Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: new gtlds

25 Registrations For New TLDs After One Week

There are now 25 registrations for new generic Top Level Domains one week into the three month application period ICANN has announced. However, this number does not necessarily represent the total number of applications since each registrant can apply for up to 50 new gTLDs.
More details will not be available for now as ICANN is not disclosing any further details until after the deadline to register in the TLD Application System, 29 March, is reached. If applicants are not registered in the system by that date, they will be unable to apply.

ICANN began accepting applications for new gTLDs as of one minute past midnight (UTC) on Thursday, 12 January and to date (19 January) the organisation says the application system is functioning without a hitch.

In early May, approximately two weeks after the new gTLD application window closes, ICANN will publish a list of the applications and who has applied for which domain name.

« I can state firmly that one week into the process, the application system for the new domain names is functioning just as it should, » said Rod Beckstrom, ICANN’s President and Chief Executive Officer. « This is a reflection of the careful planning, hard work and long hours our staff spent preparing for last week’s launch. »

Applications are being accepted not just for gTLDs in Latin characters, but also for the first time in non-Latin language scripts such as Arabic, Chinese and Cyrillic.

« I couldn’t be more pleased, » said Michael Salazar, Director of the New gTLD program. « ICANN spent six years working to ensure it got this program right and we worked particularly hard to make certain the application portion of the program went smoothly. »

Initial processing of the applications is expected to be completed in mid-November 2012 and the first new generic Top-Level Domains are expected to be online sometime in early 2013.

Source DomainNews.com

L’Icann précise les modalités d’attribution des nouveaux noms de domaine génériques

Rod Beckstrom, président de l’Icann, a détaillé les modalités de création de nouvelles extensions dans les adresses Web en .com, .net ou .org lors d’une réunion, mercredi 21 septembre à Paris. Le système actuel des noms de domaine comporte une vingtaine de noms de domaines génériques de premier niveau (« gTlds »), dont le .com est le plus courant. S’y ajoutent les domaines liés aux noms de pays, comme le .fr.

A l’issue d’une réunion au mois de juin, à Singapour, le conseil d’administration de l’Icann a approuvé l’arrivée de nouveaux suffixes. « L’un des buts de l’Icann était de donner plus de choix au consommateur et d’introduire plus de compétition dans le secteur des noms de domaine », explique Rod Bekstrom. « Créer de nouveaux domaines génériques est donc dans l’ADN de l’Icann », poursuit-il.

Ces extensions s’adressent avant tout aux marques. Le ticket d’entrée pour postuler sera en effet des plus élevés : 185 000 dollars (135 000 euros), au minimum. Mais l’organisation chargée des noms de domaines assure que d’autres acteurs, comme les organismes internationaux, pourraient être intéressés car il sera possible de demander des extensions en caractères non latins. Rappelons qu’une fois qu’une entreprise possède un nom de domaine, elle est libre de rendre ses adresses publiques, ou de les laisser privées, pour un usage interne.

Dans le cadre de cette procédure, les postulants ne disposeront que d »une courte période pour manifester leur intérêt, entre le 12 janvier et le 12 avril 2012. Il s’agira qui plus est d’une procédure longue, puisque le délai sera d’environ un an, entre la candidature et la mise en service. Malgré cela, l’Icann s’attend à des centaines de candidatures. Il n’y aurait pour l’heure pas de calendrier arrêté pour un éventuel nouvel appel à extensions.

« UNE PARTIE D’INTERNET »

Un système d' »objections » permet également de contester avant l’attribution définitive d’une extension. A qui doit revenir, par exemple, le .apple ? Au groupe informatique ou à des vendeurs de fruits et légumes ? En cas d’impasse, l’Icann procédera, in fine, à une enchère. Mais un problème demeure pour les marques. Devront-elles se protéger sur toutes les nouvelles extensions, et multiplier ainsi de coûteux investissements ?

L’Icann entend enfin soigner la sécurité de ces nouveaux domaines, avec l’obligation de proposer un service DNSsec, version sécurisée du système qui établit une correspondance entre les adresses IP des ordinateurs et les noms de domaines. « Posséder une extension en .com, par exemple, n’est pas la même chose que d’avoir un .marque, parce que, dans ce cas, on possède une partie de l’Internet, et que l’on doit être tenu responsable pour cela », souligne M. Beckstrom. Chaque année, les propriétaires de ces nouveaux noms de domaines devront également acquitter des frais de renouvellement de quelques milliers d’euros.

Mais l’ouverture des nouveaux noms de domaines est un sujet de plus en plus controversé. Depuis le mois d’avril, le .xxx, réservé aux sites pornographiques, est intégré à la Racine d’Internet, après des années de bataille judiciaire et politique. L’enjeu est également diplomatique, certains Etats, comme l’Inde, ayant prévenu qu’ils bloqueraient les sites en .xxx.

