Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: .voyage

Vos plus belles .PHOTOS de .VOYAGE

La sortie des nouvelles extensions continue !!
Parmi ces new gTLDs, les .VOYAGE et .PHOTOS font partie des plus demandés, ne laissez pas échapper votre nom de domaine.
Le .VOYAGE est disponible à l’enregistrement depuis le 26/02/2014, tandis que le .PHOTOS passera en ouverture totale le 05/03/2014.

Vous pouvez, sans condition particulière, enregistrer vos noms de domaine dans les 27 extensions ouvertes au public dont voici les plus significatives:

Le 05/03/2014,en plus du .PHOTOS, trois nouvelles extensions seront ouvertes à l’enregistrement:

Beaucoup d’autres sont actuellement en phase de lancement et encore plus restent à venir ! Consultez notre calendrier d’informations en ligne pour être informés des prochaines sorties.

Ne ratez pas cette nouvelle opportunité ! Offrez de nouvelles extensions à votre site web !

Un nouveau débat : .voyage versus .travel

Dans le domaine du nommage des sites Internet, les agences de voyages pourront choisir entre deux extensions : le .travel et le .voyage. Tandis que la première convient davantage aux acteurs qui souhaitent cibler le public anglophone, la deuxième est plus pertinente pour les agences françaises et plus facile d’acquisition.


Dans le domaine du tourisme, référencer un site d’agence n’est pas une tâche simple, car la compétition pour le positionnement dans moteurs de recherche est rude. C’est pourquoi l’ICANN offre aux acteurs du tourisme une alternative pour cibler plus efficacement leur audience, à travers la mise en place de l’extension .travel en 2006.

Pourquoi le .travel n’a pas été un succès ?

Si l’on regarde les statistiques mises à disposition par les registrars, l’extension .travel compte moins de 21.000 enregistrements jusqu’à présent. A quoi doit-on ce manque d’intérêt ? Dans les grandes lignes, les procédures d’enregistrement sont plus compliquées par rapport au traditionnel .com. Acquérir un nom de domaine en .travel exige de remplir certaines conditions d’éligibilité très pointues, ce qui rallonge les délais de validation. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle de nombreuses agences anglophones préfèrent toujours le .com. Idem pour les sites étrangers disposant de versions en anglais.

En ce qui concerne les agences de tourisme françaises qui ciblent un public en France et dans d’autres pays francophones (Belgique, Suisse, Canada, …), cette nouvelle extension n’a aucune pertinence pour leur stratégie de communication web. Voilà pourquoi l’extension .voyage est susceptible d’avoir un meilleur potentiel pour les sites francophones.

Le potentiel du .voyage

Le .voyage pourrait apporter plus de pertinence pour les sites francophones grâce à des procédures d’enregistrement plus simples. Pour évaluer son potentiel, les experts ont tenté plusieurs méthodes, dont l’une repose sur le nombre de requêtes Google liées au voyage. Le 2ème consistera à calculer le pourcentage de la présence du mot « voyage » dans les domaines en .com ou en .fr.

Pour mettre fin à ces interrogations, l’INSEE a mis en place une enquête en 2010 qui révèle 3.800 agences susceptibles de déposer des noms de domaine en .voyage en France. Ce chiffre reste pourtant inférieur au nombre d’utilisateurs du .travel, qui s’élève à 20.671.

Quel est le meilleur choix entre .com et .travel ?

Si l’on revient au débat entre le .travel et le .com, le deuxième séduit davantage les utilisateurs, car il est le plus connu et le plus parlant par tous les internautes au niveau mondial. De manière générale, les webmasters préfèrent réserver un seul domaine pour ne pas partager leurs visiteurs entre plusieurs sites.

Niveau investissement, déposer deux ou plusieurs noms de domaine requiert un budget plus conséquent de la part des entreprises. De plus, elles se posent la question sur l’efficacité de cette stratégie, c’est-à-dire si Google va privilégier les nouveaux noms de domaine dans les résultats de recherche. Finalement, l’acquisition de plusieurs domaines sera-t-elle uniquement une solution de protection contre le cybersquatting ?

Source: ouverture-voyage.fr