Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: africa

Le nom de domaine « .africa » attribué

L’ICANNa signé un contrat avec ZA Central Registry (ZACR) permettant à .Africa de lancer ses opérations et activités informe un communiqué.

Selon la note d’information le contrat a été signé, hier, en marge de leur 49éme réunion qui se tient actuellement à Singapour ; en présence de Akram Atallah, président de Global Domains Division à ICANN ; Lucky Masilela, directeur général de ZACR, Neil Dundas, directeur exécutif et de Moctar Yédaly de la commission de l’Union Africaine. Le lancement de .africa est prévu en Mai 2014.

Source: dakaractu.com

La commission de l’UA contre l’enregistement du .Africa par DCA

Alors qu’UniForum (société Sud-Africaine mandaté par l’Union Africaine) et la fondation DotConnectAfrica (DCA) ont toutes les deux déposé une demande pour gérer le nom de domaine .africa, la Commission de l’Union Africaine ainsi que 16 gouvernements ont fait connaître leur opposition à l’encontre de l’initiative de DCA.

Ainsi la Commission a fait savoir par courrier à l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) que « La demande de DCA constitue une intrusion et une interférence sans fondement dans le mandat de la Commission de l’Union Africaine dont l’objectif est d’établir les structures et les modalités pour la mise en place du projet dotAfrica. »

Ces oppositions se sont faites dans le cadre du processus d’ « alerte précoce » de l’ICANN qui permet aux gouvernements de faire connaître leurs objections et d’en donner les raisons le cas échéant. 16 pays dont le Cameroun, le Kenya, l’Afrique du Sud, le Sénégal, le Burkina Faso, l’Égypte ou encore la République démocratique du Congo ont aussi manifesté leur opposition à l’attribution à DCA de ce gTLD (Generic Top-Level Domain).

DCA étant basé en partie au Kenya, l’objection du pays est un signal fort envoyé à cet organisme. De plus la demande d’UniForum n’a, de son côté, reçu aucune objection. C’est une indication claire de l’engagement des gouvernements (qui est par ailleurs une des conditions de l’ICANN pour l’attribution) dans le sens de la démarche de la Commission de l’Union Africaine.

Source : agenceecofin.com

UNIFORUM ZACR pour la promotion du .AFRICA

Le délégué pour l’Afrique de l’UNIFORUM ZACR, le Béninois Koffi Fabrice Djossou, a déclaré mardi à Dakar que la structure qu’il représente vient d’être sélectionnée par la Commission de l’Union africaine (UA) comme l’opérateur de registre officiel qui va opérer sur l’extension géographique «Dot Africa» au profit de la communauté africaine. «Cette sélection fait suite à l’appel d’offre lancé en décembre 2011 et qui a connu la participation de plusieurs opérateurs de registre internationaux intéressés par la gestion du «Dot Africa», a–t–il indiqué lors d’un entretien accordé à la PANA.

M. Djossou a indiqué que le «Dot Africa» est le nouveau nom de domaine pour la promotion des entreprises, des peuples et de la culture africains dans l’Internet, expliquant que lorsque´il sera opérationnel, «Dot Africa» va fournir aux hébergeurs des possibilités désétablir leur présence sur Internet.

Il a souligné que c’est une étape «très importante» pour les organisations et les personnes intéressées par l’acquisition d’une identité numérique africaine, précisant que les petites et moyennes entreprises africaines profiteront largement de «Dot Africa».

«Au-delà de leurs marchés locaux, ils vont envahir le marché continental et régional. Internet va donc devenir une plate-forme pour la croissance de l’entreprenariat en Afrique. Plus les individus, les entreprises, les organisations ainsi que des groupes communautaires vont utiliser le nom «Dot Africa» plus ils feraient la promotion d’une communauté africaine diversifiée et dynamique au sein de l’espace de domaine Dot Africa’, a expliqué M. Djossou.

«La Commission de l’Union africaine travaillera activement avec l’opérateur UNIFORUM ZACR à la mise en place des moyens indispensables pour la promotion de «Dot Africa» telle que la mise en place d’une bonne structure de gouvernance, le développement des contenus locaux, la propriété intellectuelle, les futures conditions d’enregistrement, le prix d’enregistrement prévu ainsi que les volumes estimés de noms de domaine», a-t- il ajouté.

«C’est important que la communauté africaine soutienne le projet», a dit M. M. Djossou, affirmant qu’il s’agit d’une «première» en Afrique.