Source LeMonde.fr

Cybersquatters Not Allowed to Apply for New gTLDs

Cybersquatters not allowed to apply for new TLDs. Does that include domain registrars?

The latest version of ICANN’s guidebook for new top level domain name applicants includes language to prohibit cybersquatters from applying for new top level domain names. This could have interesting implications if people get technical about it.

First, here’s who is not allowed to apply:

b. Applicant, or any partner, officer, director, or manager, or any person or entity owning (or beneficially owning) fifteen percent or more of applicant is the subject of a pattern of decisions indicating liability for, or repeated practice of bad faith in regard to domain name registrations, including:

i. acquiring domain names primarily for the purpose of selling, renting, or otherwise transferring the domain name registrations to the owner of a trademark or service mark or to a competitor, for valuable
consideration in excess of documented out-of-pocket costs directly related to the domain name; or

ii. registering domain names in order to prevent the owner of the trademark or service mark from reflecting the mark in a corresponding domain name; or

iii. registering domain names primarily for the purpose of disrupting the business of a competitor; or

iv. using domain names with intent to attract, for commercial gain, Internet users to a web site or other on-line location, by creating a likelihood of confusion with a trademark or service mark as to the source, sponsorship, affiliation, or endorsement of the web site or location or of a product or service on the web site or location.

In other words, anyone who has lost a number of domains through UDRP need not apply. That includes many of the companies I suspect are looking into applying for new top level domains. But some of them are good at hiding it by transferring domains in return for the complainant dropping the case, so UDRP records are not a reliable record of their actions.

I wonder if some new gTLD applicants are quietly sweating this one out.

source DomainNameWire.com

Minds+Machines Sues Wolfgang Puck over .Food TLD

Consulting firm sues Wolfgang Puck and his wife over failed .food deal.

As if the new top level domain craze couldn’t get any weirder, new TLD consulting firm Minds+Machines is suing Wolfgang Puck and his wife. The lawsuit was filed by Minds+Machines, Top Level Domain Holdings, LTD., a British Virgin Islands registered company, and Federick R. Krueger.

The lawsuit claims that Wolfgang Puck and his wife tried to interject themselves into all new TLDs Minds+Machines is working on and that Puck ceased to jointly promote .food as agreed.

The contents of the lawsuit summarize what Minds+Machines alleges:

A. Minds+Machines Offers Top-Level Domain Registration and Operation Services.
B. Wolfgang Puck and Minds+Machines Agreed to Jointly Promote and Apply for .FOOD
C. Wolfgang Puck’s Wife, Gelila Puck, Interjected Herself in the Relationship Between Minds+Machines and Wolfgang Puck
D. Gelila Puck Unsuccessfully Sought to Become Involved in the Top-Level Domain Business
E. Gelila Puck Interfered with Minds+Machines’ Existing Business Relationships.
F. The Parties Negotiated, But Did Not Enter Into, a Broader Agreement
G. Gelila Puck Became Hostile Towards Plaintiffs
H. The Pucks Falsely Claim the Short-Form Agreement Is in Effect and have
Threatened to Sue Minds+Machines, TLDH, and Krueger.

The lawsuit claims Minds+Machines has already spent $100,000 promoting the TLD. The lawsuit alleges Gelila Puck, who has no technical background, “became personally and emotionally invested in the top-level domain business and came to dominate the parties’ relationship.” She “began to tell her acquaintances that she was creating the “new Internet.” She also frequently told friends, acquaintances, and business people that she was the “next Bill Gates.”

The Pucks sent a demand letter to Top Level Domain Holdings, saying that it owned 50% of .FOOD, 50% of any TLD business that was the result of an introduction made by the Pucks, and the right to co-invest in any new TLD that TLDH works on. These demands are based on a a draft agreement between the Pucks and TLDH that TLDH argues was never signed.

It gets better. The lawsuit file is here.

L’attribution des noms de domaine, un véritable enjeu

Gestionnaire des noms de domaine, l’ICANN n’a de compte à rendre qu’au gouvernement américain, selon un accord arrivant à échéance fin septembre. Comme les autres pays européens, la Suisse milite pour une ouverture aux gouvernements et à la société civile. Les propos de Frédéric Riehl.

C’est une question centrale pour l’avenir de l’Internet et son universalité, mais elle divise depuis des années: comment internationaliser la gestion du cœur de l’internet, sans en altérer son bon fonctionnement et sa stabilité.

Depuis ses débuts, l’Internet est piloté depuis les Etats-Unis. En 1998, l’autorité de régulation du Net a été confiée à l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), une société californienne de droit privé sous tutelle du ministère américain du commerce.

Lors du Sommet mondial de la société de l’information (SMSI à Genève en 2003 et à Tunis en 2006), les Etats n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur une formule permettant de réformer ou remplacer l’ICANN. Faute de solution, le sommet onusien a créé un Forum pour la gouvernance de l’Internet (l’IGF, dirigé par le Suisse Markus Kummer) chargé d’explorer de nouvelles pistes.

