Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: ndd

WIMBLEDON. Li Na vendue aux enchères ?

La côte de la tenniswoman chinoise Li Na ne cesse de grandir depuis sa victoire à Roland-Garros.

La joueuse de tennis Li Na est de plus en plus populaire. Bonne nouvelle pour un fan, Liu Tailong,  propriétaire du nom de domaine « lina.cn ». Acheté un peu plus de 2000 yuans en mai, juste avant la victoire de Li Na à Roland-Garros, le 4 juin à Paris, il espère récolter 100.000 yuans (11.000 euros) en le cédant aux enchères.

Le jeune homme espère que le nom de domaine sera acheté par une organisation souhaitant développer un site lié au tennis.

La joueuse est actuellement en lice sur le gazon de Wimbledon.

Première Chinoise et Asiatique

« Li Na est en train de progresser dans sa carrière, sa notoriété est en pleine expansion. Si ce nom n’était pas lié à Li Na, ce serait juste un nom de domaine ordinaire. Il n’attirerait pas l’attention et n’aurait pas de valeur », a-t-il indiqué au journal China Daily.

Li Na, 29 ans, a ouvert une page de l’histoire du tennis en devenant la première Chinoise et Asiatique à remporter un tournoi du Grand Chelem, sur la terre battue parisienne. Elle a battu en finale l’Italienne Francesca Schiavone, 6-4, 7-6 (7/0), tenante du titre..

Plus de deux millions d’internautes sont inscrits en tant que fans de la joueuse de tennis sur le site Sina Weibo, l’un des sites de micro-blogging les plus populaires en Chine.

Source: Le Nouvel Observateur – AFP

La Pologne franchit la barre des 2 millions de noms de domaine en PL

C’est désormais une réalité : la Pologne vient officiellement d’enregistrer son deux millionième nom de domaine avec l’extension nationale « .pl ».

L’information a été officiellement confirmée par le NASK, qui gère l’attribution et la gestion des noms de domaine dans ce pays. Il s’agit d’une étape importante pour le secteur du e-commerce en Pologne, dont le dynamisme est de nouveau confirmé.

La barre des 2 millions de noms de domaine en « .pl » a été officiellement franchie dans la nuit du 3 au 4 janvier 2011 avec l’enregistrement de l’adresse « tu-tam.pl« , qui bénéficie ainsi – dès son dépôt – d’une publicité inespérée.

Le dernier recensement faisait état de 1,8 millions de noms de domaine en mai dernier et il n’aura donc fallu que quelques mois pour glaner les 200 000 domaines manquants.

Selon les analystes, la Pologne est ainsi le pays en Europe qui connaît actuellement la plus forte croissance du dépôt de noms de domaine et la tendance ne devrait pas ralentir pour autant. Elle occupe actuellement le 5ème rang européen des pays dont les noms de domaine nationaux sont les mieux représentés et se rapproche à grand pas de son concurrent italien qu’elle pourrait bien dépasser d’ici quelques mois…

En attendant, les journalistes se plaisent à souligner qu’il aura finalement fallu attendre 17 ans pour atteindre le premier million de noms de domaine (atteint début 2009) mais seulement  2 ans pour que cette proportion double.

[Via : Lanpolis.pl]

Auteur: Laurent JERINTE OU GERENTE – Spécialiste des nouveaux médias en Pologne

Source: Laurent-Jerinte.com

Microsoft freine juridiquement les activités des botnets

La firme de Redmond a constaté une baisse spectaculaire du nombre d’ordinateurs infectés par Waledac, un logiciel malveillant lié à un réseau de botnets responsable de l’envoi massif de spams. Un succès du à une action conjointe de la justice et de chercheurs

Ce malware a été utilisé pour envoyer des e-mails et infecter des ordinateurs par l’entremise d’un faux logiciel antivirus, en s’appuyant sur un système peer-to-peer compliqué pour communiquer avec d’autres machines infectées. Dans le dernier rapport semestriel sur la sécurité informatique qu’elle vient de publier, Microsoft indique ainsi avoir nettoyé seulement 29 816 ordinateurs infectés par Waledac au second trimestre de cette année, contre 83 580 ordinateurs au premier trimestre.

