Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: compte

Un Facebook pour deux Mark Zuckerberg

Le réseau social a désactivé « par erreur » le compte d’un avocat américain, homonyme du fondateur du site.

Les deux Mark Zuckerberg (Capture d'écran du site I am Mark Zuckerberg)
Les deux Mark Zuckerberg (Capture d’écran du site I am Mark Zuckerberg)

Facebook a dû présenter des excuses, jeudi 12 mai, à un avocat américain prénommé Mark Zuckerberg, le même nom que le PDG et fondateur du réseau social, dont le compte a été désactivé.

L’avocat s’est plaint à la chaîne WISH d’Indianapolis que son compte a été désactivé lundi par Facebook, comme « compte non authentique ». « Je subis une grande détresse émotionnelle à cause de toute cette affaire », dit-il, « je ne veux pas d’argent, je veux revenir sur Facebook et qu’ils me laissent tranquille ! ».

« Je suis Mark Zuckerberg »

Un porte-parole de Facebook a assuré jeudi que l’erreur avait été réparée. « Nos spécialistes examinent chaque jour des milliers de contenus qui leur sont signalés, et font parfois des erreurs. Quand cela arrive et qu’on nous le signale, nous rétablissons rapidement (le compte). Nous avons réactivé le compte de cette personne, et lui avons adressé un courriel pour nous excuser », a-t-il dit.

Ce n’est pas la première fois que l’avocat Mark Zuckerberg, spécialisé dans les saisies et autres faillites depuis 23 ans, subit les dures conséquences de son homonymie : il y a deux ans déjà, son compte Facebook avait été supprimé pendant quatre mois.

Entre-temps il a créé sa propre page web pour dissiper les malentendus, intitulée « I am Mark Zuckerberg.com » (« Je suis Mark Zuckerberg.com »). « Mon nom n’est plus le mien« , s’y plaint-il.

Pourtant l’initiale intermédiaire typique des identités américaines le distingue du patron de Facebook : le net-entrepreneur est Mark E. Zuckerberg, l’avocat Mark S. Zuckerberg.

Source: Le Nouvel Observateur avec AFP

Le compte Twitter au nom de Gallimard va revenir à l’éditeur

L’identité sur les réseaux numériques est chose fragile. Vous tardez à enregistrer votre nom de domaine, et c’est un concurrent qui le dépose à votre place! La plupart du temps, il ne l’utilisera jamais, mais il vous aura ainsi fait perdre de la visibilité sur Internet, et donc des clients potentiels. Mais certains usurpateurs d’identité numérique vont plus loin, et agissent : la plupart du temps,  il s’agit de plaisantins qui cherchent à vibrer avec une expérience transgressive, mais sans conséquence pour l’usurpé. Mais dans d’autres cas, usurpateur rime avec maître-chanteur. L’entreprise, la personne ou l’institution spoliée se trouve alors contrainte de payer, si elle ne veut pas voir des déclarations embarrassantes être tenues en son nom par l’imposteur.

Et si le nom était parfois emprunté par pur altruisme ? S’il y avait des citoyens dans notre bon pays prêts à créer un compte Twitter au nom d’une célèbre entreprise qui tarderait à s’installer sur le réseau de microblogging, pour l’honorer et la protéger ? Vous n’y croyez pas ? Et bien, il en existe au moins un, et il s’appelle «JR». «Appréciant la qualité des publications de l’éditeur Gallimard qui m’a donné la passion de la lecture», explique-t-il, il a décidé de créer un compte @Gallimard pour «éviter le squattage du nom par un Américain ou une personne mal intentionnée».

Pendant plus de deux années, JR a donc posté des messages de 140 signes maximum aux 1700 personnes qui suivaient ses twitts, selon ses propres chiffres. Puis, faute de temps, il a décidé de mettre un point final à l’expérience. JR dit alors avoir contacté la maison d’édition, pour lui proposer de «reprendre gratuitement» le compte. En l’absence de réponse de sa part, il a décidé de vendre le compte au plus offrant… sur eBay, le site d’enchères américain. Sic !

A partir d’une mise à prix de 25 euros, les enchères auraient grimpé jusqu’à 1500 euros, avant que la vente ne soit suspendue. C’est JR lui-même qui a mis fin aux enchères, après une rencontre avec Antoine Gallimard (en personne), à l’issue de laquelle l’usurpateur a décidé de transférer les codes d’accès au compte @Gallimard aux équipes marketing de la maison d’édition. JR ne versera donc pas un centime à l’association de lutte contre l’illettrisme à qui il entendait remettre le fruit de la vente.

Rien n’a filtré sur les clauses de l’accord conclu à l’amiable entre Antoine Gallimard et JR. Ce dernier s’est contenté de préciser que «le rendez-vous avec Antoine Gallimard a été très intéressant: c’est un homme très au fait des nouveaux usages numériques».

Source:  Le figaro blog

Israël rachète le compte Twitter @israel

Les comptes Twitter ou Facebook vont-ils finir par se revendre sur les marchés secondaires comme les noms de domaine ? Israël vient de racheter à un particulier espagnol vivant aux Etats-Unis le compte Twitter @israel, selon le « New York Times ». Selon le vendeur, l’Etat d’Israël aurait fait un chèque avec 5 zéros, pour l’acquérir. Créé en 2007, ce compte n’était pas utilisé par son propriétaire. Il a désormais vocation à être utilisé par Israël pour accompagner sa communication sur Internet.

Source: Journal du Net