Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: colombie

Plus d’un million de domaines .co déposés

En fin de semaine dernière le cap du million de noms de domaine utilisant l’extension .co a été franchi.

Souvent considéré comme une alternative à la très populaire extension de nom de domaine .com, le TDL régional .co, initialement réservé à la Colombie, continue d’enregistrer une forte croissance. Le bureau d’enregistrement officiel .CO Internet S.A.S a ainsi annoncé avoir dépassé le cap symbolique du million de noms de domaine. C’est via le service proposé par GoDaddy que ce millionième domaine a été déposé.

Plusieurs grandes sociétés ont ainsi tiré parti de cette nouvelle extension. C’est notamment le cas de Twitter qui a lancé son raccourcisseur d’URL t.co. Le mois dernier le cyber-marchand Amazon avait déposé a.co, z.co, k.co et cloud.co. De leurs côtés, les firmes GoDaddy et Overstock possèdent respectivement les noms de domaines x.co et o.co.

Lori Anne Wardi, directrice des communications de .CO Internet S.A.S, déclarait alors : « nous avons une très longue liste de gens qui veulent des domaines d’une seule ou de deux lettres et le prix de vente est suffisamment élevé pour que ces derniers soient utilisés à l’avenir ». A titre de comparaison le .fr a passé le cap des 2 millions d’enregistrements au mois d’avril soit à peu près cinq ans après son ouverture aux Français résidant dans l’Hexagone ou à l’étranger.

Procédures alternatives et noms de domaine – Tendances 2010 à l’OMPI

En 2010, le nombre de procédures arbitrales traitées par l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle en matière de noms de domaine a augmenté de plus de 20% par rapport à l’année précédente (source OMPI).

Les chiffres révèlent d’autres tendances :

Les procédures alternatives soumises en 2010 portent en moyenne sur un plus faible nombre de noms qu’en 2009

Comment expliquer cette tendance ?

Les plus optimistes y verront peut-être la marque d’efforts accrus des titulaires qui multiplient les procédures pour défendre leurs marques (ce qui a été le cas pour Lego, Moncler, Banco Intesa et Christian Louboutin).

Les plus alarmistes redouteront de nouvelles manœuvres des cybersquatteurs qui enregistrent des noms de domaine sous de multiples identités afin de compliquer la tâche des titulaires de marques.

Evolution volumétrique des procédures arbitrale devant l'OMPI (2000-2010)

Les procédures soumises en 2010 confirment l’explosion du cybersquatting en Chine

Le nombre de procédures alternatives dans lesquelles le défendeur est localisé en Chine a plus que doublé (+ 106 %) par rapport à 2009. Jusque là, le taux de croissance du cybersquatting chinois se situait à une moyenne de 26% par an.

Evolution des procédures ventilées par pays de localisation du défendeur

En Europe, le cybersquatting néerlandais enregistre une forte progression

Avec une augmentation de plus de 40% du nombre de défendeurs hollandais impliqués dans des procédures en 2010, la Hollande attire l’attention de l’Europe.

La virulence du phénomène est confirmée par les statistiques portant sur l’extension « .NL ».  Le Centre d’Arbitrage et de Médiation de l’OMPI constate en effet une hausse de 43,7 % du nombre de noms en « .NL » contestés (soit 4,45% du total des procédures de l’année 2010).statistiques détaillées UDRP 2000-2010

Avec 125 noms de domaine en disputés en 2010, l’extension hollandaise reste en tête des procédures nationales gérées par l’OMPI, loin devant l’Espagne (69), la France (61) et la Colombie (59). Le phénomène s’explique manifestement par la popularité de l’extension sur le marché local.

Taux de croissance de l'extension .nlSource SIDN Annual Report 2009

Un iceberg sous la glace ?

Les statistiques de l’OMPI ne révèlent qu’une partie de l’étendue du cybersquatting. Par exemple, les statistiques liées aux extensions nationales sont largement occultées par les particularismes locaux en matière de gestion des litiges.

Rappelons que l’Allemagne et la Russie ne proposent toujours pas de règlement alternatif en matière de noms de domaine. Dans cette configuration, faute de résolution amiable, l’intervention par voie judiciaire sera un passage obligé.

Les chiffres ne révèlent pas non plus l’ampleur du cybersquatting implanté, dans les cas où les titulaires de marques ignorent son existence ou se résolvent à le supporter. Nous rappelons que ces situations sont rarement une fatalité, compte tenu de l’accessibilité et de l’efficacité des procédures alternatives (UDRP, PARL, CNDRP, DRS etc.).


Les analyses en question sont fondées sur des données qui concernent uniquement les défendeurs. Ces chiffres ne sont pas mis en corrélation systématique avec l’issue des décisions. Cependant, compte tenu du taux de procédures qui ont donné gain de cause au demandeur en 2010 ( 84,44 %), le degré de précision de notre étude reste néanmoins élevé.

