Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: mali

Gratuité des noms de domaine .ML, c’est pour bientôt !

Le Mali est le premier pays africain à annoncer l’offre gratuite de son nom de domaine (.ML).

A partir du 15 juillet 2013, les noms de domaine (.ML) gratuits seront proposés à tous les internautes au Mali et dans d’autres pays. Il n’y aura donc pas de restrictions aux enregistrements de noms de domaine gratuits et tout le monde peut revendiquer son propre domaine .ML. Ce dernier fonctionnera exactement de la même manière que les autres extensions et peuvent être renouvelés gratuitement à chaque période d’enregistrement.

Pour Hawa Diakité, Chef service gestion du .ml de l’Agence des Technologies de l’Information et de la Communication (AGETIC), « offrir des noms de domaine gratuits à notre propre communauté et aux internautes du monde entier est une occasion unique pour nous. En raison des événements dans le nord du Mali, nous traversons une période très difficile ces derniers temps. Nous pensons que la mise à disposition de noms de domaine gratuits à notre population internaute va améliorer considérablement l’utilisation et la connaissance de l’industrie informatique dans notre pays ».

Le Mali devient donc le premier pays africain à annoncer l’offre gratuite de ses domaines. Dot ML – le nom de domaine du Mali – sera géré par l’AGETIC sous forme de domaines de premier niveau (DPN) générique, non restreint, propre et mondial, centré sur les personnes et les entreprises au Mali et à l’étranger.

« Nous sommes fiers d’être le premier pays africain à proposer des noms de domaine gratuits », a déclaré Moussa Dolo, directeur général de l’AGETIC. « En offrant des noms de domaines gratuits aux internautes du monde entier, nous allons remettre le Mali sur le devant de la scène. Nous souhaitons montrer au reste du monde les possibilités fantastiques qu’offre notre pays » a-t-il ajouté.

La disponibilité générale sera inaugurée le 15 juillet prochain lors de la réunion de l’ICANN, à Durban, en Afrique du Sud.
Source: journaldumali.com

Le Mali offre gratuitement ses noms de domaine .ML

Le Mali devient le premier pays africain à annoncer l’offre gratuite de ses domaines. Aujourd’hui, le registre Dot ML a publié le calendrier de lancement de l’espace de domaines de premier niveau (DPN) .ML. Dot ML – le nom de domaine du Mali – sera géré par l’Agence des Technologies de l’Information et de la Communication (AGETIC) sous forme de DPN générique, non restreint, propre et mondial, centré sur les personnes et les entreprises au Mali et à l’étranger.

Des noms de domaine gratuits seront proposés à tous les internautes au Mali et dans d’autres pays à partir du 15 juillet. Cette disponibilité générale sera précédée par des périodes Sunrise et Landrush, pour protéger les détenteurs de marques commerciales dans le monde entier. Aucune restriction ne sera imposée aux enregistrements de domaines gratuits et tout le monde peut revendiquer son propre domaine .ML. Les domaines .ML gratuits fonctionnent exactement de la même manière que les autres extensions et peuvent être renouvelés gratuitement à chaque période d’enregistrement.

« Offrir des noms de domaine gratuits à notre propre communauté et aux internautes du monde entier est une occasion unique pour nous », a déclaré Hawa Diakité, Chef Service Gestion du .ml d’AGETIC. « En raison des événements dans le nord du Mali, nous traversons une période très difficile ces derniers temps. Nous pensons que la mise à disposition de noms de domaine gratuits à notre population internaute va améliorer considérablement l’utilisation et la connaissance de l’industrie informatique dans notre pays ».

Le registre .ML sera opéré par Freedom Registry. Freedom Registry possède l’expertise et les connaissances pour gérer un vaste registre national car il est déjà l’opérateur des extensions en .TK. Dot TK est le plus grand registre national sur Internet, avec plus de 16 millions de noms de domaine actifs. Le nuage AnyCast de Freedom Registry, doté de serveurs dans 15 pays, assure la disponibilité permanente de tous les domaines.

