Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: point ly

Letter.ly, victime collatérale du conflit lybien

Ce site spécialisé dans la diffusion de newsletters a été obligé de changer de nom de domaine, car il n’a pas pu renouveler son .ly, le domaine national lybien.

Il y a quelques jours, un service de diffusion de newsletters a été obligé de changer de nom en urgence. Les clients de letter.ly ne parvenaient plus à s’y connecter. Une disparition bien involontaire, liée au nom de domaine du site. Le « .ly » est en effet le domaine national libyen, or letter.ly, qui souhaitait renouveler son domaine auprès d’un organisme local, n’a pas été à même de le faire. Le bureau d’enregistrement que l’équipe avait utilisé auparavant a été coupé, une conséquence directe du conflit actuel.
« Le site de l’agence a été coupé à la suite de la guerre en Lybie, l’enregistrement de notre domaine a expiré et nous n’avons pas été en mesure de le renouveler. A mesure que l’expiration était prise en compte, le site est apparu comme mort et les e-mails envoyés à vos abonnés vous sont probablement revenus », indique l’équipe du site dans un e-mail envoyé à ses clients, en précisant « qu’il est incroyable qu’une guerre physique affecte notre service de cette manière ». Letter.ly s’est depuis rabattu vers un nom de domaine plus classique, letterly.net.
Cette petite mésaventure a-t-elle de quoi inquiéter d’autres sites plus importants qui profitent également du domaine national de premier niveau libyen ? On pense notamment à Bit.ly, célèbre service de raccourcissement d’URL, largement utilisé sur Twitter et dont la rupture soudaine engendrerait certainement un chaos sans nom sur le site de microblogging. Pas de panique pour l’instant : d’après les informations pêchées sur nic.ly, le gestionnaire du domaine, bit.ly vient d’être renouvelé et n’expirera qu’en mai 2012… Impossible, donc, que la mésaventure de letter.ly arrive dans son cas.
D’autre part, ainsi que John Borthwick, patron de bit.ly l’indiquait il y a quelques semaines sur Quora, une éventuelle coupure ou blocage du trafic Internet en Lybie n’aurait aucune influence sur son service : « Pour que le domaine .ly devienne impossible à atteindre, les cinq serveurs root qui ont autorité sur lui devraient être mis hors ligne. Or deux sont situés dans l’Oregon aux Etats-Unis, un aux Pays-Bas et deux sont en Lybie. »
Source: 01.net

Libye : les noms de domaine en .ly menacés ?

En marge des événements inquiétants qui ont lieu en ce moment en Libye, plusieurs internautes se sont demandés ce qu’il adviendrait des noms de domaine en .ly si le Colonel Kadhafi décidait de bloquer tout accès à Internet dans son pays… Le plus connu, http://bit.ly, est très utilisé par la twittosphère.

Peut-être avez vous déjà eu recours au site http://bit.ly, qui permet de raccourcir des URL à rallonge. Ceux qui utilisent le site de micro-blogging Twitter le connaissent bien et l’utilisent pour pouvoir mettre des liens vers d’autres sites alors qu’ils n’ont droit qu’à 140 caractères. Ce que les internautes connaissent moins en revanche, c’est l’origine de cette extension : « .ly » correspond à la Libye comme « .fr » correspond à la France, par exemple.

Aujourd’hui, les internautes qui utilisent les services de ce genre de sites se demandent s’ils pourront continuer à le faire. La raison est politique. Au vu de la situation actuelle en Libye ils craignent que le Colonel Kadhafi décide d’imiter l’Egypte en coupant tous les accès à Internet dans le pays, chose qui est déjà faite par intermittence. Mais John Borthwick, le directeur de Bit.ly s’est voulu rassurant en répondant à quora.com/What-will-happen-to-http-bit-ly-links-if-Gaddafi-shuts-down-the-Internet-in-Libya-due-to-protests » target= »_blank »>la question d’un internaute sur Quora : « Pour que les domaines en .ly ne puissent plus être résolus, les cinq serveurs racines du .ly qui font autorité doivent *tous* être hors ligne, ou répondre avec des réponses vides. Sur les cinq serveurs de noms pour le TLD .ly, deux sont basés dans l’Oregon, un aux Pays-Bas et deux sont en Libye ». Une affirmation que le site Numerama remet en cause en expliquant que « les cinq serveurs en question, qui ne sont pas des serveurs root, dépendent des enregistrements du .ly gérés en Libye. Or en l’absence de mise à jour, les serveurs relai devront considérer d’ici maximum 28 jours que le registre est vide ».

Pour le site spécialisé, ce problème, d’ordre technique, n’est pas le plus à craindre. Il faut savoir que l’extension .ly est soumise à un contrat de respect de la Charia. Aucun nom de domaine ne peut donc contenir des mots obscènes, indécents et contraires à la loi islamique. Ce qu’il faudrait alors craindre, ce serait la censure du Colonel Kadhafi dans le cas où certains URL pointent vers des contenus s’éloignant de la Charia.
Il y aurait-il alors un choix plus sûr ? Sur Quora, John Borthwick donne lui-même une alternative à son service, très utilisé : http://j.mp/. Cette extension peu connue appartient aux Iles Mariannes du Nord dans l’Océan Pacifique, un territoire du Commonwealth américain.
Reste à savoir si les liens raccourcis déjà générés par bit.ly seront toujours actifs dans le futur.

Source: MaxiSciences

La Libye veut imposer la loi islamique aux sites en .ly ?!

Aujourd’hui n’importe qui possédant un nom de domaine sur le web peut acheter des “extensions” – comme .com ou .fr, pour son site, son blog ou pour créer des réducteurs de liens. C’est devenu une manière très populaire de personnaliser les liens.

Beaucoup de ces extensions appartiennent à des petits pays parfois inattendus. Pensez au .tv de Tuvalu ou au .me du Monténégro. La Libye quant à elle dispose du .ly, qui a un certain succès (je pense notamment au réducteur de lien bit.ly).

Eh bien, il faut savoir que si on veut utiliser cette extension pour son site, on doit respecter les règles suivantes :

“Any .LY domain name may be registered, except domains containing obscene and indecent names/phrases, including words of a sexual nature; furthermore domain names may not contain words/phrases or abbreviations insulting religion or politics, or be related to gambling and lottery industry or be contrary to Libyan law or Islamic morality, the same applies to the site content.”

En gros, tous les sites doivent ne pas contenir de choses “indécentes” “obscènes” “sexuels”, ne doivent pas insulter la religion ou la politique, ne doivent pas être liés aux paris ou aux jeux de loterie, respecter la législation islamique et libyenne…

Ces règles s’appliquent à tout le contenu du site… Et si on ne les respecte pas, le lien est coupé. C’est ce qui est arrivé à l’écrivaine américaine Violet Blue qui tenait un site “érotique” se terminant en .ly.

Tout ça n’est pas rassurant. Imaginez que tous les pays ayant une extension imposent leurs propres lois ou coutumes aux détenteurs d’un nom de domaine, même étrangers ? On assisterait à la balkanisation du web autour des extensions nationales.

Les juristes, les législateurs et les militants des droits de l’homme vont encore avoir du boulot…

Source:  EgoBlog