Source : VOXpi

250 000 noms de domaine en .co déposés à l’ouverture

A peine quelques jours après l’ouverture officielle de l’extension .co par l’organisme de régulation, c’est déjà le gros carton commercial. A l’heure où j’écris ces lignes, ce sont déjà plus de 257 240 noms de domaine qui ont déjà été enregistrés. Si cette histoire vous intéresse, je vous invite à suivre le site opportunity.co qui vous offre une cartographie en temps réel. On y découvre, sans réelle surprise, que c’est en Amérique du Nord que les registrar ont le plus bossé avec 123 000 dépôts, soit 2,5 fois plus qu’en Europe (55 000 ndds). Arrive en 3ème position l’Amérique du Sud et ses 52 000 ndds puis l’Asie avec 25 000 domaines. Pour boucler le classement, l’Afrique qui devrait approcher rapidement le millier d’enregistrement. Evidement, parmi les premiers dépôts, on trouve la quasi-totalité des expressions premium comme pub.co, mexi.co, e.co ou encore sushi.co. En cherchant bien, il doit rester quand même un gros paquet de belles opportunités à saisir quand on sait qu’il y a plus de 80 millions de .com et 1,5 million de .fr réservés.

Source: Lol.net

PRE-ENREGISTREZ DES MAINTENANT VOS NOMS DE DOMAINE .CO AVEC NAMEBAY

.CO : L’extension .COrporate (A partir du 26 Avril 2010)

Le .CO arrive !

Depuis le 1er mars 2010, le registre colombien ouvre son extension .CO aux utilisateurs du monde entier, avec pour double objectif de créer une alternative au .COM, et de promouvoir son extension .CO comme une abbréviation de .CO-rporate.

Tout d’abord ouvert aux titulaires de noms de domaine .COM.CO, .NET.CO, …, puis aux titulaires de marques sur le territoire colombien, nous rentrons bientôt dans les phases d’enregistrement ouvertes à tous.

Avec NAMEBAY, vous avez la possibilité dès aujourd’hui de pré-enregistrer vos noms de domaine .CO pour chacune des phases décrites ci-dessous. Toutes les commandes pré-enregistrées seront envoyées et soumises au registre dès l’heure d’ouverture, vous assurant ainsi plus de chances d’obtenir vos noms de domaine.

PLANNING D’OUVERTURE
1. Sunrise .CO : du 26 avril au 10 juin 2010

Enregistrement ouvert à tous les titulaires de marques enregistrées avant le 30 juillet 2008.
Pré-enregistrez dès maintenant votre nom de domaine pour cette phase pour seulement 120€ ht/1 an (+ frais de dossier), sur le site namebay.com

2. Landrush .CO : du 21 juin au 13 juillet 2010
Enregistrement ouvert à tous. Le tarif d’enregistrement est plus élevé: L’objectif est de permettre à tous de protéger son nom de domaine d’utilisateurs opportunistes ou de cybersquatteurs.
Pré-enregistrez dès maintenant votre nom de domaine pour cette phase pour seulement 250€ ht/1 an (+ frais de dossier), sur le site namebay.com

3. Ouverture totale .CO : à partir du 20 juillet 2010
Enregistrement ouvert à tous sans conditions particulières.
Pré-enregistrez dès maintenant votre nom de domaine pour cette phase, pour seulement 40€ ht/1 an (+ frais de dossier), sur le site namebay.com

Pour chaque phase d’enregistrement vous pouvez déposer votre nom de domaine sur une durée de 1 à 5 ans.

Si vous souhaitez obtenir plus d’informations concernant le .CO, rendez vous sur notre site namebay.com
Toute l’équipe de Namebay reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

l’extension de domaine .Co s’ouvre au monde cette année

Toute personne qui a assisté à l’un des événements nommer trois de domaine de l’industrie jusqu’à présent cette année a entendu parler du lancement des noms de domaine en .co. Le Registre du domaine,. CO Internet SAS, a été agressivement obtenir son nom avec un splash de commercialisation dans les trois grands événements.

Il ne s’agit pas d’une autre typo TLD.
Il était naturel pour l’domainer typiques à penser Coopération en termes de la récente ouverture du cm, ce qui était orienté vers le trafic de typo .com. Mais cela ne saurait être plus éloigné des objectifs du Co.

«Contrairement à d’autres extensions que mai ont lancé dans le passé, nous savons que la nôtre est quelque chose de très unique», a dit. CO Internet directrice du marketing Lori Anne Wardi. «Avant, nous avons même lancé cette extension, nous avons fait beaucoup de recherche dans le marché pour obtenir une compréhension de ce que la perception du public à la coopération serait. »

En effet, alors. Cm ne se démarque pas vraiment pour rien,. Coopération est presque universellement reconnu. Après avoir étudié des milliers de consommateurs et en interrogeant 600 d’entre eux, la compagnie a révélé que 75% d’entre eux, assimilées. Coopération avec «compagnie», «corporation», ou «commerce». Il s’agit d’une abréviation populaire aux États-Unis, mais aussi à l’étranger. En fait, plus de 20 pays utilisent. Coopération comme un nom de domaine de second niveau (c.-à co.uk, co.jp) à cause de cela.

