Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: imc registry

Près de 300.000 noms de domaine avec l’extension “.XXX” ont déjà été pré réservés

i vous avez suivi l’histoire, vous savez surement que le Conseil de l’administration de l’ICANN vient d’approuver la création de l’extension “.xxx” pour les sites à contenu pornographique. Mais cette histoire n’est pas tout à fait récente. Après 7 ans, l’ICM Registry a enfin réussi à faire passer les “.xxx” en top level domaine (TLD) ou domaine de premier niveau, comme les .com, .net, etc.

Alors que certains acteurs du secteur ont manifesté contre cette validation la semaine dernière, près de 300.000 noms de domaine avec la nouvelle extension ont déjà été réservés. Une association du secteur, la Free Speech Coalition (FSC), ainsi que certains groupes conservateurs étaient tous les deux opposés à l’ouverture de l’extension .xxx. D’un côté, il s’agit de donné trop de visibilité aux sites pornographiques. De l’autre côté, les partisans de l’industrie craignent que le gouvernement pourrait obliger tous les sites à contenu pornographique à adopter un URL avec cette extension, afin de mieux les surveiller (voire les bloquer).

Normalement, un URL avec cette extension coûterait entre 75 et 100 dollars par an. Selon un article publié par Andrew Allemann, l’auteur du blog  Domaine Name Wire, ICANN devrait normalement autoriser la possibilité de créer des TLD personnalisés, qui seront vendus pour un prix à 6 chiffres. C’est-à-dire qu’en quelques années, on pourrait voir des extensions comme .Google, .shop, .France – ou encore certaines extensions qui risquent d’être moins appréciées par les groupes conservateurs, comme .sex ou .gay. Ce sont les gouvernements qui bloquent parfois la création de nouveaux TLD. En revanche, ICANN n’est pas obligé de suivre les conseils du gouvernement américain et ne l’a pas fait avec la création de .xxx.

Vous pouvez pré-réserver un URL avec l’extension .xxx en cliquant ici. Ces URL devraient normalement être mis en ligne plus tard cette année. Au moment de la publication de ce billet, 297.261 noms de domaine .xxx avaient déjà été pré-réservés.

Sinon, je tiens à vous rappeler que le nom de domaine le plus cher de toute l’histoire du web, Sex.com, a été racheté pour 13 millions de dollars il y a quelques mois.

Source: TechCrunch

Les domaines en .xxx finalement validés

Après des années de débats et de polémiques, l’ICANN a finalement approuvé l’extension de nom de domaine .xxx en fin de semaine dernière. Une décision qui réjouit plus ICM Registry que l’industrie du porno elle-même.

L’extension .xxx est ainsi passée en TLD (Top level domain name) et peut donc désormais être utilisée dans le cadre de sites à caractère pornographique, plus de 8 mois après sa validation auprès de l’ICANN. Seule condition : passer par ICM Registry, seul registrar à avoir l’autorisation de commercialiser les domaines dotés de la fameuse extension. Et pour cause, l’entreprise, basée en Floride, est celle qui a demandé il y a 7 ans la création de ce type de domaine. « ICM devra surveiller les sites pour s’assurer qu’ils interdisent le spam, les virus et tout autre comportement illicite. Il devra également utiliser une partie des frais d’inscription pour financer une fondation affiliée destinée à promouvoir la liberté d’expression et la lutte contre la pédopornographie » annonce le communiqué de presse de l’ICANN. Financièrement parlant, chaque domaine sera facturé environ 70 dollars à l’année. 200.000 domaines ont déjà été réservés.

Si IMC Registry peut se réjouir de cette nouvelle, l’industrie du X, de son côté, appelle toujours au boycott de ce qu’elle considère comme un danger, en grande partie en raison des possibilités de censure et de blocage automatique des domaines très ciblés. Plusieurs acteurs du secteur ont d’ailleurs manifesté comme prévu leur mécontentement à San Francisco la semaine dernière, alors même que l’ICANN validait définitivement l’extension. Gageons que les domaines en .xxx n’ont pas fini de faire parler d’eux.

Source: Clubic