Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: tk

Le Mali offre gratuitement ses noms de domaine .ML

Le Mali devient le premier pays africain à annoncer l’offre gratuite de ses domaines. Aujourd’hui, le registre Dot ML a publié le calendrier de lancement de l’espace de domaines de premier niveau (DPN) .ML. Dot ML – le nom de domaine du Mali – sera géré par l’Agence des Technologies de l’Information et de la Communication (AGETIC) sous forme de DPN générique, non restreint, propre et mondial, centré sur les personnes et les entreprises au Mali et à l’étranger.

Des noms de domaine gratuits seront proposés à tous les internautes au Mali et dans d’autres pays à partir du 15 juillet. Cette disponibilité générale sera précédée par des périodes Sunrise et Landrush, pour protéger les détenteurs de marques commerciales dans le monde entier. Aucune restriction ne sera imposée aux enregistrements de domaines gratuits et tout le monde peut revendiquer son propre domaine .ML. Les domaines .ML gratuits fonctionnent exactement de la même manière que les autres extensions et peuvent être renouvelés gratuitement à chaque période d’enregistrement.

« Offrir des noms de domaine gratuits à notre propre communauté et aux internautes du monde entier est une occasion unique pour nous », a déclaré Hawa Diakité, Chef Service Gestion du .ml d’AGETIC. « En raison des événements dans le nord du Mali, nous traversons une période très difficile ces derniers temps. Nous pensons que la mise à disposition de noms de domaine gratuits à notre population internaute va améliorer considérablement l’utilisation et la connaissance de l’industrie informatique dans notre pays ».

Le registre .ML sera opéré par Freedom Registry. Freedom Registry possède l’expertise et les connaissances pour gérer un vaste registre national car il est déjà l’opérateur des extensions en .TK. Dot TK est le plus grand registre national sur Internet, avec plus de 16 millions de noms de domaine actifs. Le nuage AnyCast de Freedom Registry, doté de serveurs dans 15 pays, assure la disponibilité permanente de tous les domaines.

Le calendrier de lancement de .ML a été dévoilé à la réunion de l’ICANN, qui s’est tenue à Beijing, en Chine. Il prévoit des phases Sunrise, Landrush et de disponibilité générale. La période Sunrise débutera le 1er mai 2013 et durera un mois, jusqu’au 31 mai. La phase Landrush commencera le lendemain et prendra fin le 14 juillet. La disponibilité générale sera inaugurée le 15 juillet lors de la réunion de l’ICANN, à Durban, en Afrique du Sud.

« Nous sommes fiers d’être le premier pays africain à proposer des noms de domaine gratuits », a déclaré Moussa Dolo, directeur général de l’AGETIC. « En offrant des noms de domaines gratuits aux internautes du monde entier, nous allons remettre le Mali sur le devant de la scène. Nous souhaitons montrer au reste du monde les possibilités fantastiques qu’offre notre pays ».

Au cours des phases Sunrise et Landrush, des centaines de noms de domaine génériques et premium seront libérés. Les personnes qui désirent développer et utiliser des domaines .ML sont invitées à contacter le registre pour étudier les possibilités de partenariat stratégique.

La disponibilité générale commencera le 15 juillet, date à laquelle les noms de domaine seront disponibles dans l’ordre des demandes. Les revendeurs n’auront pas à effectuer d’intégration technique pour les phases Sunrise et Landrush et pourront simplement se connecter au registre par API ou EPP avant la disponibilité générale. Toutes les phases du lancement ML sont ouvertes aux hébergeurs, offices d’enregistrement et organismes de protection des marques. Des détails complémentaires sur le calendrier de lancement, des réponses aux questions les plus fréquentes et le processus d’enregistrement des revendeurs sont disponibles sur le site www.dot.ml.