.Co-directeur général d’Internet Calle Juan Diego a déclaré que les fans de faute de frappe ne doit pas s’appliquer. «Si vous êtes une personne qui connaît la différence entre un gTLD et ccTLD, si vous êtes une personne qui sait ce qu’est la circulation typo est, alors vous n’êtes pas notre clientèle cible, at-il expliqué. «La réalité est le potentiel de l’espace va bien au-delà de tout ce qu’un domainer qui regarde cela du point de vue de la circulation» estime.

Dans le monde d’aujourd’hui, qui va au-delà de «société», à collaborer, le contenu, et la communauté.

Histoire
.Co est le domaine le code de pays pour la Colombie. Il a été initialement déléguées à l’Université des Andes à Bogota, Colombie. Pendant de nombreuses années, l’Université a fait exécuter des contrôles stricts sur le nom de domaine. L’enregistrement a été principalement limitée à des entreprises colombiennes qui pourrait enregistrer leur nom commercial ou nom de société comme une correspondance exacte au troisième niveau, tels que name.com.co. En conséquence, il ya seulement environ 28.000. Domaines de coopération inscrits.

Il ya environ dix ans, l’Université des Andes ont commencé à chercher à ouvrir l’enregistrement du nom de domaine. Le Ministère colombien de technologies de l’information et des communications s’est impliqué, et a traversé un processus laborieux de figurer sur la meilleure façon d’ouvrir le domaine. Arcelandia SA et un registre de domaine Neustar formé un partenariat pour répondre à la DP de la Colombie, et a obtenu un contrat pour gérer le domaine pour 10 ans.

Prêt au Lancement
. Co sera lancé plus tard cette année grâce à un processus bien connu, à commencer par une période sunrise pour les détenteurs de marque, d’un landrush, et l’enregistrement général. Mais certaines choses seront différentes.

Premièrement, il ya la question de les 28.000 enregistrements existants de domaine de troisième niveau. Toute personne inscrite qui a enregistré un nom de domaine de troisième niveau antérieur au 30 Juillet 2008, recevront Dibs d’abord sur le même domaine au deuxième niveau (c.-à name.co). C’est la date à laquelle la nouvelle politique de coopération a été créé, et environ 21.000 domaines ont été enregistrés avant cette date. En raison de la restriction d’inscription, peu de ces domaines seraient considérés comme «génériques» dans la nature. Calle dit que seulement environ 1000-1500 noms droits acquis pourraient être considérés comme génériques possibles.

Deuxièmement, seuls dix bureaux d’enregistrement aura une relation directe avec. Co lors de son lancement. Cela comprend des poids lourds comme GoDaddy et eName. D’autres bureaux d’enregistrement peuvent offrir le domaine à travers des accords de revente avec les dix bureaux d’enregistrement.

« Lors de l’évaluation de nouveaux modèles par lequel un nouveau registre devrait fonctionner, [Ministère des Technologies de l’information et des communications] a estimé qu’il était dans le meilleur intérêt de l’espace pour limiter le nombre de bureaux d’enregistrement», a expliqué Calle. La raison est de s’assurer que ceux qui sont impliqués sont alignés avec l’objectif de l’enregistrement.

Troisièmement, dans un effort visant à protéger les détenteurs de marque,. Co va créer un centre d’échange de propriété intellectuelle et protégées Globalement liste des marques des marques haut.

En ce qui concerne le processus traditionnel est concerné, le lever et le landrush sera géré par Deloitte / Laga, qui a également géré les périodes de sunrise pour. Asie et. Tel. Si plus d’une entité présente une demande pour le nom de domaine identique dans les deux période, le domaine sera vendu aux enchères sur Pool.com. Pool a traité la sunrise et les ventes aux enchères précédentes landrush pour d’autres registres. Un certain nombre de domaines prime sera freinée par le Registre des enchères, probablement couru quelques-unes des maisons populaires de domaine aux enchères.

Contrairement à la récente re-lancement de bâclé. Cm, la Colombie est de prendre clairement une approche différente. [Colombie] a voulu s’assurer que cela a été fait dans le bon sens », a expliqué Calle. «C’est une vraie question de fierté nationale ».

Les piliers de. Coopération sont mondiaux, reconnaissable et crédible. Compte tenu de la pensée et la planification de ce qui se passe dans le lancement. Co, ça ressemble. Internet co hésite pas à ces principes.

Sunrise est prévu pour avril, avec le début ruée à la fin de Juin.

Source: Domain Name Wire