Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: new gtlds

Vin et Internet : la position de Stéphane Le Foll

Quelle est la position du Ministre de l’Agriculture sur le projet de gestion des noms de domaines sur la thématique vinicole et sur la rumeur d’un probable durcissement de la législation encadrant la publicité et l’information sur le vin ? Nous lui avons posé la question lors de sa venue dans l’Yonne, jeudi 12 juin.

Blocage du projet de gestion de noms de domaines et demande de statu quo sur la publicité du vin sur internet : Stéphane Le Foll a une position plutôt tranché sur ces deux questions.

La gestion des noms de domaines en .vin et .wine :

À l’automne 2011, l’organisation américaine Icann a ouvert les candidatures pour la gestion des noms de domaines sur la thématique vinicole. Celles-ci devaient être déposées avant mars 2012. A l’époque, les producteurs de vins n’avaient pas déposé de candidature pour gérer les noms de domaine en .vin. En revanche, Donuts co, petite société américaine fondée par des habitués des noms de domaine, a bien fait acte de candidature. Pour le .wine, trois candidatures ont été déposées à l’Icann, par: Donuts.Co (Etats-Unis), Famous Four Media (Gibraltar) et Afilias (Irlande).
À l’été 2013, les producteurs Français se sont brusquement élevés contre l’attribution de la gestion du nom de domaine .vin à une société privée étrangère qui n’aura pas pour souci le respect des Indications Géographiques Protégées (IGP). L’Icann devait prendre sa décision d’attribution cet automne, mais elle l’a repoussé. Le 14 mai dernier, l’Icann a refusé de mettre en place des espaces Internet respectant les souhaits et l’historique d’organisations du monde réel. Elle devrait normalement intervenir d’ici quelques jours

La publicité du vin sur internet :

Les professionnels de la filière vitivinicole s’inquiètent d’un probable durcissement de la législation encadrant la publicité et l’information sur le vin. En particulier, ils redoutent que les nouvelles restrictions à la publicité autour du vin, attendues du futur projet de loi sur la santé publique, ne soient l’occasion de prohiber également la promotion indirecte du vin induite par les contenus informatifs en ligne dédiés au vin : sites des vignerons et négociants, pages web des collectivités et offices de tourisme promouvant l’œnotourisme.

Ce qui est prévu par la loi Evin du 10 janvier 1991.

Cette loi a posé le principe général d’une interdiction de la publicité, directe et indirecte, en faveur de l’alcool sous toutes ses formes, sauf dans les cas limitativement énumérés à l’article L3323-2 du CSP.(4) Parmi les médias autorisés à diffuser des publicités sur le vin et l’alcool, l’article L3323-2 inclut : la presse écrite (à l’exclusion des publications destinées à la jeunesse, telles que définies dans la loi du 16 juillet 1949), la radio dans les tranches horaires déterminées par décret en Conseil d’Etat, les affiches et enseignes, les catalogues et brochures envoyés par les professionnels (producteurs, fabricants, négociants, etc.). L’un des apports majeurs de la loi Bachelot de 2009 a été de compléter cette énumération en y ajoutant les services de communication en ligne (à l’exclusion des sites destinés principalement à la jeunesse et des sites édités par des associations, sociétés et fédérations sportives), « sous réserve que la propagande ou la publicité ne soit ni intrusive, ni interstitielle. »
Source: lyonne.fr

30 000 candidats pour le .bzh

L’extension Internet bretonne sera ouverte le 1er septembre. Elle suscite un vif intérêt des entreprises, collectivités et particuliers.

Lancé dès 2004 par le député du Finistère Christian Ménard, mis en oeuvre par Mikaël Bodloré-Penlaez via le site geobreizh.com et soutenu financièrement par la Région Bretagne, le projet de création d’une extension Internet en .bzh entre dans sa phase opérationnelle. « Dans quelques jours, assure David Lesvenan, président de l’association www.bzh, nous devrions obtenir de l’ICANN, le gestionnaire des noms de domaine, une délégation complète. » L’extension .bzh, précise-t-il, est d’ailleurs déjà en cours d’installation sur les serveurs mondiaux. Avant même l’ouverture du service, quelque 30 000 candidats ont exprimé « une manifestation d’intérêt » auprès des opérateurs en préréservant un nom de domaine. L’extension .berlin récemment disponible a enregistré 35 000 inscriptions dès le premier jour. « C’est une population comparable à celle de la Bretagne à cinq départements sur laquelle nous opérons » note David Lesvenan.