Selon Adrienne Hall, directeur général du département « Trustworthy Computing » de Microsoft, « la baisse du nombre de machines infectées atteste du succès de l’action juridique menée par Microsoft cette année. »  Les actions en justice menées par Microsoft contre Waledac sont sans précédent, puisque, fait assez rare, l’entreprise a obtenu une ordonnance ex parte d’interdiction temporaire (TRO) pour fermer les noms de domaine malveillants que les contrôleurs de Waledac ont utilisé pour communiquer avec les machines infectées. Le fait de recourir à un tribunal « permet de prendre acte du fait que des poursuites sont engagées pour rechercher les auteurs, » a déclaré Adrienne Hall.

Jugement favorable et exequatur accélérée

Ce type de jugement permet d’interrompre une activité sans préavis et sans nécessité de faire comparaître l’auteur devant un tribunal. Dans le cas de Waledac, le blocage soudain des noms de domaine a empêché les opérateurs du botnet de disposer de suffisamment de temps pour enregistrer d’autres domaines et permettre à leurs robots de réinitialiser des instructions. En général, les tribunaux fédéraux rechignent à délivrer ce genre d’ordonnance, car elle peut violer le droit des accusés à un procès équitable, sauf si le juge est convaincu que les auteurs peuvent se réorganiser rapidement et reprendre leur activité. C’est ainsi que Microsoft a réussi à obtenir deux TRO ex parte du tribunal.

Dans les documents d’assignation de Microsoft, on trouve 27 fois le nom de celui qui a enregistré les noms de domaines mis en cause, apportant au tribunal « un objectif identifiable pour une procédure juridique, tout en protégeant les droits des personnes de recourir à une procédure régulière. » Mais la plupart des 276 noms de domaines utilisés pour contrôler Waledac ont été enregistrés par des registrars domiciliés en Chine.  Autre signe de la diligence dont a bénéficié Microsoft, celle-ci a pu rendre la TRO ex parte applicable par la loi chinoise et mettre la procédure en conformité avec les traités internationaux. Les titulaires des noms de domaine ont été notifiés par la Convention de La Haye par une « demande aux fins de signification ou de notification à l’étranger d’un acte judiciaire ou extra judiciaire » et tous les documents ont été envoyés au ministère chinois de la Justice en plus d’être publiés sur un site Internet spécifique.

Touché mais encore actif

Les sites ont été fermés dans les 48 heures après que la cours de justice de Virginie a délivré son ordonnance. Le mois dernier, le tribunal avait déjà tenu audience, ouvrant un jugement par défaut contre les prévenus non identifiés, et a octroyé le transfert du contrôle des domaines à Microsoft. L’entreprise indique dans son rapport qu’une injonction permanente est en cours. « Nous pensons que cela a effectivement porté un coup à Waledac, » a déclaré Adrienne Hall. Si les avocats ont travaillé sur le plan juridique, les experts techniques ont également attaqué Waledac. Microsoft a ainsi mobilisé une équipe de chercheurs en sécurité informatique qui ont infiltré le système de contrôle peer-to-peer de Waledac. Une fois à l’intérieur du réseau de zombies, ils ont détourné les machines infectées vers leurs serveurs, de manière à couper les cybercriminels de leur propre botnets.

Mais si Waledac a bien été touché, il reste encore actif, puisque le botnet arrive en 23ème position des sur l’ensemble de botnet détectées. Ce qui fait dire à Microsoft dans son rapport, que même après de nombreuses mesures juridiques et techniques, les botnets restent des adversaires difficiles à combattre.

