Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: cyber

Cameroun: progression de la cybercriminalité

(Agence Ecofin) – Dans un rapport publié en 2011, la société de sécurité informatique McAfee indique que l’extension de nom de domaine « .cm » (extension nationale du Cameroun) fait partie des cinq noms de domaine les plus « risqués » de la planète (aux côtés de .com, .cn, .ws et .info). Son taux de risque serait de 36,7%, sur environ 27 millions de noms de domaines analysés.

Un rapport, présenté en novembre 2011 par le ministre des Postes et des Télécommunications, fait état de quelques données sur la cybercriminalité au Cameroun. Ainsi, depuis 2009, celle-ci a connu une flambée. Plusieurs sites ont été piratés; c’est le cas du site officiel du Premier ministre, ainsi d’autres sites parmi lesquels ceux de la douane, du ministère des Domaines et des Affaires Foncières (2008), de l’Université de Yaoundé, des quotidiens la Nouvelle Expression (2009), et Cameroun Tribune (2011) et du Parti des démocrates camerounais (2011). Diverses activités cybercriminelles ont aussi été constatées dans les cybercafés.

Le rapport du ministre des Postes et des Télécommunications indique note également la disparition régulière de crédits de communication, la perte de sommes d’argent, la réception de SMS faisant miroiter des choses illusoires, etc. Le ministère dit être régulièrement interpellé, sur l’ampleur du phénomène de la cybercriminalité, par des opérateurs économiques, des représentations diplomatiques et des citoyens.

Source AgenceEcoFin.com

Des informations autour des noms de domaine bien imprécises

Quand ils enregistrent leur nom de domaine, les internautes réalisent des erreurs – volontaires ou non. Ce qui rend difficile la tâche de services comme Whois, qui recherche les données relatives à ces sites.

Un grand nombre des noms de domaine Internet enregistrés contiennent des informations erronées ou incomplètes qui ne permettent pas de remonter aisément à leur propriétaire. C’est le constat que dresse l’Icann*, à partir d’une enquête effectuée par l’université de Chicago à sa demande. Le but de l’étude ? Vérifier la pertinence des recherches du service WHOIS (Who is ?). Celui-ci permettant d’obtenir des informations sur un nom de domaine à partir des données fournies par les registres Internet. Pour ce faire, les chercheurs ont vérifié – pour chacun des noms analysés – que l’adresse électronique du propriétaire était bien valide et que le nom correspondait à la bonne personne. Le résultat de l’enquête fait état de nombreuses imprécisions. Ainsi, seul un quart des noms de domaine Internet analysés par les chercheurs sont correctement enregistrés.

Posséder un nom de domaine n’implique pas de révéler sa véritable identité

Et leur permettent de retrouver la trace d’un propriétaire clairement identifié, capable de reconnaître la véracité des informations le concernant. Pour près d’un nom de domaine sur dix, les renseignements donnés au moment de l’enregistrement sont purement et simplement inventés, ou contiennent des erreurs manifestes. Ainsi, l’enquête a mis en lumière un fait avéré : il est tout à fait possible de posséder un nom de domaine sous une fausse identité. Plusieurs raisons poussent les propriétaires à masquer leur véritable identité, selon le rapport. « Les freins potentiels sont nombreux : préoccupations eu égard à la protection des données personnelles, confusions dans les renseignements demandés, manque de clarté au moment de l’enregistrement… », énumère l’étude.

Eliminer les risques de récupération publicitaire

Selon les chercheurs, ces obstacles peuvent être surmontés. « Pour assurer une plus grande pertinence des informations fournies par les déclarants, il est notamment essentiel d’éliminer les risques de récupérations publicitaires »,précise le rapport. Cela permettrait de rassurer les propriétaires dubitatifs. A noter : mille quatre cent dix neuf noms de domaines ont été analysés au cours de cette enquête. Et si plusieurs identités étaient incomplètes, aucun cas d’usurpation n’a été constaté par les chercheurs. « Parmi l’ensemble des personnes possédant un nom de domaine que nous sommes parvenus à contacter, toutes ont reconnu qu’elles étaient bel et bien propriétaires du site en question »,conclut le rapport.

(*) Internet Corporation for Assigned Names and Numbers

Source: Atelier.fr

Nom de domaine : Le « .tel » débarque

Lancé officiellement le 24 mars, l’extension « .tel » fait déjà l’objet de 30 000 demandes d’enregistrement par les entreprises. Ce nouveau nom de domaine fonctionnera comme un annuaire mis à jour en temps réel et permettra de présenter des informations sur le particulier ou l’entreprise concerné.

Le « .tel », nouvelle extension générique administrée par l’organisme Telnic, sera officiellement lancé le 24 mars. Cette extension de nom de domaine permettra de présenter des informations (coordonnées téléphoniques, email, géo-localisation, adresse de ses sites internet) concernant le particulier ou l’entreprise. Ainsi, le « .tel » fonctionne comme un annuaire mis à jour en temps réel, pilotable depuis n’importe quelle connexion Internet. Soumis à la règle du « premier arrivé, premier servi » pour l’enregistrement, le « .tel » a déjà été demandé par 30 000 entreprises, sans doute inquiète du cybersquatting, l’usurpation des noms de domaine.

source InnovationLeJournal.com