Source: afriquejet.com

Africa set for new continental domain name extension

Under the leadership of the African Union Commission, UniForum SA, trading as the ZA Central Registry (ZACR), has applied for a new Internet extension, .Africa (or dotAfrica).

ZA Central Registry (ZACR) has applied for a new Internet extension, .Africa (or dotAfrica)

In the future, it is hoped that domain names using dotAfrica will go a long way towards promoting the businesses, people and cultures of Africa on the Internet.

The interview below with Koffi Fabrice Djossou, a ZACR representative, took place at the recent 43rd Internet Corporate for Assigned Names and Numbers (ICANN) Summit in San José, Costa Rica.

How did the project to implement the dotAfrica extension originate?

In 2002, African experts who participated actively in ICANN developed a plan for the creation of a dotAfrica domain that would be run by Africans for Africa. Bringing the project to fruition had three important steps.

The first took place in 2009 in Johannesburg during the special session of the Conference of Ministers of the African Union in charge of Communications and Information Technology (CITMC). It recognized the benefits of dotAfrica. The conference adopted a resolution (in the Oliver Tambo Declaration) which establishes the extension as a continental top level domain (TLD) for use by organizations, companies and individuals with the support of African Internet institutions.

Following the adoption of the Oliver Tambo Declaration at the Summit of Heads of State and Government of the African Union in January 2010, the third ordinary session of the Conference of Ministers of the African Union in charge of Communications and Information Technology, held in Abuja (Nigeria) in August 2010, asked the Commission of the African Union to establish the structure and operations for implementing the DotAfrica project.

Finally, during the 42nd ICANN summit in Dakar (Senegal), a round table of African Ministers responsible for ICT recommended that dotAfrica be treated as a geographic TLD.

In November 2011 the Commission of the African Union launched a tender for the administration of the new dotAfrica domain. It has just been won by UniForum / ZACR, the South African registrar.

Following the Abuja Declaration, the Commission of the African Union established a working group of eminent African experts to launch a tender. In a transparent process, Uniforum / ZACR was selected from among all the international registrars who tendered to be the official operator of the dotAfrica registry.

UniForum / ZACR, a nonprofit organization, runs the South African domain register, which contains 700,000 domains—the most in Africa.

UniForum ZACR will now file the application for the new extension on behalf of the African Union in the current round of ICANN extensions, which closes on 12 April 2012. We should also remember that dotAfrica is a geographical extension, and therefore belongs to the African community. ICANN requires letters of support from at least 60% of the entities that identify with the extension. To be sure that dotAfrica receives approval from ICANN, the African Union has asked its 53 African countries to write a letter to ICANN and the Governmental Advisory Committee expressing support for the Abuja Declaration and the bidding process.

DotAfrica will be governed by steering committee (dotAfrica Steering Committee) composed of African Internet experts, administrators of country code TLDs, and accredited African registrars.

Who can register dotAfrica domain names?

The dotAfrica domain is open to all. There will be an initial “sunrise” period during which only governments, brand owners and those with other proprietary rights will be prioritized. The launch will be governed by specific well-defined rules.

How many domain names do you hope to register in dotAfrica?

DotAfrica will enable Africa to open up to the rest of the world and expand its commercial influence. If it is presented positively, dotAfrica has the potential to become an enormous domain name. Many companies want an African presence because the continent still has so much potential.

Africa has a billion people. It also has 54 country extensions (ccTLDs) that will become “registrars” of dotAfrica. We believe that dotAfrica will have more impact than dotAsia, which has 200,000 domain names. In Asia, the country extensions are very strong, which is not yet the case in Africa. The African community is diverse with Anglophones, Francophones, Hispanics—Africans all claiming a certain identity. DotAfrica will allow African content, tourism or culture to be presented in much more unified way to outsiders.

Are you relying on dotAFrica to develop the African domain name market?

Africa, despite its economic potential, has a negligible presence in the lucrative domain name market. This is something that dotAfrica could help develop but without excluding international registrars, who will also have their role to play.

DotAfrica must contribute to the establishment of a real domain name industry in Africa and help develop a market for registrars or resellers of domain names. The statistics speak for themselves: of the thousands of “registrars” accredited by ICANN, only five are African, and only two are operational. Africa is lagging behind and must fill the void by giving companies a Web presence that will act as an economic catalyst.

It’s all about the promotion of ICT, of a global Internet that provides a platform for the growth of entrepreneurship in Africa, for education and mass media, for developing local content, and a vehicle for improving living standards. This Internet driven by innovation (the only way for Africa to be free of globalization is via innovation) will enable Africa to break out of isolation into the Information Society by promoting the African private sector, the creator of value and wealth.