Source: Le Monde Informatique

Auteur: jean Eylian – IDG news service

183000 noms de domaine .XXX préréservés chez ICM Registry

Il y a quelques mois, l’ICANN qui gère, régule et administre Internet (pour faire simple) a donné son accord au lancement d’une extension en .XXX. Évidement tournée vers l’industrie du porno, cette particule ultra parlante fait l’objet de nombreuses tractations. D’un côté les  »pour » qui y voient un moyen de clarifier les choses et développer encore plus le business et de l’autre, les  »contre » qui considèrent qu’accepter une telle extension serait comme reconnaitre l’existence et la légitimité d’une telle économie (choking!!). Quoi qu’il en soit, le projet est plus ou moins sur les rails et la société qui s’est vu accorder le droit de gérer la vente des NDD par l’ICANN a déjà lancé les opérations avant même l’accord final (qui doit venir du gouvernement américain). Tablant sur une ouverture au premier trimestre 2011, ICM Registry propose donc de préréserver des noms de domaine. Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’emballement est total puisqu’il y a déjà plus de 183 000 noms prédéposés. C’est tout simplement du jamais vu. Si vous êtes intéressés par ce marché, dépêchez-vous. Il n’y a que 2 contraintes, posséder l’équivalent du nom de domaine visé en .com ou autre et réserver moins de 1000 noms. A vous de jouer maintenant.

Source: LOL.net

Regime.com, la folle histoire du nom de domaine

La vie d’un nom de domaine est une histoire qui peut être aussi insignifiante que très particulière. Il n’existe qu’à partir du moment où quelqu’un a l’idée de le créer chez un prestataire spécialisé (appelé  »registrar ») et il peut retomber dans l’inexistence profonde s’il n’est pas renouvelé à date anniversaire. Il peut également connaitre une vie fastueuse en passant de mains de spécialistes en mains de spécialistes qui sont des milliers à spéculer chaque jour dans ce domaine. Mais pour ça, il faut qu’il s’agisse d’un nom de domaine premium donc, un mot couramment utilisé.  »Régime » en est justement un de mot bien générique. Donc par résonnance, regime.com a une valeur énorme. Et si je vous parle de ce ndd aujourd’hui, c’est qu’il lui arrive une bien vilaine histoire. Comme dans le monde non-numérique, une chose qui a de la valeur, ça excite l’appétit de gens mal intentionnés. Et regime.com a été volé à son propriétaire (une sombre histoire de mot de passe piraté apparemment). Là ce n’est déjà pas cool. Mais figurez-vous que le voleur s’est offert le plaisir de le revendre dans la foulée via un forum. Le souci c’est que d’un point de vue strictement technique regime.com appartient donc à Petteri Jarnfors (l’acheteur du forum) mais d’un point de vue légal, il doit revenir à son ancien propriétaire. Sauf que Petteri a payé une belle petite somme d’argent pour ça. Donc pour ne pas être le dindon de la farce, il a décidé de raconter toute cette histoire en espérant que ça permettra de retrouver le petit malin derrière cette arnaque. Le but étant évidement que l’un récupère son argent, que l’autre retrouve son nom de domaine et que le 3ème gère son dossier avec la justice compétente. Donc si vous aussi vous voulez participer à la chasse à l’homme virtuelle, rendez-vous sur regime.com (adresse en source de l’article). Vous aurez accès à tous les détails de cette affaire complètement folle.

Source: LOL.net

L’alphabet arabe s’installe sur Internet

Le plus grand changement technique sur Internet depuis son invention il y a 40 ans, est intervenu lundi 19 Avril avec la fin du monopole de l’alphabet romain sur le système des adresses en ligne pour les utilisateurs d’Internet et la mise en pratique sur une période d’essai de deux mois, de l’accord conclu le 11 novembre 2009 entre l’UNESCO et l’ICANN, (organisme chargé de la gestion des noms de domaine mondiaux), qui permettra désormais de déposer des noms de domaine utilisant des alphabets autres que romain, comme l’arabe, le japonais, le chinois ou le coréen.

Jusqu’à présent, les noms de domaine dans les adresses internet (par ex. org ou com) n’utilisaient que des caractères latins. Lors de cette première phase d’essai qui a débuté lundi, l’ICANN va commencer à accepter des demandes de représentants de pays d’un peu partout dans le monde portant sur de nouveaux codes de pays en arabe, chinois et d’autres langues. Les utilisateurs de caractères non-latins pourront avoir accès à des adresses internet rédigées dans leur propre langue.

L’accord UNESCO-ICANN qualifié par les experts de ‘’grand pas vers une plus grande diversité linguistique sur le web’’, couvre un large éventail de domaines afin que les nouveaux développements puissent bénéficier au plus grand nombre de langues possible. L’UNESCO a notamment mis son réseau d’experts linguistiques au service du processus pour informer les Etats membres sur les nouveaux noms de domaine mondiaux (NDM) et encourager d’autres grandes agences des Nations Unies à s’impliquer et établir des groupes de travail en vue d’aider les pays en développement et les pays les moins avancés à participer pleinement à cette avancée.