« Des nouveaux territoires numériques »

Du 1er septembre au 31 octobre, les titulaires de marques déposées à l’INPI ou la TMCH, la base de données de marques de l’ICANN, seront les premiers à pouvoir enregistrer leur nom de domaine. Suivront, du 1er au 14 novembre, les collectivités, associations, appellations d’origine contrôlée, etc. Du 14 au 30 novembre, les termes génériques les plus demandés seront proposés aux enchères. Enfin, à partir du 1er décembre, ouverture générale selon le principe du premier arrivé, premier servi, avec activation immédiate du nom de domaine.

« Le commerce sur Internet est celui qui se développe le plus. De nouveaux territoires numériques s’ouvrent, ils sont à conquérir » assurent l’association www.bzh et son partenaire, l’AFNIC, gestionnaire technique de la plateforme.

Auteur: Jean-Laurent BRAS

Source: entreprises.ouest-france.fr

Nouvelles extensions .vin et .wine: l’inquiétude des vignerons

Trois sociétés internationales sont candidates pour gérer les futurs sites internet en wine  La profession viticole redoute de devoir un jour leur payer une redevance pour utiliser le nom muscadet.

Que sont les noms de domaine sur internet ?

Ce sont les suffixes qui permettent de constituer les noms de sites : on connaît par exemple .fr, .net, .org, etc. L’Icann, l’organisme américain en charge de leur gestion, a lancé un appel d’offres en 2011, afin d’en créer de nouveaux. Trois entreprises internationales se sont positionnées pour gérer les suffixes .wine. L’une d’elles a proposé de s’occuper aussi de .vin.

Les sociétés ont annoncé que, si elles étaient retenues par l’Icann, elles loueraient à leur tour au plus offrant les noms de domaine de second niveau. Autrement dit, un opérateur voulant créer un site champagne.vin, ou muscadet.wine devrait verser une redevance à la future entreprise délégataire.

Que craignent les viticulteurs ?

La Confédération nationale des appellations d’origine contrôlée (Cnaoc) redoute plusieurs conséquences : « On peut craindre que des noms d’appellation soient revendus à des sociétés n’ayant rien à voir avec la région de production, avec le risque de détournement de notoriété, voire de contrefaçon, explique la Cnaoc. Par ailleurs, l’entreprise gestionnaire pourrait demander un prix exorbitant pour réserver un nom, ce qui serait une forme de racket pour les appellations. » Et pour le consommateur ? « Il risque d’être trompé sur le produit qu’il acquiert. »

Qu’en dit le Syndicat de défense du muscadet ?

Il suit de très près ce dossier. « Il paraîtrait inconcevable qu’un vigneron nantais doive demander l’autorisation d’utiliser le nom muscadet et de devoir verser une redevance pour le faire. Tout cela auprès d’une société à l’autre bout du monde », s’indigne Joël Forgeau, le président du Sdaoc.

Il souligne également que l’oenotourisme est en plein développement et que cette activité passe essentiellement par internet. « Ce marché ne doit pas nous échapper. » Mais le Sdaoc pourrait-il lui-même louer le nom muscadet.wine ? « Nous n’en avons pas les moyens. On parle ici en centaines de milliers d’euros. »

Où en est le dossier aujourd’hui ?

La commission européenne a fait part de ses inquiétudes, auprès de l’Icann. Si bien que l’organisme américain a accordé, début avril, un délai de soixante jours pour permettre de trouver un accord.

Autour de la table, il y a les entreprises candidates et les représentants des viticulteurs : la Cnaoc, la Fédération européenne des vins d’origine. Et même des groupements de vignerons californiens. « Nous demandons que les noms d’appellation soient réservés aux organismes locaux qui en assurent la protection, indique Pascal Bobillier-Monnot, le directeur de la Cnaoc. Et si un nom de domaine prête à confusion, nous souhaitons la mise en place d’un arbitrage indépendant. » Néanmoins, l’issue des négociations est très incertaine : « L’une des trois sociétés candidates n’y participe pas. Une deuxième campe sur ses positions. Seule la troisième semble ouverte à la discussion. » Les négociateurs ont jusqu’au 3 juin pour trouver un terrain d’entente. « Mais on craint que l’Icann délègue les noms sans condition, y compris en cas d’accord. »

Auteur: Jacques SAYAGH

Source: entreprises.ouest-france.fr

Amazon n’obtient pas de noms de domaines en .Amazon

Privilégiant les intérêts du Brésil et du Pérou pour l’Amazonie, l’ICANN a rejeté la demande d’Amazon, qui souhaitait pouvoir créer des noms de domaine en .amazon.

