Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Jonathan Ive veut récupérer son nom

Jonathan Ive n’est pas content, son patronyme sert de nom de domaine depuis cinq ans pour le site de l’un de ses admirateurs. Problème, un récent arbitrage a recalé la demande du patron du design d’Apple. Harry Jones, un designer web anglais grand fan de son compatriote « depuis qu’il a utilisé son premier G3 en 1998 au collège » a ouvert en 2004 un site et enregistré quatre noms de domaines : jonathanive.com, jonathan-ive.com, jony-ive.com et jonyive.com. Le site en soi n’a rien de spectaculaire, il est même assez léger en contenus au vu de l’apparente dévotion manifestée par son auteur.
jonyivendm
Le principal intéressé aimerait bien toutefois prendre le contrôle de ces noms de domaines, mais les précédentes tentatives, menées sous les auspices d’Apple ont toutes échouées. Au départ, en avril 2006, la Pomme a simplement contacté le propriétaire du site pour qu’il précise sur ses pages que leur contenu n’était en rien affilié à Apple ni à son designer en chef. Ce qui fut fait.

Offres de reprise
En février 2008 les contacts ont changé de registre. Apple a proposé à Harry Jones un iPod en échange de ces noms de domaine, une offre qui s’est transformée ensuite en un MacBook puis en un chèque de 10 000 $. Devant le refus du jeune homme, Apple l’a laissé donner son prix. Jones « sous le coup de l’émotion » a annoncé 400 000 $ afin, ajoute-t-il, de faire « cesser ce harcèlement » et de continuer à faire vivre son site tranquillement.

Il affirme au passage avoir entendu dire qu’Apple avait déboursé 1 million de dollars pour le nom de domaine iphone.com. Début mars Jonathan Ive a donc porté l’affaire devant L’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle afin de faire cesser ce « cybersquatting » (PDF).

Marque de fabrique
Mais la décision rendue ne lui a pas été favorable, et ce, pour plusieurs raisons. Le nom de « Jonathan Ive » n’est pas considéré comme une marque déposée. L’intéressé a bien fait une demande en ce sens en octobre dernier, mais sa requête est toujours à l’étude. Ensuite Apple n’a jamais capitalisé sur son nom pour promouvoir ses produits. Si ce n’est occasionnellement lors de clips durant les keynote.

Une mise en retrait qui, de l’aveu même d’Ive, lui sied parfaitement « Il m’arrive de répondre à des invitations pour des conférences, mais je ne demande comme dédommagements que les frais de déplacement » a expliqué Ive, « Je suis quelqu’un de très discret. Ma réputation s’est établie sur mon travail et non par une forme d’auto-promotion, je ne donne généralement pas d’interview… je cherche à éviter la publicité. »

Un effacement qui a renforcé l’idée qu’Apple et son employé ne cherchaient aucunement à capitaliser commercialement sur ce patronyme. Jones a donc obtenu de conserver ses droits sur ces noms de domaine, sauf à ce que les choses évoluent autour de l’utilisation du nom d’Ive par Apple ou de l’expression de droits pouvant s’y rattacher. À l’issue de ce jugement Harry Jones s’est dit prêt à trouver une solution à l’amiable avec Ive, prêt aussi à le rencontrer pour en discuter en personne.

auteur : Florian Innocente
source MacGeneration.com