C’est un progrès que les utilisateurs d’autres alphabets que le romain réclamaient depuis longtemps. D’autant que l’Internet doit être multilingue pour que tous les groupes linguistiques puissent vraiment profiter de son potentiel exceptionnel.
En effet, durant les deux phases du Sommet mondial sur la société de l’information en 2003 et 2005, ainsi que les quatre éditions du Forum sur la gouvernance de l’Internet, l’UNSCO a poussé à ce que la communauté internationale reprenne à son compte quatre principes de base en vue de la création de sociétés du savoir : liberté d’expression, éducation de qualité pour tous, accès universel à l’information et au savoir, respect de la diversité linguistique et culturelle.

Sur les 1,6 milliard d’utilisateurs dans le monde aujourd’hui, plus de la moitié utilisent des langues dont l’écriture n’est pas en caractères romains, ce qui confirme l’intérêt de ce grand changement technique pour la communauté mondiale de l’Internet et surtout pour la promotion et la reconnaissance de la diversité culturelle comme atout indispensable à la compréhension mutuelle et au dialogue entre les civilisations et les cultures.

‘’Promouvoir la diversité culturelle, patrimoine commun de l’humanité, et son corollaire, le dialogue, constitue un véritable enjeu dans le monde d’aujourd’hui, et se trouve au cœur des préoccupations de l’UNESCO et de l’ICANN’’, résume, pour sa part, le président d’ICANN, Rod Beckstrom.

Source: AtlasInfo.fr

Poker.org sold for $1 Million, Most Ever For .org Domain

Sedo, a domain marketplace, has brokered the largest sale of a .org domain to date. Brokered on behalf of National A-1 Advertising, the domain poker.org was sold to PokerCompany.com for the sum of $1 million. Prior to the sale of poker.org, the highest .org sale was $198,000 for engineering.org, followed by sexe.org which sold for $151,400. The sale price for poker.org is smaller than those of some of the largest .com sales, which rang in at $5.1 million for Toys.com, and $3 Million for the candy.com sale. Edit: Sex.com was the largest .com sale at $14M. Fund.com was notable in that it sold for $10 million.

Domain registrations for .org’s have risen recently, up 11% in the first half of 2009 over the same period a year before according to pir.org Currently there are over 7 million .org domain registrations, making .org’s the third largest domain extension, trailing only .com and .net.

Source: TechCrunch.com
Author: David Diaz

La vente de poker.org établit un nouveau record

Selon Techcrunch, le nom de domaine « poker.org » aurait été vendu au second marché, pour le montant record d’un million de $.

Il s’agit du plus gros montant jamais enregistré pour un nom en « .org ». Le précédent record avait été établi par la vente de « sexe.org », acheté 151 000 $ en juin 2008. Pour ce qui concerne les noms de domaine poker, dont les ventes pour des montants à cinq chiffres sont fréquentes, le précédent record connu était la vente de « poker.mobi », à 150 000 $, fin 2007.

Le nom « poker.org » aurait été acquis via le site d’intermédiation Sedo par la société PokerCompany.com, qui gère un réseau d’affiliation.

Source: MadeInPoker.com
Auteur: Cyril Fievet

Modification de la politique d’enregistrement du .ru

La politique d’enregistrement des .RU vient d’être modifiée par le registre russe.

A compter du 1er avril, il sera impératif pour tout titulaire de nom de domaine en .RU de justifier de son identité. La mesure étant rétroactive, les titulaires actuels de noms de domaine .RU n’ayant pas justifié leur identité avant cette date prendront le risque de voir leurs noms de domaine annulés.

Dorénavant, il faudra ainsi avant tout enregistrement :

– Fournir une copie du passeport pour les personnes physiques.

– Fournir, pour les personnes morales immatriculées en France, une copie d’un extrait kbis. Les autres personnes morales devront fournir un justificatif attestant de leur reconnaissance par les autorités de leur pays (tels qu’un certificat d’enregistrement ou un extrait du registre du commerce par exemple).

Source: Dreyfus.fr