À propos de Dot ML

Dot ML est une initiative de l’Agence des Technologies de l’Information et de la Communication (AGETIC) de Bamako, au Mali. Soutenue par les membres de la communauté Internet locale, la mission de l’AGETIC est de développer et de promouvoir l’utilisation des noms de domaine et d’Internet au Mali. L’AGETIC utilise l’infrastructure et l’expertise de Freedom Registry pour gérer le domaine ML de manière stable et automatisée. Grâce à son équipe expérimentée, des réseaux fédérateurs multi-redondants et des serveurs racines DNS aux quatre coins du monde, Dot ML peut gérer des millions d’enregistrements et est entièrement sécurisé.

À propos de Freedom Registry

Freedom Registry est un opérateur de registre pour les DPN. Ce qui nous différencie des autres opérateurs de registre est que notre modèle économique est fondé sur la gratuité des noms de domaine. Tout comme les services de messagerie sont proposés gratuitement de nos jours (Gmail et Hotmail, par exemple), nous estimons que la meilleure manière d’attirer des registrants à un DPN est de leur offrir des noms de domaine gratuits. Chez Freedom Registry, nous savons que la gratuité des noms de domaine est une affaire de bon sens. Notre filiale, Dot TK, est l’opérateur du registre du DPN national pour les îles Tokelau depuis 2001. À ce jour, Dot TK est le seul registre de DPN à offrir des noms de domaine gratuits. De ce fait, les îles Tokelau (.tk) sont désormais le plus grand registre de domaine national de premier niveau au monde, avec un nombre d’enregistrements de noms de domaine actifs supérieur à la Russie et à la Chine combinées. En raison de cette croissance spectaculaire, Freedom Registry recherche activement à élargir son espace de noms pour soutenir ses objectifs commerciaux futurs.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Source: bfmtv.com

Pacific island cashes in on website domain

« People living on a tiny group of islands in the South Pacific are using the internet revolution to transform their lives.

Tokelau – comprised of three coral atolls that lie about 500 miles north of Western Samoa, halfway between New Zealand and Hawaii – has licensed the website domain extension assigned to the island, and is using the money it earns from the project to pay for computers and internet access.

Just as the United Kindgom was given the .uk suffix for use in website addresses, Tokelau was granted the .tk suffix for its website addresses.

In 2001, the island’s government was approached by Joost Zuurbier, an internet entrepreneur, with a view to his company licensing the rights to the website extension and sharing some of the revenue generated from these sites with the Tokelau government and its people.

The Dot TK website (www.dot.tk) allows anyone, anywhere in the world to generate a short, snappy address with the .tk suffix for their existing blog or website, or to shorten a web address to make it easier to remember and more user-friendly for people browsing the internet on handheld devices, similar to the services provided by TinyURL (tinyurl.com) and SnipURL (snipirl.com).

All people need to do is copy and paste the long address into the box on the Dot TK website, and a shortened web address will be generated.

Since the service launched in 2005, more than 1.6 million domain names with the .tk suffix have been created worldwide, and around 10,000 new sites are registered on a daily basis.

The revenue Tokelau has earned from the venture contributes towards more than 10 per cent of the island’s GDP , and has been spent on a high-speed satellite internet connection to all three atolls and more than 100 communal computers for use by the 1,500 islanders and government departments.

More than 8,000 Tokelauans live overseas, mainly in Australia and New Zealand, and Aukusitino Vitale, head of the island’s telecomms company, says the arrival of the internet has revolutionised the way people communicate with one another, allowing them to keep in touch with family members who live elsewhere.

« It’s great being able to communicate freely. We noticed that our revenue for telephone use on the island had come down by about 40 per cent [since the arrival of the internet], because people were using Skype and other VOIP services to allow them to call other people free.

« Now the islanders are wanting extra bandwidth. People are wanting to download music and put things on YouTube. Everyone wants to do those things. »

Vitale also said that an increasing number of users were creating MySpace accounts and using social-networking sites as well.

Although largely self-governing, Tokelau relies on a combination of subsidies and grants provided by the New Zealand government and other organisations, and a small amount of income from exported handicrafts.

Dot TK earns money from targeted advertising embedded on all web pages with the .tk suffix, and a percentage of that is then given to the Tokelauan government in royalty fees.

