Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Sauvons les traders !

EXCLUSIF. Sous l’égide discrète de Volkswagen, « Save the traders » est le dernier détournement musical réalisé par le tandem Nicolas & Bruno et produit par Bertrand Burgalat, « chef d’orchestre » du label Tricatel. Gros buzz en perspective…

Cliquez ici

Il est bien loin le temps où trader rimait avec bonheur… Après les regroupements et autres thérapies de groupes, tels des Alcooliques anonymes, les ex « golden boys » se lancent désormais dans… le chant pour glaner quelque argent. Le clip, intitulé « Save the traders », a été réalisé par le tandem fusionnel Nicolas & Bruno, auteurs des « Messages à caractère informatif », du « Bureau » ou du film « La personne aux deux personnes », et produit par Bertrand Burgalat, « chef d’orchestre » du label de musique Tricatel.

Tourné dans les célèbres Studios Ferber, où de nombreux artistes parmi lesquels Serge Gainsbourg ont enregistré de prestigieux albums, le clip met en scène de vrais faux financiers, costards impeccables et cheveux gominés, reprenant tous ensemble refrain : « Ouvre ton coeur, à un trader« .

Ce clip a pour vocation « lever des fonds afin de venir en aide aux plus touchés d’entre eux » et « sensibiliser l’opinion à la cause des traders en difficulté pour les aider à retrouver leur dignité et leur standing« . Pour soutenir « ce chant du coeur« , un site internet  » www.savethetraders.com« , dont le nom de domaine a été déposé par le groupe Volkswagen, va être lancé à partir du 1er juin, tandis que le CD est disponible… sous conditions.

Derrière cette parodie, on trouve donc une nouvelle fois le groupe automobile allemand, qui n’en est pas à son premier coup. Il avait déjà lancé en janvier une campagne intitulée « les (instants) Volkswagen », avec trois spots signés de l’agence V mettant en scène des traders dépressifs, sur fond de crise financière. Le groupe avait même complété son dispositif publicitaire à la radio avec une hotline « SOS trading » pour soutenir les traders les plus compulsifs…

auteur : JULIEN POMPEY
source LesEchos.fr