45000 sites. Décidé à comprendre les raisons de cette fuite des actifs numériques hors du pays, le CERIST a organisé une réunion à cet effet et s’est vu opposer ses règles bureaucratiques et des tarifs apparemment jugés prohibitifs. Il est vrai que l’organisme n’y va pas de main morte, obligeant par exemple tous les détenteurs de .DZ à héberger leur site web sur ses serveurs.

Des exigences qui ont payé, mais pas dans le sens espéré…

45 000 sites Internet algériens hébergés à l’étranger

Les sites Internet algériens appartiennent au nom de domaine point dz ne représente que 5% comparé à ceux hébergés à l’étranger. Selon les chiffres communiqués dimanche dernier par le centre de recherche sur l’information scientifique et technique (Cerist) lors d’une journée d’étude et d’information du nom de domaine (.dz), les sites Web relevant de ce domaine ne sont que quelque 2 380, contre 45.000 hébergés à l’étranger notamment en France et au Canada.

source MobileAlgerie.com

Google Algérie détourné à des fins de propagande politique

Est-ce un banal piratage, ou un détournement technologique commandé par l’Algérie au profit de la campagne présidentielle d’Abdelaziz Bouteflika ? Selon plusieurs sources locales, le site Google.dz renvoyait lundi vers une page entièrement consacrée à la campagne du leader algérien. D’autres indiquent que les abonnés du fournisseur d’accès Eepad sont toujours victimes du détournement du nom de domaine. Mais alors que certains parlent de piratage, le portail Kabyle La-Kabylie.com met en doute ces allégations.

« Il faut savoir que l’Etat algérien est le seul maître à bord quand aux noms de domaines en .dz (…), pour que Google.dz affiche autre chose que le moteur de recherche, il suffit à celui, le seul d’ailleurs, qui a la main mise sur les noms de domaines algériens de changer les DNS (Domain name système) du site de Google, par d’autres DNS (Ceux d’une page Web de Bouteflika par exemple)« , explique le portail.

Toutefois si l’Etat algérien contrôle effectivement le DNS root de l’extension .dz, celui-ci est ensuite relayé par des DNS secondaires au niveau notamment de chaque fournisseur d’accès à Internet. Un piratage des serveurs DNS du FAI Eepad reste donc l’hypothèse la plus probable.


auteur : Guillaume Champeau
source Numerama.com

Algérie : Google Algérie =Google.dz

Google INC vient de lancer son nouveau domaine avec l’extension .dz, Google.dz .L’extension DZ est réservé à l’Algérie. Depuis quelques jours, Les utilisateurs des services de Google.com en Algérie étaient automatiquement redirigés vers une adresse Google.dz sans pouvoir accéder aux services souhaités. Mais maintenant, le domaine google.dz est opérationel depuis le mercredi 12 août 2008.

Il s’agit bien d’un nouveau nom de domaine destiné aux utilisateurs des services du moteur de recherche Google en Algérie.

source Algerie-expresse.com

Algérie : Google.dz opérationnel

Google INC vient de lancé son nouveau domaine avec l’extension .dz, Google.dz .L’extension DZ est réservé à l’Algérie. Depuis quelques jours, Les utilisateurs des services de Google.com en Algérie étaient automatiquement redirigés vers une adresse Google.dz sans pouvoir accéder aux services souhaités. Mais maintenant, le domaine google.dz est opérationel depuis le mercredi 12 août 2008.

Il ne s’agissait pas d’une erreur technique, mais bien d’un nouveau nom de domaine destiné aux utilisateurs des services du moteur de recherche Google en Algérie.

source dz-web.org

Algérie : « Google.dz », erreur technique ou réalité ?

Google, le plus fameux des moteurs de recherche, aurait-il enregistré un nom de domaine en Algérie ? Les Algériens pourront-ils accéder au portail du fameux robot par le biais de l’adresse : http://www.google.dz ?