Le calendrier de lancement de .ML a été dévoilé à la réunion de l’ICANN, qui s’est tenue à Beijing, en Chine. Il prévoit des phases Sunrise, Landrush et de disponibilité générale. La période Sunrise débutera le 1er mai 2013 et durera un mois, jusqu’au 31 mai. La phase Landrush commencera le lendemain et prendra fin le 14 juillet. La disponibilité générale sera inaugurée le 15 juillet lors de la réunion de l’ICANN, à Durban, en Afrique du Sud.

« Nous sommes fiers d’être le premier pays africain à proposer des noms de domaine gratuits », a déclaré Moussa Dolo, directeur général de l’AGETIC. « En offrant des noms de domaines gratuits aux internautes du monde entier, nous allons remettre le Mali sur le devant de la scène. Nous souhaitons montrer au reste du monde les possibilités fantastiques qu’offre notre pays ».

Au cours des phases Sunrise et Landrush, des centaines de noms de domaine génériques et premium seront libérés. Les personnes qui désirent développer et utiliser des domaines .ML sont invitées à contacter le registre pour étudier les possibilités de partenariat stratégique.

La disponibilité générale commencera le 15 juillet, date à laquelle les noms de domaine seront disponibles dans l’ordre des demandes. Les revendeurs n’auront pas à effectuer d’intégration technique pour les phases Sunrise et Landrush et pourront simplement se connecter au registre par API ou EPP avant la disponibilité générale. Toutes les phases du lancement ML sont ouvertes aux hébergeurs, offices d’enregistrement et organismes de protection des marques. Des détails complémentaires sur le calendrier de lancement, des réponses aux questions les plus fréquentes et le processus d’enregistrement des revendeurs sont disponibles sur le site www.dot.ml.

À propos de Dot ML

Dot ML est une initiative de l’Agence des Technologies de l’Information et de la Communication (AGETIC) de Bamako, au Mali. Soutenue par les membres de la communauté Internet locale, la mission de l’AGETIC est de développer et de promouvoir l’utilisation des noms de domaine et d’Internet au Mali. L’AGETIC utilise l’infrastructure et l’expertise de Freedom Registry pour gérer le domaine ML de manière stable et automatisée. Grâce à son équipe expérimentée, des réseaux fédérateurs multi-redondants et des serveurs racines DNS aux quatre coins du monde, Dot ML peut gérer des millions d’enregistrements et est entièrement sécurisé.

À propos de Freedom Registry

Freedom Registry est un opérateur de registre pour les DPN. Ce qui nous différencie des autres opérateurs de registre est que notre modèle économique est fondé sur la gratuité des noms de domaine. Tout comme les services de messagerie sont proposés gratuitement de nos jours (Gmail et Hotmail, par exemple), nous estimons que la meilleure manière d’attirer des registrants à un DPN est de leur offrir des noms de domaine gratuits. Chez Freedom Registry, nous savons que la gratuité des noms de domaine est une affaire de bon sens. Notre filiale, Dot TK, est l’opérateur du registre du DPN national pour les îles Tokelau depuis 2001. À ce jour, Dot TK est le seul registre de DPN à offrir des noms de domaine gratuits. De ce fait, les îles Tokelau (.tk) sont désormais le plus grand registre de domaine national de premier niveau au monde, avec un nombre d’enregistrements de noms de domaine actifs supérieur à la Russie et à la Chine combinées. En raison de cette croissance spectaculaire, Freedom Registry recherche activement à élargir son espace de noms pour soutenir ses objectifs commerciaux futurs.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Source: bfmtv.com

Internet en Afrique : VOUS AVEZ DIT NOMS DE DOMAINES AFRICAINS ?

La maîtrise des techniques avancées de gestion de noms de domaines de premiers niveaux constitue l’une des conditions sine qua non de la promotion de technologies de l’information en Afrique et particulièrement dans notre pays. Le plaidoyer est mené par le directeur de la communication de l’Organisation panafricaine des noms de domaines de premier niveau (AFTLD), Alioune B. Traoré. C’était à l’ouverture de l’atelier régional de formation sur la gestion des noms de domaines africains qui se tient depuis hier à l’Agence de gestion des technologies de l’information et de la communication (AGETIC). Le thème retenu est : « améliorer la gestion d’Internet en Afrique ».