Dernier épisode en date, une réunion informelle s’est tenue la semaine dernière à Genève, permettant aux membres européens de l’IGF d’affiner leur position sur l’avenir de l’ICANN.

Vice-président de l’Office fédéral de la communication (OFCOM), Frédéric Riehl faisait partie de la réunion co-organisée par la Suisse. Interview.

swissinfo.ch: Quel est l’enjeu des discussions sur le futur de l’ICANN?

Frédéric Riehl: C’est l’un des grands défis de ces prochains mois. La gestion de l’Internet par l’ICANN – une association californienne de droits privé – voit son accord avec le gouvernement américain arriver à échéance à la fin du mois. Il faut donc trouver une nouvelle forme de coopération pour la gestion des tâches confiées à l’ICANN.

Lors de sa création en 1998, l’ICANN était une structure novatrice réunissant l’industrie, les gouvernements et la société civile. Mais la tutelle du gouvernement américain a toujours posé problème aux autres gouvernements.

Lors de la réunion de Genève, les représentants des pays européens ont maintenu leur position pragmatique. L’idée est de ne pas démolir une organisation qui a permis un bon fonctionnement de l’Internet. Ce qui importe aux utilisateurs et aux milieux économiques, c’est que l’Internet fonctionne, qu’il soit stable et le plus sûr possible. Les Européens en général et les Suisses en particulier souhaitent que ça continue, tout en améliorant cette gestion et en l’ouvrant à tous les acteurs de l’Internet.

Car quand l’ICANN attribue un nouveau mon de domaine, cela peut avoir des conséquences pour n’importe quel citoyen de la planète.

Frédéric Riehl, vice-président de l'OFCOM.

Frédéric Riehl, vice-président de l’OFCOM.   (Keystone)

swissinfo.ch: Comment se fait-il que les discussions sur le futur d’ICANN continuent, alors que l’accord qui régit cette organisation arrive à échéance dans quelques jours?

F.R.: Car les enjeux sont grands. Le consensus est donc d’autant plus difficile à trouver entre les différents acteurs qui composent l’ICANN, une organisation qui s’est ouverte au monde au fil des ans. Il y a eu plusieurs reports pour le renouvellement de cet accord avec le gouvernement américain.

De plus, plusieurs gouvernements et associations font pression pour que l’ICANN ne soit plus sous la coupe d’un seul gouvernement et rende des comptes de manière transparente (accountability) à l’ensemble des acteurs (gouvernements et société civile). En résumé, ils plaident pour une organisation à la fois indépendante et internationale.

Mais quoi qu’il en soit, c’est encore le gouvernement américain qui aura le dernier mot sur la suite à donner à l’accord qui lie jusqu’à fin septembre l’ICANN au ministère américain du commerce.

swissinfo.ch: Les puissances émergeantes du Sud veulent-elle là aussi mieux se faire entendre?

F.R.: Bien sûr. Ces grand pays émergeants ont une vision beaucoup plus interventionniste que les pays occidentaux, avec – dans certains cas – des arrière-pensées.

Du coté des pays occidentaux, on veut maintenir un ICANN ouvert et non censuré. Or plus le contrôle gouvernemental se renforce, plus le risque grandit que certain pays utilisent ce levier pour brider l’Internet.

Raison pour laquelle la question est délicate. Il s’agit à la fois de ne pas laisser l’ICANN sans cadre stable, tout en empêchant un contrôle trop strict du trafic sur l’Internet.

swissinfo.ch: L’administration Obama a-t-elle montré des signes d’ouverture sur ce dossier?

F.R.: Le gouvernement a mené des procédures de consultation. La Suisse a ainsi pu faire part de sa position qui milite en faveur de l’inclusion de tous les acteurs dans les organes de décision de l’ICANN, y compris les gouvernements qui pour l’heure ont un rôle essentiellement consultatifs.

Il semble qu’on s’achemine vers une ouverture plus grande de l’ICANN et qu’elle soit redevable à l’ensemble de la communauté internationale.

La question qui reste ouverte, c’est le rôle des Etats-Unis. Quand l’Union européenne a voulu créer son nom de domaine (.eu), il a fallu au final que le «Department of commerce» donne son accord. Raison pour laquelle, il devient nécessaire de revoir ce mode de fonctionnement.

swissinfo.ch: Pour la Suisse, quel est l’enjeu de ce débat?

F.R.: Il y a une importante demande pour de nouveaux noms de domaine, notamment géographiques, un enjeu important pour la Suisse et son économie notamment touristique. Il s’agit donc de savoir comment à l’avenir des noms de domaine comme Zurich ou rumantsch seront attribués et qui va prendre cette décision.

Certain souhaitent l’attribuer au plus offrant. Mais les dénominations géographiques, par exemple, doivent-elles être régies uniquement par la loi du marché? C’est une question à la fois fondamentale et complexe.

auteur: Frédéric Burnand
source
SwissInfo.ch