Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: ice

Le gouvernement US s’affranchit des frontières pour saisir les noms de domaines en .com

Les autorités américaines préviennent qu’elles peuvent saisir tous les noms de domaine de sites délictueux se terminant par les extensions .com, .net, .cc, .tv et .name, quel que soit leur pays d’enregistrement.

Si la fermeture de sites internet via la saisie de leur nom de domaine par les autorités américaines n’est plus une exception, elle ne semble pas non plus avoir de limite géographique. La semaine dernière, le site de paris sportifs en ligne bodog.com a été fermé alors que son nom de domaine était enregistré par une société canadienne.

Selon une porte-parole de l’unité Immigration and Customs Enforcement (ICE) qui mène les opérations coups de poing contre les sites Internet délictueux, la saisie des noms de domaine en .com, .net, .org, cc, .tv ou encore .name est possible parce que les entreprises qui en détiennent les contrats d’administration sont basées sur le sol américain.

Une revendication clairement assumée

C’est le cas de VeriSign (.com, .net, .cc, .tv, .name) et de son pendant à but non lucratif, le Public Interest Registry qui administre le nom de domaine .org.

La porte-parole de l’ICE a expliqué à Wired que cette méthode était employée car les registrar basés à l’étranger ne sont pas tenus d’obtempérer aux injonctions de la justice américaine. Si cette pratique n’est pas une nouveauté, c’est la première fois que les autorités américaines la revendiquent de manière aussi claire et précise. (Eureka Presse)

Source: zdnet.fr

Protect Our Children : 84 000 sites saisis par erreur !

Couac dans l’opération Protect Our Children menée par le gouvernement US afin de fermer des sites liés à la pédopornographie. Durant près de trois jours, 84 000 sites ont été fermés par erreur.

L’administration Obama fait la chasse à la contrefaçon sur Internet. Depuis l’été dernier, l’opération baptisée In Our Sites ratisse large pour fermer avec l’aval de l’autorité judiciaire des sites impliqués dans la contrefaçon de vêtements, sacs à main, montres, copie illégale de DVD, téléchargement illégal de fichiers musicaux ou encore de logiciels.

Cette opération a aussi un pendant pour lutter contre les sites impliqués dans la pédopornographie : Protect Our Children. Hier, le département américain de la sécurité intérieure a par exemple annoncé la récente saisie de dix nouveaux noms de domaine. Pas un mot par contre au sujet d’une erreur qui a vu la fermeture malencontreuse pendant près de trois jours de 84 000 sites. Ces derniers ont alors pointé vers une bannière ( voir ci-dessus ) les inculpant à tort.

Le site TorrentFreak rapporte ce couac, sans toutefois être en mesure de savoir où l’erreur a été commise. C’est le domaine mooo.com qui a été saisi et avec lui les 84 000 sous-domaines liés. Le domaine mooo.com appartient au fournisseur de DNS gratuit Free DNS. La plupart des sites impactés par cette erreur sont des sites personnels et de petites entreprises, et l’on imagine aisément qu’il a été plus que pénible pour leurs propriétaires de se voir ainsi pointés du doigt.

Une telle erreur pourrait aussi avoir des conséquences économiques graves si elle était commise avec des sites de grande envergure. De quoi donner matière à réflexion. Et dire qu’avec la Loppsi 2, il n’y a même pas l’aval du juge.

Source : GNT