For more information, check out http://dotafrica.blogspot.com/p/welcome.html

Source: itnewsafrica.com

L’Union africaine choisit UniForum pour administrer le domaine .africa

UniForum, la compagnie qui administre le domaine sud-africain .za, sera l’opérateur du prochain nom de domaine .africa. La décision a été prise par l’UA après examen des propositions soumises, en décembre 2011, par divers candidats.

Le nom de domaine .africa fait partie de ceux dont l’approbation définitive par l’ICANN – l’organisation d’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet – est prévue pour l’année prochaine, en 2013.

Selon un responsable d’UniForm, Nell Dundas, la décision de l’Union africaine « constitue une importante étape pour les organisations et les individus intéressés à l’acquisition d’une identité africaine en ligne, car le domaine .africa apportera davantage de visibilité et contribuera à une meilleure identité pour les opérations dans la région ». Quant à Abulkhirat Esam, un représentant de l’Union africaine, il a soutenu que l’organisation « travaillera avec l’opérateur choisi pour établir les voies et moyens de promouvoir le domaine .africa. Parmi les résultats spécifiques de sa mise en œuvre, il faudra inclure l’accroissement des contenus en ligne, l’établissement de politiques et règlements sur les enregistrements, la propriété intellectuelle et la résolution de conflits, ainsi que la promotion des usages des TIC en Afrique ».

Le projet .africa est appuyé par l’Union africaine à travers l’Organisation panafricaine des domaines de haut niveau (AfTLD, Africa Top Level Domain Organisation). Avant avril 2012, UniForm, futur gestionnaire du .africa, devra soumettre sa candidature à l’ICANN.

Source AgenceEcoFin.com

l’Afrique se dotera de son premier nom de domaine en janvier

Dakar, 26 oct (APS) Le continent africain se dotera, en janvier 2012, de son premier nom de domaine (.africa) avec serveur racine et tous les éléments qui entrent dans la configuration des noms de domaine en Afrique, a indiqué la directrice exécutive de la compagnie de gouvernance Internet DotConnectAfrica, Sophia Bekele.

‘’Je suis sûre que le conseil d’administration de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) va autoriser pour le continent le nom de domaine Dot Africa (.africa) en janvier 2012’’, a confié à l’APS Mme Bekele.

Selon elle, le processus financier, technologique et juridique dont le conseil d’administration de l’ ICANN a besoin pour valider un nom de domaine a déjà été finalisé ’’auprès des instances africaines’’.

’’ […] il y a quelque 200 experts et techniciens avec qui nous travaillions et qui ont une maîtrise des questions relatives au processus d’acquisition des noms de domaine’’, a-t-elle assuré.

‘’Donc, je ne vois pas d’entraves quant à l’issue que donnerait l’ICANN sur cette question’’, a-t-elle estimé.

Sophia Bekele souligne que ce nom de domaine dédié aux besoins de la communauté panafricaine avec une reconnaissance mondiale, permettra de faciliter la coopération transfrontalière des connaissances et des partenariats de recherche.

De même, il va ‘’permettre l’adhésion’’ et à ’’l’utilisateur de s’exprimer au niveau de la communauté panafricaine et africaine mais aussi de réduire les coûts de communication et à l’Afrique de prendre sa place légitime dans l’espace mondial pour les codes génériques (gTLD)’’.

Il va aussi aider à ’’créer un surplus de bénéfices au profit de projets de développement en Afrique par l’inclusion numérique’’, a-t-elle conclu.

L’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) va lancer en janvier prochain le système de noms de domaine de premier niveau pour les codes génériques (gTLD).

source Aps.sn

Pourquoi un nom de domaine . Africa ?

Après les adresses internet se terminant par « .com », « .org », « .net », place aux « .Bmw », « .Apple », « .Losangeles »… Et au « .Africa ». Réuni à Singapour le 20 juin dernier, le conseil d’administration de l’Icann, l’organisme californien non profit chargé de la régulation d’Internet, a approuvé la réforme de la libéralisation des noms de domaine. Cette « révolution historique » qui présage un « nouvel âge de l’Internet », dixit les dirigeants de l’Icann, va notamment permettre aux organismes publics et privés d’avoir leurs propres extensions personnalisées.