The plan almost never made it off the drawing board, however: it took four years for Zuurbier to convince ICANN, the governing body for domain name registration, that his contract with the pacific islanders was real.

It was only after one ICANN member mentioned he had visited Tokelau some thirty years previously, and a delegation of islanders were bought before an ICANN meeting in New Zealand, that Zuurbier got the green light.

The project has echoes of another pacific island’s decision to cash in on their domain name suffix.

Tuvalu, which was granted the « .tv » suffix, signed a deal with an American company several years ago to provide licensing of the hugely popular domain name extension, with bids usually starting at around $1,000.

« We didn’t want to go the same way as .tv, » says Zuurbier, who says that safeguards have been put in place to ensure islanders and essential services get first pick of guaranteed permanent .tk web addresses.

All other users of the .tk suffix will need to ensure their website gets at least 25 hits every 90 days in order to keep their new domain name.

Dot TV has also made its application programming interface – the website’s « building blocks » – available to the web developer community in the hope of raising the profile of the service.

Things have moved on so much since the project was launched that Tokelau now even has wireless internet.

« It’s very exciting, » says Vitale. And it means islanders can surf the net on their laptops from the beach.

Tokelau facts:

-Tokelau is comprised of three coral atolls: Atafu, Nukunonu and Fakaofo. It has no capital city

-The islands cover a total area of 10 sq km

– Tokelau has a population of just 1,500

– There is no harbour or airport

– Islanders speak Tokelauan, English and Samoan

– It’s difficult to grow fruit and vegetables on the island, although pumpkins are easy to cultivate »

Source Telegraph.co.uk

L’extension gratuite .TK fait le bonheur des îles Tokelau

« L’attribution des extensions des noms de domaine aux différents endroits de la planète a souvent été une cagnotte pour les heureux élus. On cite l’exemple typique des îles Tuvalu qui ont hérité du fameux .TV, et dont les fortes spéculations étaient nécessairement prévisibles dans ce monde ultra médiatisé. Le .TK a été attribué lui à l’archipel de Tokelau (10 km² et 1500 habitants). Pour ce micro Etat, la valeur d’un nom de domaine en .TK n’a évidemment pas les mêmes attraits que son confrère des îles Tuvalu. On le sait, l’archipel a trouvé un moyen ingénieux pour rendre attractif cette extension, comme le pointent Domainesinfo.fr et Telegraph.co.uk.

Le pays a décidé depuis bien longtemps de rendre gratuite cette extension, avec la règle du premier arrivé, premier servi. L’expérience avait déjà été menée dans le passé avec les .Info et le .Be, des expériences moyennement heureuses puisque comme le note Domaines.info, ‘ ceux qui prennent des noms gratuits le font presque par « gourmandise », sans associer une réelle valeur à leurs noms. Résultats, ils ne les renouvellent pas ‘.

Afin de limiter ce risque, le site a combiné un créateur d’URL avec un réducteur d’adresse, un peu similaire à TinyURL. On peut créer n’importe quel nom de domaine afin de rediriger vers n’importe quel site de son choix. Par exemple, une annonce en ligne, un blog, etc. Seule contrepartie : l’archipel affiche un petit bandeau de pub en haut de la page afin de faire fructifier cette offre. L’enregistrement et la redirection seront conservés sans limites de temps, dès lors qu’au moins 25 personnes rendent visite au site dans les 90 jours (désolé PcINpact.tk a été enregistré).

Ce sont les résultats qui sont intéressants : grâce à ses noms de domaine, ce petit pays de quelques kilomètres carré a enregistré plus de 1,6 million de noms de domaines en .TK avec 10 000 sites enregistrés chaque jour. Ce commerce un peu particulier représente aujourd’hui 10 % du produit intérieur brut. Connexion satellite et ordinateurs mis à disposition des contribuables dessinent aujourd’hui une carte postale quelque peu différente de ce qu’on peut imaginer d’un archipel du fin fond du Pacifique. »

Source PCInpact