Ces deux derniers jours, les amateurs de services Google en Algérie, tel que Gmail, Orkut, Blogger et Adsense…s’aperçoivent qu’ils sont redirigés automatiquement vers l’adresse google.dz, sans toutefois parvenir à accéder, par le biais de leur compte électronique, à leur service préféré de Google. Souvent un deuxième essai est nécessaire après qu’une page de OpenDNS eût annoncé que la page recherchée est introuvable.

Certaines rumeurs parlent d’un lancement prochain du domaine Google.dz. Une adresse que l’entreprise américaine aurait acquise auprès du registrar algérien www.nic.dz. En essayant de trouver les informations auprès du site de l’organisme permettant le dépôt de noms de domaine internet en Algérie (Nic.dz), il s’avère clairement que le nom de domaine Google.dz est totalement ignoré par l’équivalent en Algérie du Whois. Ce qui veut dire, noir sur blanc, que le bureau algérien d’enregistrement ne l’a pas encore attribué.

Alors, Google.dz, erreur technique ou réalité ?

source journal3.net

Opération .kab : Ferhat écrit à l’ICANN

Les Catalans et les Catalanes ont réussi à obtenir le droit d’enregistrer un nom de domaine avec l’extension nationale «.CAT» pour «CATALUNYA». Ainsi, l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) a approuvé en septembre 2006 la demande de la Fundacio puntCAT, qui avait été établie pour servir les besoins de la communauté linguistique et culturelle catalane sur le web. Aujourd’hui, cette fondation Domini.cat qui fait figure d’exemple (http://www.puntcat.cat/) attribue des adresses électroniques avec l’extension nationale «.CAT».

Compte tenu du précédent de la Catalogne, le temps est venu de revendiquer pour les Kabyles comme pour les Québequois et les Bretons… le droit à une identité propre et une présence visible en tant qu’identité nationale. L’Opération POINT-KAB vise à formuler une telle revendication.

On pourrait aussi envisager une opération POINT-TMZ à l’échelle de Tamazgha ouvert sur la langue berbère.

Une telle action s’est traduite pour les catalans par une structuration du marché avec la création d’un organisme privé régulateur en mesure d’appliquer une charte de valeurs. D’ailleurs Domini.cat est appuyé par une réseau associatif assez conséquent.

Les enjeux technologiques pour tamazight et la Kabylie ne peuvent se réduirent au web comme non plus à la seule attribution des noms de domaine en .kab en raison de la prédominance du .com, de la croissance exponentielle de son TLD (le nombre total de noms de domaine) et des nouvelles extensions pour les professionnels comme le .travel. Cette nouvelle extension exclusivement réservée à l’industrie du voyage et du tourisme www.iru.org (400€ par an pour un nom de domaine) fait partie de celles qui ont connu la plus forte croissance des noms de domaine cette année.

Néanmoins, la conquête du .kab en vue d’une autonomie culturelle est un objectif minimal la portée du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie. Le rêve est d’autant plus accessible que des actions similaires ont abouties et sont dans l’ère du temps avec une relative saturation des noms de domaine et la venue de l’IPv6. Le .cat toujours en croissance à enregistré un volume de 27.000 dépôts en deux ans. En comparaison, l’extension française vient de fêter ses 1 million de noms de domaine (observatoire de l’AFNIC). Les données ne sont par ouvertes pour le CERIS qui attribue le .dz.

Bien plus qu’un symbole qui permettrait de renforcer la reconnaissance d’une identité kabyle sur internet, le .kab dont l’idée ne date pas d’hier, représenterait pour le MAK un outil politique et économique d’un nouvel ordre. Il lui conférerait un rôle de contrôle pour la diffusion culturelle amazighe kabyle où l’on pourra mieux apprécier ses capacités de conciliation avec les structures kabyles existentes. Jusqu’ici l’ICANN n’a attribué des noms de domaine qu’à des identités nationales. Le peuple catalan se reconnaisant comme une Nation, le MAK emboîtera-t il le pas en se déclarant le garant institutionnel de la Nation kabyle, en mouvement de libération nationale, rien n’est moins sûr.

auteur : Stéphane ARRAMI MERABET
source kabyle.com