Un changement qui a un coût. Près de 500 000 dollars par nom de domaine. Les candidats devront déposer entre janvier et avril 2012 un dossier administratif complexe et parfaitement ficelé pour démontrer la capacité financière à « faire vivre » son extension une demi-décennie à 25 000 dollars les frais de gestion annuels. Soumis à l’appréciation de l’Icann, les dossiers retenus se verront attribués leurs nouvelles extensions fin 2012. Une myriade de multinationales y songent pour leurs marques mais aussi des municipalités, des organisations internationales…Parmi les dossiers en préparation : le « .Africa ». Après tout, l’Union Européenne a obtenu son nom de domaine de premier niveau « .eu » en 2005 et l’Asie a aussi son extension « .Asia » depuis 2007.

« Une identité numérique africaine »

C’est un organisme privé, l’ARC qui porte le projet et s’apprête à postuler pour l’achat de l’extension « .Africa » avec l’espoir de porter sur internet un panafricanisme numérique pour les entreprises et les organisations publiques.

L’ARC est en fait un consortium, créé en 2010 par des entrepreneurs sud-africains, qui compte à son capital des actionnaires de tout le continent et des représentants au Sénégal, au Kenya et au Bénin. Le projet de l’ARC a d’ores et déjà reçu l’aval indirect de la majorité des 55 pays africains à travers la commission de l’Union Africaine qui appuie ce dossier. Et le consortium privé ambitionne de fédérer toutes les institutions de la gouvernance internet africaine telles qu’Afrinic, Afnog, Aftld… Objectif : structurer et promouvoir un internet africain soudé et renforcé pour que les grands acteurs du net puissent rapidement parler d’une seule voix sur les sujets de gouvernance.

« L’ARC ne va pas gérer cette extension seul. Tous les acteurs de l’Internet africain sont les bienvenus. Car c’est d’abord un projet africain au service du continent », avance Koffi Fabrice Djossou, porte-parole de l’ARC qui tient à préciser : « pour l’ARC ce n’est pas du business car nous reverserons les bénéfices aux organisations panafricaines qui œuvrent à développer l’Internet en Afrique et l’Afrique grâce à Internet mais aussi à des associations de lutte contre la pauvreté… ». Cet ingénieur béninois de 36 ans suit le dossier de très près et pratique un lobbying actif afin de promouvoir la vision de l’ARC pour le « .Africa ». Il était à Singapour en juin dernier au sommet de l’Icann avant de se rendre le 17 août à Kigali au Rwanda pour le Forum de la gouvernance Internet d’Afrique de l’est. Et il sera au 42ème sommet de l’Icann en octobre prochain à Dakar. « Nous voulons mettre en place un agenda pour ce projet qui est une opportunité idéale pour l’Afrique », s’enthousiasme M.Djossou qui parle de « révolution africaine » et de fondation d’une « véritable identité numérique africaine ».

Bien que très soutenu par les acteurs du net du continent, certains experts africains regrettent que ce projet soit entre les mains du secteur privé. « Il aurait été préférable que l’extension soit gérée par un consortium d’organisations panafricaines publiques du type universités, centre de recherches…A moyen terme, il serait souhaitable que ce nouveau nom de domaine soit géré par un organisme à but non lucratif », tranche l’un d’entre eux. Mais il est indéniable que l’innovation technologique et la consolidation d’un écosystème web en Afrique est très largement dynamisée par le secteur privé avec les géants américains en première ligne.

« Afficher son africanité sur le web »

Mais que va apporter au continent cette extension de domaine ? Pour le sénégalais Mouhamet Diop, ancien membre du conseil d’administration de l’Icann, « la libéralisation des noms de domaine était attendue depuis huit ans. En Afrique, cela va ouvrir le champ des possibilités pour les entrepreneurs mais aussi pour les organisations publiques. Et contribuer à l’expression sur un internet polyglotte de l’Afrique dans toute sa diversité. » Cette libéralisation des noms de domaine par l’Icann va donner naissance à des adresses Internet en langues locales et des extensions en amharique ou en wolof par exemple vont faire leur apparition sur le web.

« Ce nom de domaine permettra aux institutions publiques comme l’Union Africaine mais aussi aux associations et entreprises qui le souhaitent d’affirmer leur dimension africaine », analyse le spécialiste Olivier Sagna de l’OSIRIS. Et il ajoute : « les multinationales africaines pourront utiliser ce nom de domaine plutôt qu’un « .com » non parlant du point de vue la localisation géographique et leur évitera de réserver un nom de domaine dans chaque pays où elles sont présentes. Le « .Africa » devrait également représenter un atout pour les villes et les régions présentes sur le web tout en affichant leur africanité pour ne pas dire leur africanitude ! »

Pour Koffi Fabrice Djossou de l’ARC, « c’est une nécessité » pour l’Afrique qui a tout intérêt à « développer une stratégie globale pour faire face au reste du monde tout en conservant ses particularités locales ».