Amazon espérait obtenir la jouissance du nom de domaine de premier niveau (TLD) .Amazon, mais il a finalement échoué. Le site Domain Incite rapporte que la commission de l’ICANN en charge de la création des nouvelles extensions a rejeté la candidature du commerçant, qui souhaitait également bénéficier des domaines équivalents en traductions chinoise et japonaise.

L’ICANN a ainsi suivi l’avis émis dans le communiqué de Durban en juillet 2013 par le GAC, sa commission de conseil composée de représentants des gouvernements et d’organisations internationales. Cet avis n’est pas impératif, mais l’ICANN était légalement et politiquement obligée de se justifier si elle choisissait de ne pas respecter son orientation.

Suite aux contestations d’Amazon contre l’avis du GAC, l’ICANN avait diligenté une expertise juridique pour déterminer si le droit international s’opposait à ce qu’Amazon détienne un TLD qui pourrait également profiter à l’Amazonie. Le marchand en ligne prétendait que l’Amazonie n’était pas une région géographique dont le nom était protégé en tant que tel par les traités internationaux. L’expertise a reconnu que rien ne s’opposait à ce qu’Amazon détiennent le .Amazon, mais que rien n’obligeait également l’ICANN à donner satisfaction à la firme de Jeff Bezos.

L’organisation s’est donc basée sur l’échange de correspondances avec des représentants des pays d’Amérique du Sud concernés), et avec Amazon, pour établir son propre jugement sur l’équilibre des droits en cause. Le Brésil et le Pérou, qui partagent l’Amazonie, avaient expliqué qu’ils ne voulaient pas qu’une société privée détienne un TLD qui pouvait réunir les sites des différentes communautés vivant dans la plus grande forêt du monde, ou qui visent à sensibiliser la population mondiale à son importance écologique.

Amazon dispose cependant toujours de recours, qui pourraient relancer l’affaire.

Auteur : Guillaume Champeau

Source: numerama.com

Axa, première société française à lancer un site en .marque

A l’occasion de la publication de son rapport annuel, l’assureur a mis en ligne un site dédié doté d’une adresse en .axa.

Première marque française à avoir ce privilège, Axa est aussi parmi les premières entreprises au monde à se voir confier la gestion d’une extension aux couleurs de sa marque par l’Icann qui coordonne les noms de domaine et les adresses internet à l’échelle de la planète.

Pour Axa, « la maitrise exclusive du .axa permettra de faire de cette extension un signe de reconnaissance et de confiance pour les consommateurs. La visibilité et la cohérence de la marque Axa en seront renforcées. Enfin, le groupe pourra progressivement structurer sa présence sur internet à travers le monde. »

ouverture totale 07/05/14 : .club, .cool, .watch

Le pré-enregistrement de ces extensions est possible dès à présent, jusqu’à la veille de l’ouverture, directement via notre système d’enregistrement habituel sur notre site internet. En pré-enregistrant votre nom de domaine avant l’heure, vous vous donnez de plus grande chance d’obtenir le nom de domaine souhaité. Effectivement, à l’heure H, le jour J, votre commande de pré-enregistrement sera envoyé directement au registre par Namebay pour validation de l’enregistrement définitif. Votre domaine sera alors automatiquement enregistré, pendant que d’autres internautes seront encore en train de procéder à l’enregistrement … qu’ils n’obtiendront pas !

Ou alors, à partir d’aujourd’hui à 17h, vous pourrez procéder à l’enregistrement de ces extensions directement via notre système d’enregistrement habituel sur notre site internet.

L’enregistrement de ces nouveaux noms de domaine fonctionne sur le mode du « 1er arrivé, 1er servi » et ces extensions sont ouvertes à tous, sans conditions particulières.
N’hésitez plus, participez dès aujourd’hui à cette nouvelle révolution et faites entrer votre organisation dans cette nouvelle ère !

Consultez notre calendrier des prochaines ouvertures !

ouverture totale 17/04/14 : .agency, .bargains, .boutique, .cheap, .futbol, .reviews, .zone

Le pré-enregistrement de ces extensions est possible dès à présent, jusqu’à la veille de l’ouverture, directement via notre système d’enregistrement habituel sur notre site internet. En pré-enregistrant votre nom de domaine avant l’heure, vous vous donnez de plus grande chance d’obtenir le nom de domaine souhaité. Effectivement, à l’heure H, le jour J, votre commande de pré-enregistrement sera envoyé directement au registre par Namebay pour validation de l’enregistrement définitif. Votre domaine sera alors automatiquement enregistré, pendant que d’autres internautes seront encore en train de procéder à l’enregistrement … qu’ils n’obtiendront pas !