La cérémonie d’ouverture de la rencontre était présidée par le secrétaire général du ministère de la Communication et des Nouvelles technologies, Cheick Oumar Maïga. Elle s’est déroulée en présence du directeur général adjoint de l’AGETIC, Mohamed Hady Diallo, du représentant de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Emmanuel Adjovi, des représentants des partenaires techniques et financiers et nombre de personnalités. Plus d’une cinquantaine de responsables en charge de la gestion des noms de domaines de premier niveau venant de différents pays africains prennent part à la rencontre. L’objectif de celle-ci est d’améliorer le fonctionnement et la gestion des noms de domaines de premiers niveaux représentant les pays en matière d’Internet dans le monde. Durant cinq jours, les participants vont examiner tous les paramètres touchant à la gestion des noms de domaines. Les débats porteront, entre autres, sur la définition des noms de domaines, leur fonctionnement et leur mise en oeuvre. Les noms de domaines constituent un groupe de mots formant un identifiant de domaine d’Internet, explique le directeur de la communication de l’AFTLD. Selon Alioune B. Traoré, un domaine est un ensemble d’ordinateurs reliés à Internet et possédant une caractéristique commune. « Cette rencontre est une opportunité pour les uns et les autres de comprendre ces termes relatifs à l’Internet. La maîtrise des noms de domaines permet de mieux identifier, mais aussi et surtout de mieux maîtriser un identifiant de tel ou tel pays. Vous savez il est plus facile de retenir un site du genre « www.aftld.org » que les nombreux chiffres codifiant qui l’accompagnent », a-t-il constaté, ajoutant qu’un nom de domaine n’est autre qu’un masque sur une adresse sur la toile.

Le directeur général adjoint de l’AGETIC, Mohamed Hady Diallo, et le secrétaire général du ministère de la Communication et des Nouvelles technologies, Cheick Oumar Maïga, ont tour à tour souligné l’importance d’une rencontre qui servira de point de départ pour une meilleure maîtrise de l’utilisation des noms de domaines, aussi bien en Afrique que dans notre pays. Cheick Oumar Maïga a salué l’engouement suscité chez les politiques par la promotion et de développement de l’informatique et de l’Internet. Cette prise de conscience a connu une cristallisation à travers l’organisation par les Nations unies, de 2002 à 2005, des deux phases du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI). Ce contexte international favorise et stimule des réflexions régionales et nationales, conduisant à la mise sur pied d’instruments politiques et juridiques régissant la société à l’ère des technologies numériques de communication, a noté Cheick Oumar Maïga. Enumérant les avantages du nom de domaine il a cité : la facilitation du commerce électronique ; la e-gouvernance ; l’amélioration de la gestion de la cyber-sécurité ; le développement des capacités humaines et techniques. Il favorise également les politiques nationales efficaces et un cadre juridique, a-t-il ajouté.

Malgré ces atouts, l’Afrique peine à s’arrimer au train de l’évolution technologique. Selon le classement mondial des registres des noms de domaines, au premier trimestre de l’année en cours en termes de domaines enregistrés, aucun pays africain ne figure dans le top 10. La situation n’est guère meilleure dans notre pays où il n’y a jusqu’ici que 400 noms de domaines enregistrés à la racine depuis la mise en activité de l’identifiant ccTLD (le fameux « .ml ») en septembre 1993 par le Centre national de recherche scientifique et technique (CNRST) et l’IRD. « Ce qui met encore une fois en exergue la fracture numérique entre le Nord et le Sud », a déploré Cheik Oumar Maïga. La promotion et l’appropriation des TIC constituent une des priorités du gouvernement pour lutter contre la pauvreté et accélérer le développement social et culturel, a confirmé le secrétaire général du ministère de la Communication et des Nouvelles technologies.

Source: L’Essor