Au regard du tarif du ticket d’entrée à 500 000 dollars pour se voir attribué la gestion du nom de domaine par l’Icann, les adresses web en « .Africa » seront d’abord financièrement réservées aux grandes entreprises et aux organisations gouvernementales. « Mais après le rush qui ne manquera pas de se produire de la part de ces acteurs, la demande devrait faiblir et du coup les prix vont baisser et deviendront accessibles pour les PME, les ONG voire les individus », prédit Olivier Sagna de l’Osiris qui voit plus loin encore. A l’heure du « cloud computing », cet « informatique dans les nuages », l’Afrique saura affirmer « son identité numérique » sur des serveurs basés en Afrique avec une extension « .Africa ».

source Osiris.sn

Yes to .AFRICA

AFRICA: une campagne “yes to .AFRICA” a été initiée à l’AITEC ICT summit de Nairobi par
DotConnectAfrica. On apprend dans l’article qu’il n’y a pas moins de quatre candidatures pour le .AFRICA
identifiées à ce jour. Belle foire d’empoigne en perspective:

DotConnectAfrica (DCA), a parlé sur le chemin en avant sur la contribution de l' ». Africa » nom à un des TIC a permis l’environnement, lors du lancement de l’Afrique de l’Est « . Africa » campagne au sommet AITEC TIC qui s’est tenue à Nairobi, au Kenya. With a campaign theme « yes to .africa », and echoing the successful launches of both Europa and Asia with their .eu and .asia regional identities launched over two years ago, DCA’s is saying « It is time for .africa »,in its campaign to re-brand the continent and bridge the degital divide. « L’Afrique Il est temps pour. » Avec un thème de la campagne «Oui à l’. Africa », et en écho au lancement réussi des deux Europe et en Asie avec leurs. Union européenne et des identités en Asie. Régional a lancé il ya deux ans, le DCA est dit, dans son campagne visant à redorer le blason du continent et de combler le fossé degital.

Sophia Bekele speaking on dotAfrica launch to PS. Sophia Bekele prenant la parole au lancement de dotAfrica PS. Bitange Ndemo – Kenya’s Permanent Secretary of Ministry of Information & Communications Technology. Secrétaire permanent du Kenya du Ministère de l’Information et de la technologie des communications – Ndemo Bitange.

AITEC Africa held an ICT summit at the Kenya International Conference Center entitled, the East Africa ICT summit on 7-8 September 2010. AITEC Afrique ont tenu un sommet des TIC au Kenya Centre international de conférences en droit, l’Afrique de l’Est TIC sommet les 7-8 Septembre 2010.

The Dotafrica panel which was asembled by the organizers attracted the largest gathering of internet experts and technical community in East Africa, to hear the new African initiative, namely « .africa » and its contribution to an ICT enabled environment in Africa. Le panneau Dotafrica qui a été asembled par les organisateurs a attiré le plus grand rassemblement d’experts de l’Internet et de la communauté technique en Afrique de l’Est, pour entendre la nouvelle initiative africaine, à savoir « . Africa » et sa contribution à une TIC a permis d’environnement en Afrique.

Launching the « .africa » campaign at the event, the opening remark was made by DotConnectAfrica whose company has openly championed the dotafrica initiative accross Africa for the past two years, as most of the panelist agreed. Lancement du « . Africa » de la campagne à l’événement, la première remarque a été faite par DotConnectAfrica dont l’entreprise a ouvertement défendu l’initiative dotafrica à travers l’Afrique pour les deux dernières années, comme la plupart des panélistes ont convenu. Executive Director of DotConnectAfrica opened the way for the Dotafrica panel as she spoke on way-forward on the contribution of the « .africa » name to an ICT enabled environment. Directeur exécutif de DotConnectAfrica ouvert la voie pour le panneau Dotafrica tandis qu’elle parlait sur le chemin en avant sur la contribution de l' ». Africa » nom à un des TIC a permis l’environnement.