Ou alors, à partir d’aujourd’hui à 17h, vous pourrez procéder à l’enregistrement de ces extensions directement via notre système d’enregistrement habituel sur notre site internet.

L’enregistrement de ces nouveaux noms de domaine fonctionne sur le mode du « 1er arrivé, 1er servi » et ces extensions sont ouvertes à tous, sans conditions particulières.
N’hésitez plus, participez dès aujourd’hui à cette nouvelle révolution et faites entrer votre organisation dans cette nouvelle ère !

Consultez notre calendrier des prochaines ouvertures !

ouverture totale 24/04/14 : .red

Le pré-enregistrement de cette extension est possible dès à présent, jusqu’à la veille de l’ouverture, directement via notre système d’enregistrement habituel sur notre site internet. En pré-enregistrant votre nom de domaine avant l’heure, vous vous donnez de plus grande chance d’obtenir le nom de domaine souhaité. Effectivement, à l’heure H, le jour J, votre commande de pré-enregistrement sera envoyé directement au registre par Namebay pour validation de l’enregistrement définitif. Votre domaine sera alors automatiquement enregistré, pendant que d’autres internautes seront encore en train de procéder à l’enregistrement … qu’ils n’obtiendront pas !

Ou alors, à partir d’aujourd’hui à 17h, vous pourrez procéder à l’enregistrement de cette extension directement via notre système d’enregistrement habituel sur notre site internet.

L’enregistrement de ces nouveaux noms de domaine fonctionne sur le mode du « 1er arrivé, 1er servi » et ces extensions sont ouvertes à tous, sans conditions particulières.
N’hésitez plus, participez dès aujourd’hui à cette nouvelle révolution et faites entrer votre organisation dans cette nouvelle ère !

Consultez notre calendrier des prochaines ouvertures !

ouverture totale 23/04/14 : .codes, .farm, .viajes

Le pré-enregistrement de ces extensions est possible dès à présent, jusqu’à la veille de l’ouverture, directement via notre système d’enregistrement habituel sur notre site internet. En pré-enregistrant votre nom de domaine avant l’heure, vous vous donnez de plus grande chance d’obtenir le nom de domaine souhaité. Effectivement, à l’heure H, le jour J, votre commande de pré-enregistrement sera envoyé directement au registre par Namebay pour validation de l’enregistrement définitif. Votre domaine sera alors automatiquement enregistré, pendant que d’autres internautes seront encore en train de procéder à l’enregistrement … qu’ils n’obtiendront pas !

Ou alors, à partir d’aujourd’hui à 17h, vous pourrez procéder à l’enregistrement de ces extensions directement via notre système d’enregistrement habituel sur notre site internet.

L’enregistrement de ces nouveaux noms de domaine fonctionne sur le mode du « 1er arrivé, 1er servi » et ces extensions sont ouvertes à tous, sans conditions particulières.
N’hésitez plus, participez dès aujourd’hui à cette nouvelle révolution et faites entrer votre organisation dans cette nouvelle ère !

Consultez notre calendrier des prochaines ouvertures !

ouverture totale 17/04/14 : .blue, .pink, .kim

Le pré-enregistrement de ces extensions est possible dès à présent, jusqu’à la veille de l’ouverture, directement via notre système d’enregistrement habituel sur notre site internet. En pré-enregistrant votre nom de domaine avant l’heure, vous vous donnez de plus grande chance d’obtenir le nom de domaine souhaité. Effectivement, à l’heure H, le jour J, votre commande de pré-enregistrement sera envoyé directement au registre par Namebay pour validation de l’enregistrement définitif. Votre domaine sera alors automatiquement enregistré, pendant que d’autres internautes seront encore en train de procéder à l’enregistrement … qu’ils n’obtiendront pas !

Ou alors, à partir d’aujourd’hui à 17h, vous pourrez procéder à l’enregistrement de ces extensions directement via notre système d’enregistrement habituel sur notre site internet.

L’enregistrement de ces nouveaux noms de domaine fonctionne sur le mode du « 1er arrivé, 1er servi » et ces extensions sont ouvertes à tous, sans conditions particulières.
N’hésitez plus, participez dès aujourd’hui à cette nouvelle révolution et faites entrer votre organisation dans cette nouvelle ère !

Consultez notre calendrier des prochaines ouvertures !