Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: suppression

MafiaaFire : l’extension Firefox que Mozilla refuse de supprimer

Le département de la sécurité intérieure américaine ne veut pas d’une extension Firefox qui permet de contourner le blocage de certains noms de domaine suspectés de favoriser la contrefaçon. Mozilla résiste.

L’extension MafiaaFire figure toujours au catalogue de Firefox, en dépit des efforts du département de la sécurité intérieure (DoH) des Etats-Unis pour qu’elle soit supprimée. La fondation Mozilla a en effet refusé d’accéder à cette demande des autorités, qui reprochent à MafiaaFire de contourner le blocage de plusieurs sites accusés de faciliter la contrefaçon. En 2010, plusieurs dizaines de noms de domaine ont en effet été interdits d’accès par le DoH, via les serveurs de DNS (qui assurent la conversion adresse IP/nom de domaine).
MafiaaFire permet de court-circuiter les serveurs DNS depuis Firefox, grâce à une liste d’adresses IP tenue à jour par les créateurs de l’extension. Selon Mozilla, cet outil n’a rien d’illégal, jusqu’à preuve du contraire. Harvey Anderson, vice-président de Mozilla, s’en explique sur son blog.
« Une cour de justice s’est-elle prononcée sur la légalité de l’extension MafiaaFire ? Si oui, sur quelle base ? (merci de fournir les jugements correspondants) », demande-t-il aux représentants du DoH, puis il ajoute : « Est-ce que Mozilla est légalement contraint de désactiver l’extension ou cette demande est-elle basée sur d’autres motifs ? Si c’est le cas, pouvez-vous les préciser ? » A ce stade, la fondation n’a reçu aucune réponse des autorités.

Coup de pub pour MafiaaFire

Sur le fond, ce que la fondation reproche au DoH, c’est d’intervenir en dehors de tout contrôle judiciaire, sans l’accord d’un juge pour légitimer sa demande. « Un des problèmes fondamentaux ici est de savoir sous quelles conditions un intermédiaire accède aux demandes d’un gouvernement qui peuvent conduire à une censure et à menacer un Internet ouvert », écrit le vice-président de Mozilla.
D’autant plus que, dans cette affaire, les industries du disque et du cinéma sont fortement soupçonnées d’être à l’origine des demandes de blocage exercées par le DoH. Autrement dit, la censure de MafiaaFire sert avant tout des intérêts privés. D’où la nécessité impérative, explique Mozilla, d’encadrer toute intervention par la justice.
Quoi qu’il en soit, l’intervention du DoH risque bien d’avoir un effet contraire à celui désiré. Le compteur de téléchargement de MafiaaFire, ne cesse de grimper depuis la médiatisation de cette extension.
Source: 01net

Suprnova fait son retour sur le Web

Séquence nostalgie. On le croyait définitivement mort et enterré, mais suprnova.org est de retour sur la Toile… Dans une version complètement remaniée. Les fins connaisseurs de BitTorrent s’en souviennent avec la larme à l’œil : ce site d’origine slovène était, au début des années 2000, l’un des plus populaires au monde pour dénicher des contenus piratés, avant même l’émergence de The Pirate Bay. Il avait été fermé en 2004 après des menaces de poursuites judiciaires. En 2007, son créateur, Slonçek, offre le nom de domaine à l’équipe de The Pirate Bay qui n’en fait grand-chose, si ce n’est une copie du célèbre tracker…

En 2010, Slonçek décide de reprendre les choses en main et rachète le nom de domaine à The Pirate Bay… Pour faire de cette ancienne icône un site différent à 100 %. Le résultat de sa réflexion, on peut le consulter sur le nouveau SuprNova.org. Qui garde le design historique du site, mais troque les liens vers des contenus illégaux contre des contenus vidéo tout à fait légitimes. D’après le site Slyck, spécialisé dans le P2P, Slonçek souhaite créer « un nouveau format d’émissions » dont la durée ne dépasserait pas les 5 minutes, et qui dureraient « entre 15 et 45 secondes idéalement ».

Slonçek ne propose pour l’instant qu’une offre famélique, qui ne comprend que quatre émissions différentes. Pas sûr qu’avec une programmation aussi limitée Suprnova parvienne a retrouver son succès d’antan…
Source: 01net

Suppression sans rédemption par l’AFNIC

Toute suppression de noms de domaine est suivie par une période de rédemption de 30 jours.

Cependant, l’AFNIC peut être amenée à supprimer de sa propre initiative des noms de domaine non conformes à la charte suite à des opérations d’identification et/ou de vérification d’éligibilité.

Désormais, ces noms de domaine ne bénéficieront plus de la période de rédemption et ne pourront pas être « restaurés » par le bureau d’enregistrement sortant.

Pour des raisons techniques, l’opération de suppression se déroulera en deux étapes :

– Transfert des noms de domaine par l’AFNIC vers son compte. Dans la
base Whois , ces noms de domaine apparaîtront sous le nom du bureau
d’enregistrement : « AFNIC -Opération-Interne »
– Suppression définitive des noms de domaine par l’AFNIC.

Cette suppression sans rédemption entre en vigueur immédiatement.

Source: Afnic