Sophia Bekele making a Key note address at 2010 AITEC ICT Summit, Nairobi Sophia Bekele faire un discours-programme au Sommet 2010 AITEC TIC, Nairobi

Link to the Keynote address: http://prlog.org/10918770 or scribd @: http://www.scribd.com/doc/37142351/AITEC-ICT-Summit-Keyn … Lien vers le discours liminaire: http://prlog.org/10918770 ou Scribd @: http://www.scribd.com/doc/37142351/AITEC-ICT-Summit-Keyn …

In acknowledgment to this early campaign and championship and responding to Mr. Tim McGinnis, African Internet Infrastructure Consultant, Kenya, who was one of the panelist, Ms. Bekele said, « DCA has been given an official mandate to do so by the key African institutions », and « for the record the African Union and the Economic commission for Africa. » En reconnaissance de cette campagne précoce et de championnat et de répondre à M. Tim McGinnis, Afrique de l’infrastructure Internet Consultant, au Kenya, qui a été l’un des panélistes, Mme Bekele a dit: «DCA a été donné un mandat officiel à le faire par la touche africaine institutions « , et » pour le dossier de l’Union africaine et la Commission économique pour l’Afrique. «  she added. at-elle ajouté. « That would be the only reason we would take this campaign initiative, less working for the African Tourism agency », she humored. « Ce serait la seule raison pour laquelle nous prenons cette initiative campagne, moins de travail pour l’agence de tourisme d’Afrique », elle humeur. « Our endorsements stipulate that we are to be responsible for sponsoring the project and choosing the registry operator for the dotafrica name ». «Notre mentions stipulent que nous devons être responsables de parrainage du projet et en choisissant l’opérateur de registre pour le nom dotafrica ».

Clarifying to a question from the audience on the .eu and.asia models, Ms. Bekele responded, both geographic names were issued before ICANN’s formal bid process. Clarifier à une question du public sur les modèles. And.asia UE, Mme Bekele a répondu, les deux noms géographiques ont été émises avant le processus de l’ICANN offre formelle. There is a bid process that ICANN has put out with specific requirements that has to be met. Il ya un processus de soumission que l’ICANN a mis avec les exigences spécifiques qui doivent être respectées. ICANN is an American company and it would abide by the rules of the law of the land, I should know, she explained, « they cannot override the rules and engage in giving out TLDs to whoever feels entitled to it or to whomever they want. An applicant will need to meet all criteria and ICANN should not change the rules of the game. L’ICANN est une société américaine et il serait de respecter les règles de la loi de la terre, je sais, at-elle expliqué, « ils ne peuvent pas prévaloir sur les règles et de s’engager à donner des TLDs à quiconque se sent en droit de lui ou à qui ils veulent. Un candidat devra répondre à tous les critères et l’ICANN ne devrait pas changer les règles du jeu.

According to the presentation of DotConnectAfrica, the governance model of DCA was adapted from .eu and .asia, which is in following an internationally accepted gTLD standard, and customized to include the African policy makers as key partners to the policy input. Selon la présentation de DotConnectAfrica, le modèle de gouvernance de la DCA a été adapté à partir. Eu et. Asia, qui est dans la suite d’une internationalement acceptées gTLD standard et personnalisé pour inclure les décideurs politiques africains comme des partenaires essentiels à l’élaboration des politiques. Mr. Sammy Buruchara, CEO of Nairobi-net and Chairman of KeNIC which is host to the Kenya ccTLD, .co.ke acknowledged this model and also spoke on the experience of KeNIC governance model which mirrors DCA’s. M. Sammy Buruchara, chef de la direction de Nairobi-net et le président de KeNIC qui est l’hôte du Kenya ccTLD. Co.ke reconnu ce modèle et a également parlé de l’expérience du modèle de gouvernance qui KeNIC miroirs de DCA.

The other panelist Mr. Robert Yawe, CEO, KAY System Technologies, Kenya, voiced that there is a lot of money to be made in the Top Level Domain business and there is in . ».africa ». Le panéliste autres M. Robert Yawe, chef de la direction, Technologies KAY système, au Kenya, a exprimé qu’il ya beaucoup d’argent à faire dans le domaine de domaine de premier niveau et il est. « . Africa ». He stated that the economic benefit of having such a domain for the continent should not be undermined. Il a déclaré que l’avantage économique d’avoir un tel domaine pour le continent ne doit pas être compromise.

