Toute l'actualité des noms de domaine et nouveaux gTLDs

Archives de mots clés: federal

« .gov » : VeriSign, agent fédéral des noms de domaine

VeriSign va gérer les noms de domaine en « .gov » et « .fed.us », extensions de noms de domaine généralement dédiée aux ministères, agences gouvernementales et fédérales aux Etats-Unis.

L’administration des services généraux américaine (GSA, General Service Administration) a sélectionné ce fournisseur pionnier de services d’infrastructure sur Internet pour exploiter ce registre important de l’administration américaine (Congrès, FBI, Etats, comtés…en fait la plupart des services publics).

VeriSign a remporté ce marché public après une procédure d’appel d’offres et un processus d’évaluation.

Il prendra en charge l’enregistrement de noms de domaine sous ces deux extensions, le traitement des requêtes, l’assistance téléphonique, l’exploitation des serveurs DNS (Domain Name System) primaires associés et la mise en œuvre du protocole DNSSEC (extension de sécurité DNS) sur ses zones.

Précisons que, historiquement, VeriSign gère déjà les domaines « .com » (qui a fêté ses 25 ans d’existence en 2010) et « .net ».

Au cours du premier trimestre 2010, le nombre total de noms de domaines « .com » et « .net » est passé à 99,3 millions (+7% par rapport à la même période l’an passé).

Source: IT espresso

Le gouvernement US lance son offensive contre les sites pirates

Obama avait déclaré en mars : « nous allons protéger nos propriétés intellectuelles agressivement », et sa Coordonatrice de l’Action pour les Droits d’Auteurs, Victoria A. Espinel, avait de son côté publié un rapport préconisant une réaction ferme contre les sites de piratages, en particulier étrangers.

La réaction annoncée a commencé hier. L’U.S. Immigration and Customs Enforcement (ICE), le bras armé de la douane américaine, a lancé l’opération « Dans Nos Sites ». Elle cible officiellement les « sites de films piratés », et a déjà conduit à la saisie par les forces fédérales de neuf noms de domaines et d’actifs répartis dans 15 comptes bancaires, Paypal, d’investissement ou publicitaires. Des mandats ont aussi été signés pour fouiller quatre maisons. Aucune annonce sur de possibles arrestations n’a été faite, mais l’opération est encore en cours.

Les noms de domaines saisis incluent TVshack.net, movies-links.tv, thepiratecity.org, now-movies.com, planetmoviez.com, NinjaVideo.net ou filespump.com.

Les ayants droit aux manettes

Ces sites n’hébergeaient d’ailleurs aucun contenu, se contentant de proposer des vidéos en streaming hébergées ailleurs, ou des liens de téléchargement direct vers des sites d’hébergements de fichiers.

Mais le fait qu’ils n’hébergeaient aucun contenu illégal n’a pas empêché le procureur Preet Bharara, du district Sud de New York, de signer la saisie de sept de ces noms de domaines. Il se justifie avec des arguments qui semblent sortis tout droit d’un spot de propagande des majors : « L’infraction massive au droit d’auteur faite par des criminels sur Internet provoque, selon des rapports, des pertes de milliards de dollars pour l’économie américaine. Cela se traduit en des emplois perdus et de vraies difficultés pour les travailleurs ordinaires. C’est pourquoi nous avons commencé ces actions : si votre modèle d’entreprise repose sur le piratage de films, votre histoire n’aura pas une fin heureuse. »

Pour d’ailleurs bien prouver l’absence d’indépendance des forces de l’ordre face aux intérêts privés, une conférence de presse a été organisée, chez Disney, avec les forces de l’ordre impliquées et des représentants des principaux studios. Et même le communiqué officiel de la douane cite des dirigeants de la MPAA et de plusieurs autres lobbies du cinéma.

Les sites pirates étrangers filtrés

Le but d’ICE est de fermer tous les sites proposant d’accéder à des contenus frauduleux. Mais certains d’entre eux sont hébergés à l’étranger et ne sont pas soumis à son autorité. Aussi, une source anonyme proche de l’enquête a expliqué au FinancialPost que ces derniers seront bloqués, et les internautes tentant d’y accéder redirigés vers une page gouvernementale.

L’enquête étant en cours, aucun autre détail n’a été donné…

Source: jeff de PC Impact