Ms. Njeri Rionge, representing Ignite consulting and also advisor to DCA said, DCA has initiated the dotafrica project since 2006 when I was on the ICANN Board, and have pushed it through where it is now. Mme Njeri Rionge, représentant consultation Ignite et également conseiller à la DCA a dit, le DCA a lancé le projet dotafrica depuis 2006, lorsque j’étais sur le conseil de l’ICANN, et l’ont poussé à travers où elle est maintenant. We need a proper commercial model for dotafrica to work. Nous avons besoin d’un modèle approprié pour les commerciaux dotafrica au travail. We need to bring in Business constituencies and not just technical, however both these expert groups must collaborate. Nous avons besoin de mettre dans les circonscriptions d’affaires et pas seulement techniques, mais ces deux groupes d’experts doivent collaborer. DotAfrica should be run by people who have business experience so that it does not fail as a project. DotAfrica devrait être gérée par des gens qui ont l’expérience des affaires de sorte qu’il ne manque pas en tant que projet.

Despite that there are four dotafrica initiatives that DCA is aware of, DCA stated the following reasons as to why the audience should support DCA: Malgré cela, il ya quatre initiatives dotafrica que le DCA est au courant de DCA a indiqué les raisons suivantes pour expliquer pourquoi le public devrait soutenir DCA:

• Early applicants to the .Africa name to ICANN • Les candidats début du nom. Afrique de l’ICANN
• Early endorsements from the continental policy makers • mentions précoce des décideurs politiques du continent
• Early endorsements from other stakeholders • mentions précoce d’autres parties prenantes
• Diaspora Africans who are committed to the continent bringing knowledge & technology transfer • la diaspora africaine qui se sont engagés à apporter les connaissances continent et le transfert de technologie
• Multi-stakeholder governance model – Best Practice • Le modèle de gouvernance multi-acteurs – Best Practice
• Non-Profit/Non-Partisan org. • org Non-Profit/Non-Partisan. (DCA is a TRUST registered in neutral country Mauritius) (DCA est une fiducie inscrite en pays neutre Maurice)
• Open/transparent initiative – over 15 Press Releases since February 2010 disclosing our activities. • Ouvrir / initiative transparent – Communiqués de presse sur 15 depuis Février 2010 divulguer nos activités.
• Inclusive cross marketing opportunity for ccTLDs • possibilité de l’inclusion de marketing croisé pour les ccTLD
• Support new African based gTLDs • Support de nouveaux TLD génériques africaine basée
• Team committed to building “generation.africa” • L’équipe s’engage à bâtir « generation.africa »
• Team committed to branding Africa in positive light • L’équipe entend faire la promotion en Afrique à la lumière positive
• Official Sponsors at ICANN 38 Brussels- The 1st African TLD to sponsor International conference; EAIGF Kampala Uganda; and now AITEC ICT Summit Nairobi. • les commanditaires officiels de l’ICANN 38 de Bruxelles-Le premier TLD africains de parrainer la conférence internationale; EAIGF Kampala en Ouganda, et maintenant AITEC TIC Sommet de Nairobi.

Finally, when DCA asked the audience how many would want to see a « dotafrica » domain, 80% of the room raised their hands by way of acclamation. Enfin, lorsque DCA demandé à l’auditoire combien en voulez voir un « dotafrica » domaine, 80% de la salle a levé la main au moyen d’acclamation.

 » Thank you. We believe we are satisfying our mandate » said Bekele to the audience. « Je vous remercie. Nous croyons que nous sommes satisfait de notre mandat», a déclaré Bekele à l’auditoire.

Source: Ethiopian Review

L’Union Africaine veut l’extension .Africa

Le département infrastructure et énergie de la Commission de l’Union Africaine a réuni des experts africains à Addis Abeba en début novembre 2010 pour discuter du projet .Africa gtld. C’est un projet qui vise à faire obtenir la gestion de l’extension .Africa par une structure africaine. Les 13 experts africains qui ont fait le déplacement ont la mission de mener des réflexions sur les moyens financiers, techniques et structurels, ainsi que des démarches pour soumettre dans les temps la demande auprès de l’Icann, l’institution qui s’occupe de la gouvernance de l’internet.

Cette « dream team » africaine comprend 2 ivoiriens : M. Christian Roland le patron d’Assistweb et M. Souleymane Oumtanaga de l’Inphb, considéré comme le père de l’extension .ci (extension des noms de domaines de la Cote d’Ivoire). Elle devrait être complétée par d’autres experts prochainement pour renforcer des actions de lobbying.

Rappelons qu’à partir de 2011, il deviendra possible d’obtenir des extensions de nom de domaine plus longues comme .Africa ou .konankouadio, en plus des .com, .tv ou .info actuels.

Euclide Okolou

Source: OkiBourse.com

Internet en Afrique : VOUS AVEZ DIT NOMS DE DOMAINES AFRICAINS ?

La maîtrise des techniques avancées de gestion de noms de domaines de premiers niveaux constitue l’une des conditions sine qua non de la promotion de technologies de l’information en Afrique et particulièrement dans notre pays. Le plaidoyer est mené par le directeur de la communication de l’Organisation panafricaine des noms de domaines de premier niveau (AFTLD), Alioune B. Traoré. C’était à l’ouverture de l’atelier régional de formation sur la gestion des noms de domaines africains qui se tient depuis hier à l’Agence de gestion des technologies de l’information et de la communication (AGETIC). Le thème retenu est : « améliorer la gestion d’Internet en Afrique ».

La cérémonie d’ouverture de la rencontre était présidée par le secrétaire général du ministère de la Communication et des Nouvelles technologies, Cheick Oumar Maïga. Elle s’est déroulée en présence du directeur général adjoint de l’AGETIC, Mohamed Hady Diallo, du représentant de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Emmanuel Adjovi, des représentants des partenaires techniques et financiers et nombre de personnalités. Plus d’une cinquantaine de responsables en charge de la gestion des noms de domaines de premier niveau venant de différents pays africains prennent part à la rencontre. L’objectif de celle-ci est d’améliorer le fonctionnement et la gestion des noms de domaines de premiers niveaux représentant les pays en matière d’Internet dans le monde. Durant cinq jours, les participants vont examiner tous les paramètres touchant à la gestion des noms de domaines. Les débats porteront, entre autres, sur la définition des noms de domaines, leur fonctionnement et leur mise en oeuvre. Les noms de domaines constituent un groupe de mots formant un identifiant de domaine d’Internet, explique le directeur de la communication de l’AFTLD. Selon Alioune B. Traoré, un domaine est un ensemble d’ordinateurs reliés à Internet et possédant une caractéristique commune. « Cette rencontre est une opportunité pour les uns et les autres de comprendre ces termes relatifs à l’Internet. La maîtrise des noms de domaines permet de mieux identifier, mais aussi et surtout de mieux maîtriser un identifiant de tel ou tel pays. Vous savez il est plus facile de retenir un site du genre « www.aftld.org » que les nombreux chiffres codifiant qui l’accompagnent », a-t-il constaté, ajoutant qu’un nom de domaine n’est autre qu’un masque sur une adresse sur la toile.

Le directeur général adjoint de l’AGETIC, Mohamed Hady Diallo, et le secrétaire général du ministère de la Communication et des Nouvelles technologies, Cheick Oumar Maïga, ont tour à tour souligné l’importance d’une rencontre qui servira de point de départ pour une meilleure maîtrise de l’utilisation des noms de domaines, aussi bien en Afrique que dans notre pays. Cheick Oumar Maïga a salué l’engouement suscité chez les politiques par la promotion et de développement de l’informatique et de l’Internet. Cette prise de conscience a connu une cristallisation à travers l’organisation par les Nations unies, de 2002 à 2005, des deux phases du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI). Ce contexte international favorise et stimule des réflexions régionales et nationales, conduisant à la mise sur pied d’instruments politiques et juridiques régissant la société à l’ère des technologies numériques de communication, a noté Cheick Oumar Maïga. Enumérant les avantages du nom de domaine il a cité : la facilitation du commerce électronique ; la e-gouvernance ; l’amélioration de la gestion de la cyber-sécurité ; le développement des capacités humaines et techniques. Il favorise également les politiques nationales efficaces et un cadre juridique, a-t-il ajouté.

Malgré ces atouts, l’Afrique peine à s’arrimer au train de l’évolution technologique. Selon le classement mondial des registres des noms de domaines, au premier trimestre de l’année en cours en termes de domaines enregistrés, aucun pays africain ne figure dans le top 10. La situation n’est guère meilleure dans notre pays où il n’y a jusqu’ici que 400 noms de domaines enregistrés à la racine depuis la mise en activité de l’identifiant ccTLD (le fameux « .ml ») en septembre 1993 par le Centre national de recherche scientifique et technique (CNRST) et l’IRD. « Ce qui met encore une fois en exergue la fracture numérique entre le Nord et le Sud », a déploré Cheik Oumar Maïga. La promotion et l’appropriation des TIC constituent une des priorités du gouvernement pour lutter contre la pauvreté et accélérer le développement social et culturel, a confirmé le secrétaire général du ministère de la Communication et des Nouvelles technologies.

Source: L’Essor